Poésie amazighe du Moyen Atlas

Posté par Michael Peyron le 18 juin 2010

Poésie amazighe du Moyen Atlas 

 

 

 01ahiduszawitechcheikh.jpg

ahidus à Zawit ech-Cheikh, mai 2006 (photo: M. Peyron) 

Introduction 

 

Unappel déchirant troue la nuit. Cri de chacal, cri de détresse, appel au secours…  Rien de tout cela.  Nous sommes au cœur de la cédraie du Moyen-Atlas marocain par une nuit d’été constellée d’étoiles. Par trémolos successifs la mélopée se fait entendre à nouveau. De quoi s’agit-il ? Tout simplement, non loin de là, une spécialiste de tamawayt exerce son savoir-faire plusieurs fois centenaire ; la tamawayt, pièce maîtresse de la poésie amazighe moyen-atlasienne. C’est à Mouliéras, tamazightisant français spécialiste du kabyle, que revient le mérite d’avoir le premier noté quelques vers de ce type à l’automne 1900, lors d’un bref séjour à Fès. Dont l’un des plus célèbres :-

 

iţţu meš kkerx, iţţu meš-da-gganx, iţţu mš iwix abrid, iţţu meš-d-mmutx, a way-d itilin g-walmessi-nw ! 

Itto ! Je prononce ton nom au lever, au coucher, quand je me mets en route,

Itto ! Jusqu’au jour de ma mort ; ah ! Puissé-je l’avoir en ma demeure !

 

On ignore, cependant, à combien de décennies, à combien de siècles en arrière il faudrait remonter pour trouver les premières traces de ces purs joyaux de l’oralité marocaine.

 

De nos jours, la tamawayt, (‘celle qu’on emporte’, ou ‘chanson de marche’) on le sait, est exécutée en lever de rideau lors d’une soirée berbère par une chanteuse de talent aux cordes vocales bien développées. Qu’elle s’appelle Touharrazt, Rqiya ‘Moustache’, ou Cherifa ; qu’elle vienne de Tounfit, d’Ouaoumana, de Kerrouchen, ou de Khenifra, peu importe. C’est à elle que revient l’honneur de lancer cet appel (lmayt) qui représente, sans aucun doute, la manifestation la plus pure, la plus caractéristique de la culture amazighe du Moyen-Atlas. Parfois fera-t-elle l’objet d’un duo, deux spécialistes se faisant écho, reproduisant un discours amoureux tout en propos voilés, discrets, et allusions indirectes. Cela permettra de mettre en scène le cortège de musiciens qui, rivalisant d’adresse et de virtuosité, vont se succéder tout au long de la soirée. En connaisseur, le public appréciera tel ou tel izli connu, tel ou tel nouveau refrain (llġa). Consacrera le prestige d’une vedette connue, encouragera un chanteur jeune mais talentueux. Car c’est sous cette forme chantée, éventuellement dansée, que se présente le plus souvent la poésie du Moyen-Atlas.

 

Nous abordons, à présent, une vaste clairière. Au milieu flambe un grand brasier régulièrement entretenu. De part et d’autre, hommes et femmes vêtus de façon traditionnelle, soit en azennar (‘burnous’) ou en tamizart (‘cape à franges’), forment l’alignement de l’ah’idus. Avec la fin des timawayin, s’achèvent les préliminaires. S’élève alors un brouhaha confus. Cependant bientôt, sur un geste du maître de cérémonies, du bu wh’idus, tout rentre dans l’ordre. Le battement cadencé des tambourins reprend ses droits. Désormais, la parole est au chant et à la danse. Cette danse-défoulement au rythme lancinant, obsédant, qu’affectionne tout Amazigh qui se respecte…  Que peut affectionner aussi quiconque prend la peine de s’y intéresser. D’y participer. Et, pourquoi pas, même un Franco-Écossais devenu arumy ašelh’iy par la force des choses.

 

Le milieu ambiant 

 

La poésie amazighe dont il est question ici englobe une entité culturelle que représente la région berbérophone du Moyen-Atlas occidental – ancien Jbel Fazaz – ainsi que le Haut Atlas sub-oriental entre Midelt et l’Asif n-Ouhansal. Région de monts élevés, de lacs, de ruisseaux, de forêts, de plateaux, où siège une culture pastorale traditionnelle, longtemps articulée autour d’une transhumance dont la période estivale sous la tente, avec profusion de petit lait, et d’agnelets gambadant sur les pâturages, figurait en point d’orgue.  Culture pastorale prisant avant tout l’honneur et le respect de la parole donnée, avec son parler Tamazight, ses us et coutumes, formant un tout, ô combien attachant. 

 

 

Région charnière entre un Maroc dit « utile » et l’autre, soi-disant « inutile » ! Région au passé fécond en évènements dont la portée a été parfois sans doute volontairement occultée. Ensemble spatio-temporel quadrillé par des lieux célèbres, dont certains ont une véritable valeur mythique dans l’inconscient collectif des populations. Évoquons successivement la région de Tafoudeït sur le cours supérieur de l’Oued Beht ; l’Oum Rbia’ (anciennement Wansifen) seigneur parmi les fleuves marocains ; le très fertile Tigrigra, enjeu jadis de convoitises tribales ; le somptueux décor verdoyant de Zaouit Oued Ifrane ; le plateau d’Ajdir cerné de cèdres (réservé au pastoralisme zaïan) ; le site historique de Lenda chargé de symboles. Parmi les hauts-lieux, citons le Jbel Toujjit aux sources de la Moulouya, sommet mythique qu’affectionnait Sidi ‘Ali Amhaouch ; le très abrupt et chaotique Tazizaout – véritable Vercors atlasien.  L’Aari ou ‘Ayyach, enfin, monarque incontesté de ces contrées et qui passa, pendant longtemps, pour être la cime maîtresse du Maghreb. Voilà pour le décor.

110ahidusiimilchilmusem19672.jpg

Alignement classique de l’ahidusagdud de Sidi Hmad Lmeghni, Sep 1967 (photo: M. Peyron)

 

Peu étonnant, dès lors, qu’une région au passé prestigieux ait pu produire pareil corpus de poésie, où l’on distingue, bien sûr, les morceaux courts, izlan et timawayin déjà cités, consacrés majoritairement à l’amour courtois berbère ; des ballades plus longues, des genres tiyffrin, ou timdyazin. Qui relatent, qui commentent, des évènements passés, ou actuels ; domaine réservé à la corporation des troubadours, intellectuels ruraux confirmés, les imdyazn, ou imlyazn, originaires pour l’essentiel, du versant saharien du Grand Atlas. Dont la démarche imprégnée d’humilité rappelle l’errance exemplaire des Soufis de naguère.

 

Praticiens anciens

 

Voyons, à présent, quels sont les principaux praticiens grâce auxquels ce genre conserve dynamisme et diversité. Évoquons en premier les très grands anciens. Parmi ceux-ci des troubadours (imdyazn) tels Sidi Nbarch de Tazrouft, ou Jeddi, témoins de la fin des temps héroïques et auteurs de ballades anciennes ayant marqué leur époque, dont le présent auteur a publié de longs extraits dans l’un de ses livres (1). Des poètes de village célèbres, également, tels que Taouqrat, la célèbre barde aveugle des Ayt Sokhman, qui a chanté le combat des Imazighen face à la pénétration militaire française. Poésies de résistance vraiment sublimes, où le courage des uns est autant encensé que la veulerie des autres est flétrie sans ménagement (2). Venons en enfin aux grands disparus des années 1970 : chez les femmes, la très belle Aïcha Touirra de Midelt, ou la fine et mince Aïcha Taghzzeft de Tighessaline. La première est surtout connue par cette tamawayt :-

 

illa wzur n-wazzar issigg ixf i-wul, 

adday ġiyyer yali d ššib imlil ixf ! 

 

La racine du cheveu plonge dans le cœur,

Lorsque que peine subit, la chevelure blanchit !

 

La seconde aurait lancé cet izli mémorable sur les affres de l’amour :-

 

a way-d immuten yumayn, iεayd ad-ikk ġurun, 

bar ad-raεax ad-ittru way nh’ubba mid εenwa ! 

 

Deux jours souhaiterais-je mourir, puis parmi vous revenir ;

Sans doute verrais-je si mon amant se lamente ou fait semblant !

 

Chez les hommes, citons Moha ou Mouzoun, qui vit encore ; ‘Ali Ouchiban et, surtout, l’immortel Hammou ou Lyazid. C’est une mention prioritaire que l’on accordera à ce dernier, sans vouloir minimiser le rôle des autres, tant a été déterminante sa contribution à la poésie des Imazighen du Moyen Atlas. Véritable géant de la profession que cet homme modeste et généreux, compte tenu de l’influence qu’il a exercé sur la démarche poétique qui nous préoccupe. Mentor tout d’abord, puis partenaire d’un certain Mohamed Rouicha, (ce que beaucoup de gens ignorent) il lui a légué une partie importante de son répertoire. Voici quelques extraits de son corpus, dont le fleuron demeure cette célèbre tamdyazt qui commence par l’hémistiche bdix-š, a sidi rebbi, žud ġifi, (‘Je commence par toi, Seigneur, inspire-moi !’).  Puis, un couplet souvent entendu à l’occasion d’une noce (3):-

 

a terbh’ed, ad-ur-tekkat lbab ur-sulaġ, 

a wa, illa wbrid lšġel, may trid ? 

 

Ne frappe pas à la porte – de grâce,

Que veux-tu ? Ici on s’affaire à la tâche !

 

Dans le même contexte on relève un autre refrain célèbre attribué à Hammou ou Lyazid :-

 

nufa timlallin s-wass, 

a fad-nnem, a tseεya ! 

De jour avons trouvé des gazelles,

Cruellement nous a tu fait défaut, ô fusil Lebel !

 

Également, image charmante de la poésie courtoise, un couplet très largement diffusé, précédé de son refrain :-

 

iufru wh’emmam, iufru wr-iqqimi ġuri, lafut tinw, nekkin ur-as-iyyin lεašš ad-iqqim tama-nw ! 

išuwwer wass ih’emmamn da-yezri

wenna ġr illa ša lεašš da d-ittežbar ! 

 

 

Envolé le ramier, parti de chez moi,  par ma faute envolé,

N’ai point su lui faire de nid pour qu’il reste à mes côtés !

Le jour décline, à tire d’aile passent les ramiers,

Celui qui possède un nid va s’y abriter !

 

Vers d’ailleurs repris depuis par Rouicha, ainsi que par un autre spécialiste contemporain, Abdelwahed El Hajjaoui.

 

Ténors actuels

En effet, depuis la fin des années 1970, nombreux sont les bardes qui se sont affichés sur la scène moyen-atlasienne, signe de l’excellente santé de cet art poétique. Sans prétendre procéder à une énumération exhaustive, on retiendra les noms de ceux qui ont fait – font encore – les belles heures de la poésie campagnarde : Lahcen Abouzane, Moha n-Itzer, Lahcen Ouâchouch, Sidi Moh de Tighessaline, Omar Boutamzought, Haddou Chaouch, Lkass, Azelmad, Ahouzar, Houssa, Haddioui, Cherifa, Mounir de Khénifra, Illis n-Tmazirt, et bien d’autres encore. Finalement, se détachant quelque peu du peloton, Bennasser ou Khouya, Meghni, et Rouicha, l’actuel chanteur emblématique des Imazighen. Une certaine rivalité a longtemps opposé ces trois.

Bennasser ou Khouya, accompagné d’un joueur de vieille (bu lkmenža) expérimenté, ainsi que de la non moins expérimentée chanteuse Hadda ou Aqqi (devenue par la suite vedette à part entière), a su tenir la dragée haute aux deux virtuoses du luţar que sont Meghni et Rouicha.  Ces deux-là se sont du reste produits ensemble au moins une fois, Rouicha, bon prince, reconnaissant que son collègue était plus fin joueur de luth que lui-même. Prenons quelques exemples dans le répertoire de ce trio de tête. Benasser ou Khouya, originaire de Zawit ech Cheikh, a pondu un admirable refrain court, assorti d’un couplet, sur les tribulations de l’amoureux  impénitent :-

 

adda wr-yix ah’yuð, a ta, 

aseggwas-a, la bass γuri ! 

 

Si la folie ne m’ouvre les bras

Avant la fin de l’année, je dirai ‘ça va’ !

 

šuf ay h’ðix abrid meεna  at-id-ikk ša, 

da-ðemmeεx ad-ikker wenna yllan š taddart-nnes ! 

 

Constate à quel point j’ai guetté le sentier,

En souhaitant la venue de celle qui est en sa demeure !

 

Mohamed Rouicha, natif de Khénifra, ‘capitale’ du pays zaïan, domine actuellement la scène moyen-atlasienne. Devenu superstar, ses tournées nationales et internationales l’ont amené au contact d’un public élargi. L’ont amené à innover, d’une part en chantant en dariža pour se mettre au diapason de certains auditoires, en expérimentant avec la chorégraphie, mais avant tout avec les procédés d’exécution de la tamawayt, de la tamdyazt, dans le but de les re-dynamiser, de les rendre plus attractifs au tout venant. Même si certains puristes de la poésie amazighe ont pu le critiquer pour cela. Sa préférence, toutefois, va au public de son bled natal. À Khénifra et ses environs, à un lieu idyllique où il aime se produire, sur les berges de l’Agelmam Azigza, autre ‘lac bleu’. Voici quelques extraits d’un très vaste répertoire. Dont tout d’abord cet izli d’un cynisme désarmant :-

 

 kkix-d tama n-εari slix i ša da-ttrun, 

 tenna-yi tasa-nu, ay aytma, bar idd asmun ! 

 

 En longeant de la forêt la lisière j’ai entendu pleurer,

 Me suis-je demandé, ô mes frères : ‘Serait-ce ma bien-aimée ?’

 

D’une notoriété sans doute plus grande, ce refrain :-

awid aman, awid aman a-tsuġ iġus i-wul, 

ša n-ifili n-rruh’ ag sul ! 

 

Apporte de l’eau, apporte à boire que je me désaltère,

Mon cœur s’embrase, ne tient plus qu’à un fil !

 

Il s’accommode avec un izli qui nous ramène tout droit au jardin d’Éden, aux temps primordiaux où  hommes et bêtes sauvages se comprenaient, où ‘tout le monde avait de la parole le don’ ( lla-tsawal ddunit ):-

 

a wa š ikjemn, a εari,                                           

ad-iy asmun  i-luh’uš, 

ad-imun-d wenna t-iran, 

ġers aynna wr-t-ittany ša ! 

 

Puissé-je entrer dans la forêt,

Tenir compagnie aux fauves,

Séjourner avec celle que j’aime,

Loin des regards indiscrets !

 

Moins extroverti, sans doute moins connu sur la scène internationale, Meghni, homme simple et discret, reste le puriste, l’artisan éclairé et amoureux de son art. Quelques extraits de son corpus, dont, pour commencer, une tamawayt très expressif :-

 

a wayd immutn ad-iffeġ tindam 

ad-iffeġ tama n-wenna mi xxix g-ul ! 

 

Puissé-je sans tarder mourir pour mettre un terme au regrets,

M’écarter de celui, chez qui ne suis plus en odeur de sainteté !

 

 

Voilà un izli dont Meghni semblerait partager la parenté avec Lahcen Ouâchouch, vu qu’il figurait au programme de ces deux poètes en 1981-1982.

 

idd-is-turezzud a-teddud ad-i-dzrid, a wenna rix ? 

mani lεahed, mani lεazaziyt-nneš, a wennax ira wul ?! 

 

Chercherais-tu à t’esquiver, à me lâcher, ô toi que j’aime ?

Que fais-tu de ton serment, ton affection, ô toi l’élu de mon cœur ?!

 

 

 

Un autre izli célèbre, enfin, entendu en 1983 :-

 

 ikka yfiġr ġifi allig ar-h’eððux ifilan, 

 mayd ziyi yssufġen yad uxlaε ikšem diyi ? 

 

 La vipère m’ayant effleuré de la ficelle même me méfie,

 Qui donc pourra exorciser cette frayeur qui me saisit ?

           

Poètes professionnels ruraux

 

Citons, enfin, quelques uns parmi ceux qui permettent à la poésie amazighe de maintenir le cap, de faire plus que survivre, c’est à dire les imdyazn. Alors là, une constatation heureuse s’impose. Sur la bordure nord du Moyen-Atlas, chez les Iyerwan, les Ayt Seghrouchen, les Ayt Myill, les Ayt Ndhir, malgré la proximité des grandes métropoles de Fès et Meknès, avec des groupes comme Inchaden et d’autres, les troubadours font encore bonne figure. Peu importe qu’ils qualifient leur genre de tamlyazt, de tanšad, ou d’ahellel. Professionnalisme et savoir-faire sont au rendez-vous pour garantir une production impeccable.

 

Plus au sud, dans le Grand Atlas autour de l’ ‘Aari ou ‘Ayyach et de la Zaouit Sidi Hamza, la situation est plus difficile. Hammou Zahra de la vallée de T‘ar‘art, qui comptait dans son répertoire une magnifique ballade sur Bou Salim El ‘Ayyachi, a pris sa retraite. Mais son fils aurait, aux dernières nouvelles, repris le flambeau. À Tounfit, le cheikh Ou ‘Aqqa exerce toujours son métier. Chez les Ayt Merghad, la primeur revient à Lbaz.

 112sheikhlisiwr.jpg

Cheikh Zayd (lisiwr) en pleine action, Imichil, Sep. 1982 (photo: M. Peyron)

Des Ichichaoun des Ayt Yahya, cependant, nous vient un personnage haut en couleurs, le cheikh Zayd, mieux connu sous le sobriquet de lisiwr du fait que ses joues rouges rappellent le logo qui figurait dans les années 1980 sur les bouteillons en plastique d’huile Lesieur. Celui-ci, parmi les plus réputés, les plus actifs des imdayzn, possède un corpus extrêmement riche comprenant des classiques comme Sidna Yusf, ainsi que d’autres ballades où il commente sans ménagement les évènements récents, nationaux et internationaux, depuis ‘La Marche verte’ ( tawada tazizawt ) jusqu’à la guerre du Golfe de ’91. Où il flétrit, entre autres, fassiyin autant qu’udayn. Ce qui ne lui a pas valu que des amitiés… Du reste, en 2002, il a eu une fois de plus maille à partir avec la justice dans des circonstances plutôt rocambolesques. Passons. N’empêche que son prestige de très grand professionnel, d’amdyaz, demeure intact auprès des connaisseurs sachant apprécier son art.

 

Autre personnage sympathique, qui aura véritablement dynamiser la scène musicale du Moyen Atlas (car on ne peut dissocier la musique de la poésie chez imaziġn): le génial Moha ou Lhoucine, dit ‘Maestro’.

 

Cet ex-goumier de la région de Khénifra est devenu mondialement connu par la vigueur qu’il a su insuffler à la chorégraphie de l’ah’idus. Drapé dans son azennar foncé, bondissant devant son groupe, déclenchant d’un geste le déchaînement modulé, saccadé, des tambourins. Lui aussi a récemment pris sa retraite, chargeant son fils Achiban Ou Lhoucine de poursuivre son œuvre.

 

Poètes villageois populaires

 

Il conviendrait, enfin, évoquer d’autres facettes de cette poésie. Ce qu’elle a de frais, de vivant – en un mot, tout ce qui assure sa pérennité, et qui est en grande partie attribuable aux poètes villageois. Vers simples, mais émouvants qui disent l’aventure de l’homme face à un milieu ambiant incertain, où la nature sait être généreuse, voire avare de ses bienfaits. Nécessité constante de faire la part des choses entre un labeur quotidien souvent ingrat et une certaine recherche du plaisir. Celui-ci compensant celui-là. Poésie que l’on pourrait qualifier de toponymique, ou d’actualité. Quelques izlan suffiront pour illustrer notre propos. Le premier, bien connu des gens de Tounfit et de
la Haute Moulouya :-

 

 

ay εari w-εeyyaš, ay umm rbiε, 

mš-ur-aġ tellid zwan-aġ išeddran !

O mont des Ayt ‘Ayyach, ô mere du printemps !

Si ce n‘était vous, bien secs seraient nos champs !

 

 

Le second, qui démontre bien la vie nomade de beaucoup de jeunes, bergers ou moissonneurs ( išuwwall ) en quête d’embauche, ou de vendeur-itinérant ( εaţţar )en quête de clients :- 

 

wenna yran nnašat iy azufri yasi taggwat, 

 

kkin εin luh, ikk nniy uzru, yali εari !

Pour trouver le plaisir, faut se faire vagabond avec à la main un baluchon,

Passer à Aïn Leuh, puis au-dessus d’Azrou avant de gravir la montagne !

 

 

 

Thème picaresque repris dans cet autre couplet :-

a tunfiyt ! waxxa tellid yer leεwari, 

ssityam n-εumar ad-i-d-yawi ku yan ! 

 

O Tounfit, tu as beau être cernée de monts boisés,

Le car SATMO d’Aomar m’apportera un bien-aimé !

 

 

Ceci résume l’un des thèmes forts de la poésie amazighe, celui de l’errance que pratique ces éternels voyageurs, inežda, perçus par les âmes esseulées comme l’éventuel recours, ou héros encore de drames obscurs comme celui que campe cette strophe ancienne (tamawayt taqdimt). En traversant un village, le voyageur disponible, entreprenant, n’osera lever l’œil vers une belle de crainte que ne s’abatte sur lui une pluie de cailloux. Situation ainsi résumée par le poète :-

 

nekkin d aberrani ggwedx ad-iy-ineġ ša, 

xef uhezza n-tiţţ, inin-as midden lh’ubb axf immutn !

 

D’hier à demain 

 

 

Un mot également, sur ce que l’on pourrait qualifier de l’aspect « permanence et renouveau » de cette production poétique. A fréquenter les sentiers de l’Atlas, à collecter izlan et timawayin, on s’aperçoit  de la profondeur historique de cet art.  Envers et contre tous, elle perdure. Une part appréciable de la moisson de l’auteur de ces lignes, appartenant aux années 1980-2000, s’avère être identique à bon nombre de pièces similaires recueillies par Arsène Roux et ses informateurs pendant la période 1914-1940 (4).

 

Parfois constate-t-on, lors d’allusions frisant l’indécence, qu’une forme de censure a été depuis mise en place. Ainsi cette tamawayt figurant sous sa forme complète dans le Fonds Roux :-

 

 a tatfi lkissan n-taddart, a tatfi n-imawn n-tirbatin, 

 a tatfi tibubutin n-taytššin, mr-idd imerwasn !     

 

 O la douceur des verres de thé préparés en la demeure, ô la douceur

des bouches des jouvencelles,

O la douceur des seins de femmes, si ce n’était les dettes !

 

Dans la version recueillie par l’auteur dans les années 1980, l’allusion aux « seins des femmes » a été purement et simplement gommée (5).

 

En revanche, la version d’une tanšad  célèbre sur Ali Oulloubane, recueillie par Roux près d’Aïn Leuh dans les années 1930, est identique à 95% avec celle notée dans la même région par l’auteur en 1995. Il en est de même pour la tamawayt  suivante :-

 

 nnan midden ša, nnan imazann ša, nnix ša 

 s-imi-nu, awd yukk iġiyn ad-iqqen  imi-nnes! 

 

 Les gens ont bavardé, les émissaires aussi,

 Moi-même j’ai parlé, nul ne sait le silence garder !

 

Exemples qui en disent long sur la fiabilité de la transmission orale ; gage, aussi d’une longue vie assurée pour ce genre poétique. Des jeunes, du reste, s’y emploient activement, dont Mounir de Khénifra, qui constitue sans doute la fer de lance de cette nouvelle génération. Tout en innovant au niveau de l’accompagnement musical, voire de la lyrique, il sait habillement reprendre d’anciens refrains, les ré-actualiser au sein d’un ensemble qui demeure dynamique. 

 

Conclusion 

 

On le voit, il s’agit d’une production poétique diversifiée admirablement servie depuis deux décennies par des avancées spectaculaires dans le domaine de la communication, ayant permis une véritable floraison de mini-cassettes, de CD, de vidéo-cassettes. Révolue l’époque des cassettes ‘pirates’ de mauvaise qualité, vendue ‘sous le manteau’ pour moins de 5 Dirhams au début des années 1980. Dont certaines fonctionnent encore malgré tout, vingt ans plus tard ! À présent, la corporation s’est professionnalisée. Des maisons sérieuses comme Sawt Kénifra, Sawt Zaouia, ou Boussiphone ont vu le jour, se sont efforcées de commercialiser un produit fini, de qualité.

p4090176.jpg

 

Grand ahidus à Ifrane (AUI), printemps 2008 (photo: R. Daoudi) 

Par ce biais, surtout, la poésie amazighe a atteint toutes les régions du royaume, influençant jusqu’aux paroles des chants beldi, ou šεabi, du Gharb. Exemples entendus: le terme baðað (‘passion’), voire un bout de strophe entier, ay illi-nu, ša lbass wr illi !, ou encore awid aman. Sans oublier la  bien compréhensible nostalgie du pays natal que cultivent les communautés marocaines dans l’émigration (les ayt frans, les ayt belgica, etc.). En effet, certaines cassettes sont produites jusqu’en Belgique…  Soit-dit en passant, alors que certains pessimistes promettaient récemment à Tamazight une fin toute proche, annoncée, bien au contraire, l’essor que connaissent les moyens ci-dessus cités semblerait garantir la sauvegarde de ce moyen d’expression, et partant, de la langue berbère elle-même.

 

Michael PEYRON Ifrane, mars 2003

michael.peyron@voila.fr

 

 

NOTES

1  Cf. M. Peyron, Poésie berbère des temps héroïques : Maroc central, 1908-1932, Aix-en-Provence, Edisud, 2002. 2   Cf. F. Reyniers, Taougrat, ou les Berbères racontés par eux-mêmes, Paris, 1930. 

3  Les poésies qui suivent proviennent, pour l’essentiel de M. Peyron, Isaffen Ghbanin/ Rivières Profondes, Casablanca, Wallada, 1993. 

 

4    Cf. le « Fonds berbère Arsène Roux », IREMAM, Aix-en-Provence. Catalogue actuellement en préparation.

5    M. Peyron, Isaffen, p. 220.

76peyronwithhaddaouaqqimar2009auip3250046.jpg

AUI, Ifrane, printemps 2009 : rencontre avec Hadda ou-Aqqi (photo: R. Daoudi)

 

 

 

Publishing history:

Texte inédit. Présentation lue à la fin-avril 2003 au centre culturel français de Meknès ; à celui de Fès quelques jours plus tard.

 

N.B. Unless otherwise stated, all texts are copyright Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

 

 

Une Réponse à “Poésie amazighe du Moyen Atlas”

  1. Mejjane dit :

    Bonjour Dr. Peyron, j’espère que vous allez bien, je ne sais pas si vous vous rappelez de moi ou pas, j’étais une de vos étudiantes à AUI (au cours Histoire et Culture des Berbères). En fait, j’étais en train de surfer sur Internet et je suis tombée sur ma photo avec Maestro à Tighessaline, prière de ne pas la publier sur Internet pour des raisons personnelles. Merci pour votre compréhension.

Laisser un commentaire

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
célia dojan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | love and feelings
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres