Tour Operator Watch 9 May 2010

Posté par Michael Peyron le 4 mai 2010

            Tour Operator Watch 9: May 2010

                   (Spring 2009 – spring 2010)

                                           By Michael PEYRON 

Last hike to Imilchil (May 2009) 

 r001007copie.jpg      

Fred and Bashir emerging from Tiboulkheirin forest; Ighil ou Ahbari (3042m) in background (photo: M.Peyron) 

Wednesday, May 20. Now that the upgraded Tounfit-Anefgou road-link bypasses Aqqa n-Wiyyad, via Tamalout and Sloult, we felt it was time for a last bash along the classic three-day Tounfit-Imilchil route. By taxi from Ifrane to Tounfit we headed, yours faithfully and two ideal companions – Fred the friendly Frenchman and Bashir the congenial Pakistani. Then, encumbered with our back-packs and trekking poles, came the hot afternoon grind to Assaka through Tiboulkheirin cedars, the crawl up to and along Amalou n-Tezra ridge proving particularly tedious. In Assaka were made welcome by Sidi Lho – quite like old times!

Sidi Lho explained that Anefgou people had slighty overdone things, taking advantage of child deaths in winter of 2006/2007 to prize benefits out of central government, just as the Ayt Abdi n-Qusar had done in early 2009. Though the deaths were real enough, countless other Atlas mountain communities, such as Assaka and nearby villages were just as badly off and equally deserving of official help, especially when winter snows caused roofs to collapse, let alone hardship in various other forms. Not that Assaka itself had been forgotten: a telecommunications mast now adorned a nearby knoll, at least allowing locals to obtain rizzu (a signal) on their mobile phones, thus guaranteeing a link with the outside world.

  r001012copie.jpg

  Afternoon plod along Amalou n-Tezra; Lemri village on left (photo: M. Peyron) 

Thursday, May 21. Melt-water was swirling almost knee-deep in Tadrout canyon, but Sidi Lho saw us safely as far as gorge exit. Further on, logging trucks had churned up the soil to such an extent that we missed turn-off up through cedar forest to Tizi n-Ayt Brahim. Two fruitless forays later, involving unhealthy foot-slogging up and down side-ravines, we were finally back on course. Peyron, you old bastard, you’re losing your touch!

After Bashir had at times lacked balance on final gradient to col, we treated ourselves to a well-earned rest. South-west the mountains unfurled unimpeded to the Lakes Plateau. Not the slightest hint of TO presence in the area. In fact, for logistical and other reasons the big outfits appear to have more or less abandoned this stretch of the Atlas Mountains, leaving it to small private parties. This could prove a positive development.

In this respect, must tell of our priceless meeting with a lone French back-packing couple in Aqqa n-Wiyyad. They had forestalled us to a piste-side hut at foot of Tizi n-Ayt Brahim descent, and which serves as impromptu tea-shop. Tea-glass in hand they taunted us from the shade of a nearby tree, smugly pointing out:  “Ha! Ha! We got here before you! I say, for walkers you’re not packing very big packs, are you? As for your boots, they’re pretty light-weight for conditions around here!”

“Don’t worry”, answered Fred in French, “our gear is adequate for the purpose!”  (« Vous en faites pas! Notre mathos est à la hauteur, pour ce qu’on veut en faire! » ). I couldn’t believe my ears. Unbridled one-upmanship of this sort was typical of the exchanges you hear at the top of some Dauphiné summit when alpinists of the weekend category make value judgments on each other; but not in the Atlas. Such pathetic attitudes probably stem from the uptight Frog approach to leisure sport.

These two were certainly taking their walking seriously. Spick-and-span, without one speck of dust or stain on their clothes, wearing immaculate boots and “plus fours”, they looked as if they’d just stepped out of the Vieux Campeur, a well-known, trend-setting Parisian sports outfitters’ catalogue. How on earth could they maintain such high sartorial standards, here in the wilds! By contrast, with our tousled hair, sweaty, unwashed bodies, dusty clothes and grimy footwear we looked decidedly like the B team!

As we resumed our downvalley plod Bashir fell in step with the heavil-laden Frog couple and, since the lady had some English, was able to learn that they were from Pau at the foot of the Pyrénées; both worked in higher education. Making leisurely progress, they would be setting up their tent each evening and eating what they carried in their rucksacks; they apparently aimed to spend another three days on the Imilchil trail.

r001019copie.jpg 

At Anefgou, “the times they are a-changing”; road construction work goes ahead (photo: M. Peyron) 

Taking leave, we pushed on for Anefgou, getting there shortly before sundown. Luckily, a friend was at home and put us up in his spacious abode, providing a comfortable substitute for the somewhat spartan Anefgou café, which would have been the fall-back solution. Accommodation-wise, incidentally, we had noticed one small refuge in Aqqa n-Wiyyad, and next morning we were to see another one, rejoicing in the name of Hôtel Fazaz, just beyond Anefgou.

r001024hotelfazaz.jpg       

Hôtel Fazaz between Anefgou and Tirghist (photo: M. Peyron)

Friday, May 22. The third day saw us complete with further ado our final leg to Imilchil. For the opening half-hour of our climb to from Anefgou to Tizi n-Isswal we were rubbing shoulders with hundreds of sheep and goats making for summer pastures. As we turned off from the main piste up to Tizi n-Iswwal, we got a few long-distance waves from a party of trail-bikers that were churning up the dust, Tighedwin way. Huts at the Tizi were already in use with small herds (new-born lambs very much in evidence) scattered all over the hillsides.

 r001003.jpg

 Lake Isly’s wind-ruffled waters (photo: M. Peyron) 

After replenishing our water-supply at bottom of Igran n-Igenna ravine, despite encouraging signs to the contrary noted a few years before, we found that eastern Lakes Plateau pastures had resumed their inexorable return towards dust-bowl status.  There were also signs of reinforced human presence at foot of Msedrid: permanent sheep-enclosures and a profusion of leafy, recently planted poplars. Couple of Ayt Hadiddou families were met en route; the former resignedly agreed that pastures were declining; the latter proved unhealthily camera-shy, rudely breaking off conversation when Fred aimed his binoculars at a passing hawk, as they probably imagined they were going to become targets for candid photography. Banks of Lake Isly totally deserted, its waters ruffled by wavelets driven by a freshening, westerly wind. Beyond it we settled down to a mirthless road-bash, bowed down against the head-wind. Process was increasingly painful until we hit pastures N of Tislit, under lee of surrounding hills that afforded some protection from the breeze.

Upon reaching Imilchil we put up at Bassou’s inn, finding that at DH 170 per head, demi-pension including comfortable room, hot shower, dinner and breakfast compared more than favourably with Moha’s dilapidated accommodation, with which I had been more than a little dissatisfied in 2008. There were only about half a dozen other tourists at our inn, all motorized, middle-aged or elderly. Mercifully, no group and a mere handful of 4-WD vehicles! End-May is a pretty lean time of the year for TOs, anyway. Only snag – dinner was slightly long coming. A restful night, however, more than made up for that.

Saturday, May 23. Next morning was ssuq-day at Imilchil. After a substantial breakfast we spent half the morning in the sun, feigning interest in a few faded rugs and other trinkets at some of the vendors’ stalls. Imilchil was no longer the picturesque, remote tribal ssuq I had delighted in some thirty years earlier.

 84imilchilssuq1978.jpg

   Oult-Hediddou women at Imilchil ssuq, March 1978 (photo: M. Peyron)

In the interval, modernity had stepped in. With few exceptions the striped woollen tahandirt, which gave local women such a commanding appearance, had become at worst a thing of the past, at best a tourist product.

 r001007.jpg

   Observe modernized attire of Oul-Hediddou women, Imilchil ssuq, May 2009 (photo: M. Peyron)

Ayt Hadiddou women were now relegated to drab coton dresses and nondescript headgear, many of the younger ones openly sporting hijab-s. This all fitted in with earlier observations reflecting the overall, national trend towards anonymity and standardisation, not to mention – like it or not – fall-out from the preachings of a certain confraternity in beards, sandals and skullcaps. Yes, even up here, in what used to be the back of beyond…

Otherwise, we noticed half a dozen foreign back-packers probably doing a spot of shopping. Which reminded us that time was flying and we needed to corner one of the taxis to Aghbala n-Ayt Sokhman before competition from homeward bound marketeers left us stranded. And it was a good thing we did. By 11:30 we crammed into the rear seats of the last northward-bound taxi to leave that morning. An antiquated 405 Peugeot it conveyed us in two hours to Aghbala. Rarely had we travelled in such acute discomfort, wedged between roof, window and back-pack, our necks askew, with five other fellow-sufferers.

We wasted little time in Aghbala. After a brief pause to admire Toujjit peak and the Melwiya sources, an onward taxi connection landed us in Tighessaline shortly before 3 pm. Here too, it appeared to be market-day and the busy scene was ours to admire from a kerb-side café. Actually, there was such a crowd that the ladies of the night for which the place is famous were barely visible – though Fred did make a short-lived expedition across the road, apparently to buy fruit. Ifrane was finally reached, and with it the evening cool, after a change of taxis in Azrou.

Baddou expedition (Asif Ghriss, June 2009) 

 jbelbaddoujan2008.jpg

 Aari n-Baddou from Asoul, January 2008 (photo: M. Peyron) 

Aari n-Baddou (2917m), where Ou-Skounti and his die-hards had braved four French army groups and implacable thirst for three weeks in the summer of 1933, was missing both from my list of summits and catalogue of Moroccan Atlas resistance period battle-sites. This was the third of three attempts (2006-2008) to approach the mountain in winter, all of which had failed due to the presence of snow above 2200m, while actually getting to base camp, even though on tarmac all the way, was an undertaking of some magnitude. It involved the long haul down from Ifrane, then on beyond Midelt and Tizi n-Telghemt to the right-hand turn-off at Rich before aiming for Mzizel, the barren plateau of Ikhf Aman and Amellago. Even then, you weren’t quite finished as a couple of hours of swervery lay in store: up the Ghriss gorges to Asoul; finally, across Azaghar n-Sidi Bou Ya’qoub to riverside camp site of Aghbalou Lebni with shady poplars and generous spring.

Monday, June 8. On this occasion, we of the advance party (Youssef,  Bassou and Meriem) reached the lodge of Saïd Ou-Sri at Amellago in Assou’s car on Saturday evening (June 7) around 6pm, fully expecting the rearguard (Haddou, Aïcha and Zrouri), who were approaching from Kelaat Sraghna, to be waiting there for us. It was not to be. Actually, they’d come to a brilliant decision after Beni Mellal: better to short-cut thru Imilchil and the upper Ziz, instead of making the lengthy detour via Midelt. For the next three hours or so, by erratic mobile phone contact, we charted their laborious progress across the High Atlas. Now it would be: “We’ve stopped near Imilchil to let Aïcha take a few shots of a kasbah!” Now we would hear: “Ah! It’s just got dark so we have to drive more slowly!” At 10 pm, as tempers were getting a wee bit frayed, we decided to grab some dinner. An hour later, the rearguard finally turned up and emerged from their vehicle, all of them as cool as cucumbers. Bassou was furious with the way they had let us stew in our juice for hours and told them so. The upshot of the ensuing argument was that nobody was in bed till midnight; though not before vaguely agreeing that next morning we’d move on upvalley. The expedition couldn’t have got off to a better start!

Tuesday, June 9. After breakfast Saïd explained that he’d called up his chauffeur Muha to come with his venerable Renault van and pick up our rucksacks, plus bivouac gear (‘igloo’-style tents, foam-rubber mattresses, mats, food, bottled water, etc.) so as to establish base camp. He did this, TO style, whenever he was escorting groups of tourists from France. Muha was a long time coming, so the sun was pretty high in the sky when we finally loaded up and moved out. While Saïd came with Bassou and I in the cramped, clapped-out Renault, Youssef left his car at the gîte and, with Meriem, joined Zrouri and Aïcha in the other car. However, on starting up his motor Zrouri made an interesting discovery: his radiator was practically empty… Solution: fill up several empty 2-litre bottles. Thus equipped they made off up the valley, Zrouri often stopping before Asoul, each time he was on the point of boiling his radiator. Asul’s scant resources, so it turned out, proved unequal to fixing a leaking radiator, so we pushed on after Zrouri had topped up again.

Thus did we complete the final kilometres to the bivouac site, situated around 1900m at a point where cultivation gives out and Asif Ghriss emerges from shallow gorges. Baddou lay to our left, occupying 3/4 of the skyline to the south. Saïd, Muha and his aide set up camp, a tasty al fresco lunch materialising shortly afterwards at ground level, complete with plates, forks, knives and salad bowl. Eating half squatting, half grovelling, folding my inordinately long frame as best I could, I thus experienced at first hand precisely what countless Atlas-trekking tourists annually pay good money for, just for the dubious privilege of culinary discomfort, TO style!

By the time we’d finished lunch, with a brace of Trumpeter finches paying us a brief visit, it was practically 3 in the afternoon, leaving us several hours for a tour of the left-bank escarpment opposite camp. A leisurely scramble took us up to a flat-topped hill, where we found traces of military outposts dating back to 1933: low stone parapets, smashed glass from beer and wine bottles that spoke of Foreign Legion presence, etc.  That evening, after a light dinner and setting the alarm-clock for 5.30am, we crawled into the claustrophobic confines of our ‘igloo’ tents; luckily, thanks to the foam-rubber mattress sleep came quickly.

Wednesday, June 10. Next morning, the moon was still shining when we showed a leg. However, what with washing, dressing and breakfasting (including a lengthy philosophical discussion about nothing in particular), it was broad daylight when we finally got under way at 06:20. Saïd led off up shallow Agererman valley, as we were soon stubbing our toes against rive-bed gravel. We were grateful for Baddou’s bulk which mercifully shielded us from the sun’s early rays.

  r001006copie.jpg

  Baddou: advance party during early morning walk-in (photo: M. Peyron)

After an hour or so of this it became painfully obvious that trail-wise we were not a homogeneous group; while one batch forged ahead behind Saïd, another was several hundred yards adrift back down the valley. On we went as barren slopes steepened about us, raw juniper, gorse and boxwood the only vegetation, with an occasional Sardinian warbler to grace the scene. Sun’s blazing shafts finally reached us as we paused to regroup at bottom of large cirque around 8am. Above us loomed a precipitous escarpment. Soon, step by weary step we zigzagged up slopes covered in dry, wiry grass that gave way to profuse boxwood higher up. As we breasted the escarpment, another long pause was called for. Overhead wheeled an immature Bonnelli’s eagle, one of the few birds of prey we were to see throughout the entire trip.

r001003copie.jpg

Baddou: pause on top of escarpment among stunted boxwood bushes (photo: M. Peyron) 

This time, the stragglers (Haddou, Aïcha) wisely opted for limited progress beyond the escarpment, while Bassou turned back to camp; the rest of us pursued our gruelling hike towards Baddou ridge main slopes. This entailed detouring via a path that led right, passing just below a lone Ayt Merghad tent, trending SW to reach foot of apparently gentler slopes. It proved to the right choice as we in fact followed a path that climbed southward up gravel and tussock slopes. After passing thru residual stands of weather- and man-beaten thuriferous juniper, it was 12:30 when we eventually sat down astride the divide, gasping for breath at Tizi n-Wanou (2650m).

Far away and down to the left we recognized a blob of faded green – the walnut-tree gardens of Itto Fezzou where we had spent a freezing night a couple of winters back; by contrast, below us an occasional nomads’ tent shimmered in the heat, relieving the drab emptiness of the surrounding hillsides. Reaching the main, 2917m-summit of Baddou was clearly out of the question. That would have to await another day! In fact, it was all we could do to tuck into the provisions Saïd had bravely brought up here in his back-pack.

                r001020copie.jpg                          

Our party at Tizi n-Wanou; Baddou main summit in far background (photo: M. Peyron)

After an excellent picnic lunch and well-deserved rest began the long-drawn-out retreat to camp. So long as we stayed above 2200m or so conditions proved bearable. First there was a long rest in the shade beneath an overhang, followed by a shorter pause at Anou n-Baddou, where an Oult-Merghad woman was carding wool while her sons watered her camels and flocks of sheep and goats.

 r001013copie.jpg

 Young Ou-Merghad watering a camel at Anou n-Baddou (photo: M. Peyron) 

That was where we left Zrouri, Haddou and Aïcha. With Youssef, Meriem, and Saïd, eager to rest up in camp as soon as possible, we ploughed off down-valley.  Although were in first week of June, the pre-Saharan heat had to be felt to be believed.  About an hour from camp, the sight of a mother partridge devotedly steering her little ones out of harm’s way provided a charming respite. By 1600, we were lolling in the shade of base camp poplars. Well over an hour later the rearguard finally joined us, having rested in the shade on several occasions to take the sting out of the sun’s withering afternoon heat.

By common consent a strategic withdrawal to Saïd’s gîte at Amellago was decided upon. Only snag was that, though summoned by mobile phone, it took Muha a couple of hours to drag his dilapidated Renault van back to the camp site. Finally loaded up and shoved off well past 1900. Predictably, having again nearly boiled his radiator several times, Zrouri finally made it back to Amellago half an hour in arrears. The conversation that evening round the table was pretty subdued as we dined on sardines and spaghetti – though with little gusto  given the potent heat still coming off the walls! The next day, well, we could visit some abandoned mine tunnels near Agouddim Ikhf Aman, said some; other,s more prudently, suggested that fixing Zrouri’s radiator might be the absolute priority.

Thursday, June 11. It was. Over breakfast the following morning a consensus miraculously emerged in favour of heading back home, via Rich and Midelt, providing Zrouri with a more than reasonable chance of coming across garage facilities. We paid up our bill at Saïd’s, took a series of photos of Zrouri topping up his radiator and hit the road. Zrouri was sent out in front, while Youssef’s car followed after a 10-minute interval. We never saw them again that trip…

We heard later that they’d kept going all the way back to Zawit ech-Cheikh, frequently stopping to replenish their radiator; thus had Zrouri avoided inflicting permanent damage on his engine. As for us, we made a couple of photo stops, securing an unexpected close-up of a Short-toed eagle. After a light snack in Rich we made it to Midelt by mid-afternoon. We were able to spend a restful night at Auberge Ja’afar, there being only one small group of Australians. 

Friday, June 12. At Auberge Ja’afar heard this remark from elderly Aussie tourist in breakfast room to sleepy-looking, non-Berber-speaking Amazigh Tours guide: “Well, young man, the sun’s been long up! Whatever happened to that early morning stroll we were supposed to have had?!” Guide’s answer: a sheepish grin. This fellow, it seemed, wasn’t exactly “on his toes” when he ought to have been! The episode convincingly demonstrated shortcomings in efforts by local Tour Operators to market the “Berber” element for the benefit of tourists. 

We were in Rabat the next day and drawing conclusions from our failed attempt on Baddou. Obviously, a largish party with a mix of differently-motivated walkers and non-walkers was a poor recipe for success. Added to which the sheer size of largely waterless Baddou massif posed logistics problems. Hiring mules at or near Asul, equipping them with jerry-cans of water and setting up advance base camp somewhere above the boxwood escarpment would have made better sense. Instead of that we charged in from too far out and too low down, being ultimately defeated by a combination of heat, altitude and distance. If it had been a failure as a mountain walk, even less had been achieved in terms of survivors’ accounts (or children of survivors) of the Baddou battle, let alone finding on-the-spot evidence of fighting. The past appeared to have evaporated; there was far less atmosphere about the place compared to Tazizawt; we’d definitely have to return. 

 r001009copie.jpg

  Loading up the van at Base Camp after failed attempt on Baddou (photo: M. Peyron)

Off the beaten track in Oulmès 

It is refreshing to record that Oulmès (Walmas), once a much-frequented holiday destination has become a quiet backwater for local tourism, with reasonably comfortable yet adequate Hôtel des Thermes occupying pride of place. 

This my wife and I discovered after a 2hr 30 drive up from Rabat, via Tiflet, crossing rolling countryside up to Ma’aziz, followed by unceasing swervery through pleasantly wooded hills and the final broad-sky expanse of an upland plateau planted with lavender. Our friends  Klaus and Dagmar we’d arranged to meet up here arrived a quarter of an hour later from Casablanca. Access to our second floor bed-rooms was guaranteed by an old-style lift, actually functioning and probably the only one of its kind within a hundred miles. If we thought we’d have the place to ourselves we were in for a shock, two fairly large parties (one of French diplomats, the other Spanish technicians) also checked in shortly before sunset. Meanwhile we’d had time to stretch our legs and take in the sunset over the western hills. Came a substantial and well-cooked dinner accompanied by standard red Guerrouane house wine. In the heated room, the bed was comfortable and conducive to deep sleep.

r001031.jpg 

All shiny and welcoming, Hôtel des Thermes, Oulmès, morning of March 27, 2010 (photo: M. Peyron) 

Next morning an excellent breakfast was served in the spacious dining-room; before that there’d been a slightly iffy shower, nonetheless with hot water, and a visit to the Spartan yet adequate loo. By 9 we were off across the plateau, turning south-east down the Agelmous road. The next two hours took us down a winding road into a valley, across a recently-mended bridge, then gradually uphill again to emerge onto the wide-open spaces of the Zaïan azaghar. This was a treat for the eyes with vast flower-studded carpets stretching to the horizon, grazing sheep and donkeys, and an occasional small farm that bespoke of human presence. 

Thus we continued past dusty Agelmous, its streets crowded with market-goers; across more valleys that heralded the approach to Khenifra, and over the brow of a steep hill, Bou Hayati, from which skilled Berber marksmen used to take pot-shots at passing French army columns during the 1914-18 war. Khenifra, hot and sunny, offered little more than a baker’s for bread and a filling-station to top up our tanks for the next leg to Midelt. 

r001030.jpg 

Neglected “neck of the woods”, green hills of Oulmès, March 27, 2010 (photo: M. Peyron)

So far we’d seen plenty of evidence of road-damage, due to recent torrential rains and flash-floods, in the shape of collapsed portions of road, not to mention sand and/or gravel all over the place. On this section, between El Herri and Kbab, however, there had been mayhem: on the approach to a ford just before Lenda an entire land-slip had smothered the road, obliging us to detour via a rough, hastily bull-dozed track. The steep climb beyond Kebab, however, granted rewarding rearward views over the azaghar; beyond Sidi Yahya ou Sa’ad we stopped for sandwiches washed down with poor man’s sangria (house wine + Fanta orange!). At Tanout ou Filal pass we stopped the cars and walked smartly towards for the skyline, expecting to be rewarded with a glimpse of Ayyachi. Nothing of the sort: an all-encompassing cloud screen of haze and/or dust blotted out the hoped-for view. 

By 6 we had reached Aubergfe Ja’afar just outside Midelt. Over a tasty dinner of kus-kus and standard issue Gerrouane we made plans for the morrow: hire an off-road vehicle to visit the Ja’afar gorges and other Ayyachi foothill sights. 

TO watch in Ayyachi foothills (end-March 2010) 

Sunday, March 28. At last dawned the day on which we really earned our keep in terms of keeping tabs on polluting TO outfits; a day which was to give purpose and meaning to the entire Tour Operator watch exercise! The period couldn’t have been more propitiously chosen. The vacances de Pâques of my fellow-countrymen were still a week away, but with simana santa en Espana  a couple of days old, Iberian mountain-bike, trail-bike and 4-WD exponents were out in fully cry. Quite a few of them, in fact, had left their trailers together with various back-up vehicles outside Saïd’s auberge, for a few days spent burning up Atlas pistes.

The day got off to a quiet start. Shortly after 9 my friends, my wife and I piled into a spacious 4×4 driven by Salah (Saïd’s son), and followed the track past the Bou Admam Forestry Hut. After three quarters of an hour of jolting and bumping we emerged atop Tizi n-Tmerwit with a grandstand view of the whole Ayyachi range.

 r001015copie.jpg     

Tizi n-Tmerwit with Ayyachi massif in background  09:45 March 28, 2010 (photo: M. Peyron)

What we saw proved a poor excuse for what had once been the finest stretch of scenery in the Atlas Mountains. Not one oak tree was left  up here where forty years ago grew a fine forest; down beyond the cirque the cedars too had taken an undeserved bashing; strangely though, evergreen oak formed a conspicuous matorral. Ther rot had started in 1969 when, acting on a recommendation put forward by French cedar specialist A. Pujos, the decision was taken to raze the Ja’afar oak forest. The oaks would grew afresh within ten years, so ran the rationale, the end-result hopefully being a re-invigorated tract of woodland. Except that it never had time to happen. In the interval, furious erosion on bare slopes, worsened by record summer thunderstorms, plus more indiscriminate hacking down of trees contributed to the present man-made desert. A sorry sight indeed…

03ayyachisadouhadifromcirqueofjaafar.jpg

What it used to look like: Tizi n-Tmerwit with surviving evergreen oaks, December 1968 (photo M. Peyron)

While we were taking in the vast vistas of the haze-enshrouded, snow-covered main Ayyachi range, a couple of Spanish trail-bikers roared past, then plunged down the deeply-eroded track leading to the bottom of the cirque of Ja’afar. Salah suggested it was time we moved on  to take a look at the Ja’afar gorge, so back we went down the 30% stone-slide, before turning left off the track towards Tagouilelt. Minutes later we stopped on the edge of the gorge; onward progress down a steep, stony slope was out of the question. Josiane elected to look after our parked vehicle while the rest of us headed into the gorge on foot. Some eroded rocks of the Demoiselle coiffée-type on the left reminded me that with my companion Dourron and mule support, we had returned towards Bou Admam through this bit of country in late-May 1976 after a Ja’afar-Imtchimen traverse on skis. Nowadays, few mountain skiers frequent this part of the range… Which doesn’t apply to mountain-bikers, though, as we were reminded a few minutes later, when half a dozen or so Spanish cyclists in helmets, short-sleeved shirts and shorts came charging through!

 

r001012.jpg

“Mountain Bike Alicante” tourists in Ja’afar gorges 10:30, March 28, 2010 (photo: M. Peyron) 

Thinking nothing of their presence we waved to them good-naturedly and headed on up the gorge. Half an hour later we emerged at the foot of cedar-covered slopes that climbed towards the main range of Ayyachi. As gorges go these were unremarkable (compared, say, to the Tadrout gorge above Assaka beyond Tounfit), but could no doubt next time be worked into a interesting circuit taking in Tizi n-Tmerwit and Tagouilelt. Returning to the vehicle we freed my wife, who had managed to lock herself inside, and made off northwards along the track in the direction of Ayt Oumghar to a picnic site some 10 minutes’ drive from there. Interestingly, we noticed that the sparse oak and juniper forest to the right had been fenced off, no doubt to keep out nomadic Ayt Merghad sheep-herders who, during the drought of the late 1990s, had inflicted considerable damage on trees around here.

Driving on, we reached a paved road just short of Ayt Oumghar. Here, we had a close-up view of Asif n-Ounzegmir, which was running high. Salah suggested we take a look at the Tamalout dam situated some 10 miles upstream, so we turned left and headed back in the general direction of the main range. Soon we finished the plateau section covered in esparto grassand were climbing back into the foothills. Next thing we knew we were back in familiar country, which I recognized as the Mitqan crossroads (just below the similarly named Forestry Hut), a point we had passed through several times in the early 1970s during ski expeditions to Ayyachi – except that in those days we had a tough piste to contend with, especially punishing for the saloon cars we then used! But what was this?! Seemed to be some activity going on… Parked right against the cedars lining the road were several off-road back-up vehicles (one of them marked « Mountain- Bike Alicante ») and some cyclists that they seemed to be supplying with provisions.

The road next took us over Tizi n-Ayt Ayyach and past the village clusters of Imtchimen till we reached the entry-gate to the Tamalout dam construction site. Unfortunately, the barrier was  closed and, as a solitary guard reminded us, it was Sunday and the place had shut down for the weekend. It was no go; we just had to turn back. First, however, we decided, to pay a visit to a village where Salah had relatives and this allowed us to take tea with a delightful family whom we hope to re-visit on some later occasion. Just as we were leaving the village (Ayt Bou Izgarn), we sighted once more the Spanish cavalcade we had twice seen earlier, the  mountiain-bikers out in front (we recognized the same as in the Ja’afar gorge) and the back-up vehicles bringing up the rear, one of them marked « Mountain-Bike Alicante »).

spanishrubbishtipmitqanecrossroads.jpg

Dog eating refuse left byMountain Bike Alicante” tourists, Mitqan cedar forest, 5pm, March 28, 2010 (photo: K. Mertz) 

Imagine our feelings of righteous indignation when, on passing back through the Mitqane crossroads, we discovered a small-scale rubbish-tip at the spot where we’d earlier seen the Spanish party. Hungry and thirsty bikers had not hesitated to delicately dump their discarded beer cans and sandwich wrappers, both along the roadside and even well into the cedars. Luckily, Salah had a bin-liner in his vehicle and all five of us got out and did a quick clean-up of the place.

This was going way beyond the limit! I had long heard stories about this kind of wanton pollution, even seen waste matter left at off-road bivvy sites such as Lake Tislit near Imilchil, but never anything quite so disgracefully provocative as this! One would expect mountain-bikers of all people to be a bit more respectful of the environment, especially in such a vulnerable, highly sensitive, already threatened eco-system as the Ayyachi montane cedar forest. Let alone showing a wee bit of courtesy towards Morocco, the host-country which they were visiting as pampered guests!

No, this was  merely an unpleasant reminder that so-called « eco-tourism » can easily cause damage to the area visited. It then qualifies as « ego-tourism »!

 

spanishpolluterscaughtredhandedcerveza.jpg

Proof of the cerveza is in the drinking, or Spanish polluters caught red-handed! Mitqan, March 28, 2010 (photo: K. Mertz) 

The accompanying illustrations tell their own story and require no further comment! This episode left us somewhat subdued on the homeward run to Midelt, as the distasteful evidence sank in; we had been witness to a gross act of environmental misdemeanour. Probably not the first, nor the last, as a short visit to the web soon confirmed. The offending Iberian TO apparently has been programming Ayyachi for several years now and  (this is the bad news!) plans more trips, usually around Easter. At least we now know what to expect, what to look out for in terms of environment-friendly behaviour on the part of some visitors from southern Spain. A sobering thought…

michael.peyron@voila.fr

Rabat, May 2010

PS – Although a certain Spanish TO clearly emerges as the villain of the piece,we are nonetheless confident that this outfit’s antics are far from representative of the behavioural standards obtaining in that country.

N.B. Unless otherwise stated all texts and illustrations copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans Tour Operator Watch | Pas de Commentaire »

Promotion and protection: eco-tourism in the Moroccan Middle Atlas

Posté par Michael Peyron le 1 mai 2010

 

 

 

 

 

 


 

Page 1

Sustainable Technology for Rural Tourism Development 

International Workshop on Cultural Impact on Technology Development in 

European & Islamic countries, held at Al Akhawayn, Ifrane (Morocco)

 

Ceci est la version HTML du fichier http://www.education.ma/VPAA/shss/mpeyron-ruraltourism.pdf.
Lorsque
G o o g l e explore le Web, il crée automatiquement une version HTML des documents récupérés.
Pour créer un lien avec cette page ou l’inclure dans vos favoris/signets, utilisez l’adresse suivante :
http://www.google.com/search?q=cache:lay0MDcgLVgJ:www.education.ma/VPAA/shss/mpeyron-ruraltourism.pdf+great+atlas+traverse&hl=fr&ct=clnk&cd=56&gl=fr. Google n’est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu. 
Les termes de recherche suivants ont été mis en valeur :  great  atlas  traverse 

Akhawayn University in Ifrane, Morocco, 30 November – 2 December 2003 

___________________________________________________________________________ 

Promotion and protection : eco-tourism in the Moroccan Middle Atlas 

Michael PEYRON 

SHSS/ AUI 

“For some time it has been obvious that there are no satisfactory short-cuts to higher standards of life in developing countries through projects (often conceived and executed in a hurry) which are unrelated to a scientific assessment of their ultimate consequences.” 

G. Mounfort, Portrait of a Desert (1965). 

Introduction 

This paper (1) purports to examine strategies to reconcile development of rural tourism in the Middle-Atlas eco-region with the implementation of urgently needed conservation projects. Recently, off-road activity, combined with eco-tourism-related walking has become increasingly popular and could develop into a growth industry. While the Middle-Atlas boasts superlative scenery, and a vast potential for eco-tourism, not to mention associated forms of activity (white-water canoeing, fishing, skiing, bird-watching, back-packing, and pot-holing) these very assets are under multi-directional threat. Would it not therefore be unwise to kill the hen before it can lay that proverbial golden egg? 

50whitewatersportscarolinejune1985oumrbia.jpg

 White-water canoeing Oum er-Rbiae upstream of Khenifra (photo: M. Peyron)

It has yet to be fully taken on board in Morocco that certain wild, remote areas of the Atlas, with their unique alti-montane environment (as in Bou Iblane and Ayyachi), specific flora and fauna, not to mention shrub-land, woodland and wetland avifauna – much of it endemic – have become a resource in their own right. Unless firm action is taken to implement existing legislation on wildlife protection, irreversible losses will be sustained in the field. Hit by drought, poaching, massive deforestation, soil degradation and overgrazing, some of the most promising eco-tourism locations are rapidly losing their glamour. Upland pastures are giving way to man-made desert, (2) while the shore-lines of Agelmam Sidi ‘Ali, Agelmam Azgza and other lakes are receding dramatically, and the cedar forests are under threat. A situation compounded by speculation involving stock-breeding, a mini-population explosion and runway urbanization resulting in glorified favellas that pose grave environmental problems connected with garbage disposal, hygiene, depletion and/or contamination of the aquifer. 

Worse still the region itself, with its minimal hotel infrastructure and ageing road network, has, for various socio-political reasons, suffered from neglect over the past fifty years. Now is the time for deeds, not words. Let us accordingly examine some of these problems more closely and suggest remedial action. 

Existing problems and possible remedies 

1/ First and foremost, what is needed at this stage is a sea-change in the mindset of both rural and urban populations à propos of the environment. This can only be achieved through better education all around, thus creating full awareness as to the environment being a beneficial resource. This, of course, begins in primary School. It involves, amongst other considerations, teaching school- children not to throw garbage out of a car-window, or over the garden-wall;not to swing on tree-branches till they break.



 

 

Page 2 

This has been fully acknowledged by Abdeljalil Belkamel of Marrakesh, who unequivocally states: “Man belongs to an ecosystem. He has begun to destroy it, thus forgetting that he is destroying himself (…)That’s why I organise workshops for school-children to create awareness about botany.” (3)

As a possible follow-up to this it is refreshing to record that the Association Touristique de Montagne du Moyen-Atlas (AMTM) is planning organisation of education tours to promote environment-friendly interest in the area at the national level. (4)

31geeseagelmamwiwanemar2008.jpg

Promoting interest in wild-fowl among Moroccan girl students, Agelmam Wiwan, April 2008 (photo: M. Peyron)

2/ Gîtes and rest-houses In the worst cases, tourist quarters in Berber villages constitute tiny, dedicated enclaves complete with foam-rubber mattresses, shower baths and other mod cons, the walls adorned with posters showing ‘typical’ Moroccan scenes. (5) 

  atlasguesthousesspring2003.jpg

Tafouyt inn and restaurant, ruined kasbah in background, Imichil, April 2003 (photo: M. Peyron)

The phoney side of the arrangement is further high-lighted by the organisation of ‘Berber evenings’, in which specially-groomed locals will perform folk-dances by moon-light, inviting tourists decked out as ‘pseudo-Saharans’, or ‘Blue Men’ to join them! Sustainable rural tourism is probably better off without the facile glamour and sensationalism generally offered to run-of-the-mill package tourists. (6)

  atlasguesthousezizvalleynearbelowrichfeb152003.jpg

 Kasbah-style guesthouse south of Rich in Ziz valley, Feb. 2003 (photo: M. Peyron)

A shrewder bet would be to set up basic, clean, functional, and strategically located guest-houses (such as the kasbah-style auberge at lake Tislit, Imilchil). Such establishments should employ properly trained personnel; a good cook, in this connection, being an important asset. 

22toclientsonroofofhotelizlaneimilchilmay20012.jpg

« Peeping-Tom » tourists photographing all and sundry from roof of Imilchil hôtel (photo: M. Peyron)

3/ Training local, environment-friendly guides to accompany eco-tourists on wildlife photo safaris. If most mammals and reptiles have been decimated, there are birds and butterflies in profusion, requiring a dose of expertise in natural history on the part of local guides. Strangely, probably through lack of information, there appears to be a dearth of qualified guides in the Middle-Atlas. (7)

Interestingly, in 1998, the few that do operate in the Imilchil/Errachidia region, were, contemplating setting up their own association, separate from the ANGAM, a move that seems to have resulted in the creation of a body calling itself APAME. (8)

For rural tourism to remain user-friendly and durable, efforts have to be made on both sides to lessen potential friction. It is a truism to state that tourists’ behaviour has an impact on locals. While the locals sometimes need to improve their standards in certain sectors (accommodation, catering, hygiene, etc.) tourists should avoid voyeuristic camera-clicking heavy-handedness vis-à-vis Berber women, (9) ostentatiously drinking alcohol, wearing ultra-short shorts, stripping to the waist, handing out pens, pencils and sweets to children. (10)

Though Moroccan tour leaders will caution foreign adventure trekkers on this and other points, visitors feel entitled to ignore such recommendations merely because they have shelled out a sizeable sum of money. Clearly, problems of this kind require implementation of some sort of behavioural code. (11)

4/ Addressing problems caused by the market economy. Most noticeable among repercussions on the mountain environment is in the area of stock-breeding with absentee herd-owners instructing shepherds to maintain animals in highland areas on a year-round basis. This has led to permanent occupation, especially around Agelmam Afenourir, Timhadit, Beqrit and Jbal Tichoukt, with ‘sedentarization’ of former transhumants, (12) placing adjoining areas of pasture and woodland under permanent threat. 

r001031.jpg

Sheep pasturing around Agelmam Afennourir, Middle Atlas (photo: M. Peyron)

This can be partially offset by a) reducing the number of goats to an environmentally acceptable level; b) cordoning off specific areas for replanting of trees and grass – a measure already in place on Jbal Tichoukt, near the Zad pass, between Dayet Ashlaf and Aïn Leuh, between Ja’far and Mitqane. In this connection, implementing specific remedial action for cedars is a national emergency. The Middle Atlas cedar forest has been suffering from various abuses for far too long. The pay-off came in the spring of 2002 with numerous trees of varying ages suddenly drying up and dying, including the ‘Gouraud’ cedar and, in particular, some specimens in a comparatively protected environment on the AUI campus, from which Barbary Apes are notably absent. (13)

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Page 3

 

Allegations that bark-stripping by Barbary macaques is chiefly responsible for this state of things require qualification. This writer’s in-the-field experience is that the primate is frequently cited as a convenient scapegoat, both by local populations and the Forestry Commission whenever the topic of cedar degradation is raised. It may, admittedly, be in part responsible. However, drought-induced climate change, treetop- and branch-cutting, slash-and-burn, and felling by the locals are equally, if not more to blame; the monkey should therefore not be made to carry the can. Furthermore, plans to relocate ‘surplus population’ of macaques – and here we are talking about a ‘vulnerable’ species – near Chefchouen, in Bni Znassen, Tazerkount, and the Tizi n-Test, in eco-regions largely devoid of cedars, are apparently being envisaged without impact assessment on target areas. If Moroccan macaques have changed eating habits this is due to man-made biodiversity changes in the cedar forest; (14) with further research revealing that bark-stripping is linked to water scarcity. Also, far from increasing, the macaque population has actually declined by “about 40% in the last 20 years”. (15)

Two closely-related ecological problems: a) Curtailing speculative orchard development that, in dry years, draws too heavily on water-table, especially around Dayet Aoua. Here again, though, given the business interests at stake, some convincing arguments will be required to achieve any measure of success. b) Also, in Immuzzar-Kandar area, assessment should be made of fall-out from waste matter discharged by units for mass-produced poultry, which can eventually inflict serious environmental damage; as in Brittany (France). 

5/ The need to set up Nature reserves has never been much in doubt in Morocco. Despite delays in implementation largely due to funding, the Middle Atlas now features a reasonably successful ensemble: the Tazekka national park with its Barbary sheep, reintroduced Barbary deer and numerous species of birds. Other developments have witnessed the creation of a farm near Missour for breeding the Hubara Bustard, a small zoo near Nzala n-Ayt Izdeg on the Midelt-Errachidia road, while a project to reintroduce the Atlas lion into the Sefrou area has been aired recently. Culling would be allowed once this and other species had been built up to a reasonable level, part of the reserve then developing into a “controlled shooting area”, (16) an arrangement that has proved satisfactory in several countries, whatever the misgivings of dyed-in-the-wool environmentalists. 

With some of the larger mammals confined to museums or zoos, a considerable proportion of Morocco’s fauna (including endemic and rare species) hovers between the ‘vulnerable’ and ‘endangered’ status. (17) On the fringe of the Middle-Atlas eco-region, in a unique environment of montane forest with great development potential, lies the Tirghist game reserve belonging to the Parc National du Haut Atlas oriental (PNHAO), with its Barbary Sheep and Cuvier’s gazelle.

hayim.jpg

 Barbary Sheep terrain, Jbal Hayim, PNHAO (photo: M. Peyron)

Unfortunately, due to insufficient study of impact assessment on locals, the latter are totally unaware as to the positive fall-out from a properly managed game reserve. Hence the need for appointing qualified park rangers to reinforce action of existing Foresters, emphasizing the pedagogical rather than the punitive side of things. (18)

6/ Upgrading modest, down-hill skiing facilities at Jbal Hebri and Michliffen along with outdated, almost non-existent infra-structure. Since its long-delayed opening, the Aghlias hotel at the Michliffen ski-centre has functioned intermittently, largely because of fickle snow-cover. There are, however, some encouraging signs of imminent action by Ifrane municipal authorities, with talk of the much-awaited national park. Local skiing talent needs encouragement, so that more lads and lasses may step in the foot-steps of Samir Azzimani and Sara Ben Mansour, subsidies awarded to Moroccan Ski Foundation at present proving insufficient to generate significant sporting activity. (19)

32280009.jpg

Cedar, cloud and snow at Jbal Habri, Middle Atlas, February 2009 (photo: M. Peyron)

In order to introduce recreational diversity, there is a crying need to create parallel activities : mountain-biking, guided walks on foot, and excursions on snow-shoes and/or Nordic skis, both feasible with scant snow-cover. If the existing Middle-Atlas ski-areas were better organised they might hold greater appeal for tourists, while the largely untapped ski-mountaineering potential of ‘Ayyachi and Bou Iblane remains a vital asset. 

10ascendingsaidelhadionskijune1976.jpg

Ascending Saïd ou ‘Addi on skis, Jbal ‘Ayyachi (photo: M. Peyron)

 

 

 

 

 


 

Page 4

7/ Fall-out from 4-WD tourism. With off-road vehicles becoming highly fashionable in Western countries, the Atlas has become a not-so-happy hunting-ground for the off-road brigade. However, repeated visits by motorcades of 4-WD and trail-bike exponents fail to fit in with the environment they cross, at best contributing noise and dust, and incommoding back-packers; at worst involving the locals in accidents. (20) Mountain guides in the Tounfit area, lamenting the decline in numbers of mountaineering and trekking parties, have been forced to switch to off-road activities. Unfortunately 4-WD tourism, though exceedingly non-environment-friendly, is here to stay because; a) it is a high-profile, status-symbol activity with a maximum-publicity angle; b) ‘big money’ is involved, and it is common knowledge that in this kind of situation commercial logic will prevail. One can only hope that off-road enthusiasts will develop greater environmental awareness and refrain from “indiscriminate driving of vehicles across vulnerable surfaces”, (21) as, for example, on the Lakes Plateau (Imilchil) and Meskeddal grazing-grounds (Bou Iblane). 

rando56gorgesdemeskeddal27fv20001jpg.jpg

Backpackers entering Meskedal gorges, Bou Iblane area (photo: M. Peyron)

8/ From highland castle to high-rise block. Many people of mountain origin have moved to foot-hill towns such as Zeïda, Zawit Esh-Shikh, Khénifra, Ayt Shaq, Tighessalin, Mrirt, Tounfit, Boumia and Midelt, (22) and are now residing in uncomfortable, often insalubrious apartment blocks. A side-effect of this creeping urbanization is appalling waste-disposal problems, unchecked accumulation of plastic and other debris. An obvious solution would be to set up small, economical garbage disposal units. Here one should go for user-friendly, low-tech battery-operated incinerators rather than more expensive, sophisticated equipment with potential maintenance problems. As a rider to that, one could add: use the available Moroccan resources in vegetable fibre to stage a dramatic revival of basket-weaving so that housewives need no longer take their groceries home in plastic bags. 

Also, make more trash bins available, as at ‘Gouraud cedar’, between Ougmès and RP 21 road, though not without providing instructions for use on a clearly-visible notice. In a word, problems concerning rubbish tips and all-pervading litter need to be addressed urgently. 

9/ To minimize branch-cutting for firewood, make small Kerosene, or Butagaz cooking stoves available to locals at knock-down prices. This would give forests a much-needed respite as they are suffering badly enough as it is. It is not always appreciated that every day much of Ayyachi’s relict montane forests comes down to Midelt (just as Burnham wood came to Dunsinane in Shakespeare’s Macbeth!) in the shape of small convoys of 4-5 faggot-bearing donkeys. (23)

10/ Finally, necessity of improving awareness among Morocco’s decision-makers as to exact locations of areas ear-marked for protection under the Protected Areas Management Project, initiated in the early 1990s, together with relevant faunal inventory, nature of required protection measures and full implications of sustainable tourism. (24) Subsequently, instituting national and international mult-media promotional back-up of tourist-related conservation programmes. 

Conclusion 

rando66refugetaffert2223mai2003.jpg

Taffert Hut, Bou Iblan (photo: M. Peyron)

So far, the Middle-Atlas has been the Cinderella of mountain-related development in Morocco; this apparent neglect, however, should be seen as a blessing in disguise. In terms of mountain tourism, the Middle-Atlas area is fortunate in having been spared the ‘honey-pot’ effect one usually associates with Toubkal, Mgoun, Sirwa and Saghro, though the Imilchil region is beginning to suffer from this affliction. Whereas the spotlight has been on the big-name destinations, our Cinderella stands to gain from experience (both positive and negative) obtained in those areas the better to get her own act together. In other words, learn from mistakes made in those areas, especially regarding rubbish-disposal, (25) gîte management and custodianship of high-altitude huts (26 )(as would ultimately become necessary in both Bou Iblane and ‘Ayyachi massifs). Her selection of valuable ecological assets are a trump card she should now play carefully, and, given the present focus on eco-tourism and since its very future hinges on their survival, existing assets should be placed under maximum surveillance and protection.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Page 5

Locals should continue to receive assistance in land-use-related problems and, as remoter areas are opened up to the outside world, be further made to realise what they stand to gain from preserving the environment rather than destroying it. For this purpose, presence of ALD agents could be recommended because of their useful pedagogical action vis-à-vis the target population. (27) All of which will entail despatching dedicated task-forces into the field to take stock and address the above-mentioned problems; submitting feasibility reports and impact assessments. 

Finally once all the admirable recommendations have been made by the various experts, not to mention solemn declarations of intent and undying commitment to the environmental cause, it is imperative that a duly appointed Steering Committee use clout to ensure implementation of measures suggested within a reasonable time-frame. 

michael.peyron@voila.fr

NOTES 

(1) For reasons of socio-cultural similarity and close proximity, the area between Midelt and Imsilchil has been included here as an extension of the Middle-Atlas. While containing much new material, the present paper naturally draws, to some extent, on some of my previous papers and presentations at Al-Akhawayn University in Ifrane; also at the Institut de Géographie Alpine, Grenoble (cf. bibliography). 

(2) Cf. Housa Yakobi, “Faces & places of the Atlas”, Proceedings of the Amazigh Days conference, March17-18, 2003, AUI, (in the press). 

(3) A. Belkamel, Médina, Jan-Feb/2002. 

(4) Atlas-Hébdo, n°4-5, p.10; cf. also http://www.meknes-nt.com/article.php?artid=1562

(5) L. Pezelet, 1997, p.375. 

(6) It is largely due to massive frequentation by national/international visitors, either individually or by the bus-load, that scenic spots such as the the Oum Rabia’ sources and Ouzoud falls have become thinly-disguised tourist-traps. Cf. E. Millet, Guide des Merveilles, p.117-118 & 129. 

(7) When I visited the Rural Commune of Tafadjight in the Jbal Bou Iblane area, together with IGA-Grenoble & Cadi Ayyad University (Marrakech) delegates from a conference being held in Sefrou, on September 8, 1998, none of the locals appeared to have heard of the CFAMM (Ayt Bou Gemmaz Mountain Training Centre), nor did they seem to be particularly upbeat about training mountain-guides. 

(8) Association Provinciale des Guides de Montagne d’Errachadia. Cf. Maroc: Tourisme en Montagnes et au Désert, Ministry of Tourism, Rabat, 2000 ( ?). 

(9) Instance of woman near Boumalne-Dadès holding up rags and plastic to veil her head from the prying eye of Courtney-Clarke’s camera; cf. Imazighen, p.178. 

(10) This was due to misguided directives, as in A. Le Panot’s guide (1990, p.359), urging tourists to take with them provisions of coins and ball-point pens for distribution to Ayt Hadiddou women at the Imilchil musem. This early-1990s trend, that proved highly detrimental to the rapport between tourists and locals, has since been reversed, tour leaders now strictly discouraging this practice. However, the damage has been done and will take months/years to eradicate. *

(11) Cf. Notional ‘Mountain Charter’ initiated by “Kasbah du Toubkal” hotel in Imlil, a highly environment-conscious, up-market, Anglo-Irish operation set up in late-1990s in Imlil. 

(12) G. Fay, 1986: 153; Bencherifa & Johnson, 1993: 108; S. Boujrouf, 1996: 47; also G. Maurer, 1996: 55. 

(13) M. Drihem in Le Matin, April 15, 2003. 

(14) E. Millet, 2003, p.104 & 107-109. 

(15) Conservation Biology, February 2001; research conducted by L. Martinoli, C. Capiluppi, M. Arahou & M. Mouna; available on http://www.conbio.net/SCB/Services/Tips/2001-1-February, cfm. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Page 6

(16) G. Mounfort, 1965, p.171. For arguments in favour of hunting in Sefrou province, seen as a high-quality, job-creating industry, cf. L. Jennan, 1998, p.16-17; regarding lion-hunting project: “Des Espagnols sur le projet d’une réserve de chasse”, L’Économiste, January 17, 2003, p.35. 

(17) F. Cuzin, “Les grands mammifères sauvages du Maroc”, 1996, pp.108-109 ; also « Animal Info – Morocco » (1999), available on http://www.animalinfo.org/country/morocco.htm 

(18) For Tirghist reserve and PNHAO, cf. A. Billand, RGA, n°4/1996: 97 ; also A. Bourbouze, “Des agdal et des mouflons” (1997), available on http://www.infra.fr/Internet/Produits/dpen/bourbc30.htm 

(19) Mustapha n-Ait Lho, Atlas-Hébdo, n°4/5-21 March, 2003: 16. 

(20) Dogs and poultry are frequently run over, muleteers injured through falling off frightened steeds. A young bystander was killed at Bu Wzemmou on 15/05/98 during the « Rallye de l’Atlas »

(21) G. Mountfort, 1965, p.169. 

(22) M. Kerbout, 1994, p.100. 

(23) Based on this writer’s frequent on-the-spot observations (December 1983, February 1998, April 2001, May 2002, etc.). Must be confessed, however, that in April 2001, as partial atonement for this deforestation, young tree-planting volunteers were met at work on north-east fringe of Taarbat hill, an ‘Ayyachi outlier. 

(24) Which is apparently not always the case. To quote AMTM President, Abdelhamid Ghandi : “Les décideurs ne donnent aucune importance au tourisme rural, malgré leurs discours prometteurs.” (“Whatever promising noises they make, decision-makers grant little importance to rural tourism.”) Interview conducted by Abdellali Darif Alaoui for Maroc-Hébdo, available on http://www.maroc-hebdo.press.ma/Mhinternet/Archives_566/html_566/agenda.html 

(25) To preclude necessity for voluntary mammoth clean-ups as in Toubkal massif (2000 & 2002). Several 100-litre bin-liners, filled to the brim with Kleenex tissues and hygienic towels, were manhandled down to Imlil. Hopefully, an incinerator at the Toubkal hut, able to burn 300kg of waste per week, will now cope with the problem. Cf. Trek Magazine, n°15/ December 2000: 16-18. 

(26) This has been an unqualified fiasco in Bou Gemmaz-Mgoun area with Tilibit n-Tarkeddit and Izoughar huts vandalised by tourists and/or shepherds, and only the Assemsouk refuge functioning more or less satisfactorily; see also M. Peyron, “Quel avenir pour le tourisme en montagne”, (1995: 110), & A. Bellaoui, RGA, 1996: 18. 

(27) ALD stands for Animateurs Locaux de Développement, Azilal Mountain Environment workshop, 1991, p.10. 

 

BIBLIOGRAPHY 

 

A. Bellaoui & J. Herbin (eds.),La Montagne marocaine: développement et protection, special issue of Revue de Géographie Alpine (RGA), Grenoble, n°4/1996. 

A. Bencherifa (ed.), African Mountains and Highlands: resource use and conservation, Rabat, Faculty of Letters, 1993, (proceedings of conference held in Rabat, 19-28 September, 1990). 

___________ & M. Aït Hamza (eds.), Mutations socio-spatiales dans les campagnes marocaines, Rabat, Faculty of Letters, 1994, (proceedings of conference held in Rabat, 17-19 May, 1991. 

A.Billand, “Développement touristique des parcs de montagne au Maroc: principes de zonage et d’aménagement”, RGA, n°4/1996: 94-108. 

S. Boujrouf, « la montagne dans la politique d’aménagement du territoire au Maroc », RGA, n°4/1996 : 37-50. 

M. Courtney-Clarke & G. Brooks, Imazighen : the vanishing traditions of Berber women, New York: Clarkton Potter, 1997.

F. Cuzin, « Répartition actuelle et statut des grands mammifères sauvages du Maroc (Primates, Carnivoires, Ariodactyles) », Mammalia, t. 60, n°1/1996 : 101-124. 

 

 

 

 

 

 

 


 

Page 7

G. Fay, « Unités socio-spatiales et développement rural », Revue de Géographie Marocaine, Rabat, vol. 10, N°1-2/1996 : 149-165. 

H. Gumuchian & N. Boumaza (eds.), La Montagne et le Savoir ; special issue of Montagnes Méditerranéennes, Grenoble, n°12/2000, (proceedings of the CERMOSEM colloquium at Le Pradel (Ardèche, France), 18-20 September, 2000. 

L. Jennan, Pour un développement du tourisme et des loisirs dans la province de Sefrou, May 1998, (un-published report). 

L. Jennan & G. Maurer (eds.), Les Régions de Piémont au Maghreb: ressources et aménagement, Fascicule n°26, Tours (URBAMA),1994, (proceedings of the 9-11 April 1992 colloquium, Sefrou). 

M. Kerbout, « L’évolution récente de la, population rurale dans le Moyen-Atlas et le basin de la Moulouya », Mutations socio-spatiales dans les campagnes marocaines, 1994 : 96-104. 

G. Maurer, « L’homme et les montagnes atlasiques au Maghreb », Annales de Géographie, n°587/1996 : 47-72. 

E. Millet, Guide des Merveilles de la Nature: Maroc, les plus beaux sites naturels, Paris: Arthaud, 2003. 

G. Mounfort, Portrait of a Desert : the story of an Expedition to Jordan, (Foreword by Sir Julian Huxley), London: Collins, 1965. 

A. Panot, Le, Guide du Maroc, Paris : M.A. Éditions, 1990. 

M. Peyron, « Les rapports ville-campagne au Maroc : le cas des massifs orientaux de l’Atlas », L’Évolution des rapports villes-campagnes au Maghreb, Rabat, Faculty of Letters, 1988. 

________, Great Atlas Traverse, 2 vols. ; Reading (UK) : West Col, 1989-1990. 

________, « Mutations en cours dans le mode de vie des Ayt Yafelman (Haut Atlas marocain), Les Cahiers d’URBAMA, n°7/1992 : 79-98. 

________, « Continuité et changement dans une zone de transition au Maroc : la Haute-Moulouya et le Haut-Atlas de Midelt », Les Régions de Piémont au Maghreb, Tours, Fascicule n°26 (URBAMA), 1994 : 71-79. 

________, « Les inadéquations entre savoir et développement : le cas du Moyen-Atlas Marocain », Montagnes Méditerranéennes, n°12/2000 : 49-51. 

L. Pezelet, Dynamique sociale dans le Haut Atlas Central marocain : quelle production sociale autochtone du sens de l’espace dans un contexte de sollicitation touristique inter-nationale ?, Doctoral thesis, Grenoble : Institut de Géographie Alpine (IGA), 1997. 

B. Tag, « Les potentialités de développement du Moyen-Atlas oriental et leur appréciation par les acteurs locaux », RGA, n°4/1996 : 51-60. 

Miscellaneous sources 

Brochure on Mountain Environment workshop: « Promotion des économies montagnardes et protection de l’environnement dans le Haut Atlas », Azilal, 13-16 March, 1991. 

Brochure on 7 ème Mousem des Pommes de Midelt : « Province de Khénifra, vie économique et sociale », septembre 1995. 

Proceedings of Internation Colloquium : « Quel avenir pour le tourisme en montagne au Maroc », Marrakech, 18-21 November, 1995. 

Various unpublished reports by M. Peyron in Journée “Action Intégrée”, November 25, 1998, I.G.A. Grenoble: 1/ “Moyen-Atlas & Haut-Atlas oriental: une région uniforme”; 

2/ “Compte-rendu de tournée dans l’Atlas marocain (septembre 1998)”; 

3/ “Aperçu sur le Haut Atlas de Midelt et d’Imilchil (8-15 October, 1997)”. 

“Rural Tourism in the Atlas mountains”, British Days Conference, Sustainable tourism workshop, AUI, March 2002 (unpublished). 

michael.peyron@voila.fr

N.B. Unless otherwise stated, all texts copyright Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Sport de montagne au Maroc : innovations et inconvénients (2008)

Posté par Michael Peyron le 16 avril 2010

SPORTS DE MONTAGNE AU MAROC : INNOVATIONS ET INCONVENIENTS (2008)

Michael Peyron

Co-concepteur de la Grande Traversée  de l’Atlas Marocain (GTAM) 

1. Introduction

La pratique des sports de montagne au Maroc par les voyagistes étrangers et nationaux est fortement marquée par les tendances innovantes depuis 1980. Tout en enregistrant des succès, celles-ci en sont arrivées au stade où elles suscitent un nombre grandissant d’interrogations quant à leur « soutenabilité ». En effet, de la démarche confidentielle d’une poignée de randonneurs « libertins » (CORNELOUP, MAO & SENIL 2005 : 7) logeant chez l’habitant, on tend actuellement vers 100,000 visiteurs par an, tous massifs confondus, qui pratiquent la randonnée itinérante. En outre, la sur-fréquentation, en particulier au Toubkal, au Mgoun, et à Imilchil, n’est pas sans poser problèmes et tensions, dont des retombées écologiques potentiellement dommageables.

  06eveningimilchiloct19972.jpg

  Imilchil, lumière du soir, octobre 1997 (photo: M. Peyron) 

En effet, « on sait, aujourd’hui, que le tourisme de masse détruit l’espace touristique » (GOURIJA 2005) ; rappel salutaire. D’où incohérence majeure : le label de complaisance de l’éco-tourisme dont se targuent les voyagistes, paravent ne servant qu’à masquer des abus récurrents.

2. Du bénévolat au mercenariat 

L’état marocain, ayant longtemps misé sur un tourisme cinq étoiles conventionnel, avait délaissé les chaînes de l’Atlas, perçues comme faisant partie d’un Maroc « inutile » et potentiellement frondeur. Ce n’est qu’au tout début du XXIème siècle que les instances nationales ont appréhendé tout l’intérêt que constituait le tourisme rural pour les communautés montagnardes. En effet, pendant la période 1920-1980 l’Atlas marocain avait été fréquenté par des amateurs européens résidant au Maroc, CAFistes pour la plupart, profitant de leurs loisirs pour explorer sommets, cols et vallées, à la rencontre de villageois berbères accueillants. C’était le bénévolat à l’état pur.

Toutefois, dès 1965-1980, portés par la mentalité d’assistés née du consumérisme nombriliste « soixante-huitard », les premiers TO avaient commencé à prospecter sites et sentiers de l’Atlas. Le mercenariat faisant ainsi son apparition et avec lui l’activité baptisée « trekking » ; c’est la première innovation de taille. En outre, d’écotourisme paru en 1978, on en sera arrivé trente années plus tard à une forme d’égo-tourisme (HEAP 2008), démarche idéalisée effectuée le plus souvent dans une bulle personnelle, voire ésotérique.

   10leavingasakamarch2001.jpg             

Trekking avec assistance muletière, pied du Jbel Ma’asker, Haut Atlas oriental (M. Peyron)

2.1. Un tourisme sportif à encadrement commercial 

Quatre secteurs du Haut Atlas, en particulier, vont devenir des classiques pour les caravanes commerciales de touristes étrangers encadrées par des guides de montagnes, ou, selon les compétences exigées, par des accompagnateurs dits « de moyenne montagne » (1): les massifs du Mgoun et du Toubkal, terrain de prédilection pour la pratique du tandem ski/mulet au printemps, du trekking en été ; Saghro et  Sirwa, massifs pré-sahariens parcourus à pied, avec assistance muletière en automne/hiver. Copiant l’idée de Grande Traversée du Haut Atlas (GTHA), mise en avant par André Fougerolles (1991), ou de Grande Traversée de l’Atlas Marocain (GTAM), prônée par Michael Peyron lors de ses reconnaissances dans l’axe de la chaîne (1972-1984), certains opérateurs vont expérimenter des itinéraires linéaires, toutefois sans que la tendance ne se généralise.

 74buwzwouaboveanarguimarch1980.jpg

Sommet du Mouriq à ski, cirque des Ayt Wanergui, mars 1980 (photo: M. Peyron) 

Ainsi fonctionneront les TO pendant la décennie 1980, explorant les revues du CAF afin d’y dénicher de nouvelles destinations, s’imitant les uns les autres, sous-traitant auprès d’agences marocaines. Créant, aussi, des réseaux de muletiers, de logements chez l’habitant (dont des futurs gîteurs), tissant progressivement une gigantesque toile d’araignée, mettant le Haut Atlas en coupe réglée. Tout en permettant, à un certain nombre de Chleuhs des montagnes, durs à la tâche et âpres au gain, d’en tirer des revenus – il convient de le souligner.

2.2. Création d’infrastructures touristico-sportives 

Avant 1980, hormis cinq refuges du CAF dans le massif du Toubkal, ainsi que le refuge de Taffert du Ministère de la Jeunesse et des Sports dans le Bou Iblane, il n’existait en montagne aucune structure adéquate pouvant accueillir alpinistes, randonneurs et skieurs. Lacune qui méritait d’être comblée.  

Afin de palier à cela, pendant la  décennie 1980, avec l’ébauche d’une semblant de programme « montagne », les instances nationales facilitent la création de trois refuges dans le Haut Atlas Central (2). Ainsi que les premiers gîtes dans les Aït Bouguemmez, puis dans d’autres secteurs. Selon la procédure officielle, les candidats gîteurs désireux de transformer leur demeure en lieu d’hébergement doivent se conformer à un cahier des charges précis. L’obtention éventuelle de l’agrément (Ber. lagrima) est sub-ordonnée à une visité, suivie d’une contre-visite des responsables provinciaux du Tourisme. Malgré les lenteurs institutionnelles pour obtenir l’autorisation, procédure à laquelle n’est parfois pas étrangère la notion de hediya (‘cadeau pour services rendus’), ces gîtes vont se multiplier pendant la décennie 1990, effet de mode aidant, sans compter les indéniables avantages financiers susceptibles d’offrir une alternative prometteuse à l’activité agropastorale traditionnelle. Dans l’Atlas on dénombre aujourd’hui une quarantaine de gîtes en tout.

44guesthouseceilingmay2001.jpg

  Plafond de gîte, Imilchil (photo: M. Peyron)

3. État des lieux (2008) 

Examinons la situation actuelle sur le terrain. Si le Maroc avait fait figure pendant la période 1970-1990 de terre où la nature était restée naturelle, cette illusion s’envolera dès 1995 devant les prémisses d’une crise écologique annoncée, liée principalement à la sur-fréquentation, la banalisation du plastique et à la gestion anarchique des déchetteries.

Situation affligeante aggravée par des sécheresses récurrentes depuis 1980, la baisse alarmante des nappes phréatiques (notamment autour de Marakech), la désertification accrue du pourtour sud de l’Atlas, le bétonnage du Dadès et d’autres vallées, joint à un gaspillage effréné des ressources en eau : golfes, piscines, arrosage intempestif des pelouses, lavages de voiture, gîtes et écolodges assurant quotidiennement (et quelle que soit la conjoncture météorologique) des prestations de type douche et hammam. Alors que « le Maroc aura soif en 2025 », nous dit-on (3), et que dans bon nombre d’agglomérations la population défavorisée en est réduite à des coupures d’eau estivales et un robinet par rue…

Nonobstant les aléas climatiques, le phénomène des TO connaît une impulsion nouvelle dès le XXIème  siècle, aggravée par l’emploi massif du 4 x 4 ; c’est alors la déferlante. Le goudronnages des pistes, entrepris dans un louable esprit de désenclavement des communes les plus éloignées (« syndrome Anefgou ») (3), met le cœur de l’Atlas à la portée du tourisme de masse. Innovation qui n’est pas sans inconvénient : les usagers épris d’espaces vierges constatent que ceux-ci vont en s’amenuisant. Jusqu’aux motards « verts » qui se plaignent de l’avancée du goudron dans l’Atlas marocain, d’où rétrécissement comme peau de chagrin de leur terrain de jeu.

Selon les critères actuels, la principale innovation est la suivante : est seule privilégiée la clientèle des TO, logique marchande oblige, ce qui marginalise les libertins circulant en petits groupes et s’en remettant à l’hébergement traditionnel.

 18almounselloultmay20041.jpg

Hébergement traditionnel chez l’habitant, Almou n-Selloult, mai 2004 (photo: M. Morgenthaler) 

Tout concorde pour les décourager : conseils d’amis incitant à « passer par une agence » ; préférence muletière accordée à des TO privilégiant les étapes courtes (4-7 heures) plutôt qu’aux pratiquants individuels; petites intrigues des accompagnateurs pour obliger les randonneurs indépendants à recourir à leurs services ; gîtes « sur-bookés », etc. Alors que deux topo-guides britanniques (COLLOMB 1987, SMITH 1998) ont le mérite de vouloir affranchir le randonneur vis-à-vis de guides locaux, n’en trouve-t-on pas d’autres (KNIGHT 2001, GALLEY 2004, GEUS 2007, HUMPHRYS 2008) qui incitent le backpacker individuel à recourir d’office aux services d’un guide local ? Par ailleurs, dans certaines régions de l’Atlas le logement chez l’habitant est ouvertement déconseillé, tout chef de famille se livrant à cette pratique pouvant se voir accusé par les autorités de jouer au « gîteur clandestin », avec sanction à la clé (CHATTOU & YAHYA 2005  p.14) (5). Peu étonnant, dés lors, que soit morte l’hospitalité berbère (Ber. temmut tinubga), autrefois clé de voûte de la randonnée libertine. Et c’est sans doute là l’innovation la plus navrante !

Fort heureusement, cependant, vu la débauche d’informations sur la toile, il est facile de shunter le réseau des agences métropolitaines et d’organiser sa propre randonnée, soit en autonomie totale, soit en ayant recours à une agence marocaine.

3.1. Évolution du marché

Alors qu’au début les agences internationales ne proposaient qu’un produit uniforme de randonnée itinérante ou de ski/mulet, depuis la décennie 1990 on assiste à une diversification de l’offre. Outre les sports dits de nouvelle glisse (rafting, canyon, parapentisme, base jump, kite buggy, quad, etc.) un trek se conjugue désormais selon divers thèmes : dessin, botanique, ornithologie, trek équestre, transhumance Ayt Atta ; « visite de kasbahs et villages berbères » ; randonnées en raquettes, le ski de montagne hors du Toubkal ou du Mgoun ayant été sérieusement pénalisé par le manque de neige ces dernières années ; récompense pour cadres d’entreprise ; trek engagé pour sportifs de haut niveau avec ascension du Mgoun et Toubkal en huit jours, voire plus en y ajoutant l’Ayyachi. Option, toutefois, qui est loin de faire l’unanimité.

 151trekkinghighaltituderoutetizinifferdphotobarbaudapril1984.jpg

Au Tizi n-Ifferd sur la « haute route » Imilchil-Zaouit Ahansal : Timghazine à g.; Azourki à dr., avril 1984 (photo: M. Barbaud)

Par ailleurs, rivalisant de souplesse et d’initiative innovante pour coller à la demande de la clientèle et atténuer leur image quelque peu castratrice à l’égard des usagers, les TO proposent des randonnées à la carte, invitant leurs prospects à inventer leur itinéraire, l’agence se chargeant de l’intendance. Compte tenu du fractionnement des congés, la préférence du voyageur de l’Atlas ira au créneau de 8-10 jours. Sera concernée la catégorie d’âges 25-45 ans. L’intéressé(e), résidant dans 99% des cas hors du Maroc, spécialisé(e) dans l’informatique et n’aspirant qu’à un break loin de son écran, aura paradoxalement soin d’emporter son téléphone cellulaire. Il/elle ne fournira aucun effort, fera fi du moindre souci ; l’aventure, certes, mais programmée.    

                 

 36ouanoukrimclochetons.jpg

 Dans les Clochetons de l’Ouanoukrim, été 1966 (photo: M. Peyron)

Autre grande innovation : de nos jours de jeunes grimpeurs quelque peu flemmards renâclent à l’effort de la marche, au point de délaisser les voies classiques du massif du Toubkal (face est de l’Angour, Clochetons de l’Ouanoukrim, arêtes et « Couloir de Neige » du Tazaghart, etc.), considérées comme de la « petite bière » ! 

  18tazaghartsnowcouloir4.jpg                       

   Couloir de neige du Tazaghart, printemps 1965 (photo: M. Forseilles)

Ceci est vrai, en particulier, des amateurs de grandes parois (big wall climbers) qui fréquentent les gorges du Todgha et le cirque de Taghia près de Zaouit Ahansal. La performance se situe non plus dans le domaine horizontal, mais vertical. Alors qu’au début des années 1980 étaient nombreux les jeunes de 20-30 ans prêts à « s’éclater » ou à « se flinguer » en pratiquant le ski de randonnée ou le trek engagé. De même, en partie grâce au mathos performant, certains couloirs du massif du Toubkal qui se grimpaient avant 1980 avec crampons se descendent maintenant à ski – par exemple le Couloir NE du Ras n-Ouanoukrim, Ighzer n-Temda à l’Aksoual, « Couloir de Neige » et « Couloir en diagonal » du Tazaghart –  nécessitant parfois la pose de  rappels.

 iferwanigenwan1.jpg

  Toubkal (à g.) & Akswal avec Ighzer n-Temda (à dr. à l’ombre), depuis l’Adrar n-Ouayyour, mars 1965 (photo : M. Peyron)

Nouveaux temps, nouveaux mœurs. Cela est valable également pour les points de départ. Casablanca n’est plus la plaque tournante d’antan. À Ouarzazat est dévolu le rôle de porte du Sahara pour « marchands de sable » (TARRIER 2007) pratiquant l’esbroufe pseudo-saharienne avec raids et bivouacs de luxe 4 x 4. Cependant, aidé en cela par la popularisation du créneau d’une semaine, le tourisme de montagne privilégie Marrakech, devenue base de départ des circuits vers les massifs avoisinants. Le Haut Atlas Oriental, ainsi que le Moyen Atlas, trop éloignés et nécessitant plus de temps, sont en grande partie laissés pour compte. Et c’est très bien comme ça, permettant à ces régions, quelques temps encore, de conserver leur charme.

Or, devant la sur-fréquentation des itinéraires archi-connus, c’est précisément vers les massifs périphériques (Rif, Beni Snassen, Figuig, etc.) que se tournent les regards. Proche de la « Ville rouge » mais curieusement délaissé, se dresse le Haut Atlas Occidental, longtemps parcouru par les seuls Britanniques. Aidé en cela par des travaux spécifiques (PEYRON 1990 ; BROWN 2007) le massif attire désormais l’attention des médias ainsi que des agences françaises. Une revue grenobloise, plus ou moins en osmose avec les voyagistes, ne consacre-t-elle pas une livraison à la GTAM entre Tighza-Imlil, ainsi qu’une variante plus confidentielle entre Imilchil et Hadida ? Sans parler d’une agence s’intéressant aux deux extrémités de la chaîne du Haut Atlas avec l’intention avouée de les relier dans une GTAM revue et corrigée. Intéressante que ces relectures de la GTAM accommodée à la sauce dauphino-savoyarde. Elle marque notamment un regain d’intérêt pour une GTAM peu visible sur le terrain, et jusqu’alors reléguée aux oubliettes, en dehors du sigle figurant sur les panneaux de certains gîtes agrémentés (6).  

Autre tendance dans la façon d’appréhender le Maroc : depuis plus d’une décennie le pays est perçu comme terre de liberté concernant certaines pratiques; dont les trekkeurs qui se permettent de fumer dans la salle de restaurant du célèbre Hôtel Ali à Marrakech ! De même que les adeptes du VTT, de la moto tout-terrain, du 4 x 4 et du quad qui viennent pratiquer impunément sur sentiers et chemins des sports désormais contrôlés, voire interdits, dans bien des communes en France.

3.2. Accompagnateurs et touristes 

Certains problèmes sont apparus au niveau des accompagnateurs : il y a eu du déchet, certains diplômés n’exerçant plus, ou de façon spasmodique, ou ayant trouvé dans le mariage avec une cliente une solution commode au besoin d’émigration (BOUMAZA 1996, p.31). Les faux-guides, aussi, seraient nombreux, et pas nécessairement incompétents, c’est là une étonnante innovation, dans le Toubkal et le Haut Atlas Central, tandis que la qualité des promotions issues du CFAMM serait en baisse, avec l’apparition de guides « plastiques » (selon la terminologie de certains anciens), provenant des milieux citadins, et dont la connaissance de la montagne et de la langue berbère serait insuffisante (DESCAMPS 2003 ; AIT LEMKADEM 2005 & FLEURY 2008). Le diplôme, quant à lui, serait souvent obtenu par hediya, facteur dévalorisant (DESCAMPS 2003, GEUS 2007). Sans ériger des cas isolés en règle générale, cela se retrouve sur le terrain sous forme d’agissements peu professionnels sur le plan sécuritaire (7), la tolérance par certains guides d’une tenue osée chez les dames, ou, par exemple, des magouilles pour augmenter le fabor en fin de trek auprès d’une clientèle parfois naïve, peu instruite des usages au Maroc.

3.3. Nouveaux problèmes posés par les gîtes 

  146backpackingoutofimilchilmay2002.jpg 

 Randonneurs individuels avec sac au dos; espèce en voie de disparition, Imilchil, mai 2002, (photo M. Peyron) 

De plus, les adeptes de la filière randonnée individuelle, autrefois seuls intéressés par ces gîtes, se trouvent confrontés (pour peu qu’ils soient accessibles par piste) à de multiples pratiquants mal assortis : rafteurs, « trekkeurs » avec assistance muletière, baroudeurs en moto ou 4 x 4, VTTistes, parapentistes, adeptes du canyon, de l’ultra-trail, du base jump. Le tout dans une ambiance bruyante peu propice au repos. Ainsi, en innovant, on recrée dans l’Atlas marocain la promiscuité tant décriée des refuges alpins du CAF des années 1970-1980(8).

Reconstitution, également, du syndrome « Club Med » avec bronzés en tongs, clients se présentant au gîte avec mallettes à roulettes, et promenant souvent avec eux de larmoyantes attitudes tiers-mondistes. Projection en montagne, aussi, des schémas usés de la folklorisation du monde berbère (autrefois le seul apanage des grands hôtels du sud), avec animation de rigueur, que l’on soit en auberge, en bivouac, en gîte (COMPAORE & CHATTOU 2005 : 135). Vulgarisation de la culture amazighe que l’on souhaite mettre à portée du visiteur ; mondes qui s’entrecroisent dans un contexte artificiel sans s’interpénétrer, sans se comprendre. Alors qu’une application correcte des normes de l’interculturel dans le respect mutuel pourrait aboutir chez les locaux à des résultats probants, dont un regain de fierté pour leurs institutions traditionnelles (AIT LEMKADEM 2005 : 62).

Certaines pratiques frisent l’incorrection et peuvent avoir des effets secondaires lorsqu’elles sont assorties de consommation d’alcool au nez et à la barbe des locaux (9). Les « barbus », quant à eux, existent effectivement en de petites communautés du Haut Atlas (Imlil, Tigleft, Boutferda, etc.) (10). Ainsi, les populations visitées par les treks organisés, travaillées en sourdine par quelques imams islamistes, pour qui tout voyageur occidental est un mécréant, risquent-elles de devenir progressivement moins hospitalières, moins affables. Fait susceptible d’avoir des incidences néfastes sur l’avenir du tourisme en montagne.        

 festivaldescimesaug2005imilchil.jpg

Pub pour le « Festival des Cimes » à l’auberge Tislit, août 2005,  (photo: M. Peyron)

Par ailleurs, s’agissant de certains gîtes dans le secteur Bouguemmez/Mgoun, ainsi qu’à Imilchil, on peut dire que depuis 2000 environ, la période faste est terminée. Sans doute en a-t-on créé en léger surnombre. Trop, en tout cas, pour qu’ils soient assurés de faire le plein. Certains se plaignent de ce que l’été la majorité des groupes aient recours au bivouac, pratique devenue très tendance. Liée en partie au « facteur Gandini » (11), ainsi qu’au phénomène « dunes de Merzouga » avec sa trilogie « hommes bleus-chameau-4 x 4 », la pratique s’étend à l’ensemble des montagnes marocaines avec des sites particulièrement recherchés (cédraies du Moyen Atlas, zone d’Imilchil, etc). Dans ce dernier secteur le bivouac, compte tenu du besoin de coucher parterre dans l’univers claustrophobe des petites tentes violettes chères à Terdav, est devenu un phénomène incontournable pour les caravanes à pied ou en VTT, avec assistance muletière et /ou véhiculaire. Pratique où l’on note une montée en puissance ; fait regrettable compte tenu de la prolifération de sites de bivouac sauvage en bordure des lacs de Tislit et d’Isly, des déchets laissés sur place, de l’absence d’un service de ramassage local des ordures (RAMOU 2005).

 57ctislitbride.jpg

Auberge-bivouac tout-venant (VTT, 4×4, rando, wind-surfeurs, etc.), lac de Tislit, Imilchil, août 2005 (photo: M. Peyron)

3.4. Fréquentation de la montagne par les nationaux

De façon quasi-systématique la tranche aisée des citadins marocains a longtemps boudé la montagne, en dehors des pique-niques à la journée (Ifrane, Ourika, Oukaïmedden), et ce principalement en raison d’à priori sociaux. En effet, le rural ou le montagnard est traditionnellement déconsidéré par la bourgeoisie des villes. Cette mentalité serait en passe de changer, notamment dans le massif du Toubkal, devenu destination phare, où l’on enregistre un accroissement de la fréquentation nationale.

 72toubkalsummitmorocansoutontheirhillsjune2008.jpg

 Randonneuses marocaines au Toubkal, juin 2008 (photo: A. Lhaoute) 

Mieux, un certain nombre de Marocains, en découvrant le potentiel insoupçonné de leurs montagnes, sentent s’éveiller en eux des âmes d’écologistes ce qui est de bon augure pour l’avenir. Ceci a débouché sur la création des Secteurs d’Intérêt Biologique et Écologique (SIBE), comme celui de Tamga ; ou, en partie afin de protéger des vestiges préhistoriques menacés par des collectionneurs peu scrupuleux, mise en place du Géo-parc du Mgoun. On saluera, également, la création par Ayad Kerouach de « l’Association Bou Iblane » destinée à venir en aide aux communautés, également préserver les biotopes de ce massif excentré, sans parler de la multiplication des éco-lodges et autres gîtes dans le Haut et le Moyen Atlas. On mentionnera, enfin, les efforts consentis par l’Université Al-Akhawayn d’Ifrane (Explorers’ Club et Club berbère de Tamesmount, dont Peyron était le co-ordinateur jusqu’en mai 2009) afin de développer des activités de plein air, de découverte nature et d’initiation à la randonnée.

r0010281.jpg 

Rando « balcon N du Tichoukt », Moyen-Atlas, mai 2008, (photo: R. Daoudi)

En effet, dans le but d’apporter une modeste contribution au phénomène, nous  partons souvent avec des compagnons marocains ; en effet, ces sorties se font soit à titre privé avec des nationaux, amis de longue date (traversées du Moyen et Haut Atlas oriental, ascension du Toubkal, etc.) ; soit avec un panachage de deux, trois ou plusieurs nationalités, dans le cadre associatif du Club berbère de l’Université Al-Akhawayn : excursions découverte nature (Zaouit Had Ifrane ; Agelmam Wiwane ; lac d’Afennourir; sources Oum er-Rbiaâ) ou ascension de sommets relativement faciles (Jbel Hayyane, Qubbat, Tichoukt, Ayyachi). 

 ourgroupafennourirapr42009.jpg

Rando écolo, réserve du lac d’Afennourir, Moyen-Atlas, avril 2009 (photo: M. Peyron)

4. Quelles innovations pour un meilleur devenir ? 

Alors quelle solution, et pour quel tourisme (de masse, écologique, culturel, durable ou sportif) ? Comment innover pour ne pas tomber dans un dirigisme qui serait mal perçu par le consommateur ? Ne pas se voir taxé de « rétro facho », ou d’élitiste en imposant un moratoire (tout au moins limiter la fréquence des rotations) vers des destinations de choix ? Éventualité peu probable car contraire à la loi du marché. Effectivement, accepter de rogner un créneau fleurissant serait perçu comme suicidaire par les TO. Et pourquoi – afin de limiter le nombre – ne pas instaurer pour certains points écologiquement sensibles un système de loterie où les candidats au voyage devraient tirer au sort (HEAP 2008) ? Ou, plus sélectivement, par concours avec appel téléphonique sur numéro vert, procédé figurant déjà dans notre très consensuel espace télévisuel.

4.1. Les nouvelles glisses 

Et si les sports dits de « nouvelle glisse » annonçaient une nouvelle donne ? Parmi ceux-ci l’ultra-trail, le base jump et le ski free ride, malgré un potentiel énorme, sont pratiqués de façon sporadique. Les sports en eaux vives, en revanche, connaissent un essor certain, compte tenu des nombreux cours d’eau à type nivo-pluvial de l’Atlas marocain. En principe, les meilleures conditions interviennent en février/mars pendant les huit jours qui suivent d’importantes précipitations nivales, surtout lorsqu’il y a eu redoux. C’est le cas notamment du N’fiss, de l’Ourika, de l’Asif Melloul et du Sebou. Pendant l’étiage estival, par contre, seuls l’Oum Rbiâ en amont de Khénifra et l’Asif n-Ouhansal demeurent en condition.

 54refugeiminwargtamga.jpg

Gîte d’Imi n-Warg à Tamga, situé à un carrefour stratégique de pistes au pied de « La Cathédrale »,mai 2007 (photo: M. Peyron)

À ce titre il est clair que dans le Haut Atlas central le gîte d’Imin-Warg à Tamga, en tant que base de loisirs, est appelé à un bel avenir. Hormis les escalades très techniques et le canyoning autour de Zaouit Ahansal et Taghia en amont, sur place (outre la pêche à la truite) on peut s’adonner au rafting et au canoë kayak avec vagues très « fun » garanties. Le tout dans un décor splendide de pinèdes dominées par la « Cathédrale des Roches» (Amstfran), devenu récemment sweet spot pour base jumpers. Si la protection de la faune est effectivement assurée dans la réserve avoisinante (SIBE de Tamga), cela est susceptible d’attirer de nombreux ornithologues et autres écotouristes. De plus située à un carrefour de pistes stratégiques c’est une étape incontournable pour des adeptes du VTT, de moto et du 4 x 4.

 125aghembonmestfranesweetspotforbasejumpers.jpg

Sweet-spot pour base-jumpers,  »La Cathédrale »  ou Aghembo n-Mestfran, Tamga, mars 1968, (photo: M. Peyron)

Autre site prometteur, situé à 30 minutes de Marrakech au pied du Haut Atlas, mais visant une clientèle assez huppée, le plan d’eau de Lalla Takerkoust avec son « Relais du Lac ». Ici, canoë kayak, jet-ski, quad et écotourisme s’efforcent de faire bon ménage. Pour le parapente, la falaise avoisinante d’Aguergour est un spot recherché.

4.2. Le tourisme culturel 

Et la carte du tourisme culturel dans tout cela? Vanter « la rencontre avec les nomades sous la tente » est une recette usée des brochures des TO. L’échange avec l’Autre prend trop souvent la forme d’une photographie monnayée, du harcèlement des gosses réclamant stylos et sucreries (FLEURY 2008, p. 61). Un véritable tourisme interculturel (ou éco-culturel), convivial et respectueux de l’autre, tel que tentent de le mettre en place certains TO avant-gardistes, constituerait pourtant un objectif noble et innovant. Au programme : le voyage peu envahissant, une tenue correcte, la non consommation d’alcool, ainsi que des échanges partagés entre visiteurs et visités. La formule ne peut réussir, cependant, qu’avec de véritables petits groupes de 3-4 personnes. Or, il y a loin de la coupe aux lèvres. Habituellement, dépassant largement le minimum « intimiste » préconisé de 5-12 visiteurs, on débouche sur un groupe style « bidochon » dont les 15-16 membres démontrent leur fascination pour le monde amazigh en arborant des tenues pseudo sahariennes, avant de se précipiter goguenards, appareil numérique au poing, sur la première fillette berbère rencontrée. Peu étonnant dès lors qu’autour d’Imilchil femmes et filles détournent le regard ou se voilent en présence d’Européens – comportement inconnu trente ans en arrière. De toutes façons, devant la pluralité des prestataires de service, on voit difficilement des valeurs morales ou humaines tenir la dragée haute à la loi du marché. Il est malaisé d’envisager le triomphe du tourisme interculturel, tant sont forts les pressions mercantilistes qui caractérisent notre société, et qui vont en dernière analyse l’emporter sur toute autre considération.

Du côté du Ministère du Tourisme marocain, cependant, est venu un rayon d’espoir. Le concept novateur des Pays d’Accueil Touristique (PAT), mis en place depuis 2003, vise à « amener les touristes à découvrir les zones rurales du Maroc à travers des itinéraires allant à la rencontre des populations et de leurs modes de vie en dehors des circuits connus » (WAHABI 2006). Sans doute est-ce là un créneau potentiellement porteur. Ceci joint aux opérations de nettoyage volontaire entreprises par certains TO au Toubkal (TEMPLETON 2003), comme au Mgoun.

5. Conclusion

À vouloir rendre l’Atlas marocain accessible au plus grand nombre on est en train d’accoucher d’un monstre : la sur-fréquentation, liée à la pollution. Et pourtant, en bons tartuffes, les TO se réclament du label écologique sans se soucier des contradictions de leur propre démarche. En effet, de par sa durabilité, leur forme de tourisme à rotations multiples, devient insoutenable à moyen terme, engendre inéluctablement la dégradation progressive des sites. Seule une prise de conscience au niveau des acteurs concernés et débouchant sur des mesures concrètes (panneaux pédagogiques, poubelles, campagnes de nettoyage, etc.) peut enrayer le fléau, sans toutefois l’extirper. Tout au moins, écartant résolument le modèle hard, style Chamonix, peut-on souhaiter aboutir à une exploitation soft d’un massif, comme en Maurienne, ou autour d’Allevard (Alpes françaises). Ce serait, à n’en point douter, une innovation positive. Inutile de se voiler la face, de prétendre qu’une destination touristique privilégiée pourra conserver indéfiniment son charme, sa fraîcheur. Selon un spécialiste britannique (HEAP 2008) : « Notre expérience de par le monde tend à prouver que là où le tourisme démarre sur petite échelle, on aboutit finalement au tourisme de masse !» (12). C’est le cas au Maroc de la ville d’Ifrane, des cascades d’Ouzoud, de la vallée d’Imlil et du Toubkal, d’Imilchil et ses lacs…

ouzoudfallsmarch292010.jpg

Cascades d’Ouzoud, région d’Azilal, période des hautes eaux, le 29 mars, 2010 (photo: K. Mertz) 

Que l’on ne s’y trompe pas : sont définitivement révolues les conditions idoines des randonnée de la période pré-1980. Devenu destination phare, produit en grande demande et sur-vendu, l’Atlas marocain aura, quelques temps encore, le suffrage des voyageurs. Paradoxalement le Maroc, qui s’apprête à accueillir 10 000 000 visiteurs en 2010, nous annonce une charte du tourisme responsable, avec comité de suivi, à laquelle adhèrent déjà certains TO. À croire que le tourisme de masse et le tourisme responsable puissent faire bon ménage – on en est plus à une incohérence près. Tout au plus peut-on souhaiter que le phénomène de l’abcès de fixation (Imilchil, Mgoun, Toubkal, etc.) soit de nature à circonscrire la fréquentation massive. Qu’en outre la multiplication innovante des pratiques sportives puisse, elle aussi, en morcelant les activités, contribuer à la dispersion. Ainsi est-il permis d’espérer, sans faire preuve de naïveté excessive, que la sagesse prévaudra chez les ténors du tourisme montagnard marocain, que les campagnes de sensibilisation écologique porteront leurs fruits, bien que cela semble actuellement relever de la quadrature du cercle.

michael.peyron@voila.fr

NOTES

(1) – Catégorie apparue en France au terme de la décennie 1970 et à laquelle les chefs de caravanes bénévoles du CAF ne pouvaient prétendre ; ce fut le cas de l’auteur qui avait fait un stage de formation avec Jo Gavoty en Haute-Ubaye et dans l’Oisans (aout 1977). 

(2) – Précisément à Assemsouk, Izoughar et Tilibit n-Tarkeddiyt ; refuges dont, en raison de problèmes de gardiennage, la gestion initiale s’avérera aléatoire (cf. Montagnes Magazine, n° 276/ décembre 2003, p. 55).

(3) – MarocHebdo International, n° 789/ 25 avril – 1er mai 2008, p. 30. 

(4) – La mort par maladie d’une trentaine de villageois dans ce village reculé pendant l’hiver 2006/2007 avait mis en exergue les problèmes vécus par ces communautés marginalisées ; d’où visite royale en mai 2008 et promesse de désenclavement (mise en place, entre autres, de réseau téléphonie mobile et goudronnage de la piste d’accès).

(5) – Confirmé par Mohamed X…, voyagiste marocain spécialisé dans le Bou Iblane, 11/06/2008.      

(6) – GTHA = Grande Traversée du Haut Atlas ; GTAM = Grande Traversée de l’Atlas Marocain. Michael Peyron tient à préciser qu’il a légalement déposé la mention GTAM à Rabat sous la référence 1984 – 570, lors de la publication de son topo-guide La Grande Traversée de l’Atlas Marocain,  et en tant que concepteur de celle-ci. 

(7) – Un accident survenu à l’Ighil Mgoun le 16 septembre 2005, dans lequel trois marcheuses rhône-alpines avaient trouvé la mort, bien que la responsabilité du guide marocain n’eût été mise en cause, a soulevé la question des normes sécuritaires au sein des groupes de trekkeurs évoluant dans l’Atlas. Toutefois, probablement afin d’éviter de discréditer une filière porteuse, l’affaire a été vite étouffée. 

(8) – Cf. G. Bordessoule, « Faut-il brûler les refuges », Montagnes Magazine, n° 21 : 1980.

(9)  – Comportement observé notamment au gîte d’Imi n-Ouarg (22/05/2008).

(10) – Observations personnelles sur le terrain (2005-2008).  

(11) – Par le biais de ses topo-guides sur les pistes de l’Atlas et du Sud marocain, cet adepte du tourisme tout-terrain a grandement facilité la pénétration de l’Atlas par les fanatiques du 4 x 4, au point où il s’apparente – au Maroc tout au moins- à un sport de montagne. 

(12) – We know from around the world where tourism takes off today small time, by tomorrow it’s going to be big time ! Phrase prononcée par  John Swarbrook, responsable du Centre de Recherche sur le Tourisme International à l’Université de Sheffield (Royaume-Uni). Cf. également: If you want to taste the real Morocco, go today, it might be too late tomorrow !, R. & M. Pilsen, “Once upon  a time in Morocco” , disponible sur:- http://www.migrationonline.cz/blogs/article/0x=1997009 

BIBLIOGRAPHIE 

Articles & ouvrages 

AIT LEMKADEM Y., 2005, « Tourisme interculturel : facteur de développement rural au Maroc ? »  in CHATTOU Z., Tourisme rural et développement durable, ENA Meknes, pp. 58-65. 

BAYLEY J., 2008, « Eco-tourism: Morocco », Travel Africa Magazine, n° 20, disponible sur 

http://www.travelafricamag.com/content/view/461/56/ 

BENNET O., 2008, «Morocco: land of scented candles and scatter cushions », disponible sur :- http://www.friendsofmorocco.org/2008News/Jan08/0112News.htm 

BIANCHIN T., 2001, « Le business des guides », in n° spécial > Maroc : le pays frère du trek, Trek Magazine, n°26/Décembre, pp. 20-22.

BOUMAZA N., 1996, « Crise, action et mutations : le Haut-Atlas marocain et les effets d’une programmation du tourisme » in BELLAOUI A. & HERBIN J., La montagne marocaine : développement et protection, Revue de Géographie Alpine, Grenoble, n°4, t. 84, pp.25-36.

BROWN H., 2005, “Trekking in the sun”, The Scottish Mountaineer, n° 27, June, disponible sur :- http://www.mountaineering-scotland.org.uk/nl/64d.htm 

BROWN H., 2007, The Mountains look on Marrakech, Whittles Publishing, Dunbeath (Écosse). 

CHATTOU Z. & YAHYA K., « Effets socio-économiques et culturels du tourisme sur les communautés rurales du Haut Atlas, cas d’Armed à Imlil », in JENNAN L. Tourisme & développement au Maroc : questions et attentes, Cahiers Géographiques, n°2/Décembre, pp. 9-16.

COLLOMB R.G., 1987, Atlas Mountains Morocco, Goring, West Col. 

COMPAORE M., & CHATTOU Z., 2005, « Tourisme de montagne à Imilchil et de désert à Merzouga : acteurs, problèmes et limites », in CHATTOU Z., Tourisme rural et développement durable, ENA Meknes, pp. 125-145).

CORNELOUP J., MAO P. & SENIL N., 2005, « Ressources, produits et développement des lieux touristiques et sportifs marocains » in JENNAN L., Tourisme & développement au Maroc : questions et attentes, Cahiers Géographiques, n°2/Décembre, pp. 1-8.

DESCAMPS P., 2003, « Quel développement pour les montagnes marocaines ? », Montagnes Magazine, n°276, pp. 28-34.

DRIHEM M., 2004, « Tourisme rural à Ifrane : créneau du développement local », disponible sur :- http://www.fmdt.ma/details.php?id=106

DUPONT G., 2008, « Le tourisme exerce une pression croissante sur les ressources en eau en des pays méditerranéens », Le Monde, 26 juillet, p. 7.

DUTEIL M., 2008, « Haut Atlas, le Maroc grandeur nature », Le Point, 5 juin, disponible sur :- http://www.bladi.net/18581-haut-atlas-maroc.html

FLEURY L., 2008, « Maroc : la Traversée du Haut-Atlas », Trek Magazine, n°101HS (collection Grands Treks).

FOUGEROLLES A., 1991, Le Haut-Atlas : la montagne des montagnes, Grenoble, Glénat.

GALLEY H., 2004, Montagnes du Maroc Toubkal – Mgoun – Siroua – Sahro, Éditions Olizane, Genève.

GEUS V., 2007,   Maroc: treks · randonnées · balades · culture · nature,   Éd.  De la Boussole, Grenoble.

GOURIJA S., 2005, « Tourisme et développement durable au Maroc : quelles conjugaisons ? Cas du Maroc », Université du Littoral Côte d’Opale, disponible sur :-http://www.memoireonline.com/11/07/669/m_tourisme-developpement-durable-cas-du- -maroc18.html

HEAP T., 2008, « Benidorm – the new face of eco-tourism », disponible sur :- http://news.bbc.co.uk./2/hi/uk_news/magazine/7302603.stm 

HUMPHRYS D., 2008, Frommer’s Morocco,  extrait disponible sur Morocco : Active Pursuits : Hiking / Frommers.com (accédé le 30/05/2008).

KNIGHT R., 2001, Trekking in the Moroccan Atlas, Trailblazer, Hindhead. 

SMITH K., 1998, The Atlas Mountains: a walker’s guide, Cicerone, Milnthorpe. 

PEYRON M., 1989-1990, Great Atlas Traverse Morocco, 2 tomes,
West Col, Goring. 

PEYRON M., 2000, «Les inadéquations entre savoir et développement: le cas du Moyen-Atlas marocain », Montagnes Méditerranéennes, n°12, pp.49-52.

PEYRON M., 2003, « Promotion and protection: eco-tourism in the Moroccan Middle Atlas », 2nd International Workshop on Cultural Impact on Technology Development in European and Islamic countries, Al-Akhawayn University, Ifrane, Nov. 30-Dec., 2003; disponible sur :- http://www.aui.ma/VPAA/shss/mpeyron.htm 

PEYRON M., 2004, « L’éco-tourisme comme levier de développement des ressources territoriales : le cas des massifs orientaux de l’Atlas marocain », Montagnes Méditerranéennes, n° 20, pp. 187-194.

PEYRON M., 2006, « Le tourisme de montagne en question : les Tour Operators dans l’Atlas marocain », disponible sur :-  http://www.aui.ma/VPAA/shss/mpeyron.htm

PEYRON M., 2007, « Tour Operator Watch Part 4: the Moroccan Great Atlas Traverse (GTAM) », disponible sur :-  http://michaelpeyron.unblog.fr/wp-admin/edit/php

TARRIER M., 2007, « Les marchands de sable », in PEYRON M., Actes du Colloque « L’implication des populations amazighes dans le tourisme de montagne au Maroc », 17 avril, Université Al-Akhawayn, Ifrane (en préparation). 

TEMPLETON T., 2003, “Giving the Atlas Mountains a (rubber-gloved) hand”, The Observer, January 19, disponible sur :- http://www.guardian.co.uk/travel/2003/jan/19/morocco.observerescapesection 

WADE A., 2005, « Le trekking au Maroc en question », disponible sur :- http://www.aujourdhui.ma/tourisme-details3202.html 

WAHABI K., 2006, «Tourisme hivernal – Les nouvelles tendances du secteur », disponible sur :- http://www.managers.ma/economy.cfm?art_id=83

Autres documents sans nom d’auteur 

« Atlas Trekking Maroc : définition du concept », disponible sur :- http://www.trekking-atlas-maroc.com/ecotourisme-maroc.php

« Ecotourisme : l’avenir du tourisme a un nom », 7 mars 2006, disponible sur :- http://www.souss/com/Ecotourisme-L-avenir-du-tourisme-a.htm

« Kasbah Tamadot, Atlas Mountains : Sir Richard Branson’s Euro-Chic Morocco”, disponible sur :- http://traveler.fivestaralliance.com/index.php/2007/01/09/kasbah-tamadot

“Le géoparc M’goun: un espoir pour la population des montagnes et du dir”, 24 décembre 2005, disponible sur :- http://wwwjeunesdumaroc.com/article1246.html

« Responsible tourisme guidelines for Tour Guides in Morocco », disponible sur :- http://mountainwilderness.org/index.php?rub=172&art=24&lg=en

« Topo-trek Maroc : grande traversée de l’Atlas (Imilchil-Hadida), disponible sur :-http://www.trekmag.com/Article/258-maroc-traversée-atlas-imilchil-hadida

« Tourisme rural au Maroc », Ministère du Tourisme, de l’Artisanat et d’l’Économie Sociale, disponible sur :-

« Vallées perdues et nomades de l’Atlas », disponible sur :- http://www.terres.oubliées.com/destination/

« Why Living Morocco is different: an eco-cultural approach », disponible sur :- http://www.livingmorocco.com/basic.html 

Publishing history

Article basé sur une comunication présentée lors d’un colloque sur les pratiques innovantes dans le sport et le tourisme, Le Pradèl (Ardèche), novembre 2008 et publié sur le présent blog en mai 2010, les actes du dit colloque (pour autant que je sache) n’étant toujours pas parues.

N.B. Unless otherwise stated, all texts copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Interaction entre tourisme durable et patrimoine dans l’Atlas oriental marocain

Posté par Michael Peyron le 5 avril 2010

« Interaction entre tourisme durable et patrimoine dans l’Atlas oriental marocain » 

de Michael PEYRON

                                                                                                     11atizintirechtayyachinov1983.jpg    

Tizi n-Tirecht, Jbel Ayyachi, novembre 1983 (photo: M. Peyron) 

Ce papier se propose de dresser un état des lieux succinct du patrimoine naturel, culturel et historique des massifs orientaux du Maroc (Moyen Atlas, Haut Atlas Oriental, Atlas de Beni Mellal) ; d’examiner l’effet qu’exerce sur ces régions un tourisme de montagne qui, n’ayant de durable que le nom, a plusieurs effets pervers ; puis, proposer des solutions là où la situation s’avère perfectible. En effet, l’ensemble de régions concernées se distingue autant par la beauté et la variété des sites que par la richesse de ses traditions, portée par une « oralité résiduelle massive » (Ong 1996), ceci étant imputable à la fois à l’éloignement des grands centres urbains ainsi qu’à la difficulté d’accès qui caractérise la majeure partie de ce haut-pays, où, dans certaines vallées, la vie suit immuablement son cours depuis des décennies. Cela constitue un fonds de valeurs séculaires – véritable trésor ethnologique – d’une qualité inestimable au niveau du patrimoine national. C’est dire que les massifs orientaux de l’Atlas possèdent de solides atouts susceptibles d’attirer un tourisme d’aventure et de découverte.

On a cependant beau souhaiter l’arrivée en tout lieu de la modernité, il serait dommageable que ces régions soient livrées sans transition à la frénésie du marketing et de la société de consommation, souvent sous leurs aspects les moins méritoires : alcool, aggloméré, béton, goudron, « briques de ville », friperie, tabac, téléphones portables et déchets de toutes sortes. Avec, comme corollaire chez les populations, l’inévitable érosion des valeurs traditionnelles de courage, d’échange, d’entraide, de générosité, d’hospitalité, de solidarité, qui faisaient jusqu’alors la force de ces contrées.

Ainsi, sans pécher par « passéisme » excessif, serait-il souhaitable que la fréquentation touristique qui caractérise ces régions soit accompagnée par des programmes de mise en application progressive d’un tourisme diffus, discret, respectueux de l’environnement et comportant un minimum de « garde-fous », afin qu’il devienne pleinement durable, dans toute l’acceptation du terme, et non auto-destructeur, comme c’est trop souvent le cas.

Procédons donc, en un premier temps, à un état des lieux.

1/ Un patrimoine naturel 

Le Moyen Atlas dans sa totalité, auquel on ajoute le Haut Atlas oriental, est sans conteste la face la plus évidente du patrimoine, constituant une pléiade de chaînons, plateaux, gazons, forêts, et cours d’eau, renfermant des ressources importantes en faune animalière, aviaire, et halieutique.

De Taza à Beni Mellal se succèdent des anticlinaux calcaires élevés qui offrent des paysages karstiques, des gorges, des torrents, des lacs, des dolines (Berriane 1993 ; Tag 1995 ; Troin 2002, Milet 2003). On y distingue trois régions de haute montagne:

1/ le massif Bou Iblane/Bou Nasser ;

70ayyachi.jpg

2/ la chaîne Ayyachi/Maasker ;

3/ les sommets entourant Zaouit Ahansal, du Kwaïs à l’Azourki.

Toutes ces régions sont connues pour leurs paysages somptueux, leur enneigement persistent (novembre-mai), avec un potentiel important en randonnée pédestre, et où le ski se pratique en exploitant les combes orientées nord-est, alors que les environs de Zaouit Ahansal renferment des possibilités de rafting, de canyoning, et d’escalade à haut niveau (Jbel Ayoui, cirque de Taghia n-Ouhansal, gorges du Todgha ; Domenech 1989). Les deux premières régions contiennent d’importants vestiges d’un biotope unique qui constitue leur principal fleuron, cette cédraie millénaire qu’il conviendrait de sauver face aux menaces de toutes sortes qui pèsent sur elle : érosion, pacage et coupes abusives, stress hydrique (Benabid 1995 ; Milet 2003 ; Peyron 2004). Autre atout local, les gazons d’altitude, tapis fleuris au printemps – largement connus sous le vocable almu, voire agudal – lieux de pacage recherchés par la transhumance saisonnière traditionnelle (Bourbouze 1997).

Non moins importantes sont les régions de moyenne montagne : le causse moyen-atlasique avec lacs, torrents, plateaux et collines garnies de cèdres et de chênes-verts, notamment autour d’Ifrane, Azrou, Mrirt et Khenifra (Jennan 2005), constitue un morceau de choix du patrimoine naturel ; ainsi que les zones en bordure de la Haute Moulouya, les reliefs boisés, modelés par le karst, qui dominent le Tadla entre Ayt Ishaq et Tagzirt ; enfin, le plateau des Ayt Abdi du Kousser, haut pavé calcaire aux eaux souterraines (Monbaron 1994). Régions offrant une palette d’activités sportives incomparable : promenades à pied et/ou en raquette, ski de fond, ski de piste, randonnée muletière, randonnée équestre, pêche, ornithologie, spéléologie, et, portées par un effet de mode irrésistible, circuits en 4×4 (Gandini 2000).

Si Ifrane jouit depuis longtemps d’une certaine notoriété dans le domaine touristique, se targuant d’être la « capitale écologique » (Tarrier & Delacre 2006) du pays, elle est fréquentée essentiellement par une clientèle relativement aisée d’excursionnistes du Dimanche pratiquant le pique-nique, la promenade de courte durée, et l’investissement immobilier (Berriane 1993). L’inventaire des chemins de moyenne randonnée reste à faire, bien que l’on note quelques initiatives en ce sens, dont l’émergence de « classiques » comme la traversée Ifrane-Azrou, principalement liée à l’édification récente de gîtes touristiques (« Auberge de Charme », Ras el-Ma ; « Auberge berbère », etc.) pour un tourisme dit « vert », en vogue chez les vacanciers originaires des pays industrialisés.

Dans des zones ex-centrées, telles que le Bou Iblane (Guiri 2005), l’Ayyachi, Imilchil, Haut Ziz, et Zaouit Ahansal, qui se prêtent admirablement à la grande randonnée (ou « trekking ») de qualité, avec un éventail de franchissements de cols, de traversée de gorges (Aqqa Tadrout, Asif Melloul, etc.), de circuits « en boucle », ou « en étoile », quelques structures d’accueil se mettent en place, notamment à Imilchil, Anargui, Zaouit Ahansal, Ayt Bou Guemmaz et dans le Haut Todgha.

 125mountainarchitectureshrineofsidialioulhasseyn.jpg

Sidi Ali Oulhasseyn, Anargui et le massif du Kousser, mars 2004 (photo: M. Peyron)

Paysages intacts et sauvages, lumière éblouissante propice à la photo, populations accueillantes, animaux de bât et hébergement rustique, voilà ce qui fait le charme actuellement de ces cantons reculés (Bordessoule & Peyron, 2002, Galley 2004, Barbaud 2005).

Malheureusement, la nature animale est faiblement préservée ; il y manque les quadrupèdes, exception faite pour les lièvres, renards et sangliers. Sans oublier les éléments nobles de la faune : les dernières panthères de l’Atlas (entre Boutferda et Tigleft), mais dont la présence supposée dans l’inconscient collectif des visiteurs est susceptible de jouer un rôle attractif équivalent à celui de l’ours dans les Pyrénées ; ainsi que quelques peuplements de mouflons à manchette et gazelles de montagne de la région d’Imilchil (Cuzin 1996), et du Tasemmit au-dessus de Beni Mellal.

En matière de faune aviaire, en revanche, l’amateur sera comblé : d’importants effectifs d’oiseaux occupent différents biotopes : forêts à conifères et à feuillus, étendues lacustres, rivières, hautes landes, zones cultivées, zones des sommets. Quelques « spots » sont devenus célèbres, au point d’attirer des groupes d’ornithologues du monde entier : Ifrane, ses jardins, ses chenaies, pour les passereaux ; le lac d’Afenourrir pour les limicoles sédentaires et de passage ; l’Agelmam Sidi Ali pour les tadornes, cigognes et buses ; la Haute Moulouya pour certains rapaces et petits échassiers ; le lac de Tislit pour les grèbes et canards. Inutile de préciser que ce patrimoine, s’il doit perdurer, nécessite des mesures de protection efficaces.

Les cours d’eau de ces montagnes comptent, en outre, trois types d’attraits naturels:

1/ Les cascades. Celles-ci sont relativement nombreuses. Les plus connues : cascades du Val d’Ifrane ; d’Immouzzer-Marmoucha ; de Zaouia Oued Ifrane (près de Mrirt) ; de Talat Lmsakin sur l’Oued Fellat (région de Beqrit) ; aux sources de l’Oum er Rbia, le maître fleuve marocain ; surtout les célèbres cascades d’Ouzoud de l’Atlas de Beni Mellal (Milet 2003).

sany0135.jpg

Sources de l’Oum er Rbia’, avril 2008 (photo: E. Canterbury) 

2/ La pêche sportive : De nombreux torrents (que les connaisseurs appellent « les oueds à truite ») sont répertoriés : Oued Berd (Bou Iblane) ; Oued Immouzzer (Immouzzer-Marmoucha) ; Oued Chbouka (Khenifra) ; Haut Oued Anzegmir (Jbel Ayyachi) ; Asif Melloul (Imilchil) ; Asif n-Imedghas (Haut Dadès) ; Asif n-Ouhansal, etc. Certains de ces cours d’eau sont régulièrement alevinés et amodiés, et attirent de nombreux adeptes en possession du permis de pêche.

3/ On peut signaler, également, des cas de sources ayant des vertus diverses, dont la fertilité (Aïn Llaz, Aïn Erroh, Bou Iblane ; Ighboula n-Oussacha, région de Tounfit, etc.), et attirant à ce titre les femmes du pays.

2/ Un patrimoine culturel 

Sont classés dans cette catégorie les aspects spécifiques de la culture amazighe, tels qu’il est possible de les observer au quotidien dans ces régions, où ils sont mieux conservés que dans les régions gagnées par l’urbanisation

aytyahya22.jpg 

tishdift des ayt myill (Beni Mguild), Timhadit (photo: M. Peyron) 

L’artisanat en premier, caractérisé par le tissage de la laine sur métier à cadre en bois (azetta) : jellabas, couvertures, nattes, selles de mulet, tapis. Les tapis (tishdifin) du Moyen Atlas sont célèbres, les Beni Mguild, les Beni Ouaraine, et les Marmoucha, étant les plus connus.

 66carpetweaving1tafadjight20mai2003.jpg

Tissage de tapis à Tafadjight, Beni Aliham, mai 2003  (photo: M. Peyron)

Le travail du bois, dans les régions où pousse le cèdre, y est également réputé (Azrou) ; d’ailleurs, la fabrique artisanale de magnifiques coffres en bois perdure dans quelques villages du Haut Asif Ouirine (à l’ouest de Tounfit), où l’on trouve également de petites stèles en bois crénelées dans les cimetières. Plus loin au sud-ouest, dans la région d’Anargui, on produit des cuillères en buis, un bois très dur ; le noyer, qui pousse dans quelques vallées protégées est, lui aussi, utilisé pour l’artisanat.

78mountainarchitecturetirghisttounfitarea1jpg.jpg

Maisons jointives, qsar de Tirghist, mai 1993 (photo: M. Peyron)

Le cadre traditionnel amazighe bâti vient en second. L’habitation de base, la taddart, maison en poutres de cèdre et en pisé, construite de plein pied avec vestibule à mulets, réserve de fourrage, chambres d’habitation et terrasse, parfois avec une ou plusieurs tours d’angle, est avant tout fonctionnelle. Elle n’en reste pas moins caractéristique de ces régions de l’Atlas et, à ce titre, mérite d’être sauvegardée. Véritable petite fortin aux quatre tours d’angle, l’ighrem, quant à lui, n’appartient pas véritablement au Moyen Atlas, bien qu’il y fasse de timides apparitions (à Ifkern, et chez les Beni Bou Illoul, par exemple). Pour trouver ce style de construction il convient d’aborder le Haut Atlas Oriental, où, dès les Ayt Yahya il est présent (Tounfit, Agoudim, Ayt Yaddou), pour se généraliser chez les Ayt Hadiddou et les Ayt Merghad lorsque l’on descend vers le sud, d’où viennent les artisans spécialisés dans ce genre de construction (environs de Tilouine dans le Ferkla).

 66autumntintssountataythadiddouoctober1997.jpg

Teintes automnales, Sountat, Ayt Hadiddou, octobre 1997 (photo: M. Peyron)

Puis, à Zaouit Ahansal et dans les Ayt Bou Guemmaz (Huet & Lamazou 1990) on trouve de splendides bâtisses à tours d’angle, dont le curieux ighrem circulaire de Sidi Moussa, qu’un travail de restauration est en train de sauver de l’écroulement qui menaçait. Démarche louable car l’ighrem, avec sa valeur esthétique avérée, présente un intérêt indéniable aux yeux du visiteur étranger, ce qui en fait la pièce maîtresse du patrimoine architectural.

On ne peut, certes, prétendre que ces régions renferment de grandes spécialités culinaires. Toutefois, à l’instar d’autres montagnes (le Dauphiné, la Savoie, par exemple) l’Atlas peut se prévaloir d’une gamme fruste comportant en premier lieu, le célèbre méchoui, cuit soit sur broche, soit dans un four en terre ; les brochettes de base (tutliwin) ; les brochettes épicées à la graisse de mouton (tadunt n-ulli, ou  bulfaf) ; la soupe de fèves (tahrirt n-ibawn), ou une autre soupe désignée plus à l’ouest askif. De délicieux feuilletés, melwiy, ou bu shiyyar, pouvant être consommés avec du beurre (uddi) ou du miel (tamment). Différents tajines, enfin, à la viande ou au poulet, toujours assortis de légumes, et habituellement très épicés.

La vie traditionnelle pastorale dans un  milieu hostile a donné lieu à une codification des valeurs liées à la notion de solidarité communautaire, où tiwizi (‘corvée collective dans l’intérêt général’), et amεiwan (‘entre-aide’) figurent en bonne place. La garde du troupeau de vaches ou du parc à mulets du village, peut être confiée à un ou deux hommes (à des femmes, pour les vaches), selon le système de tiwili (‘tour de rôle’) – pratique qui s’observe notamment en pays Ayt Yahia et Ayt Hadiddou. Par contre, une autre institution du pastoralisme, tarahalt (‘transhumance’), avec respect des jours d’ouverture des pâturages mis en défens, ou igudlan, semble se maintenir bon  an mal an dans l’Atlas d’Imilchil (Peyron 1992) alors que, dans le Moyen-Atlas central, la situation est plus nuancée. Si chez les Ayt Arfa une transhumance à courte distance est observée (Jennan 2004), on assiste chez d’autres Beni Mguild à une tendance à la sédentarisation massive en altitude (Bencherifa & Johnson 1993), principalement entre Timhadit et le Jbel Hayyane.

sistersyaminaazizaaytchradaug19762.jpg

Jeunes femmes des Ayt Bou ‘Arbi, Ayt Yahya, août 1976 (photo: M. Peyron)

La légendaire hospitalité berbère, quant à elle, est une véritable institution qui mérite de perdurer. Dans certains villages survit la coutume dite afalis, ou tour de rôle, pour assurer l’hébergement du voyageur de passage ; au besoin à l’intérieur de la mosquée, si les hommes sont absents. N’oublions pas, aussi, que l’ensemble de la vie était autrefois régi par le droit coutumier amazighe (izerf), équitable et expéditif, dont les anciens regrettent amèrement la quasi-disparition (Khettouch 2005).

Des pratiques, curatives et autres viennent enfin clore ces notions traditionnels ayant encore cours dans certains douars reculés : la pharmacopée de plantes médicinales, telles que azukenni (‘thym’) ; enfin des croyances qui, selon certains observateurs, relèveraient de la sorcellerie, telles que la prédire l’avenir en scrutant les étoiles, ou prévoir la météo en observant l’épaule d’un mouton (Ayt Sokhman).

Cet ensemble de traditions qui s’appuie, bien entendu, sur une oralité résiduelle fort riche constitue le fleuron du patrimoine culturel. Avec ses anecdotes, contes, devinettes, proverbes, et poésie diverses, l’ensemble constitue une véritable encyclopédie orale amazighe, dont les izlan (‘distiques’) qui se chantent collectivement dans le cadre de la danse ahidus ; timawayin (‘strophes’) et timdyazin (‘ballades’) sont les genres les plus répandus.

 04aythadiddounimedghasjune19811.jpg

ahidus chez les Ayt Hadiddou n-Imedghas, Msemrir, juillet 1981 (photo: M. Peyron) 

On les entend à l’occasion des fêtes villageoises, souvent à l’automne : notamment lors de circoncisions (teεdliwin), ou de fastueux mariages collectifs (timghriwin) que l’on pratique encore chez les Ayt Hadiddou et Ayt Sokhman (Peyron 1993 ; Khettouch 2005; Hamri 2005). 

3/ Un patrimoine historique

Il convient de souligner l’existence, dans les régions qui nous préoccupent, de très nombreux sites de mémoire, principalement liés à la résistance anti-coloniale du début du 20ème siècle. Parfois, rien ne reste sur place pour évoquer ces combats. En d’autres lieux subsistent bâtiments, ruines, stèles commémoratives, et cimetières, qui sont autant de témoins tangibles d’un passé relativement proche, et occupant dans l’inconscient collectif local une place dont l’importance ne saurait être sous-estimée. Ces sites font actuellement l’objet, à l’échelon local, d’un certain suivi, quand il ne s’agit pas d’un véritable culte lié au soufisme, encore présent dans l’Atlas par le biais des marabouts (igurramn). N’oublions pas, à cet effet, que ces régions ont été marquées pendant le haut moyen-âge marocain par une forte implantation de zaouïas d’obédiences diverses (Jennan 1993 ; Mouhtadi 1999), à la fois relais « makhzéniens », gîtes pour pèlerins et pôles de spiritualité influents, dont certaines fonctionnent encore.

Voici une liste non-exhaustive de quelques sites qui représentent ce patrimoine historique :-

-          Le ‘cèdre du pardon’ (idil leεfu), à l’ouest de Tanchraramt dans le Bou Iblane, qui a marqué le retour des Beni Ouaraïne au bercail makhzénien (été 1926) ; accès en véhicule tout-terrain par chemin secondaire 4822.

-          Un kerkur (‘cairn’) entre Talzemt et Tamjilt, (Bou Iblane) à proximité de Souf Ifendasen, marquant le point extrême atteint par la mehalla de Moulay Ismaïl à la fin du 17ème siècle lors d’une de ses campagnes contre les tribus du coin ; accès muletier.

-          Vallée d’Oulad Ali, (Moyen Atlas oriental) dont les environs virent se dérouler des  combats acharnés pendant l’été 1926 (Celarié 1928); combats qui tournèrent à l’avantage des résistants (un des rares cas de capture d’un fortin français dans les campagnes de l’Atlas), mais dont le succès fut annulé par la reddition de Sidi Raho à Taffert ; accès en véhicule tout-terrain depuis Outat el-Haj, côté Moulouya.

tichouktmars1971.jpg

Jbel Tichoukt, mars 1971 (photo: M. Peyron) 

-          Massif du Tichoukt (2796m) entre Boulmane et l’Oued Seghina, qui fut (1923-1926) le dernier réduit de la résistance des Ayt Seghrouchen de Saïd ou Mohand dans ce secteur du Moyen Atlas (Peyré 1950 ; Carrère 1973 ; Saulay 1985) ; site accessible par la RP 20.

-          La zaouïa de Ben Smim, autrefois située dans l’orbite de Dila  (Jenann 1993), située entre Ifrane et Azrou ; accessible par route goudronnée.

-          Environs de Timhadit (Moyen Atlas central), avec sa stèle commémorative, où eurent lieu de durs combats de 1916-1919 (Jbel Hayyane, Koubbat, etc.) liés au ravitaillement du poste français de Beqrit (Guillaume 1946) ; accès par la RP 21, puis route 3388.

-          Zaouit Ifrane, environs de Mrirt, avec son village maraboutique, son plateau cerné de falaises (Tissigdelt), où l’on a repéré des vestiges de fortifications : Qal’at al-Mahdi, ancienne principauté indépendante des Zénata du Jbel, 11ème siècle (Peyron 2003) ; accès par RP 24 jusqu’à Souk el-Had, puis route 3410.

-          Champ de bataille d’El Herri (lehri), à une dizaine de kilomètres de Khenifra (Moyen Atlas central); deux stèles commémorent la défaite par Moha ou Hammou Zaïani en automne 1914 de la colonne Laverdure (Le Glay 1930 ; Guillaume 1946 ; Drouin 1975 ; Roux & Peyron 2002 ; Ben Lahcen 2003) ; située sur la RP 24.

138qsaroftazruftandjbelmawtfud.jpg

Tazrouft et le Jbel Mawtfoud, mars 1974 (photo: M. Peyron)

-          Zaouia Sidi Hamza, important centre maraboutique, associé au célèbre Bou Salim el-Ayachi, versant sud du Jbel Ayyachi ; accessible depuis RP 21 par la route 3438.

-          Poste ruiné et village des Ayt Yâqoub, versant sud du Jbel Ayyachi, où le détachement Emmanuel fut décimée par les Ayt Hadiddou et Ayt Morghad, menés au combat par l’agurram Ou-Sidi ; puis siège du poste, lequel fut serré de près, presque capturé, mais sauvé in extremis par une colonne de secours, fin-mai/début-juin 1929 (Saulay 1985 ; Peyron 1994) ; accès en véhicule tout-terrain, chemin secondaire 3438.

86zaouitsidiyahyaouyousefjan1974.jpg

-          Zaouia Sidi Yahya ou Youssef, ancien pôle maraboutique et centre de résistance anti-coloniale, capturé en juin 1931 (Guillaume 1946) ; accessible depuis Tounfit par route 3423.

32.jpg

Colline stratégique de Tawjjaâout, région de Tazizaout (photo: M. Peyron)

-          Jbel Tazizaout (2677m), arrière-pays d’Aghbala n-Ayt Sokhman, haut-lieu de la résistance marocaine (23 août – 13 septembre, 1932), et objet de pèlerinage annuel; existence de nombreuses timawayin et timdyazin relatant les péripéties de ces combats (Guillaume 1946 ; Drouin 1975 ; Saulay 1985 ; Roux & Peyron 2002). Accès malaisé, à dos de mulet, ou à pied.

041.jpg

Hameau d’Itto Fezzou et Tizi Hamdoun, janvier 2006, (photo: M. Peyron)

-          Tizi n-Hamdoun/Jbel Baddou (juillet/août 1933) bastion montagneux où le gros des Ayt Hadiddou et Ayt Morghad sous Ali Ou-Termoun et Zayd Ou-Skounti menèrent leur dernier combat (Guillaume 1946 ; Saulay 1985) ; accessible en véhicule tout-terrain par chemin secondaire 3449 depuis Tinejdad, ou par la route d’Ayt Hani-Assoul, puis à pied.

-          Les igherman de Tadafelt (Todgha), à quelques kilomètres de Tinghir, où, au printemps 1936, fut tué le dernier résistant du Haut Atlas, Zayd ou-Hmad (Clément  1981) ; accessible par RP 32, puis route 6906.

-          La stèle des cluses de Tassent commémorant les batailles autour d’Imilchil, dont le combat du 1er mai 1933, au Msedrid, où un détachement de la Légion fut mis à mal par les hommes d’Ou-Sidi (Guillaume 1946 ; Peyron 1988-89) ; accès par la route 1903, puis route 3425.

-          Environs de Ksiba n-Moha ou Saïd (Atlas de Beni Mellal), site de la bataille de maraman, connue des bardes amazighes (Guillaume 1946 ; Hamri 2005), où fut sérieusement malmenée la colonne Mangin en 1913 ; accès depuis Kasba Tadla par la route 1901.

149zaouitahansalspring19762.jpg

tighremt à Zaouit Ahansal, mars 1976 (photo: M. Peyron)

-          Zaouit Ahansal, célèbre pôle de spiritualité et de résistance à l’époque de la siba jusqu’en 1933 ; accessible depuis Azilal par route 1807, en cours de goudronnage.

-          Village d’Ayt Hkim aux Ayt Bou Guemmaz, où, pendant l’été 1921, les guerriers de la région, aux ordres de l’agurram Sidi Mah el-Hansali, stoppèrent net l’élan de la cavalerie du Glaoui (Saulay 1985); accès par route 1809.

-          Jbel Kousser (Lqroun, 3 069m), environs de Tillouguit, dernier bastion de la résistance dans le Haut Atlas, septembre 1933 (Guillaume 1946 ; Saulay 1985 ; Euloge 2005); accès par route 1803, puis à pied.

4/ Problématique actuelle 

Il s’agit à présent d’examiner, d’appréhender la durabilité des diverses facettes du patrimoine local face à l’érosion causée par un tourisme de montagne en plein essor. Aussi, le tableau flatteur que nous venons de brosser du patrimoine de ces régions ne doit-il pas faire oublier les dangers réels qui pèsent déjà sur lui. Précisons d’emblée que les composantes de ce patrimoine naturel sont fragilisées par un déficit pluviométrique vieux de plusieurs années – l’enneigement, par exemple, étant devenu capricieux au point de dévaloriser le ski dans le Moyen Atlas, de modifier l’étiage de nombreux cours d’eau. L’action de l’homme, ensuite, dictée par des impératifs agricoles et pastoraux, ou par simple cupidité, ne s’est pas démentie ces trente dernières années, au point de menacer la survie de la forêt de cèdres, principalement dans la région du Bou Iblane, ainsi que dans l’arrière-pays de Tounfit/Aghbala. Ceci provient du fait que, dans ces secteurs à l’abri des regards indiscrets, exposés au braconnage et à l’octroi de coupes abusives, on assiste à une démission quasi-totale des Eaux et Forêts. Or, il convient impérativement de mettre un frein à ces pratiques délétères, sinon ces régions déboisées, exposées de surcroît à une érosion féroce, perdront leur atout principal.

cedarsjbelhebri.jpg

Cédraie clairsemée menacée entre Michliffen & Jbel Hebri, Moyen Atlas, mars 2008 (photo: M. Peyron)

L’exploitation rationnelle de la forêt est pourtant préconisée au Maroc depuis des lustres par d’excellents textes. Toujours est-il que la situation de la cédraie dans les environs d’Ifrane, d’exemplaire au début des années 1990, serait devenue franchement mauvaise à l’heure actuelle selon certains observateurs (Milet 2003 ; Peyron 2005) : « Curieusement, la cédraie n’a jamais été tant détruite que depuis l’initiative du parc naturel d’Ifrane. Il aura donc suffit de parler de développement durable pour que tout disparaisse ! » (Tarrier & Delacre 2006). À cet égard, la mort près d’Azrou en 2002 du « cèdre Gouraud », est symptomatique.

En raison de l’affluence touristique qu’ils provoquent, c’est malheureusement le cas de bien des sites, victimes de leur succès, qui subissent des atteintes environnementales avec apparition notamment d’un niveau dit ‘poubellien’. Succès dont ils risquent de ne pas se remettre : Asif Tizguit (Val d’Ifrane), Agelmam Sidi Ali, sources de l’Oum er Rbia, Agelmam Azigza, cascades d’Ouzoud, lac de Tislit, gorges du Todgha (Milet 2003),  etc.

Ce qui est valable pour la forêt de cèdres l’est également pour la faune animalière et aviaire. Le petit gibier ailé (perdrix) est exposé à une chasse dévastatrice. Aujourd’hui, pour lever quelques sujets isolés, il faut fouiller le fin-fond de l’Atlas. De plus, l’utilisation inconsidérée du poison et des pesticides a provoqué l’effondrement des peuplements de chacals (élimination voulue par des éleveurs soucieux de sauvegarder leurs troupeaux) et de rapaces, ce qui est bien plus grave, ces oiseaux (aigles, buses, milans et vautours) étant fort utiles sur le plan écologique. Certaines espèces, tels le très emblématique gypaète barbu, ont pratiquement disparus ; au point que l’apparition récente (2006) d’un isolé juvénile dans l’Ayyachi est saluée comme un évènement.

Comment, dans ces conditions, pouvoir aspirer à élever certaines zones en réserves, voire en parcs nationaux ? Surtout lorsque l’on sait qu’un site Ramsar protégé, mondialement célèbre chez les ornithologues, comme le lac d’Afennourir, près d’Azrou, peut faire impunément l’objet de braconnage (Peyron 2004).

 r001025.jpg

Situation provenant d’un seul fait : le Maroc est, certes, un état de droit, mais ce dernier ne peut valablement s’appliquer, selon les lieux, qu’en fonction d’un certain nombre de facteurs institutionnels – volonté des autorités locales de faire respecter le règlement, rondes des agents forestiers, etc.

Pendant les années 1990, il est vrai, on nous a parlés de projets de parcs nationaux : dans le Haut Atlas Oriental – à créer autour des mouflons de Tirghist – ainsi que dans les environs d’Ifrane (Billand 1996), sans que ces projets ne soient passés à la phase de concrétisation. Dans le deuxième cas, malgré l’ouverture de deux ou trois gîtes ruraux adaptés au tourisme « vert », on a pu noter certains cas d’inadéquation entre hébergement offert et activités annexes proposées, comme pour la refonte totale de l’Hôtel Michliffen à Ifrane : pour quelle clientèle et pour quoi faire ? Du ski, sans doute ?

Le patrimoine culturel est, lui aussi, en péril. Les igherman qui représentaient le côté noble de l’architecture amazighe sont actuellement négligés.

110mountainarchitectureivdecayingimilchilkasbahs.jpg

Vieil ighrem d’Imilchil en ruines, juin 1999 (phto: M. Peyron)

Soit, on les laisse tomber en ruines – spectacle navrant (Imilchil) – soit, on construit à côté en ciment et/ou en briques de ville. Des villages de l’Atlas marqués par cette mutation architecturale perdent ainsi l’essentiel de ce qui faisait leur charme aux yeux des visiteurs étrangers.

14italiantouristsimilchilmoussemsep19982.jpg

Touristes italiennes en fausses sahariennes au moussem d’Imilchil, septembre 1998 (photo: M. Peyron)

On assiste par ailleurs au galvaudage du folklore, surtout lorsqu’il s’agit de danses organisées de façon répétée dans le seul but de distraire des touristes de passage « curieux et non avertis » (Chegraoui 2000), ceci étant particulièrement le cas à Imilchil.

15italiantouristsimilchilmoussem2.jpg

Touristes italiens déguisés en faux sahariens, Imilchil, 1998  (photo: M. Peyron) 

L’ahidus, danse emblématique des Imazighen, est dépréciée lorsque des jeunes se produisent en jean et blouson de cuir, la cigarette « au bec » (observé à Taghighacht, Ayt Hadiddou, en octobre 1997).

 16circumcision.jpg

Jeunes en jeans et chemisettes dansant l’ahidus à Taghighacht, oct 1997. 

Peu étonnant qu’un barde (amdyaz) dénonce :-

            « Ces jeunes qui boivent, fument, se laissent pousser de longues mèches,

            Et qui d’alcool se remplissent la panse en plein milieu de la danse ! » (Peyron 1993)

Dans le Moyen Atlas, chez des populations habitant autrefois sous la tente – situation qui se prêtait parfaitement à l’accueil des hôtes de passage – l’hospitalité tend à disparaître, dès lors que la modernité veut que l’on se calfeutre dans des maisons en brique, clôturées de surcroît. Avec le bâti, la méfiance est apparue. Pratique censurée, là aussi, par l’amdyaz :-

            « Celui qui vit au loin nous ne l’aimons point,

            Contre nos voisins nous nous barricadons ! » (Peyron 1993)

Actuellement, si la fréquentation touristique sous sa forme « trekking » présente un côté positif pour les familles impliquées, elle comporte de nombreux inconvénients. Une hospitalité galvaudée se trouve réglementée, mise sous tutelle. Dès lors qu’une région de l’Atlas est régulièrement fréquentée par des touristes, en matière d’hébergement, l’obligation est faite aux randonneurs de s’adresser à un gîteur attitré, pour peu qu’il en existe un dans le village. Ceci n’est évidemment pas applicable aux trekkeurs ayant fait le choix de coucher à la belle étoile.

Alors qu’il est perçu comme positif du seul fait qu’il injecte de l’argent dans l’économie locale, voyons quels sont les effets pervers du tourisme de montagne. Parmi les plus importants on peut dénombrer les suivants :-

-          la manne touristique ne bénéficie qu’à une minorité de locaux : fils de notables, accompagnateurs, muletiers, gîteurs – d’où émergence d’une nouvelle élite, renforçant ainsi les clivages sociaux ;

-          lorsque dans une famille les fils sont impliqués dans l’activité touristique, cela affaiblit l’autorité du paterfamilias (Lecestre-Rollier 1997) ;

-          à force de former des accompagnateurs au CFAMM de Tabant, Ayt Bou Guemmaz, on a dépassé la demande, certains éléments ayant dû renoncer à ce métier faute de clientèle, ou préférant émigrer à l’étranger après avoir épousé une de leurs clientes ;

-          baisse de qualité chez certains de ces accompagnateurs, lesquels, issus du milieu citadin (« les guides plastiques », selon un ancien), connaissant moins bien la montagne que les fils de montagnards tamazightophones du recrutement initial ;

-          des monopoles de muletiers (comme à Ayt Bou Guemmaz), agissant pour le compte des Tour Operators, continuent à rayonner sur l’ensemble des massifs, créant, là où ils passent, des sentiments de manque à gagner ;

-          des incidence fâcheuses sont provoquées sur l’activité agro-pastorale par l’emploi massif de mulets à des fins touristiques en période estivale : manque de fourrage, retards dans la moisson, sans parler des cultures délaissées au profit du seul accompagnement des trekkeurs ;

150acamerashychildrentabantsep19661.jpg

Gamins opportuns, Ayt Bougemmaz, septembre 1966 (photo: M. Peyron)

-          le syndrome du visité : gamins opportuns et quémandeurs (« Stylo, bon-bon, Monsieur ! »), encouragés par le comportement stupide de certains touristes (années 1990) ;

-          le passage des caravanes touristiques provoque des nuisances : piétinement de cultures, utilisation de bois pour feu de campement, déchets laissés sur lieux de bivouac, etc. ;

-          le passage des caravanes attise des convoitises ; on signale des cas de larcins, voire d’agressions (Galley 2004);

-          la commercialisation dénaturée de certains gîtes – évolution fâcheuse de l’hospitalité traditionnelle amazighe – reflète un souhait de la part des visiteurs de retrouver à l’étape leur petit univers de bonne humeur et de confort, se distanciant ainsi du milieu ambiant qu’ils n’appréhendent qu’à travers le prisme déformant et réducteur du folklore.

Michael PEYRON

Texte d’une communication lue à Rachidia, le 21 mars, 2008, lors d’un colloque sur le Tourisme

N.B. Unless otherwise stated, all texts copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Retrouvailles avec l’Atlas marocain (déc-mai 2007-2008)

Posté par Michael Peyron le 5 avril 2010

Retrouvailles avec l’Atlas marocain  (décembre-mai 2007-2008) 

Fin-décembre 2007 quelques rapides incursions automobiles pour prendre la température, pour appréhender ce qui se trame dans l’Atlas. À ce sujet, l’autoroute permettant de rallier Marrakech avec un gain de temps appréciable, on constate que la desserte d’Agadir est, elle aussi, avancée – ce qui constitue une bonne nouvelle sur le plan de la sécurité routière, l’actuelle 511 saturée étant d’une dangerosité totale. 

Projet « Ouka » 

Une brève ascension vers l’Oukaïmedden permet de constater que le pharaonique projet émirati visant à créer un Courchevel maghrébin avec golf de 18 trous, s’il n’est pas totalement abandonné, semble marquer le pas. En effet, renseignement pris sur place il s’avère que trois conditions préalables au démarrage des travaux n’auraient pas été remplies : 

1)                           édification d’une route à trois voies, l’accès existant n’étant pas sécurisé à 100% (étroit, il est sujet à éboulements) ; 

2)                           assainissement (égouts et canalisations) nécessaire à la construction des nombreux hôtels de luxe projetés ; 

3)                           accroissement de la capacité du plan d’eau pour les besoins de l’urbanisation planifiée, autant que pour des réserves collinaires devant fournir de la neige de culture. En effet, actuellement, il suffit que l’hôtel Kenzi remplisse sa piscine pour qu’il n’y ait plus d’eau sur le plateau ! 

Par ailleurs, il est évident que les enneigements faramineux à venir, annoncés un peu à la légère sur certains sites web, ne sont pas au rendez-vous. Nous sommes entre Noël et Nouvel An et les skieurs évoluent sur une mince couche gelée, en place depuis la mi-novembre, sans qu’il y ait eu le moindre flocon depuis ! 

En tout cas cela semblerait constituer une bonne nouvelle pour l’agdal de l’Oukaïmedden, qui pourrait ainsi « tourner » encore quelques étés. 

L’invasion des « quads » 

En de nombreux points sur le pourtour de l’Atlas (Merzouga, Tinejdad, Warzazat, Toufliht, etc.) ceux désirant s’éclater sur les pistes du désert ou de la montagne peuvent louer de bruyants et atypiques quads. Fléau déjà dénoncé, il représente l’inutilité gratuite la plus totale, sauf pour les usagers qui doivent bourse délier pour une location de la journée. Il est triste de voir que le célèbre hôtel « Le Sanglier qui Fume », dont on attendrait mieux, s’est doté, lui aussi, d’un parc important de ces tristes engins, que l’on imagine aisément s’égaillant dans la nature environnante. Que peuvent-ils apporter, au juste, à l’environnement, hormis la pollution ainsi qu’une nuisance sonore jamais démentie ? 

031tizintestouirganesanglier.jpg

Piscine au « Sanglier qui fume », Janvier 2009 (photo: M. Morgenthaler)


Routes enneigées et « frustrés du Dakar » ! 

Fort heureusement, la neige s’est abattue sur le Haut et le Moyen Atlas les 3 & 4 janvier, 2008 ; sans qu’aucune autre précipitation n’intervienne pendant plus de cinq semaines. Notons que le manteau neigeux a tout de même « tenu » grâce aux gelées nocturnes. Les cols de Tanout ou-Filal et du Fej( ?!) Tizi n-Telghemt ont été rapidement dégagés, permettant, dès le 6 janvier, le passage avec mes amis depuis Zaouit ech-Cheikh vers Midelt, Rich et Amellago. 

En cours de route nous déjeunons d’un excellent tajine à l’hôtel Kasbah al-Asmaa. Cela nous permet, en outre, de noter que les toilettes de l’établissement sont bien tenues en raison de la présence permanente d’une « Madame Pipi » qui veille à la propreté. Constatation identique en arrivant au gîte « Chez Moha », à Amellago ; c’est une des sœurs du « gîteur » qui tient douches et lavabos dans un état de propreté irréprochable. Le gîte est, par ailleurs, confortable et sympathique. Nous recommandons, en particulier, le petit déjeuner copieux, très soigné. 

Notre randonnée automobile en remontant les gorges d’Imidar célèbres pour leur sites d’escalade fraîchement découverts (deux jeunes Suisses y sont à l’œuvre), nous mène jusqu’au pied d’un Baddou aussi enneigé que l’an passé. Ce n’est pas encore cette fois-ci que nous en ferons l’ascension… Toutefois, cela nous permet de revoir Assoul sous un jour meilleur ; d’y flâner à notre guise. Avec le soleil, cette bourgade fait moins tristounette ; les habitants, accueillants, surtout lorsqu’ils nous entendent parler en Tamazight, tiennent à nous inviter chez eux. 

Pendant le retour sur Zaouia nous croisons un nombre incalculable de véhicules 4×4 en goguette. Ceux rencontrés entre Assoul et Ayt Sidi Mah, fonçant avec une arrogance mal déguisée, nous expédient gentiment des cailloux en plein pare-brise ! Ensuite, entre Nzala et Zaida c’est le cortège presque ininterrompu des « frustrés du Dakar », qui, leur compétition annulée, entendent tout de même profiter des leurs bivouacs et/ou réservations hôtelières, et processionnent en grande pompe vers le Sud, le soleil et les palmiers. Venus des brumes glacées du nord de l’Europe on ne peut, après tout, leur en vouloir. Ces baroudeurs du désert se prennent tellement au sérieux que c’en est risible. Un convoi de 5-6 véhicules, notamment, attire l’attention. Celui-ci est monté par une équipe en T-shirts rouges uniformes ; dans le 4×4 de tête d’un autre peloton, on remarquera une héritière des grandes aventurières d’antan, fagotée « à la Emilia Eberhardt », tenant vaillamment le volant! Ainsi, après le ralentissement du projet émirati de l’Ouka, l’annulation du Dakar semblerait constituer, en tous cas, une bonne nouvelle pour la quiétude des biotopes marocains ! (On verra ailleurs dans mes « Working papers » ce que je pense de cette compétition où le ridicule le dispute à l’esbroufe ; aux dernières nouvelles elle se serait tout simplement redéployée vers l’Amérique du Sud…). 

Ifrane, perle du Moyen Atlas 

Bien que la ville ait fait peau neuve pendant notre absence, les résultats sont mitigés. On note des innovations correctes ; d’autres qui le sont moins. Un petit train assure désormais le transport des enfants d’un coin à l’autre du centre ville – heureuse initiative qui affirme le côté familial de la station d’Ifrane. Si l’on peut désormais circuler tranquillement sur des trottoirs propres, avec des passages piétons clairement signalés et un centre ville érigé en espace piétonnier, en revanche de nouveaux immeubles sont venus casser un peu plus le charme de cette coquette petite ville, alors qu’en fin de semaine la circulation et le stationnement (au grand dam des commerçants) posent des problèmes momentanément insolubles. Si le fameux lion – véritable fétiche – a été mis en valeur, les travaux du plan d’eau face au café « Agelmam » sont un demi-échec. Les fameuses oies n’y ont pas été remises (j’avais vu le 12 avril, 2007, des jeunes en jeans et casquettes base-ball venir les chaparder sur l’île, après quoi elles avaient été tout bonnement mangées !), de sorte que le lieu « fait » triste et désolé ; pire des chaînes qui entourent désormais le lac sont montées sur des plots blancs, créant une lugubre impression de cimetière. On a, cependant, consenti un effort louable en bancs, expérience qui devrait être étendue en direction des herbages en retrait du lac, cible des pique-niqueurs de fin de semaine, à en juger d’après les papiers gras résiduels. 

Sur la colline dominant le lac, en travaux depuis plus de deux ans, l’hôtel Michliffen fait, lui aussi, peau neuve. Livraison annoncée pour l’été 2008. Avec ses piscines, ses tennis, son centre de remise en forme, il pourra occuper 48 heures les loisirs d’une clientèle friquée. Mais après ? Se livreront-ils au repos du guerrier ? Où iront-ils ? Skier dans la région ? On leur souhaite bien du plaisir – les téléskis du Jbel Hebri et du petit Bordj, le long de la RP 21, sont hors de service ; dans la cuvette du Michliffen, seul « le petit » fonctionne régulièrement  dès que tombent quelques flocons,  mais cela est notoirement insuffisant pour retenir une clientèle internationale. On nous a bien parlé épisodiquement, depuis deux ou trois ans, d’une remise aux normes des installations du Michliffen, mais celle-ci tarderait à se concrétiser. Le ski de piste dans le Moyen Atlas étant pour ainsi dire « sinistré », ainsi que je l’avais déjà fait remarquer dans Montagnes Méditerranéennes (2000), il est permis de poser des interrogation quant à l’avenir… En fait, à défaut d’une remise en question de l’option ski de piste, difficilement réalisable vu les aléas climatiques, afin de laisser place à l’option ski de fond et raquette, plus douce et moins onéreuse, on voit mal comment les stades de neige du Michliffen et du Jbel Hebri peuvent s’en sortir.

Aux alentours d’Ifrane le tableau est à peine plus gai. Le lac de Zerrouqa, demeure en dépit de tout, un lieu de rendez-vous pour oiseaux aquatiques malgré les détritus qui continuent à s’accumuler chaque week-end le long de ses rivages. Les forêts environnantes, lorsqu’elles ne font pas l’objet d’ébranchage (val d’Ifrane), servent également de dépotoir. Dans le val d’Ifrane même, on est en train de doter le chemin qui, longe l’Asif Tizgit de bordures cimentées et empierrées – on se demande pourquoi ? Est-ce uniquement pour « faire joli », alors que l’environnement, lui, est délaissé ? 

Un bémol à tout cela, cependant ; certains travaux ne sont pas terminés. Alors évitons de porter un jugement définitif sur ce programme en cours, et espérons que le bon sens, ainsi que le souci légitime de protéger cette nature menacée, l’emporteront en fin de compte ! 

Retour à Amellago      

Samedi 8 mars, 2008. Visitons à Midelt les nouveaux locaux du centre Tariq Ibn Zyad. Sommes aimablement reçus au thé par un certain Aaziz Kabir (dit « Kaboul »), originaire des Oukhattar (Ayt Merghad). Retrouvons les Mertz comme convenu. Soirée agréable à l’Auberge Jaafar ; rencontrons un homme de Tazrouft ayant depuis longtemps vécu sur le versant nord et qui avoue n’avoir jamais entendu parler ni de la bataille de Baddou, ni d’Ou-Skounti – incroyable ! 

Dimanche 9 mars. Partis à 09h20 de Midelt, nous atteignons Amellago 3 heures plus tard. Pique-nique près d’un gué en amont ; Héron cendré. Après déjeuner, poursuivons au-delà d’Asoul et, avec les Mertz je remonte sur le site d’un ancien bivouac de la Légion Etrangère au pied du Baddou. Mes compagnons, cependant, ne sont guère d’attaque – ce n’est pas encore cette fois-ci que j’irai taquiner le Baddou de près !

135mertzmarch2008baddou.jpg

Retour au gîte d’Amellago. Retrouvons Brahim, qui nous avait reçu en janvier 2007 ; il suggère que nous revenions plus tard dans l’année si nous comptons monter sur le Baddou. Méfiance, cependant, le bougre aurait des vues sur la dive bouteille.

Retour chez Moha à Amellago à 17h20. Il est absent, mais ses proches Ali et Hmad nous font aimablement les honneurs du gîte, que nous estimons parmi les meilleurs que nous ayons connus. 

Lundi 10 mars. Quittons le gîte à 09h40 avec l’intention de descendre la gorge du Tadighoust jusqu’à Igwelmimn. La tentative prend fin à peine dix minutes plus tard, la Citroën de Metz restant coincée dans le tout premier gué, ayant abalé plusieurs litres par une entrée d’air située au-dessous du moteur ! Il nous faudra plus d’une heure pour tout faire sécher…

000046.jpg

Mertz en rade avec sa Citroen, gué d’Amellago (photo: M. Peyron)

Pendant ce temps-là je discute le coup en Tamazight avec deux cyclistes locaux, l’un d’entre eux nous ayant prêté main forte pour passer la Citroën hors du gué. L’autre est natif de Tamalout, douar voisin où, paraît-il poussent pommes et amandes à profusion. Un cyclomotoriste, Moha, me met à jour concernant la légende totalement déformée de lqebtan žida et Sidi Serdrar. Le mausolée, selon lui, serait à côté d’une petite bicoque au bord de la route, un peu avant Agoudim Ikhf n-Waman – site que nous visiterons effectivement par la suite.

000048.jpg

Cabane dédiée à Sidi Serdrar ? (photo: M. Peyron)

Apprenant qu’il y a de nombreux gués identiques à celui-ci sur la piste du Tadighoust nous renonçons à notre projet et rentrons tranquillement sur Ifrane via Midelt. Pique-nique peu avant le col du Zad, puis enchaînons la boucle Senwal-Beqrit. Apercevons en cours de route un couple de Chouettes chevechettes, espèce qui se hasarde parfois dehors au grand jour. 

Plan d’eau d’Ifrane : dénaturalisation déjouée 

Mercredi 12 mars 2008, 17h00. En passant en voiture nous constatons avec joie qu’une trentaine d’hérons garde-bœufs tente de re-coloniser les arbres jouxtant le plan d’eau et son espace promenade agrémenté de bancs à l’intention des visiteurs du Dimanche. Constatons à 18h00 avec consternation un vol important des mêmes oiseaux rebroussant chemin par-dessus la forêt d’Al-Akhawayn en direction du nord. L’austère logique des bétonneurs ayant eu le dernier mot auraient-ils été chassés

Mercredi 2 avril. En fait, non. Peu après, suite à une infructueuse tentative visant à doter le plan d’eau d’un service de location de barques jaunes, le projet capote pour des raisons inconnues. Déjà, les hérons en question ont repris leur habituel processus de nidification. 

36wiwane.jpg

Oies survivantes d’Ifrane ? Agelmam Wiwane, avril 2008 (photo: M. Peyron)

Samedi 5 avril. Lors d’une sortie découverte nature avec les étudiantes de Tamesmount apercevons quatre oies brunes à Agelmam Wiwane. S’agirait-il des survivantes du plan d’eau d’Ifrane, mystérieusement disparues le 12 avril de l’année précédente ? 

Lundi 21 avril. Une oie solitaire observée su le plan d’eau d’Ifrane. 

Vendredi 25 avril. Elle reçoit de la compagnie sous forme de trois canards cols verts et d’une poule d’eau ! Des herbes aquatiques commencent à envahir le plan d’eau. 

Jeundi 29 mai. Observons la même oie solitaire, alors que deux couples de cols verts veillent  sur leurs nichées. Les garde-bœufs, quant à eux, sont toujours présents. Une autre nichée de canetons observée à Zerrouqa le même jour. 

Voyages dans le Sud mars/mai 2008 

Passons deux nuits (16-18/03) à l’Hotel Ouzoud, Beni Mellal. La deuxième nuit nous sommes réveillés vers 03h45 par la musique de la boîte de nuit de l’hôtel (Dar Diafa), ainsi que par des gens qui ont discuté (et sans doute bu) la moitié de la nuit à côté de la piscine. Ce problème de tapage nocturne hôtelier (que les instances concernées feraient bien de prendre au sérieux) a déjà été relevé par d’autres touristes de passage au Maroc, mais bien peu  de chose semble avoir été fait afin d’y remédier. Le lendemain matin, au petit déjeuner, tables pleines de miettes ; service expédié au, lance-pierre. 

18 mars. Partis de Beni Mellal à 09h45 nous rejoignons Ouarzazat vers 17h00. Sommes au carrefour Marrakech/Aït Ourir à 12h20. Casse-croûte pris à côté de la bifurcation vallée du Zat/Larbe3 Tighdwin. Petit café très sympa avec jolie terrasse et Chleuhs accueillants ; WC propre. Toufliht toujours agréablement verdoyant, hormis un café assurant location de quads ! Les vendeurs d’améthystes se tiennent actuellement sur le versant N du Tichka, du col jusqu’à Taddert et au-delà. Après le col, un enfoiré mondain français dans un 4×4 immatriculé 29 nous a doublé de façon très approximative dans l’enchaînement des virages qui précède Aguelmous. Sympa ce compatriote ! 

À Ourzazat (location de quads, là aussi, à l’entrée de la ville) descendons à l’Hôtel Royal (très peu « Royal », du reste) ; chambre avec relents douteux, climatiseur dans une pièce voisine qui assure un fond sonore reposant. Dînons fort correctement chez Dmitri. Assistons à un ahidus sur la place piétonne au centre-ville – intéressante percée de ce genre en terre ahwaš

19 mars, 2008. Avons de forts agréables contacts en tamaziġt avec des gens du coin. Malgré le tourisme, les Imazighen conservent leur côté sympa et abordable. En revanche, la suite du voyage ne nous laissera que des impressions d’un Sud bétonné, folklorisé, galvaudé, envahi par le tourisme de masse. D’autant plus que c’est le début des vacances de Pâques en France ! Du coup, nous visitons en coup de vent les gorges du Dadès, parcourues par des Logan de location et 4×4 ; descendons sur Boulemane, doublons un véritable convoi de 15 camping-cars de Seniors, grillons les étapes de Tineghir et Errachidia et enchaînons directement vers Midelt. En cours de route croisons d’interminables convois de 4×4 nostalgiques du Dakar, qui foncent vers le Sud tous phares allumés. A Midelt l’Hôtel Ayachi est plein, vacances obligent. Cependant, nous y dînons, puis Ali nous invite chez lui, où Milouda nous fait bon accueil, nous prépare des lits. Nuit reposante, excellent petit déjeuner le lendemain matin. Remontons à Ifrane. 

Samedi 3 mai. En remontant sur Ifrane suite à un week-end fort médiocre à Midelt (cf. Tour Operator Watch 5) nous croisons sous le col du Zad le « Rallye Hummer Maroc 2008 » pour participants démunis avec hébergement assuré exclusivement en hôtel grand luxe. 

Dimanche 18 mai. Dans un même ordre d’esprit, dans le Talghemt, alors que nous filons en taxi vers Rich, croisons le «  Rallye Vieilles Caisses » – un rallye de plus, et du « tout bon » pour une forme peu voyante de tourisme. Mise en place le soir à Imilchil en vue d’un raid de 5 jours en direction de Tillouguit (Pour nos observations en anglais relatives à ce raid, ainsi que sur le Toubkal, cf . Tour Operator Watch 5). 

Conclusion 

La fréquentation touristique de masse au Maroc, superficiellement positive pour un certain segment de la population, mais porteuse d’esbroufe et d’acculturation, projette un bruyant cortège sur d’innombrables sites à travers le pays dans un foisonnement d’activité commerciale, accompagné d’ouverture de chantiers autoroutiers, balnéaires, immobiliers et autres. D’où cash flow et création d’emplois ; le pays est certainement perçu comme un bon élève par l’ordre touristique mondial ! Mais on est bien conscient qu’il ne s’agit là que d’une fuite en avant afin d’éviter toute fetna, et couper l’herbe sous les pieds de certains éléments potentiellement trublions, et où, chemin faisant, l’intérêt commercial prime sur toute considération environnementale (lavage de voitures, tourniquets d’arrosage, remplissage de piscines, etc.), gaspillage en eau qui va entraîner une inexorable dégradation des sites ainsi que l’épuisement des aquifers. 

                                                                                       

   Lone Backpacker

                                                                                                                    Printemps 2008

N.B. Unless otherwise stated all texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compiiance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Tour Operator Watch 6 autumn 2008

Posté par Michael Peyron le 4 avril 2010

TOUR OPERATOR WATCH 6: ATLAS MOUNTAINS MOROCCO 

 (Autumn 2008) 

 108yagourlakecopie.jpg 

Rjout (L) and Anghemar from Dayet n-Iferd, Yagour plateau (photo: M. Peyron)

 

This report was compiled after trawling the web at the beginning of October, which is pretty much the close of the Moroccan trekking season. Coming a year after Part 4 of our TO watch series devoted to the GTAM, it merely confirms trends already observed in 2007. An operator rejoicing in the unlikely name of Only Punjab (!!) breezily sums things up by declaring that thanks to the numerous qualified agencies plying the Atlas trade-routes, “there’s never been a better time to visit the ‘land of the Berbers’”. If only we could believe them! 

Current trends 

Diversification remains very much the watchword among TOs working the Moroccan Atlas. From 4/5-day walks to mammoth multi-day treks, variety is on tap and clearly geared to the whims of a fickle, rapidly-changing market. What’s more, as a result of the on-going worldwide economic crisis, TOs and their customers are beginning to feel the pinch, though Morocco’s chief asset remains so far unimpaired and likely to stay that way into the foreseeable future. Like it or not, Morocco is the closest and cheapest exotic destination to Europe. Now that Grenoble-based Trek Magazine have fielded a special issue featuring the High Atlas Traverse (HAT) from Bouguemmaz to Toubkal, penned by lightweight Morocco newcomer Laurence Fleury, we have even more TO websites catering for this kind of world class walk. Let’s take a look at what they have to say about this. 

152bouguemmez.jpg

Late afternoon shadows, Ayt Bougemmaz (photo: M. Peyron)

As usual, Terdav continues to dominate the Moroccan trekking scene. Despite complaints of their being expensive, their professionalism is never in doubt. They continue to go for the big groups (8-15 people); so much so, in fact, that if there’s only 5-7 starters on the big day you have to fork out a € 100 supplement per capita! Makes sound business sense, doesn’t it? Their HAT now follows the classic Bougemmaz-Imlil route, with ascents of Mgoun, Anghomar and Toubkal on the way. Allib, the other front-runners in the HAT stakes, is toying with a planned 43-day hike from Ayyachi to the ocean. Kendal, after enthusing about this “stunning trekking itinerary”, make no bones about its being of a “relatively sustained nature”, while admitting that heat “does have an effect on trekking performance”. So why do most TOs continue advertising June-August as the ideal period for trekking in Morocco? We all know perfectly well that it’s the driest, hottest and scenically least-inspiring  time of the year. Classic Journeys, while allowing that Toubkal can be “a tiring climb on scree but the views are well worth the effort”, also warn trekkers not to underestimate conditions, polar wear (fleece) being recommended above 3700m on Mgoun because of prevailing high winds up there. This makes sense when one recalls that three women froze to death on that mountain in a freak mid-September 2005 blizzard. 

118ighilmgoun.jpg

Not to be under-estimated: Ighil Mgoun seen  from Jbel Rat (photo: M. Peyron)

Copycat TOs 

The copycat nature of TO planning is obvious from the similarity of routes programmed, within the HAT framework. Year in year out agencies predictably follow much-travelled foot-paths, as if the Atlas had little to offer in the way of flexibility and variety. While La Pèlerine boast of offering “La vraie traversée de l’Atlas” from Tounfit to Anmiter via the Taghia gorge and Mgoun summit, Visage rather tamely propose an absolutely identical valley crawl through the Central High Atlas. There is, however, some confusion over their first stage, purportedly starting from somewhere near Tounfit, with a short walk to an unspecified camping site, whence Imilchil is reached the next day. The only explanation is that the tarmac road from Tounfit to Sidi Yahya ou Youssef (a recent development) must be put to good use, as it normally takes three days on foot to cover the Tounfit-Imilchil leg of the traverse. 

156anmiter1.jpg

           The famous, over-photographed Anmiter kasbahs (photo: M. Peyron)

This copycat business may also result from big-name TOs sub-contracting out their treks to a local agency, which will understandably feature the same itinerary on its webpage. This is all about TO solidarity, which chiefly functions when certain trips have been under-subscribed, clients from outfits like Zigzag and Atalante being bunched together with their Terdav colleagues as a matter of convenience and break-even. 

Analysing travellers’ forums 

Trekkers’ blogs and travellers’ affidavits are useful indicators as to market trends. One forum concerns unguided travel, would-be Atlas hopefuls openly inquiring whether it is wise to dispense with the services of a TO and strike out their own. Response is surprisingly healthy with a consensus pretty much in favour of doing just that, but with one caveat: resort to the services of a guide on the spot, especially if one is unfamiliar with language and/or country. We even hear reassuring noises from the Lonely Planet website: “without using an agency you shouldn’t have much difficulty in finding a guide”. 

Needless to say, we heartily approve of this: shunt your Europe- or Stateside-based TO, by all means! There is enough info on the web to give you a pretty good idea of Atlas mountain potential anyway, but do get some local Berber to accompany you. Whether guide, porter or even “faux guide”, as non CFAMM graduates are termed, he will prove invaluable in intercourse with the local population. And let’s knock this nonsense about “faux guides” fairly and squarely on the head. Nowadays, far, from being an irresponsible spendthrift out to make a fast buck, this kind of person is usually an up-country Berber eager to earn a living, who has all the inbred, native qualities to become a guide, but simply couldn’t produce the required school diplomas, or wasn’t prepared to pay hediya to follow training at the Tabant CFAMM facility in Ayt Bougemmaz

22aytbouguemmazen1976hautettabanten1966.jpg

  General view of Tabant, Ayt Bougemmaz (photo: M. Peyron)

Before handing over their money prospective customers are generally anxious to know how professional a TO is going to be in terms of delivering the goods. Like last year, perusal of TO websites with mistakes and inaccuracies of varying proportions come as something of an eye-opener. For example, the Moyen-Atlas Trekking website refers to “l’ascension de l’Ayyachi en 4 jours (nuit en bivouac ou au refuge du Mgoun)”. This is, of course, utter rubbish, Ayyachi and Mgoun being some 80 miles apart! All we can say is: “Hope they get it right on the night!” 

Unfortunately worded website blurbs 

Even worse, some TOs have problems with word processing or with translating from French into English. An unidentified PC-driver at Horizons Typiques managed to substitute the word ‘repos’ (meaning ‘rest’) for the local place-name ‘Tassaout’ on his key-board, thus causing havoc in their Mgoun description. Thus we have “Nous sommes sur le plateau des sources de repos, naissance de repos que nous longeons cet après-midi”, which is utter bunk. One well-meaning French action reporter, describing himself as specialized in “extremes sports” (sic) is so obsessed with the serpentine meanderings of that same Tassaout near its sources that he likens them to “real green snakes among dry stones”! This precedes a juicy bit about “genévriers thuringiens”, as if juniper from Thuringen (Germany, of all places!) grew out there. He then adds, by way of encouragement, “if you’ve never been there before, you’ll get really struck!” He’s also the one who suggests that, properly to look the part, the Atlas traveller should invest in a blue scarf draped around his/her head to live his Morocco experience to the full. The very words, incidentally, that we heard last year at Auberge Ja’afar (Midelt) in the mouth of a New Zealand tour leader heading for the Merzouga sand-dunes. 

But the most hilarious attempts at English, resulting in almost unadulterated gibberish, are to be laid at the door of a Morocco-based TO who shall remain nameless. They are reminiscent of those weird, word-for-word translations you sometimes get on the Web, or in some dialogue out of Joseph Conrad’s Lord Jim. In a general introduction to the Atlas Mountains, we are told that “impact climbing also canyoning are boost in popularity”, while Mgoun is described as a “Morocco third-degree pre-eminent pinnacle”, whatever that means. It then gets better: “Accessibility besides infrastructure tend to dictate areas draw the powerfully attraction”. The would-be trekker is further reassured on learning that he will be guided by a vagrant, one of many “endorsed mountain guides (who) have completed an extensive training vagrancy at Africa unparalleled mountain adventure tours guide training college at Tabant in the Ait Bougmez valley”. Creature comforts will also be catered for, thanks to “basic village houses know onions to administer feverish meals” and “no sweat lodgings for walkers”! Should our Morocco traveller wish to hit the prepared ski-slopes he must know that although “piste options are not particularly expansive, (…) the northern enlightenment of the (one) ski ramp at Oukaimedden, the country crowing-equipped ski resort, gives skiers the boss follow of some downhill life, however shrimp”! Wow! Can it get any better?

Interestingly, careful research eventually revealed that the offending text was identical to a properly worded rendering on the website of our previously mentioned friend Only Punjab. Could this be a case of plagiarism? Aw, shucks, not on your life! 

Hotel chit-chat 

54hotelwarsmideltmay20011.jpg

Hôtel wars Midelt, 2002 (photo: M. Peyron)

The travel forum on Midelt hotels is also edifying. While this town can be a useful, jump-off place for somebody working the GTAM in a NE-SW direction, or a welcome break on the Fès-Erfoud drive, on the Trip Advisor page its three main hotels take something of a lambasting. Midelt hotel staff are usually described as friendly, especially in one place where they give “pro active service” at the well-stocked bar and serve an “excellent lamb and prune tagine”. However, visitors to another out-of-town facility complained of the “damp concrete smell” in the bed-room and the general impression of a “random, fake castle experience”. Further complaints mentioned a “dirty, very old, disgusting bathroom”; of the electric wiring that “was ‘interesting’ to say the least”; of a bath-room “that was pre-WWII but functional”; of the slightly kitschy atmosphere… One traveller summed it up most aptly by decreeing that the town was OK as a staging-point for young singles, otherwise it was advisable to “skip Midelt in general”! 

imm02524.jpg

« Skip Midelt »? Not necessarily. A stay at Auberge Ja’afar can be quite pleasant (photo: M. Peyron)

By comparison, at the other end of the range, the McHugo brothers at the Kasbah du Toubkal above Imlil seem to be running a pretty tight ship, with plenty of local involvement, environmental awareness and point-by-point screening of the odd complaint that arises amid the numerous favourable affidavits. Their accommodation certainly doesn’t come cheap, but given the service, the location and general ambiance, you would be hard put to find a more suitable place to put up for the night. Meanwhile, several miles down-valley, Branson’s posh Kasbah Tammadot provides a spot of de luxe competition. Certainly a far cry from one of those previously mentioned “no-sweat lodgings”! 

Conclusion 

All in all, then, the Moroccan mountain tourism market remains buoyant, as we head for the 100,000-per-year-trekker goal, with plenty of diversity and innovation to keep abreast of demand. Pious declarations of intent about responsible tourism and concern for the local culture cannot, however, hide the fact that irreparable environmental damage is being permanently inflicted on fragile Atlas Mountain eco-systems and local village societies. But don’t expect the situation to improve soon; if anything, it’ll probably get much worse before it gets any better – unless the economic crisis levels things out. 

Lone Backpacker
         michael.peyron@voila.fr

          Grenoble, November 2008

N.B. Unless otherwise stated illustrations and texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Tour Operator Watch 7 Ayyachi to Atlantic in 43 days

Posté par Michael Peyron le 4 avril 2010


MOROCCO : TOUR OPERATOR WATCH 7 

            Ayyachi to Atlantic in 43 days 

 08ayyachifromimtchimen.jpg 

  Ayyachi from Imtchimen Eastern High Atlas (photo: M. Peyron)

Introduction 

The purpose of these articles is to keep tabs on what’s going on in the Atlas Mountains, as much to analyse the various products submitted to a long-suffering trekking public as to warn prospects of any potential hankypanky. The present trip is a case in point.

 82ayyachimaasker1.jpg

Jbal Ayyachi from A’arid plateau, Eastern High Atlas (photo: M. Peyron)

A well-known French TO had, for some time, been toying with the idea of upstaging the competition with a grand High Atlas fling from far westerly Ayyachi to the Atlantic coast. An exercise obviously aimed at the more sporting, cutting edge segment of the trekking market. Through the TO’s website we now learn that the trip indeed came off in 2007 and that repeat performances are scheduled, though subject to some modifications. Closer perusal reveals interesting details that, in the light of our own not inconsiderable on-the-spot experience we feel compelled to impart to the Atlas traveller. 

An interrupted journey 

Aspiring end-to-enders should not get carried away by that ballyhoo about 43 days! Far from being a continuous GAT follow-through the trip is in reality broken down into three parts. The first half works out at 18 days of actual trail bashing from an Ayyachi foothill camp to the Tassawt village of Megdaz, taking in two major summits (Ayyachi and Mgoun) on the way.

119amgounwsep19661.jpg

Ighil Mgoun Central High Atlas (photo: M. Peyron)

Otherwise the route followed is a fairly standard GTAM effort via Imilchil, the Kusser plateau, Taghia (involving some nimble footwork on cliff-edges), Ayt Bugemmaz, Tarkeddit plateau and Tassawt valley. Those that feel like it can call it a day and head for Marrakech to recuperate for a brief respite before boarding a homeward bound flight. 

38yagourshepherds2.jpg

 Yagour Plateau, Jbal Inghemar in background (photo: M. Peyron)

Those made of sterner stuff, after a rest-day at Megdaz washing their socks, are now free to pursue the second, apparently more impressive leg of the traverse. This includes highlights such as unlikely Lake Tamda and nearby Anghomar’s treadmill scree-slopes, Telouet and the Glaoui’s castle, the Tichka road, the rock-carvings of Yagour plateau and Meldsen traverse, the upper Ourika valley, Iferwan summit, Lake Ifni, the Neltner and Lépiney Huts, finally trampling the tops of Toubkal, Afella n-Ouanoukrim, Biguinnoussen and Tazaghart to keep the peak-baggers happy. 16 days of this roller-coaster from grass-lined irrigation-ditch to slag-heap brings the party to Imlil. From here, technically, would-be drop-outs can escape to Marrakech by bus and/or taxi. The hardier souls, who want to see this thing through to the end, are now conveyed by 4-WD vehicle down to Asni, then up to Tinmal (with its Almohad mosque), eventually following a track that climbs the Ogdemt valley into the usually neglected Western High Atlas to Arg at the foot of Igdet. 

igdatcopie.jpg

  Jbal Igdad (Igdet) & Adrar n-Oumzra, Western High Atlas (photo: M. Peyron)

The final, little-frequented, potentially most interesting part is dismissed in three days! Day 1 is devoted to climbing Igdet before descending to a camp at Ansa. Day 2 takes the party up the Aghbar valley to the Tichka plateau and the Imi n-Wanzig huts. Day 3 lamely concludes with a valley-crawl down through the walnut trees to Agersaffen and up the other branch of the valley to Afensou where 4-WD transportation awaits. The (un)happy trekkers are then subjected to several hours’ pounding along dusty pistes before hitting the tarmac en route for a ryad in Essaouira and choice of sundown cocktails. 

11fensouetlahautevalleduseksawa1967.jpg

Afensou village and snow-covered Tizi n-Imedlawn High Seksawa region  W. High Atlas  (photo: M. Peyron)

Brochure talk 

How does this TO go about selling his supposed end-to-end traverse? To get clients on board the sales talk harps on well-known themes: the “confidential” aspect of the eastern and western extremities of the Atlas, the fact that they generally don’t get visited by other TOs, that they are virtually virgin, untouched territory, that the whole trip has never been done before – all of which amounts to little more than eyewash! The varied aspect of Atlas landscapes is also put forward, including two lakes, not to mention the sporting aspect. Daily stages of 6-8 hours (though in our day we thought nothing of 8-10 hours per day with full packs), allegedly only one rest-day, eight peaks climbed on the way, represent a physical challenge worthy of the hardened trekker, albeit with full mule back-up. Those who have stuck it out uncomplaining from Ayyachi to Atlantic, notwithstanding the various interruptions, are no doubt understandably proud of having pulled off such a feat – another one they can tick off on their list of coveted epic journeys. 

Closer scrutiny of the trip, however, shows only 37 days on trek. To the one Megdaz rest-day can be added 48 hours spent camping outside the Toubkal Huts, in between stints up Toubkal and Ouanoukrim, enjoying the full gamut of creature comforts (hot showers, flushing toilets, etc.)! Not to mention a brief stop at Imlil where trekkers can chill out with the odd coke. All of which may disappoint the purist, especially the ensuing long interruption between Imlil and Arg that takes advantage of recently-opened vehicle tracks, not to mention a sizable chunk of mountain territory beyond Afensou that gets left out of the walk. After traversing the Western High Atlas in this way the observer will realise that justice has not really been done to the area. What with peaks like Adrar n-Oumzra, Ikkis, Ras Moulay Ali and Awlim-Tinergwet literally begging to be climbed, we clearly have a case of quick fix here! 

78rasmoulayali1.jpg

Ras Moulay Ali from summit of Jbal Ikkis, Seksawa region, W. High Atlas (photo: M. Peyron)

Conclusion 

This particular product, then, the flagship of any TO’s Morocco brochure (counting a total of 30 Atlas Mountain trips on offer by this operator alone), is indicative of the present saturation of classic Atlas trekking routes. It obviously needs cleaning up, however, before it can be deemed properly marketable. At least it will provide the discerning, go-it-alone backpacker with a road-map for organising his own unsupported stint with a couple of trusted companions. 

   michael.peyron@voila.fr

N.B. Unless otherwise stated illustrations and texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

 

 

 

Publié dans Tour Operator Watch | Pas de Commentaire »

Tour Operator Watch 8 Dec 2009

Posté par Michael Peyron le 4 avril 2010

Tour Operator Watch: Atlas Mountains  Morocco n°8 

(December 2009)

                                    

Well, here we are returning to the web after an absence of several months. Why’s that? Oh, quite simple. Free.fr, my previous access provider, whose piss-poor package did not include meaningful after-sales back-up, helpfully hi-jacked my website at the end of May 2009 after I had quite legally switched to Orange.fr. I had to spend the interval picking up bits and pieces from here and there so as to recreate, as faithfully as possible, my “Michael Peyron’s working papers” and “Tour Operator Watch” series, dealing with the Berbers and Atlas mountain tourism. Now, after perusing over fifty sites of Morocco-oriented agencies on the Web, I wish to bring the would-be Atlas traveller up to date in terms of what’s on offer, exposing some of the pitfalls that creep into the slick sales talk of those commercial outfits, so he’ll know what he should go for, what he should avoid. 

                        

  85lakesidetouristbivouactislitaug2005.jpg

    TO bivvy by « Tizlit Bride » auberge, near Imilchil , Aug. 2005, (photo: M. Peyron)

The over-riding impression is that in spite of the continuing economic downturn, Atlas mountain TOs are quite obviously remaining as up-beat and wishful in their thinking as ever as they gear up for “Vision 2010” and its astronomically impossible target figures for tourism in Morocco. This overall mood emerges from brochure talk analysis, where info contained in route descriptions is often carelessly and inaccurately imparted. A few examples: Lake Ifni is described as “the only lake in the High Atlas”, which is a blatant fallacy, while the otherwise reputable Footprint guide-book to Morocco erroneously refers to Isli and Tislit (also Isly, Izly and Tizlit) on the plateau near Imichil as “glacier lakes”. In this connection a well-known operator from Savoy manages to name one of those lakes « Tiznit” (name of a south-west Moroccan town) in his brochure (actually called “Tislit”)“– talk of dropping a brick!  Again near Imilchil, trekkers are led to believe by another TO that they will meet “semi nomadic sheppards” (sic), while those approaching Toubkal are inanely invited to visit the “high circuses and plateau of the massif”. Some circus… 

 50tizimqorn1copie.jpg        

Tizi Mqorn seen from Upper Dadès road, Dec 1968 (photo: M. Peyron)                   

Another amusing spelling mistake appears in the brochure of French operator H & M – “plateau du Yagourt” (making it sound deliciously like yoghourt!), before getting it right – Yagour – a couple of lines further down. This kind of slip-up, of course, should probably be attributed to an unknown office wage-slave, in Voiron or wherever in the Dauphiny or Savoy, who has probably never set foot on the Yagour, rather than to the guides who actually lead the tour. Yet it makes one wonder whether they’re as wobbly on the ground as they are on paper! 

The funniest case, however, is the new spelling for Mgoun – M’gnou, strangely evocative of some African antelope, employed by “cyberberbère” and at least three Moroccan agencies and blogs. In terms of ineptitude it slots into the same category as a reference elsewhere to a shop in Midelt that would seem, by dint of some geographical quirk, to sell “Berber kilims”, of all things, whereas everyone knows that the kilim is not produced outside of central Asia! Also a wee bit off-target is a strange reference to “the Jbel Maaskar range where rises Ayachi”. This should be the other way round, with its 3747m Ayachi (compared to Maaskar’s paltry 3207m) is the real name that should be given to the range.

 45maaskermarch19722.jpg

  Tounfit and Jbel Ma’asker, April 1972 (photo: M. Peyron)

 121jbelayoui.jpg

  Cliffs of Jbel Ayoui (Aroudan), Aug. 1968 (photo: M. Peyron)

Another agency, calling itself “amazighatlasrando”, publicize a trip to Mgoun with a photo of Jbel Ayoui (Aroudan), which is wilfully misleading, the latter summit being a technically far more difficult proposition, rather like advertising a trip up the Ben Nevis ordinary route with a picture of precipitous Liathach in the Torridon peaks! In another attempt to lure customers they print a photo showing trekkers setting up tents on, of all places, a threshing floor with its large flag-stones in the middle of Imilchil village. Just about the very last spot you’d choose to camp, I would think, in terms of peace, quiet and comfort… Anyway, a highly counter-productive photo no doubt calculated to deter comfort-loving trekkers  (and they are in the majority today) from resorting to the services of that TO! Pretty amazing stuff, all of this, although very much in keeping with the present “anything goes” atmosphere, and all the crap it nurtures, that appears to characterize the activities of our so-called mountain tourism “professionals”. 

The terminology, too, is undergoing one of its subtle sea changes: trekking is now seen as belonging not so much to “eco-tourism” (ego-tourism?) or “sustainable tourism”, as fitting into a new niche – “back-country tourism”. Which, by the way, comes across as “tourisme d’arrière-pays” in French. Also in Frogspeak, we have the new notion of setting up a specific area as a PAT (Pays d’Accueil Touristique), apparently part of the Moroccan government’s plan for improving the quality of eco-tourism in out-of-the-way mountain pockets of the country. 

On the whole, however, TOs remain as unimaginative as ever, copying each others’ programmes, breaking little fresh ground and pandering to the usual, more obvious “adventure” tourism tastes. Whether it’s Frog or Brit, Terdav, Kendal, H & M, Exodus, Allib, Club Aventure or Sherpa, Toubkal remains the n°1 most visited peak in the Atlas, and websites continue to feature those tedious summit shots with a gaggle of laid-back, privileged trekkers gawping at the camera, safe in the knowledge that they have topped out on the roof of Morocco without contracting Mild Altitude Sickness (MAS)! All very facile and obvious. 

 10toubkalwswridge1.jpg

Exiting from WSW Toubkal ridge, climbers head for summit, autumn 1968, (photo: M. Peyron) 

Yet Mgoun has been running a close second over recent months. People praise its remote setting, seen as much wilder and more remote than the oft-trodden surroundings of Toubkal, together with an arguably greater sense of commitment. The actual climb to Mgoun summit is a tedious plod up a glacial cwm to reach the summit ridge. Then follows a protracted scree-bash to the main summit along a well-worn trail. This should surprise nobody, when you reckon that on average 1000 visitors or so make it to the summit every year between June and September. 

 119climbingtowardsmgounwest.jpg

 Not quite so crowded in those days: above Mgoun base camp, Sep. 1966 (photo: M. Peyron)

Understandably, it can be quite crowded at the top, at times, which has you wondering why some of those visitors, decked out as imitation “Blue Men”, ever forsake their native Alps. After all, in terms of herd, scene and scree, Mgoun-4073 on a busy day is pretty much like the peak of Taillefer – a Grenoble Sunday mountaineers’ favourite. A small refuge, or mountain hut, has been functioning at the foot of Mgoun for the past few years, guaranteeing board and lodging for individual trekkers, even serving beer. TO groups, however, camp out on the Tassaout source plateau, sharing the spot with transhumant shepherds who, rumour has it, have started charging each successive party a specific sum for this (un?)welcome use of their grazing land. And quite rightly so, when you think of the miscellaneous waste that accumulates with time. In this connection, some environmentally conscious Brit TOs have been organising clean-ups at Mgoun base-camp, just like at Toubkal! 

And those recurring sob stories about how environmental-friendly every TO has become. They have to be read to be believed. How respectful of the local environment they can be (I wish I had been aware of that before I went up Toubkal last year)! Pious declarations about how the agency deducts 5% from each traveller’s bill to plough that sum back into the local economy. How they provide for the education of the local Berbers, evidence of which actually exists for only one actor in the Toubkal area. How they remove and/or burn the trash generated by their bivouacs. They just go on and on pulling the wool over our eyes. 

Mgoun and Toubkal are sometimes linked by a traverse of some 22 days which figures in practically every catalogue, a trek then variously and undeservedly referred to as the Grand Traverse, or the GTAM, even amusingly translated as the “Great Crossing”, or “Great Adventure Moroccan Atlas” by some TOs!  Which will lead yet another Tour Operator to remark, somewhat modestly: “We, however, offer the real Grand Traverse!” 

 

         70tassawtvoicesjune2008.jpg

                 Tassawt Voices, English translation of an Atlas classic (2008)

Or they plan treks according to some cultural theme, such as “Les chants berbères de la Tassaout” programmed by a Parisian agency that should know better, drawing on the title of a well-known collection of Berber poems recited long ago by Mirida n-Ayt Atiq, then translated and published in French by a certain René Euloge (and by this writer into English, as Tassawt Voices, in 2008!). Except that the description of the itinerary does not make the slightest mention of the book and its author; nor does the trek take in Megdaz, reputedly poetess Mririda’s home village! This is typical of the inconsequential thinking that goes into the organisation of these outings. 

The eastern ranges have, it must be admitted, been belatedly coming in for some attention: Imilchil, Midelt and the Middle Atlas. Here again, though, some agencies think they’re God’s own gift to the trekking world, one claiming that they are “probably the only one to offer the Eastern High Atlas” in its programme, whereas at least three other competitors field similar outings! 

 

 rando67btimentsadministratifscombeodumoussahautcdraiesouslichaskor23mai20031jpg.jpg

Middle Atlas back-packing: on Bou Iblan circuit, May 2002 (photo: M. Peyron)

Then we have a touch of hype around the term “virgin”, in connection with the Middle Atlas, described as “a genuine, little-known, and virgin part of the Atlas mountains”, and rightly mentioned after years of neglect. This, however, is reinforced by a spot of balderdash when one tourist enthuses over a visit to the Gouraud cedar, which, as everyone knows, has been a dry, shrivelled up stump these past seven years! 

But the prize for incongruity must surely go to a Middle Atlas birding trek organised by one outfit: “For bird lovers this trek is perfect for seeing the various species. They are quite the ninjas, hiding out but bellowing their rapping tunes!” Who are the ninjas? Who is fond of rap? The reader is left guessing, which is never a good thing! The vocabulary, the noise associated with rap…, how much further away can we be from a normal, peaceful birding environment. Ah, but Peyron, you old stick-in-the-mud, you’ve got it all wrong. The lurid language used is probably designed to lure the new-look breed of bird-lover!

Michael PEYRON 

Grenoble 2009

N.B. Unless otherwise stated texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

 

 

Publié dans Tour Operator Watch | Pas de Commentaire »

Compte-rendu Fleury « Traversée du Haut-Atlas »

Posté par Michael Peyron le 31 mars 2010

fleurytraversehautatlas2008.jpg

FLEURY L., « Maroc : La traversée du Haut-Atlas », collection Grands Treks  Trek Magazine, n°101 HS Hiver 2008,  Le Monde se découvre à pied. 

Introduction

Compte-rendu circonstancié, fort bien illustré, d’une randonnée devenue déjà classique au fil des années et dont l’auteur a, de toute évidence, tiré un certain plaisir. Trek élaboré grâce à la logistique de l’agence marocaine « Aventure Berbère » et du guide Mohamed Bakchi, ainsi qu’un Tour Opérateur (TO) connu, intervenu en tant que « partenaire sur ce numéro ». Bien. Toujours est-il que cela équivaut à un petit topo suffisamment détaillé pour inspirer une traversée à la carte, soit  en  s’en remettant à une agence, soit en individuel.

Des vérités qui font plaisir à entendre 

On se doit de saluer la franchise du reporter qui n’hésite pas à critiquer sans complaisance les problèmes qui surgissent dans le Haut Atlas du fait de la fréquentation touristique. Sont successivement mis en exergue : les touristes lamentablement sous-vêtus (p. 18) ; le montagnard qui vous demande votre adresse en France, pour y venir travailler comme chiffur  (p. 19), etc.. 

Une proportion importante de guides issus des milieux non-ruraux, maîtrisent mal la Tamazight, et 30-40% d’entre eux cherchent à émigrer (pp. 27, 64 & 71), alors que beaucoup de Chleuhs montagnards sont obligés de travailler en tant que « faux guides » (p. 28), sans que leur compétence soit forcément mise en cause. Il s’agit d’en tenir compte, notamment à propos de la disparition annoncée de la spécificité rurale, qui faisait le charme de ces contrées ; et qui attirait les visiteurs (p. 30).

Sont également dénoncés : le choc des cultures éprouvé par tout voyageur quittant la simple convivialité du milieu montagnard et se trouvant aux prises avec la « civilisation » (pp. 44 & 58) ; l’inutilité d’un refuge non-gardé dont la clé reste dans la vallée (p. 56) ; le manque de respect de certains visiteurs envers le site archéologique du Yagour (p. 58). Le reporter éprouve une réaction d’écœurement devant les villageois qui se dérobent à la vue de l’objectif, ou monnayent les clichés, triste rançon à payer après un demi-siècle de harcèlement photographique (p. 60); ce qui donne lieu à l‘interrogation de fond quant à l’éventuelle interaction touriste/culture berbère laquelle, compte tenu de l’écran de la barrière linguistique, s’avère dérisoire (p. 61), voire absente. Situation que n’arrange guère l’imbécilité des visiteurs qui, pour se donner bonne conscience, distribuent à la pelle stylos et bon-bons (p. 63).

L’impacte du tourisme sur Imlil, qui se traduit par la « Chamonisation » des lieux : hôtels, restaurants, bureau des guides, boutiques de souvenirs, etc. (p. 64) ; ensemble qui cadre mal avec le peu de cas que font les autorités tutélaires du tourisme de montagne par rapport au tourisme cinq étoiles de l’horizon 2010 (p. 64) ; en revanche, phénomène encourageant – la fréquentation grandissante du Toubkal par les nationaux (p. 71). Tout cela se traduisant, enfin, par une fixation sur le point culminant, aggravée par le phénomène de massification qui veut que le Ras, l’Akioud, l’Afella et la Tazaghart soient relativement ignorés par rapport au Toubkal (p. 74). En effet, le 10 juin 2008, du sommet de celui-ci j’ai fait remarquer à un autre ascensionniste l’enneigement du couloir NE du Ras n-Ouanoukrim, encore en conditions pour une montée avec piolet/crampons (course facile classique des années 1960/70), mais complètement délaissée par la centaine de trekkeurs candidats au sommet se trouvant ce jour-là aux refuges jumeaux CAF-Toubkal et Gîte-camping-Mouflons.

                         25necouloirrasnwanoukrim1.jpg

                        Ascension du couloir NE du Ras n-Ouanukrim en crampons (photo: M. Peyron)

Autres remarques

Au fil des pages on relève quelques imprécisions et omissions, procédant sans doute de connaissances quelque peu fragiles de l’Atlas marocain.

Qualifier l’Ayachi de « pic » ou ayant une forme « plus alpine » (p. 6), certes vu du Cirque de Jaafar, c’est oublier un peu vite ses formes lourdes, jaillissant sur 2 000 mètres de la Haut Moulouya – trait qui impressionna fort les premiers observateurs ; d’où la primeur qui lui fut longtemps accordée par rapport au Toubkal. Celui-ci fut finalement gravi une fois sa suprématie reconnue, suite à l’ascension de l’Adrar Iferouane (4001m ; récemment rétrogradé à 3996m, (ancien nom Jbel Tifnout), et non pas Taroukht (p. 8). A ce propos, on relève l’orthographe fantaisiste de certains noms et toponymes : Amzrie (Amezri), Taroukht (Taraokht), Agounz, Agountz (Agouns), Aït Abasse (Aït Abbas :Abbès), plaine du haouj (Haouz), Ahgrie (Aghouri), Amsod (Amsud < verbe sud, ‘souffler’ > lit. ‘celui qui souffle’), Mizek (Mzik, Mziq), imazghen (imazighen), Rakija (Rkiya), Zulija (Zulika), Megdez (Medgaz/Magdaz), Ouarzaste (Ouarzazt ;< ber. war zazt, lit. ‘sans souci’, même toponyme que la ville d’Ouarzazat), Goursa (Gourza). C’est vrai que pour l’étranger qui débarque cela n’est pas évident, bien que les cartes au 1/100.000 soient là à tire indicatif. Et puis de quelle carte proviennent les infos sur les dix plus hauts sommets de la chaîne (p. 80) ? Le Bou Tiouna (4 040m) est-il le sommet voisin de l’Afella ? Comment peut-on attribuer au Tizi Melloul (3 875m) l’altitude fantaisiste de 4 015m, alors qu’il est plus bas que le Tazaghart voisin, crédité de 3980m) ?! Amazer désigne le satellite NE du Toubkal, marqué Imouzzer sur les anciennes cartes (< amazzer, ‘cascade’, sing. de immuzzar, ‘cascades’). L’ancien nom était dans le vrai, le sommet en question domine un long ravin coupé de barres rocheuses, chacune avec sa cascade. [Cf. J. Dresch & J. Lépiney, Le Massif du Toubkal (1936).]

                    02toubkalfromn.jpg

                                     Versant N (Amazer) du Toubkal (photo: M. Peyron)

À propos des berbères > « Aller à la rencontre d’un peuple » (p. 8) est une phrase jargon style brochure touristique ; c’est là le grand leurre du Haut Atlas tel qu’il est présenté par les TO ! Rencontre, du reste, que Laurence Fleury met en cause à juste titre (pp. 60-64).

Les accords entre sédentaires et semi-nomades au sujet des pâturages d’Izoughar (p. 43) font encore l’objet de conflits que, bon an mal an, la sagesse amazighe basée sur l’izerf (‘droit coutumier’) parvient à régler. On retiendra, aussi, que l’image « descente du lac d’Izoughar… » (pp. 12-13) ne fait pas partie du trek décrit.

                 120waougoulzatandlakeizoughar.jpg

                             Lac d’Izoughar, avril 1966 (photo: M. Peyron)

On passe « à côté de la plaque » à Magdaz. Aucune allusion à Mririda n-Ayt ‘Atiq, dont les admirables poésies, recueillies par René Euloge sous le titre célèbre, Les Chants de la Tassaout (1965), viennent d’être traduites en anglais par mes soins. 

                  70tassawtvoicesjune2008.jpg

             (Tassawt Voices, AUI Press, 2008, M. Peyron trans.)

À propos du tourisme international (p. 53), le trekking a commencé à se développer dans le Haut Atlas dans le courant de la décennie 1970, bien qu’encore timidement (cf. Michael Peyron’s working papers » IIb : http://www.aui.ma/VPAA/shss/mpeyron.htm).

En ayant été le Président (1975-1986), je prétends qu’il est injuste de taxer le CAF-Rabat d’élitisme, de prétendre que les Marocains y étaient « cooptés difficilement » (p. 54). Bien au contraire, j’ai toujours encouragé les nationaux à en faire partie ; en vérité, les candidats ne se bousculaient pas au portillon. De plus, j’effectue depuis plusieurs années des randonnées de 6-8 jours dans le haut Atlas en compagnie d’amis marocains. Par ailleurs, à l’université Al-Akhawayn d’Ifrane, en tant que co-ordinateur du club amazighe (berbère), j’organise régulièrement des sorties découverte nature et/ou montagne, auxquelles participent des étudiants marocains.

              jbelhayyan2008000045.jpg

                        Sortie rando au Jbel Hayyane, Moyen-Atlas, mai 2008 (photo: M. Peyron)

Quant au CAF-Casablanca, précisons (p. 54) qu’il édite sa revue Montagnes Marocaines depuis juin 1994, date de sortie de l’actuelle série.

Jour 12 & 13 de la traversée décrite par Laurence Fleury : aucune allusion au Meltsène, montagne mythique, tutélaire du plateau du Yagour, dont on aperçoit les contreforts à gauche du document (p. 57, haut).

                  07meldsenanddayetniferdyagourplateau.jpg

                     Adrar Meltsène et Dayet n-Iferd plateau du Yagour (photo: M. Peyron)

La photo d’Aremd (pp. 68-69), en plein processus de « HLMisation », démontre clairement l’impact affligeant du modernisme sur l’architecture traditionnelle berbère (dont vous vantez les mérites, p. 92), contribuant ainsi à l’autodestruction de ce qui faisait le charme principale de ces vallées. De même que l’affirmation comme quoi la vallée des Aït Bougmez est « l’une des mieux préservées du Haut Atlas » (p. 20), est sujette à caution, les ravages de l’hyper fréquentation touristique y étant omni présents.

         bougmzwawgoulzat.bmp

                 La vallée des Bougmèz et le Wawgoulzat en avril 1966 (photo: M. Peyron)

La phrase (p. 77) qui débute « Ils atteignirent près du Toubkal le Tizi n-Tahgrat… » semble vouloir réunir dans un même élan Hooker, Ball, Maw et Neltner, comme si les trois Britanniques avaient été contemporains du géologue alpiniste français, alors qu’un demi-siècle sépare leurs exploits successifs !

À propos des crédits photographiques (pp. 78-79). Le cliché des murailles d’Ouarzazat est tiré de Jean Ravennes, Le Maroc : aux portes du Sud, Paris (1930, p. 56) ; quant aux femmes Ilemchane, le document provient de Maroc central de Jean Robichez, Paris & Grenoble, (1946, p. 37).

Par ailleurs, laissez-vous vraiment le libre choix au lecteur quant au type de voyage à envisager (agence ou individuel) ? On constatera tout de même que la primeur est accordée à la rubrique « partir en groupe », laquelle figure en bonne place avant celle consacrée au voyage individuel (p. 82). Formule faisant la part belle aux agences de trekking.

Quant à l’évocation du « mal aigu des montagnes » (p. 86), celle-ci fait sourire. Lors de fréquentes ascensions dans le massif du Toubkal dans le cadre de week-ends de 36/48 heures depuis Casablanca, mes compagnons des décennies 1960-70 et moi n’avons jamais éprouvé le moindre malaise. Sans doute étions-nous moins stressés, moins « petites natures », que les trekkeurs de la génération actuelle.

Remarque qui souligne le changement complet intervenu dans la façon d’aborder la montagne marocaine, liée prioritairement à la démarche commerciale des TO soucieux de ne pas inutilement stresser leur clientèle. Là ou le amateur de base que j’étais, « berbérisant » à ses heures, partisan de la randonnée avec sac à dos léger, logeait chez l’habitant et alignait des étapes journalières de 8 à 12 heures, de nos jours, les caravanes muletières des voyagistes proposent des étapes réduites à 4 ou 7 heures, formule douce, « customizée », certes, mais ô combien lourde (16 participants en moyenne). Avec en plus le train muletier pour transporter le « mathos » de cuisine et de couchage. Formule qui ne facilite guère la rencontre avec l’habitant amazigh, supposée être le point d’orgue du trek et souvent vantée dans les brochures des TO.  

63lacstamda.jpg

Bivouac TO standard loin des lieux habités : tentes « igloos » + tente-mess & tente-cuisine, Tamda n-Inghemar (photo: D. Dourron)

Et ça ne tient pas à la seule différence entre l’ordinaire des montagnards que l’on partage au hasard d’une étape, et le repas servi sous la tente mess d’un voyagiste, en compagnie des muletiers (p. 8), et encore si la déontologie de l’agence le permet.  C’est toute une démarche en profondeur, une patiente initiation, une façon intimiste d’appréhender (en la respectant) la montagne berbère que connaissent les randonneurs libertins engagés, qu’ignorent les trekkeurs lambdas.

35marketboundberbersmedinet.jpg

Sur le chemin du ssuq, Azgour, massif de l’Erdouz, mars 1968 (photo: M. Peyron)

Il suffit de lire votre carnet de route pour en être convaincu (pp. 81-91). Pour aller d’Iskattafen à Imlil via le Mgoun et le Toubkal, il vous aura fallu 19 jours avec obligation quotidienne – exception faite pour les gîtes d’Aït Ali n-Itto, Tighza, Aït Souka et du refuge CAF de l’Ouka, ainsi qu’au Toubkal – de monter votre tente en fin d’après-midi, parfois loin des villages. Pour ma part, du 21-27 août 1976, avec mon sac à dos de 7-8kg, sans assistance ni esprit de performance ou d’élitisme, j’avais rallié en 6 jours ½ de rando solitiare avec hébergement chez l’habitant, le village de Tighza (Aït Bougmez) au refuge de l’Ouka, selon les étapes suivantes :-

JOUR 1 : ½ étape > Tighza – Abachkou – Rougoult

JOUR 2 : Rougoult – Tizi n-Rougoult – Amezri n-Ayt affane – Ichebakken

JOUR 3 : Ichebakken – Aït Ali n-Itto – Aït Tamellilt

JOUR 4 : Aït Tamellilt – Aït Hmid – Asif n-Ourous – Aït Taleb

JOUR 5 : Aït Taleb – Zerkten – Tazlida – Tizi n-Leilat – Aït Ouiksen

JOUR 6 : Aït Ouiksen – Azegour – Ouarzazt – Yagour – auberge « la Chaumière »

JOUR 7 : «La Chaumière » (Ourika) – Timichi  Tizi n-Ouattar – CAF Ouka

Bien sûr, il s’agit d’une traversée « sèche » sans ascension de sommets, mais comportant tout de même deux hauts cols. Le fait d’avoir déjà à l’époque des rudiments de Tamazight, plus dix années d’expérience de l’Atlas, m’avait grandement servi. Cela entrait dans le cadre de multiples reconnaissances entreprises entre 1972 et 1987 dans l’axe de la chaîne, en préparation de la GTAM (Grande Traversée de l’Atlas Marocain) qui devait voir peu après le jour.

Le Haut Atlas est une montagne vivante, habitée, qui ne s’aborde pas à la légère, tant est riche sa tradition orale, sa possibilité de récompenser ceux qui avec patience et respect entreprennent d’en démêler l’écheveau.

 26assakagirlsaytyahya1.jpg

Fillettes d’Assaka, Ayt Yahya (photo: M. Peyron) 

Sinon, au fur et à mesure que la massification du tourisme contribue à saccager les sites, cela se galvaude inéluctablement et les visiteurs se coupent des populations qu’ils ne parviennent qu’imparfaitement à côtoyer. Malgré un léger mieux-être pour un segment infime de la population (accompagnateurs, muletiers, gîteurs, cuistots, etc.), c’est ce qui est en train d’arriver au Toubkal, au Mgoun, à Imilchil, au Saghro et au Siroua – sites en voie de grande banalisation. C’est là l’erreur profonde, lourde de conséquences, que commettent annuellement les voyagistes de l’éco-business.

                                    sirwa31may19661.jpg   

 Massif du Toubkal: vue lointaine depuis le Siroua (photo: M. Peyron)

Conclusion

Pour en revenir à l’article dont nous traitons ci-dessus, tout se passe comme si cette traversée des Bou Guemmez au Toubkal, existant dans une sorte de bulle intemporelle,  avait été « découverte » par Laurence Fleury pour Trek Magazine.  Comme si rien n’avait eu lieu auparavant en matière de suivi axial du Haut Atlas. Idée insolite, totalement imprécise, bien que renforcée par les quelques notes (pp. 8, 53 & 78-79) où l’on sent poindre une sorte de vide historique entre 1938 et 2008, laissant à croire que pour ainsi dire rien ne se serait passé du point de vue randonnée pendant cette période-là dans ces  montagnes. Mis à part une remarque hautement laconique, faisant allusion aux « cafistes et scientifiques (qui) explorent le Haut-Atlas de fond en comble » (p. 53). Ainsi résume-t-on commodément, en une bribe de phrase, des centaines de sorties étalées sur les quarante dernières années !

Dans l’ensemble, et malgré les quelques lacunes ci-dessus exposées, cet opuscule de 98 pages fait convenablement le point sur une traversée conviviale en 19 jours de Tabant au Toubkal, à la portée du trekkeur moyen. Invitation au voyage et à l’aventure programmée qui en séduira plus d’un. On ne peut, toutefois, que regretter la priorité accordée aux TO, aux service desquels le lecteur est insidieusement invité à avoir recours. Comme si l’on voulait faire la part belle à ceux qui pratiquent le « trekking » – qui n’est après tout qu’une forme de randonnée légère avec camping-muletier – tout en coupant l’herbe sous les pieds du désormais atypique randonneur sac au dos solitaire et libertin.  

   Michael PEYRON

michael.peyron@voila.fr

Auteur des ouvrages suivants :-
La Grande Traversée de l’Atlas Marocain (GTAM), Rabat (1984, 1988).

Great Atlas Traverse Morocco, Goring, 2 tomes, (Reading) :
West Col (1989 & 1990). 

« Maroc : Haut Atlas, Moyen Atlas, Sirwa Saghro », Guide de Randonnée Paris : Nathan (2002 ; co-auteur avec G. Bordessoule).

N.B. Unless otherwise stated illustrations and texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

123
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | love and feelings
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres