The Ayt Yahya of Tounfit, central Morocco

Posté par Michael Peyron le 17 avril 2010

The Ayt Yahya of Tounfit, central Morocco 

by Michael PEYRON

94ardouzjbelmaasker.jpg

Ardouz village at foot of Jbel Ma’asker (photo: M. Peyron)

aytyafelmanxixthcentury.jpg

As the traveller heads down through the cedars from the Zad Pass (Tizi Tebruri = ‘hailstone pass’), the wide-sky expanses of the Upper Moulouya unfold before him, backed by the lofty, snow-capped ‘Ayyachi-Ma’asker range, over 3700 metres high. As with many others who have gone before, there dawns on him the notion of imminent transition. Behind lie forested, well-watered, Mediterranean style highlands, while the gaunt, rugged ranges on the horizon represent the “last stop before the Sahara”, beyond which live none but tribesmen like the Ayt Hadiddou “who fear naught but God”.

81camelcattleandsheepherdinghighmelwiyaplain1.jpg

‘Ayyachi dominates the upper Melwiya (photo: M. Peyron)

Our traveller is, in fact, contemplating one of the most important regions of inner Morocco, its dramatic scenery somehow equal to the epoch-shaping events it has witnessed throughout history. Not so much a highland sanctuary as a cultural cross-roads, a haven of “intellectual rurality”, famous for its wandering minstrels and local poets (imdyazn and ineššadn) who reflect the conscience, both religious and worldly, of the mountain Imazighen who inhabit the area. 

12jbelmaaskertounfit2.jpg

Tounfit and Jbal Ma’asker with dusting of snow (photo: M. Peyron) 

Among these the Ayt Yahya, a Tamazight-speaking tribal group, occupies the area between Midelt and Imilchil in the High Atlas. They may be conveniently classified as highland semi- transhumants, some living in village clusters (qşur or iġerman), some in dispersed villages. The Ayt Yahya brought to the shady (amalu) north slopes of the Atlas a social organisation and general pattern of existence evolved in the dry, pre-Saharan steppe, and which they eventually adapted to a colder, wetter environment featuring extensive winter snow-fall.

113mountainarchitectureeasternhighatlasizzaathman.jpg

Izza ‘Athman village, Asif Wirin, March 1976 (photo: M. Peyron)

41tagoudit.jpg

Qsar of Tagoudit, Ayt Yahya (photo: M. Peyron)

Hence the classic, mud-built qşar, or fortified hamlet survives chiefly in the arid, upland valleys south of ‘Ayyachi or Jbel Ma’asker, whereas in the well-wooded areas to the north, stronger-built houses cedar-planks and stone predominate in dispersed villages. Likewise, pastoralism remaining the chief activity, among the southern clans, transhumance is the name of the game. To the north, however, village-based grazing prevails. 

89traditionalploughingaytyahya.jpg

Ploughing scene, Lmerri, Bou Ijellaben in background, January 1973 (photo: M. Peyron) 

There is also a generalised use of irrigated patches, producing barley, buckwheat, maize, and wheat,  while on nearby fruit-trees, cherries, apricots and a few walnuts are to be found. As to habits inherited from the Saharan region, use of the baggage-camel (alġum) and baggage-ox (ayugu), together with the institution of the communal bull, were reported in the Ayt Yahya area as late as the mid-1970s. 

67clusesdetagountaytyahya.jpg 

Muleteers returning from Sunday ssuq at Tounfit, May 1967 (photo: M. Peyron)

The Ayt Yahya tribal grouping was in the forefront of the SW-NE push by Senhaja Berber pastoralists that lasted from the 10th to the 19th century. In fact, one of their clans has remained to this day at Aghbalou n-Kerdous, on the south side of the High Atlas. The Ayt Yahya and their kindred groups, the Ayt Merghad, Ayt Hadiddou and Ayt Izdeg, with some Ayt ‘Ayyach, became fellow members of the Ayt Yafelman (lit. ‘the peaceful ones’), a confederation set up some time around 1650 to counter-balance expansion by an aggressive rival entity, the Ayt ‘Atta of Jbel Saghro. 

96backfromthefieldsmassou1.jpg

Heading home from the fields, Ayt Sliman, Ta’ara’art valley (photo: M. Peyron)

Before listiεmar, as with many other Imazighen tribes, activities for which the Ayt Yahya were famous included raiding, sheep-rustling, plundering and/or “protecting” caravans along the triq aqdim between the Ziz valley and Tounfit. There existed a pattern of alliances (the leff system) by which each clan could call on the support of one, possibly two, friendly clans, if attacked by a rival group. The fighting that resulted would be limited in time, usually between fairly well-balanced groups, and was frequently interrupted by truces engineered by the saints (igurramn) of Sidi Yahya ou Youssef.

 94playingtakkurtatlmerritounfitregioninautumn1980.jpg

Tribesmen playing takkurt, Lmerri, Oct. 1982 (photo: M. Peyron)

Contrary to modern behavioural standards, intermittent raiding and clan warfare were perceived as making life more exciting and giving young men (iεerrimn) a healthy opportunity to prove their bravery. Without the use of bayonet, dagger or musket (“the voice of steel” as it was called), points of honour could not be properly settled. This was a very strong notion throughout tribal society. Not that warfare was by any means permanent or total; eradicating a rival clan made no sense; it was much wiser to allow it to survive so as not to cut off the source of supply that sensible raiding and plundering so easily guaranteed. This was a typical Heroic Age situation. 

aytyahyacountry.jpg

Prowess with weapons being second nature to these mountaineers, no wonder the Ayt Yahya fought hard against French forces which invaded their region between 1922 and 1932. Desperately tragic battles such as Ayt Yâqoub and Tazizaout saw highly manoeuvrable, lightly-equipped Berber fighters more than hold their own against well-armed French regular troops. In fact, man to man, the Berbers were usually superior to their opponents; against aeroplanes, machine-guns and mountain artillery, however, bravery was of no avail. Yet, they fought on to the last, distinguishing themselves in daring, single-handed operations, a lone rifleman occasionally succeeding in pinning down crack Foreign Legion troops with accurate fire from some hill-top. 

The Ayt Yahya themselves consist of several clans. The southern Ayt Yahya clans, living on the sunny (assamer) slope of the main range, include the Ayt Sliman, Ayt Moussa ou ‘Atman, Ayt Fedouli, Ayt Hattab, Ichichaoun and Ayt ‘Ammar, the last-named clan being of ou-Hadiddou origin, but now incorporated into the Tounfit region. Chief among the northern Ayt Yahya are the Ayt ‘Ali ou-Brahim of Tounfit proper, the Imtchimen at the foot of ‘Ayyachi, the Ayt Hnini at the Moulouya source, the Ayt Bou ‘Arbi of the upper Anzegmir, and the Ayt Sidi Yahya ou Youssef. These clans all claim a Saharan origin, except for the Ayt Sidi Yahya ou Youssef, who are marabouts, or igurrramn, allegedly hailing from Moulay Idriss Zerhoun, one of their sub-clans retaining a dialect strongly reminiscent of that spoken in the Zerhoun.

86zaouitsidiyahyaouyousefjan1974.jpg

Zawiya Sidi Yahya ou Youssef, Jan. 1974 (photo: M. Peyron) 

While on the topic of maraboutism it should be mentioned that the Tounfit area was also under the influence of the neighbouring Imhiwach saints of Aghbala. As to the other clans, they include some elements from the Ayt Yoummour and Ayt Ihand that the Ayt Yahya absorbed when they arrived in the area in the late-18th century. 

133assakadtaildunemaisondhabitation1jpg.jpg

Typical taddart, Assaka village, January 1974 (photo: M. Peyron)

The 1970s proved the heyday of the “segmentary society”, a theory (challenged before the century was out) to describe tribal organisation, as devised by Evans-Pritchard after his study of the Sudanese Nuer, and described by Anglo-Saxon anthropologists as corresponding to the Berbers’ socio-political organisation. Basically, it was a case of “me against my brother; my brother and I against the rest of the world.” This made sense in a society where customary law izerf, vendetta, retribution and/or payment of blood money were the order of the day. The Ayt Yahya, arranged in sub-clans, clans, and inter-clan alliances carefully calculated to curb the excesses of intra-tribal warfare, could be seen as fitting fairly neatly into the segmentary pattern. Early reports by colonial observers, before the actual conquest of the area (1931-1932), described Yahya clans as regularly at each others’ throats. Faced with the threat of a common outside foe, as with the French, however, they tended to oppose a united front. 

93lmerriaytyahya.jpg

Hard-working Lmerri housewife, March 1983, (photo: M. Peyron)

To-day, however, tribal disunity prevails. Since independence, while overall group awareness remains outside the tribe in terms of recognizing Ayt Yahya, say, from Ayt Sokhman, tribal solidarity within has become eroded among the Ayt Yahya. An ou-Yahya will introduce himself as an ou-Sliman, or an ou-Fedouli, rather than as the member of an overall Yahya tribe. The more so as, technically and administratively, such an entity no longer exists. Thus have allegiances become strictly local, a tendency reinforced by the introduction, in the 1960s, of the local commune (žamaε qarawiya), an administrative unit that usually duplicates the ancient clans. Initially a rubber-stamp institution, it has been acquiring a certain measure of autonomy and power in recent years, as local assemblies have worked out a new, realistic relationship vis-à-vis the makhzan. All of which has tended to make nonsense of the segmentary theory, which is no longer valid stricto sensu, in the modern context. This being said, on the judiciary plane, I was told in Tounfit, in 1974, that while decisions were made according to Koranic Law (ššraε), they still contained a dash of izerf just for good measure. 

 22woolwashingaytsliman1974.jpg

Woman washing wool in Asif Tasfalalyt, Ayt Sliman (photo: M. Peyron)

Great were the changes experienced by tribesmen in the aftermath of foreign military conquest and subsequent independence. Now that peace prevails among the Ayt Yahya, life has, in a way, lost its salt, its bravado. The element of panache is gone. No longer may a man proudly sing one of those famous short poems (timawayin) such as:- 

            sassbu l-lkissan t-tadawt iyyis d-uhezz, uxribn bu šuk, 

            t-tadda yżill, unna tent-ismun ay-as-iwten i-ddunit ġr ixf! 

            Full happy is he who rides with his lady-friend on horse-back, 

            While rifle, tea-pot, tent pegs in the saddle-bag go clank-clank!

 36aytyahyawoman.bmp

Ult-Sliman woman, Louggagh, Taaraart valley (photo: M. Peyron)

Nowadays, the sound of gun-shots no longer echoes back from the heights; except when musket-wielding horseman stage mock charges on days of powder-play, called tafrawt in Tamazight. If sheep-stealing is now officially frowned upon, it has been replaced by timber-rustling, the Ayt Hadiddou frequently leaving their treeless plateaux at night to come and cut down cedars in Ayt Yahya forests, despite opposition from armed Forest Guards. Poaching Barbary Sheep in the Jbel Fazaz game reserve near Tirghist is also a tempting proposition. But the fine (bruşşi) involved, if caught red-handed, will no doubt deter all but the lion-hearted. The element of risk, then, is till there, but remains a poor substitute for the real thing! 

68pasturingsheepuyahyashepherd.jpg

Ou-Yahya shepherd, Ighil ou Ahbari forest, Nov. 1967 (photo: M. Peyron)

Thus must Yahya tribesmen now learn to become law-abiding Moroccan citizens. This involves channelling their energies into peaceful pursuits such as farming, harvesting, animal husbandry, or else working with road-repair gangs or woodcutters’ co-operatives.

 53massou.jpg

At the threshing-post, Massou, summer 1989 (photo: M. Peyron)

Though such solutions may mean exiling oneself to the cities, or even going abroad, the ou-Yahya remains strongly attached to his native turf. One of my best friends in the area, aged 58, has, in his lifetime, only been to Casablanca once; twice to Meknes, and about half a dozen times to Midelt. Being without a TV set does not make him feel in any way deprived. If he goes to Tounfit for ssuq al-h’ad (‘Sunday market’), he can always enter a café and watch “Crocodile Dundee” or “The Halls of Montezuma” dubbed into German. So what? 

42girlandboyassaka.jpg

Brother and sister from Assaka, spring 1982 (photo: M. Peyron)

Like other Imazighen, and despite changing times, the Ayt Yahya endeavour to retain the qualities which they upheld in the Heroic Age: approachability, adaptability, honour, hospitality, industry, solidarity and belief in God. While some remain at home to eke out a living, a minority have emigrated, either to Midelt or some other Moroccan city, or even abroad. As old habits die hard, others join the Army, as did their forbears under the French, and many have fought in the Western Sahara. Poetry alone, together with the ah’idus dance, ever a powerful sign of “Berberdom” (timuzġa), still provides some measure of release. 

   Michael PEYRON 

michael.peyron@voila.fr

                                  GENERAL BIBLIOGRAPHY 

BRYANS R., 1965, Morocco: land of the farthest West,
London: Faber & Faber. 

GELLNER E., 1969, Saints of the Atlas,
London: Weidenfeld & Nicolson. 

GUENNOUN  S., 1934, La Voix des Monts: mœurs de guerre berbères, Rabat : Omnia.

GUILLAUME A., 1946, Les Berbères marocains et la Pacification de l’Atlas central, Paris: René Julliard.

HART D.M., 1984, The Ait ‘Atta of Southern Morocco: daily life and recent history, Wisbech: MENAS Press. 

HART D.M., 1993, “Four centuries of history on the hoof: the North-west passage of the Berber sheep transhumants across the Moroccan Atlas1550-1912”, Journal of the Society for Moroccan Studies, n°3: 21-55. 

PEYRON M., 1976, “Habitat rural et vie montagnarde dans le Haut Atlas de Midelt (Maroc) », Revue de Géographie Alpine, n°2 : 327-363.

RAYNAL R., 1960-1961, « La terre et l’homme en Haute-Moulouya », Bulletin Économique et Social du Maroc, n°86 & 87 : 281-346.

ROUX  A. & PEYRON M., 2002, Poésies berbères de l’époque héroïque, Maroc central (1908-1932), Aix-en-Provence: Édisud.

 

Publishing history

Unpublished paper based on a presentation given at AUI on February 2, 2000.

N.B. Unless otherwise stated, all texts copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General Berber History | Pas de Commentaire »

Equilibre des forces aux temps de Moulay Slimane

Posté par Michael Peyron le 16 avril 2010

 

Équilibre des forces aux temps de Moulay Slimane

 

- Introduction
- Problèmes et préoccupations
- Wahabbisme contre maraboutisme
- Un thaumaturge ambitieux
- Lenda : causes de la défaite sultanienne
- Échec de la tentative « amhaouchienne »
- Conclusion

Équilibre des forces aux temps de Moulay Slimane : sultan, makhzen, igurramn et le cas Amhaouch.

 

Introduction

 

Parmi les sultans marocains de la dynastie alaouite, Moulay Slimane (1992-1822) ne laisse pas d’intriguer les observateurs. Cela tient sans doute à la personnalité complexe de ce souverain érudit, peu enclin à se rapprocher de l’occident, fin diplomate, profondément religieux, et ennemi avoué des confréries soufies. Mais, soucieux de préserver l’intégrité nationale, face à une fitna al-barbariyya, toujours possible, et qui n’attend qu’un chef pour se déclencher, il fera souvent campagne à la tête de ses mehalla-s. Malgré le retentissant échec militaire de Lenda (1819) face à Boubker Amhaouch, il parviendra in extremis à sauver la dynastie. Nous allons tenter ci-après d’analyser les différentes composantes de cette situation de crise.

 

Problèmes et préoccupations

 

Campons d’abord le décor. Le Maroc aux temps de Moulay Slimane est un pays en proie à de multiples problèmes : survivance d’une menace turque aux frontières, guerre napoléoniennes qui perturbent le trafic maritime, d’où des difficultés de ravitaillement et hausse des prix, encore compliquées par la famine, la peste et la sécheresse. La menace latente, enfin, jusqu’aux confins de l’empire, de zawiya-s, héritières pour certaines d’anciens concurrents dynastiques.

En effet, comme l’a déclaré en son temps Azayku (2001 : 61), tout au long du 18e siècle la préoccupation constante de la dynastie alaouite aura été d’éviter que ne se créent dans l’Atlas des foyers d’agitation propices à des tentatives de restauration dynastique berbère.

En effet, les candidats ne manquent pas : Sanhajas dans le Fazaz ou le Tadla (ancien fief des Dila’yin) ainsi que leurs héritiers Ihansalen ou Imhiouach) ; Masmoudas dans l’adrar n-dern (émules possibles des Almohades ou du « marabout de Tasaft ») et enfin, dans le Tazeroualt, les descendants de Sidi Hmad ou Moussa, issus de la lignée semlala remontant aux Idrissides. N’oublions pas le malicieux dicton : d amzwaru filala, d aneggaru semlala, leit-motif lancinant et constituant un argument de taille puisque semblant conférer à ceux-ci, simples igurramn, une destinée prestigieuse, une légitimité de shurfa ! Du reste, pour donner le ton, depuis sa base de Taroudant, c’est contre le sherif du Tazerwalt, Sidi Hachem, que sévit en 1814 une harka makhzénienne sous les ordres d’Aghennaj, caïd des Haha et gouverneur de Moulay Slimane dans le Souss (Agrour 2007 : 230).

La place qu’occupent les confréries religieuses mérite d’être soulignée. Entre autres : la tijanniya, réfugiée au Maroc, et seule à trouver grâce aux yeux du monarque, car il y adhère personnellement. Cependant, n’ont droit à ses faveurs ni la nasiriyya qui, depuis son pôle spirituel rayonne sur le Sud marocain, tissant un faisceau d’influences en direction de Taroudant et d’Iligh ; ni l’émergeante et puissante tariqa darqawiyya, dans la mouvance de laquelle se situe Boubker Amhaouch, dont il sera question sous peu.

Depuis 1730, par un savant jeu d’équilibre entre pouvoir temporel et spirituel, le sultanat alaouite et les confréries auront su éviter au pays tout morcellement profond. Deux facteurs majeurs, cependant, militent à présent contre cette toute relative quiétude.

 

Wahabbisme contre maraboutisme

 

C’est le précédent fâcheux de Moulay Yazid (1790-92), tout d’abord, qui a mis en péril l’œuvre e Moulau Ismaïl et, dans une moindre mesure, de Sidi Mohammed ben Abdellah. Une fois sur le trône, en accueillant Amhaouch à Meknès (Naciri 1906 : 370) , Moulay Yazid aura donné à celui-ci une fausse idée de son importance. Ce qui lui permettra de prendre une position en flèche pendant le règne suivant, de se poser comme champion des amazighes du Fazaz, voire de briguer le pouvoir temporel dès lors que sera mise en doute son autorité maraboutique en matière de moussems, de zziyart »-s, suite au dahir sultanien jetant l’anathème sur ces pratiques.

En effet, sous l’influence de pèlerins revenant de la Mecque, Moulay Slimane prend fait et cause pour la doctrine puritaine du Wahabbisme dont, le premier, il assure la diffusion au Maroc. Toute pratique s’écartant du droit chemin de la sunna, tout ce qui relève de bida’, est dorénavant rigoureusement interdit. De plus, il déclare que de tels égarements peuvent être invoqués comme cause des disettes et autres calamités naturelles qui s’abattent sur le pays (Ghoulaichi 2005 : 34). Naturellement, les principaux chefs de confréries maraboutiques se voient ainsi désavoués, menacés jusque dans leurs activités les plus courantes, car privés de ressources financières provenant des moussems. Ceci s’ajoutant au mécontentement général qui mine le pays, victime de disettes et privations de toutes sortes, va fournir à ces leaders spirituels un terreau fertile pour asseoir leurs plans visant à renverser le sultanat alaouite. C’est là que Boubker Amhaouch va donner sa pleine mesure.

 

Un thaumaturge ambitieux

 

Troisième de la lignée des Imhiouach, Boubker (sidna bubshel en Tamazight) est un agurram hors normes dans une catégorie d’individus d’exception. Bien que son aïeul, Mohammed Ou Nasr, eût tiré son inspiration mystique de Tamgrout et de la nasiriyya, c’est par la tariqa darqawiyya que Boukber Amhaouch se trouve attiré. Il fait, en outre, preuve d’un charisme, d’un magnétisme tels, joint à un don pour la sorcellerie, qu’il consolide rapidement son ascendant sur les tribus amazighes Ayt Oumalou du Mont Fazaz, celles-là mêmes qui se trouvent en pleine poussée dynamique vers le nord-ouest (Hart 1993).

Boubker Amhaouch sait notamment exploiter la crédulité de ses ouailles, à épouser la philosophie mahdiste (que l’on qualifierait de ‘messianiste’ en terre chrétienne), allant jusqu’à se présenter comme le dužžal (‘Ante-Christ), qui précédera de peu la fin des temps (taxir zzman) et l’arrivée du mahdi, ou ‘être impeccable’. Philosophie qui se conjugue autour d’une série de prophéties plus ou moins apocalyptique, qui feront également partie du fonds de commerce de ses descendants, et dont certaines ont encore cours de nos jours parmi les monts de l’Atlas. Ce qui en émerge est une sorte de ‘néo-soufisme’ (Lakhsassi 2002), modelé sur des lignes orthodoxes, mais ayant une orientation résolument activiste. Peu étonnant dès lors que Boubker, se considérant comme héritier des Dila’yin, eût envisagé, comme eux, de franchir le pas entre le spirituel et le temporel, de s’en prendre directement au sultanat.

Qu’il ait lui-même aspiré à devenir sultan, cependant, reste sujet à discussion. Après le siège de Meknès (1820), le complot réunissait alors Boubker Amhaouch, Moulay el-Arabi ed-Darqawi, un sherif d’Ouezzane et Oul-Ghazi, chef Zemmour affilié à la darqawiyya, prendra clairement « les proportions d’une révolte Idrisside, d’une tentative inavouée d’installer une nouvelle dynastie » (Drouin 1975 : 57). En effet, selon les termes d’un document élaboré par les conjurés, Moulay Brahim, un fils de Moulay Yazid, sera un temps déclaré sultan. Mieux que cela, l’une des prédictions attribuées à Sidi Boubker déclare sans ambages : « C’est moi qui régnerai sur le pays, le Seigneur m’a promis que mon heure viendrait ! » (Loubignac 1924 : 443). D’ailleurs, ceci ne semble faire aucun doute aux yeux d’une autre observateur : « En acquérant une telle puissance militaire, Amhaouch abandonna par-là même son rôle spirituel et devint le concurrent direct du sultan » (Ghoulaichi 2005 :30).

 

Lenda : causes de la défaite

sultanienne

 

Piqué au vif par les mesures prises contre le soufisme par le sultan, Boubker devient le porte-étendard, d’un mouvement anti-makhzénien ayant pour pivot le massif du Mont Fazaz, c’est à dire la partie occidentale du Moyen Atlas. Grâce à sa faconde, à ses talents d’organisateur aussi, il réussit l’exploit de réunir, en fin de compte, une puissante harka incluant l’essentiel des tribus de dialecte tamazight (Zaïan, Ayt Mguild, Ichqern, Ayt Ihand, etc.), voire d’Imarmushen (Marmoucha) relevant des parlers zénètes. Les hostilités vont se traduire par une série de campagnes, marquée par deux confrontations majeures, décrites par les chroniqueurs de l’Istiqsa comme étant « l’affaire d’Azrou » (avril 1811), et « l’affaire zaïane », ou bataille de Lenda (mai 1819).

Fournir un compte-rendu détaillé de ces affrontements déborderait du cadre du présent travail. Il suffira d’invoquer une cause de faiblesse grandissante, destinée à miner l’efficacité de la mehalla de Moulay Slimane : le recours de plus en plus généralisé à des recrues de tribus jaysh arabophones (Cherarga, Ouled Jamaa, Beni Hassan, etc.), au détriment de contingents amazighes du bas pays (Ayt Ndir, Iguerrouane, etc.). Mesure de nature à semer la zizanie, et qui « eut pour tendance d’impliquer le sultan dans des antagonismes tribaux en opposant des tribus arabes aux Berbères des piedmonts » (El Mansour 1990 : 102), et qui, en affaiblissant la mehalla de Moulay Slimane face aux Imazighen du haut pays, s’avérera contre-productive. Si l’intervention de dernière heure d’éléments Idrassen lui sauve la mise à Azrou, il n’en sera rien au combat de Lenda.

Celle-ci eut lieu non loin de l’actuelle bourgade d’El-Qbab. L’affaire fut fort mal menée de bout en bout. À un plan d’action compliqué, comprenant la convergence de deux colonnes vers les berges de la rivière Srou, s’ajoutèrent divers facteurs négatifs : déploiement tactique lourd de la mehalla ; loyalisme douteux des contingents Imazighen des piedmonts ; exactions commises à l’égard des populations ; trahison du caïd Oul-Ghazi, qui, de mèche avec les imgharn de Boubker, prépara la désertion des éléments Zemmour et Idrassen au moment le plus critique de la bataille. En fin de compte, seuls le jaysh des Ouadaïa et la « Garde noire » demeurèrent fidèles autour de l’afrag du sultan. Une fois celui-ci entamé, l’affaire fut vite entendue et Moulay Slimane capturé.

 

Échec de la tentative « amhaouchienne »

 

Nous passerons sur la façon exemplaire dont les gens de tribu, respectueux de sa qualité d’amir al-muminin, prendront soin de Moulay Slimane, l’hébergeront, l’aideront à rallier AgourayZ. Malgré les succès remportés sur le terrain, il est vrai, dont « l’impossible victoire » (Clément 1979 : 37) de Lenda et un siège larvé de Mekhnès, puis de Fès, villes entourées des mois durant par les tribus amazighes (1820-1821), la coalition dirigée par Boubker Amhaouch va échouer tout près du but.

Un Moulay Slimane affaibli aura été obligé, pour lever le siège de Mekhnès, tout d’abord de faire appel à la médiation d’un agurram de la Zawiya Sidi Hamza, rebondissement significatif qui illustre le rôle classique de ce genre de confrérie, jadis dans l’orbite de Dila’, située depuis peu dans la mouvance makhzénienne et qui remplit là une des tâches traditionnellement dévolue aux marabouts. Ensuite, il lui faudra gagner Marakech, où il parviendra à se reconstituer, en dépit de tout. Malgré l’obligation qui lui est faite d’abdiquer en 1822, au profit de Moulay ‘Abd er-Rahaman, peu importe, la dynastie est sauvée.

Cela tient en partie à la chance. En premier, l’aubaine que constitue pour Moulay Slimane la capture inopinée par ses troupes du grand chef Moulay al-‘Arabi ed-Darqawi. De plus, si le succès militaire de Lenda n’abouti à rien, cela tient à que le corps de bataille de Boubker Amhaouch, fait de tribus amazighes du Fazaz, plus apte à manoeuvrer en terrain accidenté, se trouve à cours d’inspiration en plaine. Les subtilités des opérations de siège, notamment, lui échappent. Maîtres d’une certaine forme de guerre faite de mouvement, d’infiltration, d’utilisation des défilements, les combattants amazighs étaient moins performants en rase campagne ainsi qu’en matière de stratégie d’ensemble.

Les conjurés, de plus, ne semblaient pas entièrement d’accord entre eux quant à la finalité de leur action. En plus des menaces planant sur la tariqa darqawiyya, Moulay al-‘Arabi était motivé par une rancœur personnelle envers le sultan, qu’il souhaitait voir destitué. Oul-Ghazi et d’autres caïds, inspirés par une forme de « régionalisme de droite », selon un observateur (Clément 1979 : 37), visaient sans doute la création d’un makhzen plus en phase avec leurs ambitions personnelles.

Boubker Amhaouch, quant à lui, soucieux de ménager l’avenir, se cantonnait dans ses préoccupations apocalyptiques, dont la renaissance d’une mythique et resplendissante Lenda, point de démarrage du compte à rebours annonçant le jour du jugement dernier et la fin des temps. Où les riches seraient pauvres ; où les démunis accéderaient au bien-être matériel, selon l’esprit d’un proverbe amazigh connu :

  • Les petites tentes gagnent les hauteurs,

  • Les grandes tentes plongent vers les profondeurs !

  • tixamin timeżżyanin da-ttulint,

  • tixamin tixattarin da–tteggweznt !

Compte tenu de cette foule d’avatars et d’embûches, il était malaisé pour Amhaouch de faire aboutir victorieusement pareille coalition.

 

Conclusion

La survie de la dynaste alaouite, on l’a vu, n’aura tenu qu’à un fil. L’opportunisme, la chance et un certain flair politique auront permis à Moulay Slimane de sauver son trône face à la menace que les conjurés faisaient peser sur lui. Le rôle momentanément victorieux d’Amhaouch à la tête d’une coalition d’Imazighen, le symbolisme qui se bâtira dans un imaginaire collectif local pétri de soufisme autour du mythe de Lenda, restera longtemps gravé dans les esprits.

En outre, malgré la tragédie de Tazizaout qui vu la fin de la résistance effective des Imhiouach sur le terrain, il est intéressant de constater que sidna bubshel bénéficie encore dans les esprits d’un certain capital de sympathie. Le legs de cet épisode douloureux, en tout cas, comptera pour beaucoup jusqu’à nos jours dans le maintien de rapports conflictuels entre le makhzen et les habitants du Mont Fazaz. Cela explique parfaitement le peu de crédit qu’accorde le pouvoir central à cette région périphérique, jugée peut-être à tort comme faisant résolument partie du « Maroc inutile ».

Michael PEYRON
Université Al-Akhawayne, Ifrane (Maroc)

BIBLIOGAPHIE

  • Agrour R., 2007, Léopold Justinard, missionnaire de la tachelhit 1914-1954 : quarante années d’études berbères, Paris, Bouchène.

  • Arberry A.J., 1969, Sufism: an account of the mystics if Islam, Londres, George Allen & Unwin.

  • Azayko A.S., 2001, Histoire du Maroc ou les interprétations possibles, Rabat, Centre Tarik Ibn Zyad.
  • Bouverot Cdt., 1920, « Ras Moulouya », B.S.G.M., 1 :44-46.
  • Chiapuris J., 1979, The Ait Ayash of the High Moulouya Plain, Michigan, Ann Arbor.
  • Clément J-F., 1979, “Révoltes et répressions au Maroc”, Al-Asas, n° 13, jan-fév. :20-26/ 35-40.
  • Drague G., 1951, Esquisse d’histoire religieuse du Maroc : Confréries et Zaouïas, Paris, Peyronnet.
  • Drouin, J., 1975, Un cycle hagiographique dans le Moyen Atlas marocain, Paris, Sorbonne.
  • Drouin J., 1996, « Mystique et politique – Traditions étiologiques d’une fondation maraboutique au *Maroc », L.O.A.B., n° 24 : 129-146.
  • Ghoulaichi F., 2005, Of saints and sharifan kings in Morocco : three examples of the politics of reimaginiang history through reinventing king/saint relationship, Thèse de Lettres, Université du Maryland, disponible https://drum.umd.edu/dspace/bitstream/1903/2469/1/umi-umd-2561.pdf
  • Hart D.M., 1993, « Four centuries of history on the hoof: the north-west passage of the Sanhaja Berbers », J.S.M.S., n°3: 21-55.
  • Lakhsassi A., 2002, “Ziyara to the tomb of Sidi Hmad u-Musa”, Islamic Area Studies project, Tokyo, pp. 4-19.
  • Le Glay M., 1922, Récits marocains de la plaine et des monts, Paris, Lavauzelle.
  • Loubignac V., 1924, « Les prédictions de Sidi Boubkeur », Étude sur le dialecte berbère des Zaïan et *Aït Sgougou, pp. 438-447.
  • Mansour, El M., 1990, Morocco during the reign of Mawaly Sulayman, Wisbech, MENAS Press.
  • Naciri A., 1906 & 1907, Kitab al-Istiqşa, (trad. E. Fumey, Archives Marocaines, IX & X), Paris.
  • Peyron M., 1995, notice « Derkaoua », Encyclopédie Berbère, Aix-en-Provence, Édisud, XV : 2279-2283.
  • Peyron M., 2001, notice “imhiwach”, Encyclopédie berbère, Aix-en-Provence, Édisud, XXIV: 3694-3703.
  • Prémaré, de A., 1989, « Affaire d’Azrou », R.M.M.M., 51 : 1124-1125.
  • Roux A., 2003, « Prédictions de sidi bubšer », Catalogue des archives berbères du « Fonds Arsène Roux » (H. Stroomer & M. Peyron, éds., Rüdiger Köppe Verlag, Cologne), fichier 58.1.4. (p. 63).
  • Taleb Sidi Brahim Ben Muhammed al-Massi, « Personal narrative » (trad. W.B. Hodgson), Journal of the Asiatic Society, Londres, mars 183), (re-édition par l’IRCAM, Rabat, 2004).

Categories: Période contemporaine

N.B. Unless otherwise stated, all texts copyright Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans Berber history | Pas de Commentaire »

Sport de montagne au Maroc : innovations et inconvénients (2008)

Posté par Michael Peyron le 16 avril 2010

SPORTS DE MONTAGNE AU MAROC : INNOVATIONS ET INCONVENIENTS (2008)

Michael Peyron

Co-concepteur de la Grande Traversée  de l’Atlas Marocain (GTAM) 

1. Introduction

La pratique des sports de montagne au Maroc par les voyagistes étrangers et nationaux est fortement marquée par les tendances innovantes depuis 1980. Tout en enregistrant des succès, celles-ci en sont arrivées au stade où elles suscitent un nombre grandissant d’interrogations quant à leur « soutenabilité ». En effet, de la démarche confidentielle d’une poignée de randonneurs « libertins » (CORNELOUP, MAO & SENIL 2005 : 7) logeant chez l’habitant, on tend actuellement vers 100,000 visiteurs par an, tous massifs confondus, qui pratiquent la randonnée itinérante. En outre, la sur-fréquentation, en particulier au Toubkal, au Mgoun, et à Imilchil, n’est pas sans poser problèmes et tensions, dont des retombées écologiques potentiellement dommageables.

  06eveningimilchiloct19972.jpg

  Imilchil, lumière du soir, octobre 1997 (photo: M. Peyron) 

En effet, « on sait, aujourd’hui, que le tourisme de masse détruit l’espace touristique » (GOURIJA 2005) ; rappel salutaire. D’où incohérence majeure : le label de complaisance de l’éco-tourisme dont se targuent les voyagistes, paravent ne servant qu’à masquer des abus récurrents.

2. Du bénévolat au mercenariat 

L’état marocain, ayant longtemps misé sur un tourisme cinq étoiles conventionnel, avait délaissé les chaînes de l’Atlas, perçues comme faisant partie d’un Maroc « inutile » et potentiellement frondeur. Ce n’est qu’au tout début du XXIème siècle que les instances nationales ont appréhendé tout l’intérêt que constituait le tourisme rural pour les communautés montagnardes. En effet, pendant la période 1920-1980 l’Atlas marocain avait été fréquenté par des amateurs européens résidant au Maroc, CAFistes pour la plupart, profitant de leurs loisirs pour explorer sommets, cols et vallées, à la rencontre de villageois berbères accueillants. C’était le bénévolat à l’état pur.

Toutefois, dès 1965-1980, portés par la mentalité d’assistés née du consumérisme nombriliste « soixante-huitard », les premiers TO avaient commencé à prospecter sites et sentiers de l’Atlas. Le mercenariat faisant ainsi son apparition et avec lui l’activité baptisée « trekking » ; c’est la première innovation de taille. En outre, d’écotourisme paru en 1978, on en sera arrivé trente années plus tard à une forme d’égo-tourisme (HEAP 2008), démarche idéalisée effectuée le plus souvent dans une bulle personnelle, voire ésotérique.

   10leavingasakamarch2001.jpg             

Trekking avec assistance muletière, pied du Jbel Ma’asker, Haut Atlas oriental (M. Peyron)

2.1. Un tourisme sportif à encadrement commercial 

Quatre secteurs du Haut Atlas, en particulier, vont devenir des classiques pour les caravanes commerciales de touristes étrangers encadrées par des guides de montagnes, ou, selon les compétences exigées, par des accompagnateurs dits « de moyenne montagne » (1): les massifs du Mgoun et du Toubkal, terrain de prédilection pour la pratique du tandem ski/mulet au printemps, du trekking en été ; Saghro et  Sirwa, massifs pré-sahariens parcourus à pied, avec assistance muletière en automne/hiver. Copiant l’idée de Grande Traversée du Haut Atlas (GTHA), mise en avant par André Fougerolles (1991), ou de Grande Traversée de l’Atlas Marocain (GTAM), prônée par Michael Peyron lors de ses reconnaissances dans l’axe de la chaîne (1972-1984), certains opérateurs vont expérimenter des itinéraires linéaires, toutefois sans que la tendance ne se généralise.

 74buwzwouaboveanarguimarch1980.jpg

Sommet du Mouriq à ski, cirque des Ayt Wanergui, mars 1980 (photo: M. Peyron) 

Ainsi fonctionneront les TO pendant la décennie 1980, explorant les revues du CAF afin d’y dénicher de nouvelles destinations, s’imitant les uns les autres, sous-traitant auprès d’agences marocaines. Créant, aussi, des réseaux de muletiers, de logements chez l’habitant (dont des futurs gîteurs), tissant progressivement une gigantesque toile d’araignée, mettant le Haut Atlas en coupe réglée. Tout en permettant, à un certain nombre de Chleuhs des montagnes, durs à la tâche et âpres au gain, d’en tirer des revenus – il convient de le souligner.

2.2. Création d’infrastructures touristico-sportives 

Avant 1980, hormis cinq refuges du CAF dans le massif du Toubkal, ainsi que le refuge de Taffert du Ministère de la Jeunesse et des Sports dans le Bou Iblane, il n’existait en montagne aucune structure adéquate pouvant accueillir alpinistes, randonneurs et skieurs. Lacune qui méritait d’être comblée.  

Afin de palier à cela, pendant la  décennie 1980, avec l’ébauche d’une semblant de programme « montagne », les instances nationales facilitent la création de trois refuges dans le Haut Atlas Central (2). Ainsi que les premiers gîtes dans les Aït Bouguemmez, puis dans d’autres secteurs. Selon la procédure officielle, les candidats gîteurs désireux de transformer leur demeure en lieu d’hébergement doivent se conformer à un cahier des charges précis. L’obtention éventuelle de l’agrément (Ber. lagrima) est sub-ordonnée à une visité, suivie d’une contre-visite des responsables provinciaux du Tourisme. Malgré les lenteurs institutionnelles pour obtenir l’autorisation, procédure à laquelle n’est parfois pas étrangère la notion de hediya (‘cadeau pour services rendus’), ces gîtes vont se multiplier pendant la décennie 1990, effet de mode aidant, sans compter les indéniables avantages financiers susceptibles d’offrir une alternative prometteuse à l’activité agropastorale traditionnelle. Dans l’Atlas on dénombre aujourd’hui une quarantaine de gîtes en tout.

44guesthouseceilingmay2001.jpg

  Plafond de gîte, Imilchil (photo: M. Peyron)

3. État des lieux (2008) 

Examinons la situation actuelle sur le terrain. Si le Maroc avait fait figure pendant la période 1970-1990 de terre où la nature était restée naturelle, cette illusion s’envolera dès 1995 devant les prémisses d’une crise écologique annoncée, liée principalement à la sur-fréquentation, la banalisation du plastique et à la gestion anarchique des déchetteries.

Situation affligeante aggravée par des sécheresses récurrentes depuis 1980, la baisse alarmante des nappes phréatiques (notamment autour de Marakech), la désertification accrue du pourtour sud de l’Atlas, le bétonnage du Dadès et d’autres vallées, joint à un gaspillage effréné des ressources en eau : golfes, piscines, arrosage intempestif des pelouses, lavages de voiture, gîtes et écolodges assurant quotidiennement (et quelle que soit la conjoncture météorologique) des prestations de type douche et hammam. Alors que « le Maroc aura soif en 2025 », nous dit-on (3), et que dans bon nombre d’agglomérations la population défavorisée en est réduite à des coupures d’eau estivales et un robinet par rue…

Nonobstant les aléas climatiques, le phénomène des TO connaît une impulsion nouvelle dès le XXIème  siècle, aggravée par l’emploi massif du 4 x 4 ; c’est alors la déferlante. Le goudronnages des pistes, entrepris dans un louable esprit de désenclavement des communes les plus éloignées (« syndrome Anefgou ») (3), met le cœur de l’Atlas à la portée du tourisme de masse. Innovation qui n’est pas sans inconvénient : les usagers épris d’espaces vierges constatent que ceux-ci vont en s’amenuisant. Jusqu’aux motards « verts » qui se plaignent de l’avancée du goudron dans l’Atlas marocain, d’où rétrécissement comme peau de chagrin de leur terrain de jeu.

Selon les critères actuels, la principale innovation est la suivante : est seule privilégiée la clientèle des TO, logique marchande oblige, ce qui marginalise les libertins circulant en petits groupes et s’en remettant à l’hébergement traditionnel.

 18almounselloultmay20041.jpg

Hébergement traditionnel chez l’habitant, Almou n-Selloult, mai 2004 (photo: M. Morgenthaler) 

Tout concorde pour les décourager : conseils d’amis incitant à « passer par une agence » ; préférence muletière accordée à des TO privilégiant les étapes courtes (4-7 heures) plutôt qu’aux pratiquants individuels; petites intrigues des accompagnateurs pour obliger les randonneurs indépendants à recourir à leurs services ; gîtes « sur-bookés », etc. Alors que deux topo-guides britanniques (COLLOMB 1987, SMITH 1998) ont le mérite de vouloir affranchir le randonneur vis-à-vis de guides locaux, n’en trouve-t-on pas d’autres (KNIGHT 2001, GALLEY 2004, GEUS 2007, HUMPHRYS 2008) qui incitent le backpacker individuel à recourir d’office aux services d’un guide local ? Par ailleurs, dans certaines régions de l’Atlas le logement chez l’habitant est ouvertement déconseillé, tout chef de famille se livrant à cette pratique pouvant se voir accusé par les autorités de jouer au « gîteur clandestin », avec sanction à la clé (CHATTOU & YAHYA 2005  p.14) (5). Peu étonnant, dés lors, que soit morte l’hospitalité berbère (Ber. temmut tinubga), autrefois clé de voûte de la randonnée libertine. Et c’est sans doute là l’innovation la plus navrante !

Fort heureusement, cependant, vu la débauche d’informations sur la toile, il est facile de shunter le réseau des agences métropolitaines et d’organiser sa propre randonnée, soit en autonomie totale, soit en ayant recours à une agence marocaine.

3.1. Évolution du marché

Alors qu’au début les agences internationales ne proposaient qu’un produit uniforme de randonnée itinérante ou de ski/mulet, depuis la décennie 1990 on assiste à une diversification de l’offre. Outre les sports dits de nouvelle glisse (rafting, canyon, parapentisme, base jump, kite buggy, quad, etc.) un trek se conjugue désormais selon divers thèmes : dessin, botanique, ornithologie, trek équestre, transhumance Ayt Atta ; « visite de kasbahs et villages berbères » ; randonnées en raquettes, le ski de montagne hors du Toubkal ou du Mgoun ayant été sérieusement pénalisé par le manque de neige ces dernières années ; récompense pour cadres d’entreprise ; trek engagé pour sportifs de haut niveau avec ascension du Mgoun et Toubkal en huit jours, voire plus en y ajoutant l’Ayyachi. Option, toutefois, qui est loin de faire l’unanimité.

 151trekkinghighaltituderoutetizinifferdphotobarbaudapril1984.jpg

Au Tizi n-Ifferd sur la « haute route » Imilchil-Zaouit Ahansal : Timghazine à g.; Azourki à dr., avril 1984 (photo: M. Barbaud)

Par ailleurs, rivalisant de souplesse et d’initiative innovante pour coller à la demande de la clientèle et atténuer leur image quelque peu castratrice à l’égard des usagers, les TO proposent des randonnées à la carte, invitant leurs prospects à inventer leur itinéraire, l’agence se chargeant de l’intendance. Compte tenu du fractionnement des congés, la préférence du voyageur de l’Atlas ira au créneau de 8-10 jours. Sera concernée la catégorie d’âges 25-45 ans. L’intéressé(e), résidant dans 99% des cas hors du Maroc, spécialisé(e) dans l’informatique et n’aspirant qu’à un break loin de son écran, aura paradoxalement soin d’emporter son téléphone cellulaire. Il/elle ne fournira aucun effort, fera fi du moindre souci ; l’aventure, certes, mais programmée.    

                 

 36ouanoukrimclochetons.jpg

 Dans les Clochetons de l’Ouanoukrim, été 1966 (photo: M. Peyron)

Autre grande innovation : de nos jours de jeunes grimpeurs quelque peu flemmards renâclent à l’effort de la marche, au point de délaisser les voies classiques du massif du Toubkal (face est de l’Angour, Clochetons de l’Ouanoukrim, arêtes et « Couloir de Neige » du Tazaghart, etc.), considérées comme de la « petite bière » ! 

  18tazaghartsnowcouloir4.jpg                       

   Couloir de neige du Tazaghart, printemps 1965 (photo: M. Forseilles)

Ceci est vrai, en particulier, des amateurs de grandes parois (big wall climbers) qui fréquentent les gorges du Todgha et le cirque de Taghia près de Zaouit Ahansal. La performance se situe non plus dans le domaine horizontal, mais vertical. Alors qu’au début des années 1980 étaient nombreux les jeunes de 20-30 ans prêts à « s’éclater » ou à « se flinguer » en pratiquant le ski de randonnée ou le trek engagé. De même, en partie grâce au mathos performant, certains couloirs du massif du Toubkal qui se grimpaient avant 1980 avec crampons se descendent maintenant à ski – par exemple le Couloir NE du Ras n-Ouanoukrim, Ighzer n-Temda à l’Aksoual, « Couloir de Neige » et « Couloir en diagonal » du Tazaghart –  nécessitant parfois la pose de  rappels.

 iferwanigenwan1.jpg

  Toubkal (à g.) & Akswal avec Ighzer n-Temda (à dr. à l’ombre), depuis l’Adrar n-Ouayyour, mars 1965 (photo : M. Peyron)

Nouveaux temps, nouveaux mœurs. Cela est valable également pour les points de départ. Casablanca n’est plus la plaque tournante d’antan. À Ouarzazat est dévolu le rôle de porte du Sahara pour « marchands de sable » (TARRIER 2007) pratiquant l’esbroufe pseudo-saharienne avec raids et bivouacs de luxe 4 x 4. Cependant, aidé en cela par la popularisation du créneau d’une semaine, le tourisme de montagne privilégie Marrakech, devenue base de départ des circuits vers les massifs avoisinants. Le Haut Atlas Oriental, ainsi que le Moyen Atlas, trop éloignés et nécessitant plus de temps, sont en grande partie laissés pour compte. Et c’est très bien comme ça, permettant à ces régions, quelques temps encore, de conserver leur charme.

Or, devant la sur-fréquentation des itinéraires archi-connus, c’est précisément vers les massifs périphériques (Rif, Beni Snassen, Figuig, etc.) que se tournent les regards. Proche de la « Ville rouge » mais curieusement délaissé, se dresse le Haut Atlas Occidental, longtemps parcouru par les seuls Britanniques. Aidé en cela par des travaux spécifiques (PEYRON 1990 ; BROWN 2007) le massif attire désormais l’attention des médias ainsi que des agences françaises. Une revue grenobloise, plus ou moins en osmose avec les voyagistes, ne consacre-t-elle pas une livraison à la GTAM entre Tighza-Imlil, ainsi qu’une variante plus confidentielle entre Imilchil et Hadida ? Sans parler d’une agence s’intéressant aux deux extrémités de la chaîne du Haut Atlas avec l’intention avouée de les relier dans une GTAM revue et corrigée. Intéressante que ces relectures de la GTAM accommodée à la sauce dauphino-savoyarde. Elle marque notamment un regain d’intérêt pour une GTAM peu visible sur le terrain, et jusqu’alors reléguée aux oubliettes, en dehors du sigle figurant sur les panneaux de certains gîtes agrémentés (6).  

Autre tendance dans la façon d’appréhender le Maroc : depuis plus d’une décennie le pays est perçu comme terre de liberté concernant certaines pratiques; dont les trekkeurs qui se permettent de fumer dans la salle de restaurant du célèbre Hôtel Ali à Marrakech ! De même que les adeptes du VTT, de la moto tout-terrain, du 4 x 4 et du quad qui viennent pratiquer impunément sur sentiers et chemins des sports désormais contrôlés, voire interdits, dans bien des communes en France.

3.2. Accompagnateurs et touristes 

Certains problèmes sont apparus au niveau des accompagnateurs : il y a eu du déchet, certains diplômés n’exerçant plus, ou de façon spasmodique, ou ayant trouvé dans le mariage avec une cliente une solution commode au besoin d’émigration (BOUMAZA 1996, p.31). Les faux-guides, aussi, seraient nombreux, et pas nécessairement incompétents, c’est là une étonnante innovation, dans le Toubkal et le Haut Atlas Central, tandis que la qualité des promotions issues du CFAMM serait en baisse, avec l’apparition de guides « plastiques » (selon la terminologie de certains anciens), provenant des milieux citadins, et dont la connaissance de la montagne et de la langue berbère serait insuffisante (DESCAMPS 2003 ; AIT LEMKADEM 2005 & FLEURY 2008). Le diplôme, quant à lui, serait souvent obtenu par hediya, facteur dévalorisant (DESCAMPS 2003, GEUS 2007). Sans ériger des cas isolés en règle générale, cela se retrouve sur le terrain sous forme d’agissements peu professionnels sur le plan sécuritaire (7), la tolérance par certains guides d’une tenue osée chez les dames, ou, par exemple, des magouilles pour augmenter le fabor en fin de trek auprès d’une clientèle parfois naïve, peu instruite des usages au Maroc.

3.3. Nouveaux problèmes posés par les gîtes 

  146backpackingoutofimilchilmay2002.jpg 

 Randonneurs individuels avec sac au dos; espèce en voie de disparition, Imilchil, mai 2002, (photo M. Peyron) 

De plus, les adeptes de la filière randonnée individuelle, autrefois seuls intéressés par ces gîtes, se trouvent confrontés (pour peu qu’ils soient accessibles par piste) à de multiples pratiquants mal assortis : rafteurs, « trekkeurs » avec assistance muletière, baroudeurs en moto ou 4 x 4, VTTistes, parapentistes, adeptes du canyon, de l’ultra-trail, du base jump. Le tout dans une ambiance bruyante peu propice au repos. Ainsi, en innovant, on recrée dans l’Atlas marocain la promiscuité tant décriée des refuges alpins du CAF des années 1970-1980(8).

Reconstitution, également, du syndrome « Club Med » avec bronzés en tongs, clients se présentant au gîte avec mallettes à roulettes, et promenant souvent avec eux de larmoyantes attitudes tiers-mondistes. Projection en montagne, aussi, des schémas usés de la folklorisation du monde berbère (autrefois le seul apanage des grands hôtels du sud), avec animation de rigueur, que l’on soit en auberge, en bivouac, en gîte (COMPAORE & CHATTOU 2005 : 135). Vulgarisation de la culture amazighe que l’on souhaite mettre à portée du visiteur ; mondes qui s’entrecroisent dans un contexte artificiel sans s’interpénétrer, sans se comprendre. Alors qu’une application correcte des normes de l’interculturel dans le respect mutuel pourrait aboutir chez les locaux à des résultats probants, dont un regain de fierté pour leurs institutions traditionnelles (AIT LEMKADEM 2005 : 62).

Certaines pratiques frisent l’incorrection et peuvent avoir des effets secondaires lorsqu’elles sont assorties de consommation d’alcool au nez et à la barbe des locaux (9). Les « barbus », quant à eux, existent effectivement en de petites communautés du Haut Atlas (Imlil, Tigleft, Boutferda, etc.) (10). Ainsi, les populations visitées par les treks organisés, travaillées en sourdine par quelques imams islamistes, pour qui tout voyageur occidental est un mécréant, risquent-elles de devenir progressivement moins hospitalières, moins affables. Fait susceptible d’avoir des incidences néfastes sur l’avenir du tourisme en montagne.        

 festivaldescimesaug2005imilchil.jpg

Pub pour le « Festival des Cimes » à l’auberge Tislit, août 2005,  (photo: M. Peyron)

Par ailleurs, s’agissant de certains gîtes dans le secteur Bouguemmez/Mgoun, ainsi qu’à Imilchil, on peut dire que depuis 2000 environ, la période faste est terminée. Sans doute en a-t-on créé en léger surnombre. Trop, en tout cas, pour qu’ils soient assurés de faire le plein. Certains se plaignent de ce que l’été la majorité des groupes aient recours au bivouac, pratique devenue très tendance. Liée en partie au « facteur Gandini » (11), ainsi qu’au phénomène « dunes de Merzouga » avec sa trilogie « hommes bleus-chameau-4 x 4 », la pratique s’étend à l’ensemble des montagnes marocaines avec des sites particulièrement recherchés (cédraies du Moyen Atlas, zone d’Imilchil, etc). Dans ce dernier secteur le bivouac, compte tenu du besoin de coucher parterre dans l’univers claustrophobe des petites tentes violettes chères à Terdav, est devenu un phénomène incontournable pour les caravanes à pied ou en VTT, avec assistance muletière et /ou véhiculaire. Pratique où l’on note une montée en puissance ; fait regrettable compte tenu de la prolifération de sites de bivouac sauvage en bordure des lacs de Tislit et d’Isly, des déchets laissés sur place, de l’absence d’un service de ramassage local des ordures (RAMOU 2005).

 57ctislitbride.jpg

Auberge-bivouac tout-venant (VTT, 4×4, rando, wind-surfeurs, etc.), lac de Tislit, Imilchil, août 2005 (photo: M. Peyron)

3.4. Fréquentation de la montagne par les nationaux

De façon quasi-systématique la tranche aisée des citadins marocains a longtemps boudé la montagne, en dehors des pique-niques à la journée (Ifrane, Ourika, Oukaïmedden), et ce principalement en raison d’à priori sociaux. En effet, le rural ou le montagnard est traditionnellement déconsidéré par la bourgeoisie des villes. Cette mentalité serait en passe de changer, notamment dans le massif du Toubkal, devenu destination phare, où l’on enregistre un accroissement de la fréquentation nationale.

 72toubkalsummitmorocansoutontheirhillsjune2008.jpg

 Randonneuses marocaines au Toubkal, juin 2008 (photo: A. Lhaoute) 

Mieux, un certain nombre de Marocains, en découvrant le potentiel insoupçonné de leurs montagnes, sentent s’éveiller en eux des âmes d’écologistes ce qui est de bon augure pour l’avenir. Ceci a débouché sur la création des Secteurs d’Intérêt Biologique et Écologique (SIBE), comme celui de Tamga ; ou, en partie afin de protéger des vestiges préhistoriques menacés par des collectionneurs peu scrupuleux, mise en place du Géo-parc du Mgoun. On saluera, également, la création par Ayad Kerouach de « l’Association Bou Iblane » destinée à venir en aide aux communautés, également préserver les biotopes de ce massif excentré, sans parler de la multiplication des éco-lodges et autres gîtes dans le Haut et le Moyen Atlas. On mentionnera, enfin, les efforts consentis par l’Université Al-Akhawayn d’Ifrane (Explorers’ Club et Club berbère de Tamesmount, dont Peyron était le co-ordinateur jusqu’en mai 2009) afin de développer des activités de plein air, de découverte nature et d’initiation à la randonnée.

r0010281.jpg 

Rando « balcon N du Tichoukt », Moyen-Atlas, mai 2008, (photo: R. Daoudi)

En effet, dans le but d’apporter une modeste contribution au phénomène, nous  partons souvent avec des compagnons marocains ; en effet, ces sorties se font soit à titre privé avec des nationaux, amis de longue date (traversées du Moyen et Haut Atlas oriental, ascension du Toubkal, etc.) ; soit avec un panachage de deux, trois ou plusieurs nationalités, dans le cadre associatif du Club berbère de l’Université Al-Akhawayn : excursions découverte nature (Zaouit Had Ifrane ; Agelmam Wiwane ; lac d’Afennourir; sources Oum er-Rbiaâ) ou ascension de sommets relativement faciles (Jbel Hayyane, Qubbat, Tichoukt, Ayyachi). 

 ourgroupafennourirapr42009.jpg

Rando écolo, réserve du lac d’Afennourir, Moyen-Atlas, avril 2009 (photo: M. Peyron)

4. Quelles innovations pour un meilleur devenir ? 

Alors quelle solution, et pour quel tourisme (de masse, écologique, culturel, durable ou sportif) ? Comment innover pour ne pas tomber dans un dirigisme qui serait mal perçu par le consommateur ? Ne pas se voir taxé de « rétro facho », ou d’élitiste en imposant un moratoire (tout au moins limiter la fréquence des rotations) vers des destinations de choix ? Éventualité peu probable car contraire à la loi du marché. Effectivement, accepter de rogner un créneau fleurissant serait perçu comme suicidaire par les TO. Et pourquoi – afin de limiter le nombre – ne pas instaurer pour certains points écologiquement sensibles un système de loterie où les candidats au voyage devraient tirer au sort (HEAP 2008) ? Ou, plus sélectivement, par concours avec appel téléphonique sur numéro vert, procédé figurant déjà dans notre très consensuel espace télévisuel.

4.1. Les nouvelles glisses 

Et si les sports dits de « nouvelle glisse » annonçaient une nouvelle donne ? Parmi ceux-ci l’ultra-trail, le base jump et le ski free ride, malgré un potentiel énorme, sont pratiqués de façon sporadique. Les sports en eaux vives, en revanche, connaissent un essor certain, compte tenu des nombreux cours d’eau à type nivo-pluvial de l’Atlas marocain. En principe, les meilleures conditions interviennent en février/mars pendant les huit jours qui suivent d’importantes précipitations nivales, surtout lorsqu’il y a eu redoux. C’est le cas notamment du N’fiss, de l’Ourika, de l’Asif Melloul et du Sebou. Pendant l’étiage estival, par contre, seuls l’Oum Rbiâ en amont de Khénifra et l’Asif n-Ouhansal demeurent en condition.

 54refugeiminwargtamga.jpg

Gîte d’Imi n-Warg à Tamga, situé à un carrefour stratégique de pistes au pied de « La Cathédrale »,mai 2007 (photo: M. Peyron)

À ce titre il est clair que dans le Haut Atlas central le gîte d’Imin-Warg à Tamga, en tant que base de loisirs, est appelé à un bel avenir. Hormis les escalades très techniques et le canyoning autour de Zaouit Ahansal et Taghia en amont, sur place (outre la pêche à la truite) on peut s’adonner au rafting et au canoë kayak avec vagues très « fun » garanties. Le tout dans un décor splendide de pinèdes dominées par la « Cathédrale des Roches» (Amstfran), devenu récemment sweet spot pour base jumpers. Si la protection de la faune est effectivement assurée dans la réserve avoisinante (SIBE de Tamga), cela est susceptible d’attirer de nombreux ornithologues et autres écotouristes. De plus située à un carrefour de pistes stratégiques c’est une étape incontournable pour des adeptes du VTT, de moto et du 4 x 4.

 125aghembonmestfranesweetspotforbasejumpers.jpg

Sweet-spot pour base-jumpers,  »La Cathédrale »  ou Aghembo n-Mestfran, Tamga, mars 1968, (photo: M. Peyron)

Autre site prometteur, situé à 30 minutes de Marrakech au pied du Haut Atlas, mais visant une clientèle assez huppée, le plan d’eau de Lalla Takerkoust avec son « Relais du Lac ». Ici, canoë kayak, jet-ski, quad et écotourisme s’efforcent de faire bon ménage. Pour le parapente, la falaise avoisinante d’Aguergour est un spot recherché.

4.2. Le tourisme culturel 

Et la carte du tourisme culturel dans tout cela? Vanter « la rencontre avec les nomades sous la tente » est une recette usée des brochures des TO. L’échange avec l’Autre prend trop souvent la forme d’une photographie monnayée, du harcèlement des gosses réclamant stylos et sucreries (FLEURY 2008, p. 61). Un véritable tourisme interculturel (ou éco-culturel), convivial et respectueux de l’autre, tel que tentent de le mettre en place certains TO avant-gardistes, constituerait pourtant un objectif noble et innovant. Au programme : le voyage peu envahissant, une tenue correcte, la non consommation d’alcool, ainsi que des échanges partagés entre visiteurs et visités. La formule ne peut réussir, cependant, qu’avec de véritables petits groupes de 3-4 personnes. Or, il y a loin de la coupe aux lèvres. Habituellement, dépassant largement le minimum « intimiste » préconisé de 5-12 visiteurs, on débouche sur un groupe style « bidochon » dont les 15-16 membres démontrent leur fascination pour le monde amazigh en arborant des tenues pseudo sahariennes, avant de se précipiter goguenards, appareil numérique au poing, sur la première fillette berbère rencontrée. Peu étonnant dès lors qu’autour d’Imilchil femmes et filles détournent le regard ou se voilent en présence d’Européens – comportement inconnu trente ans en arrière. De toutes façons, devant la pluralité des prestataires de service, on voit difficilement des valeurs morales ou humaines tenir la dragée haute à la loi du marché. Il est malaisé d’envisager le triomphe du tourisme interculturel, tant sont forts les pressions mercantilistes qui caractérisent notre société, et qui vont en dernière analyse l’emporter sur toute autre considération.

Du côté du Ministère du Tourisme marocain, cependant, est venu un rayon d’espoir. Le concept novateur des Pays d’Accueil Touristique (PAT), mis en place depuis 2003, vise à « amener les touristes à découvrir les zones rurales du Maroc à travers des itinéraires allant à la rencontre des populations et de leurs modes de vie en dehors des circuits connus » (WAHABI 2006). Sans doute est-ce là un créneau potentiellement porteur. Ceci joint aux opérations de nettoyage volontaire entreprises par certains TO au Toubkal (TEMPLETON 2003), comme au Mgoun.

5. Conclusion

À vouloir rendre l’Atlas marocain accessible au plus grand nombre on est en train d’accoucher d’un monstre : la sur-fréquentation, liée à la pollution. Et pourtant, en bons tartuffes, les TO se réclament du label écologique sans se soucier des contradictions de leur propre démarche. En effet, de par sa durabilité, leur forme de tourisme à rotations multiples, devient insoutenable à moyen terme, engendre inéluctablement la dégradation progressive des sites. Seule une prise de conscience au niveau des acteurs concernés et débouchant sur des mesures concrètes (panneaux pédagogiques, poubelles, campagnes de nettoyage, etc.) peut enrayer le fléau, sans toutefois l’extirper. Tout au moins, écartant résolument le modèle hard, style Chamonix, peut-on souhaiter aboutir à une exploitation soft d’un massif, comme en Maurienne, ou autour d’Allevard (Alpes françaises). Ce serait, à n’en point douter, une innovation positive. Inutile de se voiler la face, de prétendre qu’une destination touristique privilégiée pourra conserver indéfiniment son charme, sa fraîcheur. Selon un spécialiste britannique (HEAP 2008) : « Notre expérience de par le monde tend à prouver que là où le tourisme démarre sur petite échelle, on aboutit finalement au tourisme de masse !» (12). C’est le cas au Maroc de la ville d’Ifrane, des cascades d’Ouzoud, de la vallée d’Imlil et du Toubkal, d’Imilchil et ses lacs…

ouzoudfallsmarch292010.jpg

Cascades d’Ouzoud, région d’Azilal, période des hautes eaux, le 29 mars, 2010 (photo: K. Mertz) 

Que l’on ne s’y trompe pas : sont définitivement révolues les conditions idoines des randonnée de la période pré-1980. Devenu destination phare, produit en grande demande et sur-vendu, l’Atlas marocain aura, quelques temps encore, le suffrage des voyageurs. Paradoxalement le Maroc, qui s’apprête à accueillir 10 000 000 visiteurs en 2010, nous annonce une charte du tourisme responsable, avec comité de suivi, à laquelle adhèrent déjà certains TO. À croire que le tourisme de masse et le tourisme responsable puissent faire bon ménage – on en est plus à une incohérence près. Tout au plus peut-on souhaiter que le phénomène de l’abcès de fixation (Imilchil, Mgoun, Toubkal, etc.) soit de nature à circonscrire la fréquentation massive. Qu’en outre la multiplication innovante des pratiques sportives puisse, elle aussi, en morcelant les activités, contribuer à la dispersion. Ainsi est-il permis d’espérer, sans faire preuve de naïveté excessive, que la sagesse prévaudra chez les ténors du tourisme montagnard marocain, que les campagnes de sensibilisation écologique porteront leurs fruits, bien que cela semble actuellement relever de la quadrature du cercle.

michael.peyron@voila.fr

NOTES

(1) – Catégorie apparue en France au terme de la décennie 1970 et à laquelle les chefs de caravanes bénévoles du CAF ne pouvaient prétendre ; ce fut le cas de l’auteur qui avait fait un stage de formation avec Jo Gavoty en Haute-Ubaye et dans l’Oisans (aout 1977). 

(2) – Précisément à Assemsouk, Izoughar et Tilibit n-Tarkeddiyt ; refuges dont, en raison de problèmes de gardiennage, la gestion initiale s’avérera aléatoire (cf. Montagnes Magazine, n° 276/ décembre 2003, p. 55).

(3) – MarocHebdo International, n° 789/ 25 avril – 1er mai 2008, p. 30. 

(4) – La mort par maladie d’une trentaine de villageois dans ce village reculé pendant l’hiver 2006/2007 avait mis en exergue les problèmes vécus par ces communautés marginalisées ; d’où visite royale en mai 2008 et promesse de désenclavement (mise en place, entre autres, de réseau téléphonie mobile et goudronnage de la piste d’accès).

(5) – Confirmé par Mohamed X…, voyagiste marocain spécialisé dans le Bou Iblane, 11/06/2008.      

(6) – GTHA = Grande Traversée du Haut Atlas ; GTAM = Grande Traversée de l’Atlas Marocain. Michael Peyron tient à préciser qu’il a légalement déposé la mention GTAM à Rabat sous la référence 1984 – 570, lors de la publication de son topo-guide La Grande Traversée de l’Atlas Marocain,  et en tant que concepteur de celle-ci. 

(7) – Un accident survenu à l’Ighil Mgoun le 16 septembre 2005, dans lequel trois marcheuses rhône-alpines avaient trouvé la mort, bien que la responsabilité du guide marocain n’eût été mise en cause, a soulevé la question des normes sécuritaires au sein des groupes de trekkeurs évoluant dans l’Atlas. Toutefois, probablement afin d’éviter de discréditer une filière porteuse, l’affaire a été vite étouffée. 

(8) – Cf. G. Bordessoule, « Faut-il brûler les refuges », Montagnes Magazine, n° 21 : 1980.

(9)  – Comportement observé notamment au gîte d’Imi n-Ouarg (22/05/2008).

(10) – Observations personnelles sur le terrain (2005-2008).  

(11) – Par le biais de ses topo-guides sur les pistes de l’Atlas et du Sud marocain, cet adepte du tourisme tout-terrain a grandement facilité la pénétration de l’Atlas par les fanatiques du 4 x 4, au point où il s’apparente – au Maroc tout au moins- à un sport de montagne. 

(12) – We know from around the world where tourism takes off today small time, by tomorrow it’s going to be big time ! Phrase prononcée par  John Swarbrook, responsable du Centre de Recherche sur le Tourisme International à l’Université de Sheffield (Royaume-Uni). Cf. également: If you want to taste the real Morocco, go today, it might be too late tomorrow !, R. & M. Pilsen, “Once upon  a time in Morocco” , disponible sur:- http://www.migrationonline.cz/blogs/article/0x=1997009 

BIBLIOGRAPHIE 

Articles & ouvrages 

AIT LEMKADEM Y., 2005, « Tourisme interculturel : facteur de développement rural au Maroc ? »  in CHATTOU Z., Tourisme rural et développement durable, ENA Meknes, pp. 58-65. 

BAYLEY J., 2008, « Eco-tourism: Morocco », Travel Africa Magazine, n° 20, disponible sur 

http://www.travelafricamag.com/content/view/461/56/ 

BENNET O., 2008, «Morocco: land of scented candles and scatter cushions », disponible sur :- http://www.friendsofmorocco.org/2008News/Jan08/0112News.htm 

BIANCHIN T., 2001, « Le business des guides », in n° spécial > Maroc : le pays frère du trek, Trek Magazine, n°26/Décembre, pp. 20-22.

BOUMAZA N., 1996, « Crise, action et mutations : le Haut-Atlas marocain et les effets d’une programmation du tourisme » in BELLAOUI A. & HERBIN J., La montagne marocaine : développement et protection, Revue de Géographie Alpine, Grenoble, n°4, t. 84, pp.25-36.

BROWN H., 2005, “Trekking in the sun”, The Scottish Mountaineer, n° 27, June, disponible sur :- http://www.mountaineering-scotland.org.uk/nl/64d.htm 

BROWN H., 2007, The Mountains look on Marrakech, Whittles Publishing, Dunbeath (Écosse). 

CHATTOU Z. & YAHYA K., « Effets socio-économiques et culturels du tourisme sur les communautés rurales du Haut Atlas, cas d’Armed à Imlil », in JENNAN L. Tourisme & développement au Maroc : questions et attentes, Cahiers Géographiques, n°2/Décembre, pp. 9-16.

COLLOMB R.G., 1987, Atlas Mountains Morocco, Goring, West Col. 

COMPAORE M., & CHATTOU Z., 2005, « Tourisme de montagne à Imilchil et de désert à Merzouga : acteurs, problèmes et limites », in CHATTOU Z., Tourisme rural et développement durable, ENA Meknes, pp. 125-145).

CORNELOUP J., MAO P. & SENIL N., 2005, « Ressources, produits et développement des lieux touristiques et sportifs marocains » in JENNAN L., Tourisme & développement au Maroc : questions et attentes, Cahiers Géographiques, n°2/Décembre, pp. 1-8.

DESCAMPS P., 2003, « Quel développement pour les montagnes marocaines ? », Montagnes Magazine, n°276, pp. 28-34.

DRIHEM M., 2004, « Tourisme rural à Ifrane : créneau du développement local », disponible sur :- http://www.fmdt.ma/details.php?id=106

DUPONT G., 2008, « Le tourisme exerce une pression croissante sur les ressources en eau en des pays méditerranéens », Le Monde, 26 juillet, p. 7.

DUTEIL M., 2008, « Haut Atlas, le Maroc grandeur nature », Le Point, 5 juin, disponible sur :- http://www.bladi.net/18581-haut-atlas-maroc.html

FLEURY L., 2008, « Maroc : la Traversée du Haut-Atlas », Trek Magazine, n°101HS (collection Grands Treks).

FOUGEROLLES A., 1991, Le Haut-Atlas : la montagne des montagnes, Grenoble, Glénat.

GALLEY H., 2004, Montagnes du Maroc Toubkal – Mgoun – Siroua – Sahro, Éditions Olizane, Genève.

GEUS V., 2007,   Maroc: treks · randonnées · balades · culture · nature,   Éd.  De la Boussole, Grenoble.

GOURIJA S., 2005, « Tourisme et développement durable au Maroc : quelles conjugaisons ? Cas du Maroc », Université du Littoral Côte d’Opale, disponible sur :-http://www.memoireonline.com/11/07/669/m_tourisme-developpement-durable-cas-du- -maroc18.html

HEAP T., 2008, « Benidorm – the new face of eco-tourism », disponible sur :- http://news.bbc.co.uk./2/hi/uk_news/magazine/7302603.stm 

HUMPHRYS D., 2008, Frommer’s Morocco,  extrait disponible sur Morocco : Active Pursuits : Hiking / Frommers.com (accédé le 30/05/2008).

KNIGHT R., 2001, Trekking in the Moroccan Atlas, Trailblazer, Hindhead. 

SMITH K., 1998, The Atlas Mountains: a walker’s guide, Cicerone, Milnthorpe. 

PEYRON M., 1989-1990, Great Atlas Traverse Morocco, 2 tomes,
West Col, Goring. 

PEYRON M., 2000, «Les inadéquations entre savoir et développement: le cas du Moyen-Atlas marocain », Montagnes Méditerranéennes, n°12, pp.49-52.

PEYRON M., 2003, « Promotion and protection: eco-tourism in the Moroccan Middle Atlas », 2nd International Workshop on Cultural Impact on Technology Development in European and Islamic countries, Al-Akhawayn University, Ifrane, Nov. 30-Dec., 2003; disponible sur :- http://www.aui.ma/VPAA/shss/mpeyron.htm 

PEYRON M., 2004, « L’éco-tourisme comme levier de développement des ressources territoriales : le cas des massifs orientaux de l’Atlas marocain », Montagnes Méditerranéennes, n° 20, pp. 187-194.

PEYRON M., 2006, « Le tourisme de montagne en question : les Tour Operators dans l’Atlas marocain », disponible sur :-  http://www.aui.ma/VPAA/shss/mpeyron.htm

PEYRON M., 2007, « Tour Operator Watch Part 4: the Moroccan Great Atlas Traverse (GTAM) », disponible sur :-  http://michaelpeyron.unblog.fr/wp-admin/edit/php

TARRIER M., 2007, « Les marchands de sable », in PEYRON M., Actes du Colloque « L’implication des populations amazighes dans le tourisme de montagne au Maroc », 17 avril, Université Al-Akhawayn, Ifrane (en préparation). 

TEMPLETON T., 2003, “Giving the Atlas Mountains a (rubber-gloved) hand”, The Observer, January 19, disponible sur :- http://www.guardian.co.uk/travel/2003/jan/19/morocco.observerescapesection 

WADE A., 2005, « Le trekking au Maroc en question », disponible sur :- http://www.aujourdhui.ma/tourisme-details3202.html 

WAHABI K., 2006, «Tourisme hivernal – Les nouvelles tendances du secteur », disponible sur :- http://www.managers.ma/economy.cfm?art_id=83

Autres documents sans nom d’auteur 

« Atlas Trekking Maroc : définition du concept », disponible sur :- http://www.trekking-atlas-maroc.com/ecotourisme-maroc.php

« Ecotourisme : l’avenir du tourisme a un nom », 7 mars 2006, disponible sur :- http://www.souss/com/Ecotourisme-L-avenir-du-tourisme-a.htm

« Kasbah Tamadot, Atlas Mountains : Sir Richard Branson’s Euro-Chic Morocco”, disponible sur :- http://traveler.fivestaralliance.com/index.php/2007/01/09/kasbah-tamadot

“Le géoparc M’goun: un espoir pour la population des montagnes et du dir”, 24 décembre 2005, disponible sur :- http://wwwjeunesdumaroc.com/article1246.html

« Responsible tourisme guidelines for Tour Guides in Morocco », disponible sur :- http://mountainwilderness.org/index.php?rub=172&art=24&lg=en

« Topo-trek Maroc : grande traversée de l’Atlas (Imilchil-Hadida), disponible sur :-http://www.trekmag.com/Article/258-maroc-traversée-atlas-imilchil-hadida

« Tourisme rural au Maroc », Ministère du Tourisme, de l’Artisanat et d’l’Économie Sociale, disponible sur :-

« Vallées perdues et nomades de l’Atlas », disponible sur :- http://www.terres.oubliées.com/destination/

« Why Living Morocco is different: an eco-cultural approach », disponible sur :- http://www.livingmorocco.com/basic.html 

Publishing history

Article basé sur une comunication présentée lors d’un colloque sur les pratiques innovantes dans le sport et le tourisme, Le Pradèl (Ardèche), novembre 2008 et publié sur le présent blog en mai 2010, les actes du dit colloque (pour autant que je sache) n’étant toujours pas parues.

N.B. Unless otherwise stated, all texts copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Barghawata et résistance

Posté par Michael Peyron le 16 avril 2010

Barghawata et résistance 

 

Introduction 

 

 

D’avoir fait peser sur les Barghawata1 toute la malédiction de l’histoire en tentant de les effacer de la mémoire marocaine reste une entreprise procédant du déni historique2. Resté longtemps sujet tabou, la question des Barghawata peut sans doute être désormais abordée sans passion et aussi objectivement que possible. D’autant plus que la ‘Marocanité’ de leur entreprise n’est plus à prouver, basée qu’elle était sur une population occupant la région de Tamesna aux rivières pérennes, à la fois cœur vital du Maghreb al-Aqsa et véritable poumon ouvert sur la mer océane. Population dure à la tâche, comptant des hommes courageux et des femmes énergiques d’après les commentateurs de l’époque3. De plus, bien qu’ayant relevé d’une entité politique déconsidérée par l’historiographie officielle, car perçue comme ayant colporté la plus discutable des hérésies, il est toute de même permis d’affirmer que la geste des Barghawata « idéologie (…) née d’une volonté de lutter contre l’oppression » 4, s’inscrit dans un très ancien processus marocain de résistance aux influences étrangères.

 

 

Résistance, donc, au VIIIe siècle vis-à-vis d’un diktat religieux, d’un projet de société, imposé depuis l’Orient en faisant fi des réalités, du génie des habitants du Maghreb al-Aqsa. Résistance « en réponse à la politique d’humiliation, de spoliation et de discrimination dont furent victimes les Berbères, après la révolte de Maysara »5. Celle-ci aboutira à la création d’un royaume marocaine authentiquement amazighe, ainsi qu’à une adaptation berbère très sévère de l’Islam, bien que quelque peu décalée par rapport à la religion-mère et basée sur un qur’an dans la langue vernaculaire qui n’a pas fini de défrayer la chronique.

 

 

Enclave déviationniste qu’il s’agira de défendre par tous les moyens envisageables. Nous nous proposons d’analyser en premier lieu la situation des Barghawata, privés de profondeur stratégique car adossés à l’Atlantique, et obligés de rechercher des alliances assez aléatoires, mais disposant apparemment de quelques moyens maritimes et s’appuyant sur des lignes de communication intérieures relativement courtes leur conférant un avantage tactique certain. Nous examinerons également le rôle que vont jouer les diverses régions dans ce dispositif défensif focalisé sur leurs confins est et sud-est, frontières de toutes les menaces.

 

 

Les frontières de Tamesna 

 

 

Les limites du royaume des Barghawata ne sont guères connues avec précision, d’autant plus qu’elles ont pu fluctuer au gré des combats. Il est possible, cependant, d’en établir les contours grosso modo.

 

 

-          Au nord et nord-est, le Bou Regreg, comprenant la ville de Chellah, tout au moins jusqu’au milieu du Xe siècle6 ; puis la vallée de l’Oued Bath jusqu’à sa source dans le Fazaz (Tamesna oriental).

 

 

-          À l’est/sud-est, le cours supérieur de l’Oued Grou et le Jbel Yiroujan7, puis l’Oum Rbia’ (Wansifn, ‘fleuve des fleuves’) jusque dans le Tadla ; enfin l’Oued Tansift (‘petit fleuve’), et ses environs.

 

 

-          Au sud-ouest, éventuellement, l’arrière-pays d’Asfi et des Haha8. (Tamesna occidental).

 

 

-          À l’extrémité nord du pays et séparé du reste des terres des Barghawata, citons pour mémoire le port de Sebta, lequel s’érigea (1061-1086) en petit royaume taifa semi-indépendant sous Soukout al-Barghawati9, jouant un rôle commode de fenêtre ouverte sur l’Andalousie, mais dont les liens avec le royaume hérétique demeurent flous.

 

 

Considérations stratégiques 

 

 

Les Barghawata occupaient une zone appelée Tamesna (‘au bord de l’eau’), ainsi que celle des Doukkala, avec une partie du Tadla, véritable grenier du Maghrib al-Aqsa. Ils disposaient, outre d’importantes ressources alimentaires, d’un ensemble propice au combat défensif, composé à la fois de petites montagnes boisées, de plaines, de forêts, de larges vallées (Grou, Khorifla, Bou Regreg, Beth) profondément entaillées dans le plateau central. Parmi celles-ci, la vallée du Baht, cassure profonde en partie bordée de falaises, qui faisaient figure de frontière naturelle avec les voisins Idrissides. Se prêtaient également à une action défensive le massif du Khatouat, ainsi que le cours supérieur du Khorifla (Khoriflet), d’autant plus que c’est sur ses rives que périra le chef murabit Ibn Yasin10.  Quant à la forteresse de Qala‘at al-Mahdi,11 tenue par les Zenata du Jbel inféodés aux Barghawata, elle semblait constituer avec la région du Tafoudeit et du Jbel Yiroujan leur bastion oriental. Celui-ci joua pleinement son rôle lors de l’invasion almoravide, la Qala’at ayant résisté entre sept et neuf ans aux armées de Youssef Ibn Tachfin12.  Il y a, du reste, tout lieu de penser que ces massifs boisés, éventuellement les collines des Haha, ont constitué le réduit suprême des Barghawata au moment où ceux-ci disparaissent finalement  de l’histoire au XIIe siècle. En effet, depuis les temps les plus obscurs, les Imazighen du Maroc ont su admirablement tirer parti des mouvements de terrain, s’accrocher aux collines, qu’il s’agisse du Khatwat, du Fazaz, du Tazizaout…

 

 

Autre atout majeur dont disposait les Barghawata : des voies de communications terrestres articulées autour d’un réseau de pistes et d’un système de messagerie rapide selon les critères de l’époque, à base d’irkassen à pied et/ou à cheval, sans parler des feux du genre tamatert pour donner l’alerte, ce qui leur permettait de parer à toute menace là où elle se présentait, dans les plus brefs délais. Ce potentiel défensif semble avoir été utilisé dans son ensemble à bon escient.

 

 

En effet, sachant lorsqu’il le fallait profiter des divisons chez leurs adversaires, les Barghawata ont réussi à tenir tête de 752 à 1149, et ce face à des attaques multiples et répétées des ennemis idrissides, fatimides, zirides, almoravides, ou almohades13. Parmi les adversaires auxquels ils se sont trouvés confrontés, un cas quasiment pathologique : celui de l’émir ziride Temym al-Yfrani (1032-1056), qui se vantait d’avoir « fait chaque année avec acharnement la guerre sainte aux Barghawata 14 ».

 

 

La stratégie des Barghawata aura sans doute connu deux phases. Une première, correspondant à la période de prosélytisme du IXe siècle, inscrite sous le signe de l’offensive à outrance. Une seconde phase à caractère nettement plus défensif, pendant laquelle les Barghawata donnèrent libre cours à la stratégie éternelle des combattants berbères : feindre de céder du terrain devant un envahisseur supérieur en nombre ; ne pas hésiter à abandonner les centres habités pour mieux s’organiser sur les hauteurs, d’où, le moment venu, l’ennemi faisant mine de se retirer, l’on saura fondre sur lui en exploitant à merveilles angles morts, couverts, et défilements. Tactique dite de « l’accrochage en retour »15 , parfaitement adaptée à un combat livré à l’arme blanche, ainsi qu’avec des frondes, des arcs et des flèches, et exploitant au mieux des forces de cavalerie. Tactique qui fera encore ses preuves, bien que dans un contexte différent, faces aux colonnes françaises dans le Fazaz au début du XXe siècle.

 

 

Autour de quels centres cette défense était-elle articulée ? La capitale barghawati où se trouvait-elle ? Était-ce bien à Anfa ? Tant que l’archéologie n’aura pas livré davantage de renseignements on ne pourra avancer que de prudentes supputations quant à l’emplacement des principales agglomérations du Tamesna à cette époque. Sont mentionnées les villes de Mediouna, Tamallouqat, Timghasn,16 ces deux dernières (où furent perpétrés, croît-on, d’effroyables massacres) ne pouvant pas être situées avec certitude. Il est, toutefois, probable que certaines localités actuelles, de par le choix de leur emplacement dicté par la topographie des lieux, telles que Rommani, Berrechid, et Settat étaient déjà habitées à l’époque des Barghawata. Comme ports on peut dénombrer Asfi, Oualidia, Azemmour, Anfa et Fdala (< fadl allah ?) ; quant à Agouz, ou Kouz (à l’embouchure du Tensift) et Amegdul (Souira), on ignore dans l’état actuel de nos connaissances, s’ils ont pu être exploités par les  Barghawata17. Quoi qu’il en soit, les ports dont ils disposaient revêtaient une importance vitale pour assurer les liaisons maritimes avec l’Andalousie, notamment Cordoue,  longtemps capitale incontestée de l’islam occidental, et siège du caliphat Oumeyyad. Or, l’on sait l’importance qu’attachaient les rois barghawata à ces liens privilégiés18, à la fois stratégiques et commerciaux, moyen pour un état paria de s‘octroyer un semblant de légitimité parmi le concert des nations d’alors.

 

 

Alliances extérieures possibles

 

 

Les Barghawata ont–ils véritablement bénéficié d’alliés ? L’émir Oumeyyad al-Hakim al-Moustanser semblerait avoir apporté une caution toute morale et temporaire au régime hérétique, suite à la visite à Cordoue en l’an 963 de Zemmour, haut dignitaire barghawati19. Autrement, hormis certaines tribus comme les Zenata de la montagne, Banu Yfran, Banu Ysker, Banu Waousinat, Izemin et autres20, solidement intégrés dans la mouvance barghawatie,  ils ne disposaient d’aucuns alliés sûrs. Parfois d’alliés de circonstance, sans plus. On a pu le constater à trois reprises.

 

 

1/  Selon une version dont nous disposons, l’émir de Sijilmassa, Mas’ud Ibn Wanoudin al-Maghrawi, aurait eu pour ancêtre Salih Ibn Tarif, ce qui ferait de lui un cousin, voire un allié virtuel, du roi barghawati. Alliance sans grande portée, toutefois, étant donné que Mas’ud fut vaincu par les murabitun Ibn Yasin et Abubakr Ibn ‘Aomar dès 105821

 

 

2/   En 1062 le gouverneur de Fès, Temim Ibn Mouansar al-Maghrawi s’est trouvé allié de facto des Barghawata lorsqu’il est venu battre l’armée de son confrère al-Mahdi Ibn Youssef al-Keznay qui s’était déclaré pour les Almoravides. Le fait que la tête du vaincu fut expédiée au gouverneur de Sebta, nommé Soukkout al-Barghawati, est également révélateur quant aux préoccupations de ce dernier. De plus, cette défait avait obligé Youssef Ibn Yachfin à quitter précipitamment le siège de la Qala’at al-Mahdi dans le Fazaz, réduisant ainsi la pression sur cette enclave barghawatie22. On peut, par conséquent, supposer une certaine activité diplomatique de la part des Barghawata qui avaient tout intérêt à exploiter les éventuelles faiblesses de leur ennemi principal – l’émir murabit Ibn Tachfin. Il est, toutefois malaisé, dans l’état actuel de nos connaissances, d’y déceler une action concertée, une stratégie d’ensemble.

 

3/   Lors de l’acte final de la saga des Barghawata, ce fut d’abord, en 1147, la révolte d’al-Massi (dit ‘al-Hadi’), tisserand originaire de Salé, qui rallia à sa cause les gens de Tamesna, mais aussi du Souss, non sans avoir enregistré un succès initial, avant d’être défait et tué par le général almohade Abou Hafs. L’année suivante, les Barghawata eurent de nouveau affaire à ‘Abd al-Mu’min lui-même, à la suite de quoi ils trouvèrent un allié inattendu en la personne du gouverneur almoravide de Sebta, Yahya Ibn Aboubakr Sahraoui. Celui-ci se mit en campagne et infligea un échec cuisant à l’émir almohade avant d’être mis à mal à son tour lors de la bataille suivante. Dernier soubresaut des Barghawata, en 1149, c’est le dénommé Abi Mezkida (< bu tmezgidda, ‘homme de la mosquée’ ?) qui se fait proclamer par eux et qui les mènent un temps sur le sentier de la guerre, jusqu’à sa mort au combat23. Tout se passe comme si, à court d’inspiration en fin de parcours, les Barghawata ne trouvant plus de chefs d’envergure issus de la lignée de Salih Ibn Tarif (exception faite pour un certain Farhil al-Barghawati mort au combat de Tit n-Wagourramt)24, se voient obligés de s’en remettre à de pauvres bougres, prêcheurs de condition modeste, en quelque sorte les premiers  marabouts (igwerramn) marocains. 

 

 

Ayant examiné les différents aspects de la situation stratégique à laquelle les Barghawata se sont trouvés confrontés, voyons à présent de quelle façon ils s’inscrivent dans un continuum historique spécifique, voué tout entier à la résistance.

 

 

La bataille de Beth et ses effets à long terme 

 

 

Comme point d’ancrage évènementiel, la bataille de Baht, dont le souvenir semble avoir perduré dans l’inconscient collectif marocain. Nous livrons ci-après, et sous toutes réserves, la traduction française d’un fragment de poésie épique consacré à cet épisode, attribuable à Sa’id Ibn Hicham al-Masmudi et rapporté, en arabe, par un certain Aboul ‘Abbas Fadl Ibn Moufaddal. Ce morceau dépeint les Barghawata comme d’impitoyables sabreurs, mécréants et impies :-

 

            « Femme ! ne pars pas encore ; reste ; raconte-nous,

 

            Donne-nous des renseignements certains.

 

            Les Berbères, égarés et perdus, sont frustrés dans leur espoir ;

 

            Puissent-ils jamais s’abreuver d’une source limpide !

 

            J’abhorre une nation qui s’est perdue,

 

            Qui s’est écartée de la voie de l’islamisme !

 

            Ils disent : ‘Abou Ghoufayr est notre prophète !’

 

            Que Dieu couvre d’opprobre la mère des ces menteurs !

 

            N’as-tu pas vu la journée de Baht ?

 

            N’as-tu pas entendu les gémissements qui s’élevèrent

 

            sur le pas de leurs coursiers ?

 

            Gémissements de femmes éplorées,

 

            Dont les unes avaient perdu leurs enfants ;

 

            Les autres, hurlant d’effroi ou laissant échapper le fruit

 

            de leur sein.

 

            Au jour de la résurrection les gens de Tamesna connaîtront

 

            ceux qui nous ont protégés.

 

            Younès sera là, avec les enfants de ses enfants,

 

            Entraînant sur leurs pas les Berbères asservis.

 

            ‘C’est donc là Weryawera25 ? Que la géhenne

 

            Se ferme sur lui, ce chef des orgueilleux !

 

            Votre réprobation ne date pas d’aujourd’hui,

 

            Mais de l’époque où vous étiez partisans de Maysara !’26 »

 

 

Image effectivement peu flatteuse des Barghawata, mais combat héroïque, mémorable, livré aux alentours de 890 sous le règne d’Abou Ghoufayr, probablement face à une incursion en force des Idrissides, et où la  célèbre cavalerie barghawatie a pu s’exprimer à fond. S’agissant dans doute de l’Oudd Beth, le terrain est effectivement tout en pentes douces coupées de ravins étroits et débouchant sur un fond de vallée, parfois resserré et se prêtant à des charges surprises ; parfois large et propice à de franches estocades en rase campagne27.

 

 

Épisode sanglant qui semblerait avoir été l’une des confrontations majeures de l’épopée des Barghawata. Si l’on doit en croire Sidi ‘Ali Amhaouch, qui, il est vrai, commentait l’événement quelques siècles plus tard, l’ardeur des combattants fut telle qu’il y aurait eu une véritable hécatombe :-

 

 

« Ainsi parlaient nos ancêtres : ‘À Beth, sept mille cavaliers

 

sept mille montures, tous resteront morts sur le terrain !’28 »

 

            sebε alf n bnadem d sebε alf n ušidar 

 

            a ġra diym iqqiman, a baht, nnant imzwura !

 

 

Chiffre à la fois fatidique (tout en admettant une certaine exagération) et sidérant si l’on songe qu’en faisant appel aux tribus alliées, les Barghawata ne pouvaient aligner que 23.000 hommes au total, dont 12.000 milles cavaliers29, et que la population du Maghreb al-Aqsa devait alors à peine dépasser quelques millions d’habitants.

 

 

D’ailleurs, le carnage ce jour-là, considérable d’après les critères de l’époque, atteignit de telles proportions qu’il marqua profondément et durablement les esprits. De sorte que dans l’inconscient collectif local, étant donné ses implications apocalyptiques, la vallée de l’Oued Beth fut associée avec de hauts faits d’armes, avec le merveilleux, le prodigieux. Lieu irrémédiablement lié à la destinée de ces contrées, où tout peu arriver :-

 

 

            « De l’Oued Beth sortira un ânon à la noire crinière

 

             Dont les ruades secoueront la terre entière !30 »

 

             tsul baht ad tarw yiwn ušnid igan abexxan             

             yili s wazzar ad ikka s tiqqar ddunit ! 

 

 

C’est ainsi que Sidi ‘Ali Amhaouch, assurant en quelque sorte la continuité de la pensée barghawati dans ce qu’elle avait de messianique31, prédisait l’apparition dans cette zone de transition entre Tamesna et Fazaz d’un duğğal (‘anti-christ’), chevauchant un âne noir, personnage annonçant la fin des temps ; éventuellement d’un mahdi, ou ‘être impeccable’. Notions héritées en droite ligne de la tradition mahdiste des Barghawata32, et se trouvant parfaitement en phase avec la mentalité des populations riveraines.

 

   

 

Résistance et continuité 

 

 

Voyons, à présent, de quelle manière, après l’effondrement des Barghawata au XIIe siècle, d’autres champions de l’authenticité marocaine prendront la relève, l’action, répondant cette fois-ci à une logique offensive, se déplaçant depuis Sijilmassa et les confins sud-est vers le Fazaz et le Gharb. Là aussi, l’invasion des tribus d’Orient, les Ma’qil en l’occurrence, liée à d’autres facteurs conjoncturelles, agira comme catalyseur, déterminera la remontée depuis le sud-est de groupements d’Imazighen, lancés dans une éternelle quête de nouveaux pâturages, avec en point de mire les plaines atlantiques, jadis fief des Barghawata33.

 

 

Les Dila’yin, notamment, installés à la charnière du Tadla et du Fazaz, dispensant un enseignement religieux orthodoxe en langue arabe, sauront un temps canaliser à leur profit cette poussée dynamique des tribus tamazightophones, chercheront eux aussi à s’ériger en royaume indépendant. Dila’, qualifiée par un célèbre historien marocain de « zawiya d’expression du nationalisme berbère, mouvement de remembrement de la race sanhajienne34 ». Démarche visant ultérieurement à remplacer un makhzen d’inspiration orientale par une institution de facture plus autochtone. Les Dial’yin, on le sait, parviendront à fonder un état éphémère dans le Maroc central et atteindront l’Atlantique, avant d’échouer dans leur entreprise.  Leurs héritiers ihansaln dans le Tadla, et, surtout imhiouach dans le Fazaz, tenteront à leur tour de créer un contre-pouvoir spécifiquement marocain, inspiré parfois d’une philosophie d’où le sentiment de démocratie ne sera pas exclu35. Mouvance berbère, voire sanhajienne, traditionnellement visualisée par l’intelligentsia citadine marocaine comme forcement subversive ; les Berbères du Moyen-Atlas ne sont-ils pas « l’âme de l’esprit factieux dans ce pays » ?36

 

 

Du reste, chacun y  va de sa petite phrase, y compris des historiens étrangers pour décrire « les tentations autonomistes » de ces Senhaja qui « se comportèrent durant plusieurs règnes comme d’intraitables séparatistes »37 ; où de les décrire comme faisant partie « de ces recalés de la grande histoire, condamnés depuis à être des éternels protestataires »38. Jugements quelque peu faciles qu’il conviendrait sans doute de nuancer car occultant les enjeux sous-jacents, les véritables raisons ayant inspiré la démarche de ces ‘protestataires’ doublés de ‘séparatistes’.  Difficile, en fin de compte, lorsqu’on est systématiquement tenu à l’écart, car échappant aux schémas du politiquement correct, d’être admis comme ayant historiquement contribué à la résistance, à la marche en avant de la nation toute entière.

 

 

Selon leurs prophéties apocalyptiques, les Imhiouach semblaient ne pas ignorer l’épopée des Barghawata, dans la mesure où, reprenant sous Bou Bcher Amhaouch le flambeau du radicalisme amazighe39, leurs propres actions allaient caresser d’assez semblables ambitions. Également imputable aux Imhiouach, les prédictions messianiques héritées des lointains Barghawata, focalisées notamment sur le mythe de Lenda, problématique capitale des temps futurs et source d’espoir en des temps meilleurs pour les populations du Fazaz40.

 

 

Si, en revanche, les ultimes gesticulations d’un Sidi ‘Ali Amhaouch contre Moha ou Hammou et/ou
la France, aboutissant au drame du Tazizaout, peuvent paraître dérisoires, elles ne peuvent être comprises que dans le cadre d’un continuum historique, d’une très ancienne tradition de résistance anti-makhzénienne, ayant caractérisé ces régions tamazightophones du VIIIe au XXe siècle.

 

 

L’héritage des Barghawata 

 

 

Il est par ailleurs, permis d’affirmer, que contrairement aux idées reçues, loin d’avoir sombré sans laisser de traces, les iburġawaţin ont laissé un héritage, certes diffus, mais effectivement présent – ne  serait-ce, tout d’abord, que cette patience, cette constance dans la plus irréductible des résistances qui, s’installant dans la durée, caractérisera les Imazighen jusqu’à nos jours. Exemple plus évident: le rôle que joue encore, en rapport avec la première prière, le coq du village, connu sous le vocable fqih, ou ţţalb, chez les Ayt Yahya de Tounfit. En pays Ayt Hadiddou, la prière du fžer s’appelle tazallit n ufullus (‘prière du coq’), ce qui nous renvoie directement aux Barghawata, chez lesquels cet oiseau sacré était, par ailleurs, gratifié d’une sourate dans leur qur’an41.

 

 

De même, si le nom de Dieu, yakuš, n’a plus cours, yuš, ainsi qu’un synonyme ancien, bu itran (‘maître des étoiles’), sont encore signalés42. Sans oublier que les Barghawata étaient célèbres en tant que magiciens et astronomes, savoir-faire dont on relève des traces de nos jours chez les Ayt Sokhman de la région d’Anargui : notamment la faculté d’émettre des prévisions météorologiques à l’aide d’un os de mouton, ou encore de se livrer à des interprétations évènementielles inspirées du mouvement des astres43. Autre procédé, pouvant choquer les âmes sensibles : l’importance accordée à la salive du fils de Salih Ibn Tarif, dynaste des Barghawata.

 

Assez récemment, cette coutume trouvait son pendant chez les saints de Bouja’ad, réputés pour leur baraka, notamment Si Mohammed Cherqi, dont la salive (voire le vomi) était censée renfermer des pouvoirs   magiques44.                                                                                                                                              

 

Conclusion 

 

 

Aussi sont-ils toujours d’actualité. Outre un certain regain d’intérêt vis-à-vis des Barghawata de la part des spécialistes des études amazighes, en raison du bruit qui a entouré l’affaire du qur’an traduit en berbère45, auquel ils sont irrémédiablement liés, ils ne peuvent laisser indifférent l’observateur averti.  Qu’on le veuille ou non, on se trouve en présence d’un entité constituée, ayant fonctionné plusieurs siècles en langue amazighe, avec sa royauté, son armée, son organisation socio-religieuse, son idéologie dominante et qui, en terme d’ancienneté absolue sur la terre marocaine, dispute la primauté aux Idrissides. À l’exception près qu’elle semblerait être quelque peu disqualifiée du fait de l’hérésie que l’on sait, impardonnable pour certains, et qui l’a rendue si redoutablement célèbre. 

 

 

Ainsi, cherchant en toute objectivité à y voir plus clair, à décrisper le débat, avons-nous tenté d’analyser la stratégie des Barghawata, de proposer d’éventuelles pistes de recherche,  afin de mieux comprendre la place qu’ils occupent dans un continuum historique de résistance marocaine. Gageons, enfin, que pour compléter nos connaissances sur ces proscrits de l’histoire, beaucoup reste à faire, notamment par le biais de la tradition orale, ainsi que dans le domaine de l’archéologie46.

 

  Michael PEYRON

 

  Université Al-Akhawayn, Ifrane

 

 

NOTES 

 

1  a) Le terme berġawaa serait une déformation de belġwaţa > ilġwaţen, ‘ceux qui ont dévié’ ; alternance entre /r/ et /l/ souvent attestée en Tamazight (cf. Ibn al-Zayyat al-Tadili, al-Tachawwuf ila rijal al-Tasawwuf/ Regard sur le temps des Soufis, Casablanca, EDDIF/ UNESCO, 1994-1995, éd. A. Toufiq, trad. M. de Fenyol, note 37, p. 357).  b) S’oppose à l’étymologie Barghawati < Berbati, du nom d’une rivière du sud de l’Andalousie, d’où ils seraient originaires. Cf. Abu ‘Ubayd al-Bakri, Kitab al-Mughrib fi dhikr bilad Ifriqiya wa’l-Maghrib/ Description de l’Afrique septentrionale, (trad. De Slane), Paris, Maisonneuve & Larose, 1913, p. 265 ; thèse reprise par Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, trad. de Slane, Paris, Geuthner, 1927, tome II/ p.133 ; c) rapprochement possible ( ?) avec la racine RĠWT > verbe rraġwet = ‘bouder, se fâcher’, M. Taifi, Dictionnaire Tamazight-Français, p. 574. 2  Imaginons, par exemple, une histoire du Royaume-Uni d’où serait expurgée toute mention de
la Réformation sous Henri VIII au XVe siècle, ainsi que toute référence à
la Grande Rébellion du Parlement contre la royauté des Stewart (1642-1649). 

 

3  al-Bakri, op. cit., p. 268. Cf. M. Tilmatine, « Religion and morals of Imazighen according to Arab writers of the Medieval times», (trad. R. Dahmani & H. Madani), The Amazigh Voice, été 2000, p.4 ; les gens de Tamesna y sont présentés comme des braves, les hommes affrontant des lions en combat singulier ; document disponible sur : http://www.syphax.nl/article.php?op=Printxsid=21 4   M. Lounaouci, « Le Royaume des Barghawata », Imazighen ass-a, n°2-3/mars 1995 : 2. 

 

5  V. Lagardère, Les Almoravides, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 31. On notera qu’une traduction de cet ouvrage légèrement abrégé en langue anglaise, est disponible sur : http.//bewley.vitvalave.net/ibnyasin.html 

 

6  Cf. al-Bakri, op. cit., p. 259; notons que Abou Moussa, interprète de l’émissaire barghawati à Cordoue, « était natif de la ville de Chellah ». 7  Jbal Yiroujan. Nom au Moyen-Ăge des collines s’étendant entre Oulmès et Mulay Bou’azza. 

 

8  Des vestiges de forteresses signalées près de Chichaoua pourraient être tout ce qui reste des bases de départ des dernières offensives almohades contre les Barghawata au milieu du XIIe siècle (conversation avec J-F. Clément, le 26/07/03). 9  Dans quelle mesure peut-on accréditer la phrase « The heretic Barghawata Berbers set up a taifa state (…) in Sabta… », d’après H. Kennedy, A Political History of Al-Andalus (1997) & D. Nicole, El Cid & the Reconquista (1988); disponible sur http//www.balagan. org.uk/war0711/1008.htm 

 

10  Ibn Abi Zar’, Rawd al-Qirtas/ Histoire des Souverains du Maghreb et annales de la ville de Fès, (trad. Beaumier), Rabat, Laporte, ‘reprint’ de 1999, p. 116. 11  Cf. M. Peyron, « Qala’at al-Mahdi, forteresse des hérétiques barghawata dans le Moyen-Atlas marocain », AWAL, Cahier d’études berbères, n°25/2002 : 105-110. 

 

12  Naciri, Kitab al-Istiqça, vol. XXXI, Paris, Geuthner, p. 106 & 148 ; Ibn Abi Zar’, op. cit., p. 124 ; H. Terrasse, Histoire du Maroc, Casablanca, Atlantides, 1951, p.224-225 ; pour les retombées du siège sur la région du Fazaz/Tadla, cf. E. F. Gautier, « Medinat-ou-Dai », Hespéris, 1926 ,1er trim., Paris, Larose, p. 11. 13  F. Moutaoukil, « Les Barghawata », Parimazigh n°2, disponible sur 

 

http.//www.mondeberbère.com/civilisation/histoire/barghwata.mm 14  Ibn Abi Zar’, op. cit., p. 98. 

 

15  Tamaluqqat, cf. (éventuellement) Tamelluqt, ; en pays zaïan, Timghasn, forme plurielle, rapprochement possible avec son singulier > Amghas ( ?), localité en bordure occidentale du Fazaz (Moyen-Atlas), proche de Mrirt. Problème des toponymes amazighes identiques pouvant se présenter en plusieurs points du pays. 16  E. Leglay, Les Sentiers de la Guerre et de l’Amour, Paris, Berger-Levrault, 1930, 

 

17  Cf. B. El-Mghari, «De Mogador à Essaouira: aperçu historique», Empreintes (Mélanges offerts à Jacques Levrat), Al Asas/La Source, Salé, 2000, p. 92. 18  al-Bakri, op. cit., p. 261.     

 

19  Ceci soulève la question des éventuels moyens maritimes (tout au moins d’une navigation côtière) dont disposaient les Barghawata. Selon le Professeur El Houcine Rahmoune (Fac. des Letres, Mohammedia), le fait que le Maroc ne possédait aucune flotte de guerre à l’époque a pu être un facteur ayant joué en faveur des Barghawata. Pour le Professeur Laïla Maziane (Fac. des Lettres Dhar Mhraz, Fès), les Cordouans ont pu dépêcher eux-mêmes une galère afin de transporter la mission diplomatique de Zammur. Selon le Professeur Pierre Guichard (Univ. Lumière, Lyon) les communications entre Barghawata et Cordoue ont pu être assurées aussi bien par voie maritime que par le nord du Maroc suivi d’un franchissement du détroit (entretiens lors du colloque «La Résistance marocaine à travers l’histoire », le 05/12/03, Fac. des Lettres, Rabat). 20  Ibid., p. 270 ; V. Lagardèr, op. cit., p. 31. 

 

21  H.T. Norris, The Berbers in Arabic Literature, London & New York, 1982, p.150, citant Ismaïl Ibn al-Ahmar, Buyutat Fas al-Kubra, Rabat, Dar al-Mansur lil-tiba’a wal-wiraqa, 1972. 22  Ibn Abi Zar’, op. cit., p. 123. Signalons, en toute équité, que V. Lagardère (op. cit., p. 73) émet des réserves quant à la longueur exacte du siège. Intéressant, par ailleurs, que le cas de Soukkout, un Barghawati temporairement repenti qui finira par mourir en 1077 selon les traditions de son peuple, l’arme à la main, près de Tanger lors de la bataille de l’Oued Mina face aux Almoravides, (Ibid, p. 125 ; Naciri, op. cit. vol. XXXI, Paris, Geuthner, 1925, p. 107. 

 

23  Ibid., pp. 162-163; Ibn Khaldoun, op. cit., pp. 181-183; pour la répression qui a suivi cette révolte en Tamesna, ainsi que chez les Haha, voir fragments d’al-Baidaq, Documents inédits de l’histoire almohade, (trad. E. Lévi-Provençal), Paris, Geuthner, 1928, pp. 180-183. 24  Ibid., p. 183. 

 

25  weryawera, ‘celui après lequel il n’y a rien’ (al-Bakri, op. cit., p. 261), mais sans doute déformation de wr iyyi am wa, lit. ‘semblable à lui, il n’y en a pas’, être impeccable’ (entretien avec M. Ahayzoun, Fès, le 25/04/03). Selon Le Professeur Mohammed Hammam, directeur du CEHE à l’IRCAM, wr proviendrait du Zénète ancien avec le sens de ‘fils de’ (entretien, Rabat, le 05/12/03). 26 al-Bakri, op. cit., pp. 265-266; cf. également H.T. Norris, op. cit., p. 101, ainsi qu’une version nuancée de cette traduction dans Ibn Khaldun (op. cit., tome II/ p. 129), où les deux derniers hémistiches se lisent ainsi :- 

 

« Ce jour-là ne sera pas pour vous un jour de (triomphe), bien que vous triomphez  dans les nuits (de l’ignorance), étant partisans de Maysara ! » C’est Maysara qui, on le sait, avait mené au combat les Berbères du Maghrib al-Aqsa lors de la révolte  kharijite de 740. 

 

27  Des ruines de forteresses anciennes auraient été signalées dans certains recoins du pays zemmour, sans que l’on ait pu, pour l’heure, ni les dater, ni leur attribuer une origine précise (entretien avec J-F. Clément, le 26/07/03 ; confirmé par le Professeur Enrique Gozalbes Cravioto, Fac. des Lettres, 04/12/03). 28   A. Roux, Poésies berbères de l’époque héroïque, M. Peyron éd., Aix-en-Provence, Édisud, 2002, p. 191. 29   al-Bakri, op. cit., p. 270; Ibn Khaldoun, op. cit., p. 156; V. Lagardère, op. cit., p. 31 

 

30  A. Roux, op. cit., p.191. Cf. autre allusion à « l’âne à la grande crinière dont le monde entendra parler », V. Loubignac, Textes dans les parlers Zaïan et Ait Sgougou, Paris, Leroux, 1924, p. 441/8, où le duğğal est associé à un ânon noir.  Prophéties messianiques attribuées tant à Sidi ‘Ali, qu’à son aïeul Sidi Boubcher Amhaouch. Pour davantage de précisions à ce sujet, cf. conte en tašelh’it, « Ddjjal d Yajuj u Majuj », H. Stroomer, Tashelhiyt Berber Texts from the Ayt Brayyim, Lakhsas and Guedmioua Region (South Morocco), Köln, Rüdiger Köppe Verlag, 2003,  pp. 220-225. 31  Fragments poétiques du genre ahellel relevant des prophéties apocalyptiques des Imhiouach (méritant à elles seules une étude séparée), et qu’il s’agit, bien entendu, d’aborder avec prudence. Cf. J. Drouin, Un cylce hagiogaphique dans le Moyen-Atlas marocain, Paris, Sorbonne, 1975, pp. 111-113. Sidi ‘Ali Amhaouch a pu avoir connaissance de la bataille de Beth par le biais de la transmission orale ; sinon, en tant que lettré ayant fréquenté la Qarawiyin dans les années 1870, il aura pris connaissances des textes d’al-Bakri, ou autres (entretien avec O. Ould-Braham, le 02/08/03). 

 

32  al-Bakri, op. cit., p. 261 33  D.M. Hart a rédigé une étude très complète sur ce phénomène de la remontée amazighe du sud-est au nord-ouest, « Four centuries of history on the hoof », Journal of Morocco Studies, n°3/1993 : 21-55 ; cf. également, J. Chiapuris, The Ait Ayash of the high Moulouya plain,  Michigan, Ann Arbor, 1979, pp. 17-36. 

 

34  A. Laroui, Origines sociales et culturelles du Nationalisme marocain, Paris, Maspero, 1997, p. 150. 35  Concernant Dila’ cf. G. Drague, Esquisse d’histoire religieuse du Maroc, Paris, Peyronnet, 1951, pp. 132-138 ; M. Hijji, Az-Zawiya ad-dila’iyya, Rabat, Al matba’a al Wataniya, 1964 ; L. Mezzine, Le Tafilalt, Rabat, Fac. des Lettres, 1987, etc.. 

 

36  Citation d’Akansous, reprise par A. Laroui (op. cit., p. 166) ; cf. également M. Morsy « Comment décrire l’histoire du Maroc », Actes de Durham : recherches sur le Maroc moderne, n° hors série du B.E.S.M., Rabat, 1979, p. 123. 37  B. Lugan, Histoire du Maroc, Paris Perrin/ Criterion, 2001, p. 187. 

 

38  D. Rivet, De Lyautey à Mohammed V, le double visage du Protectorat, Paris, Denoël, 1999, p. 110. 39  Naciri, op. cit., vol. X, p. 57. S’agissant d’une période marquée par des tensions arabo-berbères, notamment au sein de l’armée chérifienne entre contingents ‘abid et barabir al-wata’ (M. El Mansour, Morocco in the reign of Mawlay Sulayman, Wisbech, MENAS, 1990, p. 102), Boubcher Amhaouch aurait annoncé son intention de courir sus à ceux qui parlaient arabe au Maghreb. 

 

40  J. Drouin, L.O.A.B., 24/1996 :129-146 ; Lenda, hameau entre Khenifra et Lqbab, davantage connu comme site de la défaite du sultan Moulay Sliman en 1818 face à Boubcher Amhaouch, occupe une place de choix dans l’imaginaire collectif local. 41  Pour la sacralité du coq et de la poule chez les Barghawata, cf. al-Bakri, op. cit. , pp. 268-269 ; également R. Basset, « Recherches sur la religion des Berbères », Revue de l’Histoire des Religions, Paris, Leroux, 1910, p. 50. 

 

42  Le terme yuš serait encore connu dans le Rif, (communication verbale, A. Khalafi, Ifrane, le 17/03/03) ; celui de bu itran est communément usité chez les Ayt Yahya de Tounfit. 

43  Observations personnelles sur le terrain lors de voyages répétés dans ces régions, de 1967 à nos jours

 

44  Cf. mémoire d’étudiante sur les saints de Bouja’ad : B. Halimi, Jackals, Saints and Shrines, Faculté des Lettres, Rabat, 1987, p. 29 ; pour l’importance accordée à la salive, consulter R. Basset, op. cit., p.50. 45  Kamal n Aït Zerrad a traduit le qur’an en Kabyle, alors que le professeur Lhoucine Jouhadi achevait en 2000 à Casablanca une version en Tamazight. Cf. aussi, « Le Coran fait peur au pouvoir », traduction d’un article du Economist de Londres, disponible sur http://www.geocities.com/tamaynut/coran.htm 

 

46 Une campagne de fouilles sur plusieurs sites (ports, villes de l’intérieur, champs de bataille, etc.) serait assurément de nature à fournir d’importantes données sur l’époque des Barghawata. Perspective encore incertaine faute de financement adéquat.                                                                                                                                                               

 

   Michael PEYRON 

 

Publié dans Berber history | Pas de Commentaire »

General considerations regarding the passage from orality to literacy

Posté par Michael Peyron le 15 avril 2010

Orality to literacy 

General considerations regarding the passage from orality to literacy 

 

Introduction

Students of oral literature should not allow themselves to be discouraged by suggestions that folk-lore is fake lore.1 This stems from a snotty attitude vis-à-vis oral tradition, rather like equating country folk with “country bumpkins”. Rather, modern literate man should regret that the marvellous faculty of memorisation or oral retention of a rich heritage, has, with time, become atrophied because of the overriding need to acquire full literacy. 2 

 

One of the chief characteristics of an oral tale is its changing silhouette. While remaining, to all intents and purposes, a faithful copy of the original, oral discourse is often considered to indulge in “weaving and stitching”,3 so that the numerous re-tellings result in embellishments and modifications; it “gets changed, shaped, altered by omissions; overloaded with additions, and embroidered with detail as it is handed along from generation to generation and from place to place.”4 This has happened to texts at various times and to varying degrees throughout the history of oral transmission, till they were at last enshrined in writing. There are instances, however, of oral transmission hardly altering with time, as in the case of Middle Atlas Berber tale “Ali Woullouban”, of which this writer has found a version, collected by Arsène Roux in the late 1920s, which bears a 90% resemblance to a later version gathered in the 1995. Thus, after 70 years had a tale undergone little or no transformation.5 In the end, of course, this material gets recorded in writing, this being the last stage of the passage to literacy. 

 

 

 

Chains of transmission

 

 

 

The transition from orality to literacy, however, is usually a lengthy, protracted process. This is certainly the case with early heroic tales such as “Gilgamesh” and “Beowulf”. The former, probably the world’s most ancient epic, after existing in purely oral form, was composed on clay tablets in the Sumerian age and then vanished from sight, only reappearing in the 20th century thanks to the archaeological endeavours of Campbell Thomson and Samuel Kramer.6 The latter, typical of the dragon-slaying theme, though the hero ultimately passes away, is “the first large poem in English to survive this transplanting from an oral to a literary mode”,7 and probably started life in oral form among 5th or 6th century Anglo-Saxons prior to their invasion of the British Isles, although the events it describes take place in southern Scandinavia.. 

 

Other attempts to ennoble oral literature have resulted in some stirring stuff. There immediately comes to mind the controversial manner in which, in the second half of the 18th century, James MacPherson re-visited the Ossian (Oisin) epic, the roots of which go back to the legends of Fionn MacCool in the pre-Christian days of Hibernia.8 Admittedly, MacPherson took such liberties with the original material, dressing it up with all the fine phrases and miscellaneous devices of the Romantic Period that he has been branded a forger by certain critics. His merit, however, lies in making these texts available to so many scholars of the period ; “le cycle de Finn, ou des Fenians, exploité et défiguré par McPherson, allait devenir le livre de chevet des grands romantiques. Par là, la tradition des anciens bardes rejoignait quand même Châteaubriand.”9 In this context, the way Fitzgerald translated  and adapted the quatrains of Omar Khayyam according to the canons of contemporary English poetry provides a striking parallel.10 

 

 

A similar process had no doubt occurred at a much earlier period to the oral material that was later arranged into the Iliad and Odyssey, with some 500 years elapsing between the original recitals of heroic poems and their eventual stitching together into overall epics. “The entire language of the Homeric poems (was) not an overlaying of several texts but a language generated over the years by epic poets using old set expressions which they preserved and/or reworked largely for metrical purposes.”11 

 

 

 

In the course of time and in a classic case of oral diffusion, the Homeric material travelled north-eastwards, surfacing in Ulster around the 1st century AD as the “Cattle-raid of Cooley” (Táin Bó Cualnge), often referred to as the “Iliad of the Gael”.12 Hardly less praiseworthy, though essentially local in inspiration and initially oral in form, are the Icelandic sagas of the early Middle Ages, which tell of a harsh, simple, feud-ridden life in that sub-Arctic land peopled by Norwegian and Irish immigrants.13 

 

 

The “matter of Britain”

 

 

Strangely enough, of all those who have played a significant role at the cross-roads between orality and literacy, none are more deserving than the bards of Wales, Cornwall and Brittany, who, during the Dark Ages (circa 500-750 AD) and well beyond, were able to maintain in circulation a corpus of oral tales, a curious mix of “myth, folklore, history and pseudo-history of Celtic Britain (…) creating a dreamlike atmosphere by telescoping Saxon- and Norman-dominated present into misty Celtic past of has been and never was.”14 This material, common to the Welsh and Bretons, known to scholars as la matière de Bretagne, broadcast far and wide through medieval France by Breton minstrels,15 retold and embellished by Nennius and Geoffrey of Monmouth in his mythological History of the Kings of Britain, was to nurture the Arthurian epic which, after formal treatment at the hands of Chrétien de Troyes,16 finally took shape in written form in England and Wales during the 12th century. The legends of King Arthur eventually acquired the proportions of a national myth, with the emphasis on chivalrous values of bravery, steadfastness, purity and succouring the weak that (strangely) was to serve as an ideal for the English during the Hundred Years’ War, whereas they had their origins in an obscure Celtic past.17 Here it must be repeated that certain famous episodes of this cycle, such as the deeply romantic “Tristan and Isolde” and the all-important Grail legend, undoubtedly have Welsh origins – respectively “How Trystan won Esyllt”18 and “Peredur son of Evrag”.19 However, other Welsh tales (and some Irish ones for that matter), can be traced back to Greece, attesting to ancient trade-links between the Celts and the Mediterranean region.20 

 

 

 

Christian/Muslim interaction

 

 

 

Simultaneously, their French opponents derived equal chivalric and spiritual inspiration from the “Song of Roland”,21 “Huon of Bordeaux”, “Ogier the Dane”, and many other Frankish legends, initially attributed to Bishop Turpin, but elaborated some two centuries later, usually focussing on earlier heroic battles against the Saracens in Spain, and surrounding an idealised Charlemagne.22 These famous chansons de geste, of course, were part of a plan to uplift the mind of the crude, loutish Frank knights, and would later help bolster them during their ill-fated crusading interlude in the Holy Land. 

 

Likewise, as a result of Christian and Muslim being at each others’ throats for so long, a rival, oral-derived literature had sprouted on the southern shore of the Mediterranean. This time, however, the villain of the piece is the Christian, as in “Sidna Aelqman” and the “Poem of the Young Camel” (ahellel n-ubaεr, in Tamazight), of which the present writer has both Arabic and Berber versions in his possession. Interestingly, in the former, the elderly warrior Aelqman is the exact counter-part of Charlemagne. Just as the Frankish monarch marries Bramidoine, widow of Marsile, the defeated Moorish king of Saragossa at the close of the Chanson de Roland,23 so does Aelqman take for bride the Christian Shoumisha, whose husband he has just killed in single combat.24 

 

 

 

Such situations are merely symptomatic of exchange between cultures, which, when it does not occur at sword-point, allows a considerable fund of oral lore to change hands. This undoubtedly occurred through the medium of Muslim Spain, whose Jewish and Moorish musicians used to visit regularly what is now south-west France. The Fin’ Amor tradition of Provence, which is no doubt largely native in inspiration, also owes much to Moorish love poetry with its insistence on courteous treatment of damsels, and/or to the influence of Plato and Ibn-Rochd.25 Some of this would have arrived from the Maghrib, many Imazighen having settled in Spain, given that the survival to this very day of Berber courtly love, at any rate in Morocco, and in oral form, has been amply documented.26 Much of this, also, came from the east (Baghdad), via al-Andalus, where this poetic material was being imitated.27 

 

 

Saving classical learning from oblivion

 

 

At this point, it appears relevant to raise a parallel problem. Among both Oriental and Western academics28 there is a certain school of thought which contends that, had it not been for the Arabs, who translated the material, the sum total of Latin and Greek thought would never have reached the west, before and at the time of the Renaissance. Now, to the present writer, this statement appears too sweepingly categorical to be taken at face value. 

 

 

That Europe is indebted to those Arab scholars, who took the trouble to read Plato, Aristotle and other Greek philosophers, for the translations that were thus made available, there is little doubt. To claim, however, that following the barbarian invasions of Europe nothing had been saved of the rich classical heritage of Ancient Greece and Rome is to downplay, nay, to ignore completely, the contribution of Irish bards and monks. This is a comparatively little-known phenomenon. Towards the end of the Roman Empire, with barbarians knocking at the gates, there occurred a forced emigration of Gaulish scholars to Ireland. They brought with them “a learning that was still to the full extent the best tradition of scholarship in Latin Grammar, Oratory and Poetry, together with a certain knowledge of Greek – in fact the full classical lore of the 4th century.”29 They found there a challenging state of intellectual ferment with “traditional oral schools”30 that continued to flourish side-by-side with monasteries whose Irish monks, also products of the native oral learning, but fluent in Latin, were committing to writing important oral works, and painstakingly copying in long-hand the bible and great philosophical works, for they were among the few left in Europe also to have a command of Greek. Thanks to this injection of knowledge and unbridled intellectual activity, there came about a fusion of classical and vernacular literature, unique in Europe, that produced some priceless master-pieces, such as the beautifully illuminated Book of Kells, and was ultimately to have lasting effects on the British Isles in general and English literature in particular, in terms of enrichment, freshness, inspiration and refinement of thought. This “Golden Age” of enlightenment and literature was to last some 400 years, until unfortunately snuffed out by the Viking invasions of the 9th century, mostly from Norway which is referred to in oral tradition as “Lochlann”,31 when many monasteries were sacked by Norse raiders, although some of the written material and nearly all the oral material has survived. Thus to claim that the Arabs alone saved classical learning for the west falls somewhat short of the truth; in fact, a recent book by Thomas Cahill brings convincing evidence of a somewhat different version – How the Irish saved Civilization.32 

 

 

 

Motifs of oral tradition: anathema to the literary process

 

 

 

Before committing an oral text to writing, let us see what we are losing. Indeed, for the sake of belles lettres we have to throw overboard the very devices that characterise orality, such as tedious repetitions, redundancy.  “In oral delivery, though a pause may be effective, hesitation is always disabling. Hence it is better to repeat something, artfully if possible, rather than simply stop speaking while fishing for the next idea.”33  In order to stay focussed and maintain momentum and rhythm, it is sometimes helpful to move one’s arm or body, as does the Kirghiz bard reciting an epic poem belonging to the genre known as manas

 

Oral cultures grant relative attention to plants and animals, but only to those that are useful; the rest are catalogued as “unimportant generalised background”.34 Hence for Moroccan Atlas Berbers, the term agdid n-waman (‘water bird’) will apply just as well to a Sandpiper as to a Dipper; when showed photos of the Great Spotted and Green Woodpecker, a Berber who lived at the foot of a cedar-covered hill was unable to give this writer separate names for the two birds. This shying away from concrete definitions is fairly typical of people in a region of massive residual orality, whereas hard and cast definitions are precisely one of the hallmarks of literacy. 

 

 

Metamorphosis, also referred to as transmigration or shape-shifting, is present in most tales of witch-craft and magic in the Maghrib and Celtic regions.35 As is the notion of the life-token, such as a loving plant springing from the lovers’ grave, a widespread motif with examples in Deirdre (Ireland), kan ya makan (Morocco), etc.36 

 

 

Another typical trait is the name taboo,37 which involves addressing people in a certain way, especially formidable characters such as giants and ogres; in Berber tales, for example, flattery is of the essence. Also you should greet an ogre before he greets you; otherwise he will be entitled to devour you on the spot… 

 

 

All this is based on the memory, a faculty that oral persons keep alive through constant exercise. However, the moment they embark on the road to literacy, they begin to lose their previous skill, for writing destroys the memory as it precludes need for effort of memorisation 

 

 

From the above we may infer that both orality and literacy contain inherent yet incompatible skills. What we consider today as literacy, perceived as a cause for pride in the modern world, is the end-result of a long-drawn-out process with continual interplay between the spoken and written word. While deriving satisfaction from the state of literacy, we should never look down on those who still thrive in an oral society. We should envy them for their skill at memorisation and recital, allowing as it does so many gems of orality to survive. 

 

 

 © Michael PEYRON 

 

 

 

 

                                                                       NOTES 

 

 

1 K.M. Briggs, A Sampler of  British Folk-tales (1977), p.3. 

 

2 S. Marshall,  English Folk-tales (1981),  p.11. 

 

3 J. Ong, Orality & Literacy (1982), p.13. 

 

4  S. Marshall, op. cit., p.25. 

 

5 Cf. Roux archive, file 56.3.5., H. Stroomer & M. Peyron, Catalogue des archives berbères du « Fonds Arsène Roux », Köln : Rüdiger Köppe Verlag, (2003), p.60. 

 

6 N.K. Sandars (ed.), The Epic of Gilgamesh, Harmondsworth: Penguin’s (1985); cf. also Y. Blanc, Enquête sur la mort de Gilgamesh, Paris : Éds. du Félin (1991). 

 

7 M. Alexander (ed.), Beowulf, Harmondsworth: Penguin’s (1986); cf. also H.A. Guerber, Middle Ages: myths & legends,
London: Senate (1994), pp.1-17. 

 

8 J. Jacobs, Celtic Fairy Tales (1962), p.244; J. Markale, Les Celtes et la civilisation celtique, Paris: Payot (1981), p.191; T.V. Rolleston,  The illustrated guide to Celtic Mythology,
London: BCA (1993), pp.75-89. 

 

9 J. Markale, op.cit., (1981), p.192. 

 

10 C. Grolleau, Les Quatrains d’Omar Khayyam, Paris: Ivrea (1996), pp.22-23. 

 

11 J. Ong, op. cit., p.19. 

 

12 K. H. Jackson, A Celtic Miscellany, Harmondsworth: Penguin’s (1980), pp.30-48; N. Chadwick, The Celts, Harmondsworth: Penguin’s (1981), pp.266-270; cf. also T.W. Rolleston, op. cit., pp.55-73. 

 

13 The best-known of these Icelandic hero-tales are “Egil’s Saga”, “Njall’s Saga”, “Laxdaela Saga”, and “The Saga of Grettir the Strong”; all are available in Penguin’s paper-back. 

 

14 J. Gantz, The Mabinogion, Harmondsworth: Penguin’s (1981), p.10. 

 

15 Y. Brekilien, La Mythologie celtique, Marabout université (1981); G. Jones, Welsh Legends & Folk-Tales, OUP: Puffin’s (1982); J. Markale, L’Épopée celtique en Bretagne, Paris: Payot (1982); R. Barber, The Arthurian Legends, Woodbridge & Rochester (NY): The Boydell Press (1991), p.45. 

 

16 A. Hoog (ed.), Perceval ou le Roman du Graal, Paris : Gallimard (1974); J.-P. Foucher (ed.), Romans de la Table Ronde, Paris : Gallimard (1975); Chrétien de Troyes, Arthurian Romances, (trans. D.D.R. Owen), London &
Melbourne: Everyman  (1987). 

 

17 Cf. P.M. Matarasso, The Quest of the Holy Grail, Harmondsworth: Penguin’s (1975) & J. Cable, The Death of King Arthur, Harmondsworth: Penguin’s (1982); J. Markale, Le Graal, Alençon: Retz-Poche (1989); A. Hopkins, The Chronicles of King Arthur, London: BCA (1993); M. Godwin, The Holy Grail: its origins, secrets, & meaning revealed, London: BCA (1994). 

 

18 G. Jones, op. cit., p.134-137. 

 

19 J. Gantz, op. cit., pp.217-257; J. Markale, op. cit. (1982), pp.182-210. 

 

20 In particular “How Kulwhch won Olwen”, which is an embellished Welsh re-telling of “Jason & the Golden Fleece” and also one of the distant sources of the Grail lengend; G. Jones, op. cit. pp.85-133; J. Gantz, op cit., pp.134-176; J. Markale, op. cit. (1985), pp.137-151; T.W. Rolleston, op. cit.,122-125. The fabled Brendan voyage is no doubt inspired by Odysseus and his wanderings after the fall of Troy; cf. G.O. Simms, Brendan the Navigator,
Dublin: O’Brien Press (1989). 

 

21 J. Bédier, La Chanson de Roland, Paris : Union Générale d’Éditions (1982). 

 

22 T. Bulfinch, Mythology, N.Y.: The Modern Library (1863), pp.595-778; H.A. Guerber, op. cit., pp.162-240. 

 

23 J. Bedier, op. cit., p.331. 

 

24 For a Tamazight version, cf. A. Roux, Proverbes, contes & légendes des Beni Mtir, Rabat, 1942. 

 

25 R. Nelli, Troubadours & trouvères, Paris : Hachette (1979), pp.15 & 27. 

 

26 M. Peyron, 1° Isaffen Ghbanin/ Rivières profondes, Casablanca: Wallada (1993); 2° “Further research  on timawayin from Central Morocco”, The Journal of North African Studies, vol.2, n°1, (summer 1997) pp.72-80. 

 

27 W. Montgomery Watt, A History of Islamic Spain, Edinburgh: Edinburgh University Press (1967), p.72. 

 

28 Among these are De Lacy O’Leary, How Greek Science passed to the Arabs, available on:- 

 

http://www.amazon.com/How-Greek-Science-Passed-Arabs/dp/818750245 

 

& Barbara Buehner, “Transmission of texts: from Greek and Roman through Arabic”, Neh Institute,

 

Univ. of Michigan, July 7, 2002, available on:- http://umich.edu/~iinet/worldreach/assets/pdf/neh-units/Buehner.pdf

 

29 A.P. Graves, “Anglo-Irish literature”, in The Cambridge History of English Literature, (A.W. Ward & A.R. Waller, eds.), Cambridge: University Press (1932), p.302. 

 

30 T.G.E. Powell, The Celts, N.Y.: Praeger (1958), p.61. 

 

31 Cf. story “The High King of Lochlann and the Fenians of Erin”, in H. Glassie, Irish Folk-Tales, Harmondsworth: Penguin’s (1987), pp.245-255. 

 

32 T. Cahill, How the Irish Saved Civilization: The Untold Story of Ireland’s Heroic Role from the Fall of Rome to Medieval Europe, N.Y.: Nan A. Talese/Doubleday (2005); cf. http://allaboutirish.com/library/bookrev/rev-saved.htm 

 

33 J. Ong, op. cit., p.40. 

 

34 Ibid., p.52. 

 

35 Wimberly, op. cit., p.34 

 

36 Ibid., pp.42-43. 

 

37 Ibid., p.88. For example, among the Imazighen, it is unsuitable to mention the word uššen (‘jackal’) in the morning; you should say war iberdan (lit. ‘he who has no paths’). 

Publié dans Berber oral Literature | Pas de Commentaire »

Interaction entre tourisme durable et patrimoine dans l’Atlas oriental marocain

Posté par Michael Peyron le 5 avril 2010

« Interaction entre tourisme durable et patrimoine dans l’Atlas oriental marocain » 

de Michael PEYRON

                                                                                                     11atizintirechtayyachinov1983.jpg    

Tizi n-Tirecht, Jbel Ayyachi, novembre 1983 (photo: M. Peyron) 

Ce papier se propose de dresser un état des lieux succinct du patrimoine naturel, culturel et historique des massifs orientaux du Maroc (Moyen Atlas, Haut Atlas Oriental, Atlas de Beni Mellal) ; d’examiner l’effet qu’exerce sur ces régions un tourisme de montagne qui, n’ayant de durable que le nom, a plusieurs effets pervers ; puis, proposer des solutions là où la situation s’avère perfectible. En effet, l’ensemble de régions concernées se distingue autant par la beauté et la variété des sites que par la richesse de ses traditions, portée par une « oralité résiduelle massive » (Ong 1996), ceci étant imputable à la fois à l’éloignement des grands centres urbains ainsi qu’à la difficulté d’accès qui caractérise la majeure partie de ce haut-pays, où, dans certaines vallées, la vie suit immuablement son cours depuis des décennies. Cela constitue un fonds de valeurs séculaires – véritable trésor ethnologique – d’une qualité inestimable au niveau du patrimoine national. C’est dire que les massifs orientaux de l’Atlas possèdent de solides atouts susceptibles d’attirer un tourisme d’aventure et de découverte.

On a cependant beau souhaiter l’arrivée en tout lieu de la modernité, il serait dommageable que ces régions soient livrées sans transition à la frénésie du marketing et de la société de consommation, souvent sous leurs aspects les moins méritoires : alcool, aggloméré, béton, goudron, « briques de ville », friperie, tabac, téléphones portables et déchets de toutes sortes. Avec, comme corollaire chez les populations, l’inévitable érosion des valeurs traditionnelles de courage, d’échange, d’entraide, de générosité, d’hospitalité, de solidarité, qui faisaient jusqu’alors la force de ces contrées.

Ainsi, sans pécher par « passéisme » excessif, serait-il souhaitable que la fréquentation touristique qui caractérise ces régions soit accompagnée par des programmes de mise en application progressive d’un tourisme diffus, discret, respectueux de l’environnement et comportant un minimum de « garde-fous », afin qu’il devienne pleinement durable, dans toute l’acceptation du terme, et non auto-destructeur, comme c’est trop souvent le cas.

Procédons donc, en un premier temps, à un état des lieux.

1/ Un patrimoine naturel 

Le Moyen Atlas dans sa totalité, auquel on ajoute le Haut Atlas oriental, est sans conteste la face la plus évidente du patrimoine, constituant une pléiade de chaînons, plateaux, gazons, forêts, et cours d’eau, renfermant des ressources importantes en faune animalière, aviaire, et halieutique.

De Taza à Beni Mellal se succèdent des anticlinaux calcaires élevés qui offrent des paysages karstiques, des gorges, des torrents, des lacs, des dolines (Berriane 1993 ; Tag 1995 ; Troin 2002, Milet 2003). On y distingue trois régions de haute montagne:

1/ le massif Bou Iblane/Bou Nasser ;

70ayyachi.jpg

2/ la chaîne Ayyachi/Maasker ;

3/ les sommets entourant Zaouit Ahansal, du Kwaïs à l’Azourki.

Toutes ces régions sont connues pour leurs paysages somptueux, leur enneigement persistent (novembre-mai), avec un potentiel important en randonnée pédestre, et où le ski se pratique en exploitant les combes orientées nord-est, alors que les environs de Zaouit Ahansal renferment des possibilités de rafting, de canyoning, et d’escalade à haut niveau (Jbel Ayoui, cirque de Taghia n-Ouhansal, gorges du Todgha ; Domenech 1989). Les deux premières régions contiennent d’importants vestiges d’un biotope unique qui constitue leur principal fleuron, cette cédraie millénaire qu’il conviendrait de sauver face aux menaces de toutes sortes qui pèsent sur elle : érosion, pacage et coupes abusives, stress hydrique (Benabid 1995 ; Milet 2003 ; Peyron 2004). Autre atout local, les gazons d’altitude, tapis fleuris au printemps – largement connus sous le vocable almu, voire agudal – lieux de pacage recherchés par la transhumance saisonnière traditionnelle (Bourbouze 1997).

Non moins importantes sont les régions de moyenne montagne : le causse moyen-atlasique avec lacs, torrents, plateaux et collines garnies de cèdres et de chênes-verts, notamment autour d’Ifrane, Azrou, Mrirt et Khenifra (Jennan 2005), constitue un morceau de choix du patrimoine naturel ; ainsi que les zones en bordure de la Haute Moulouya, les reliefs boisés, modelés par le karst, qui dominent le Tadla entre Ayt Ishaq et Tagzirt ; enfin, le plateau des Ayt Abdi du Kousser, haut pavé calcaire aux eaux souterraines (Monbaron 1994). Régions offrant une palette d’activités sportives incomparable : promenades à pied et/ou en raquette, ski de fond, ski de piste, randonnée muletière, randonnée équestre, pêche, ornithologie, spéléologie, et, portées par un effet de mode irrésistible, circuits en 4×4 (Gandini 2000).

Si Ifrane jouit depuis longtemps d’une certaine notoriété dans le domaine touristique, se targuant d’être la « capitale écologique » (Tarrier & Delacre 2006) du pays, elle est fréquentée essentiellement par une clientèle relativement aisée d’excursionnistes du Dimanche pratiquant le pique-nique, la promenade de courte durée, et l’investissement immobilier (Berriane 1993). L’inventaire des chemins de moyenne randonnée reste à faire, bien que l’on note quelques initiatives en ce sens, dont l’émergence de « classiques » comme la traversée Ifrane-Azrou, principalement liée à l’édification récente de gîtes touristiques (« Auberge de Charme », Ras el-Ma ; « Auberge berbère », etc.) pour un tourisme dit « vert », en vogue chez les vacanciers originaires des pays industrialisés.

Dans des zones ex-centrées, telles que le Bou Iblane (Guiri 2005), l’Ayyachi, Imilchil, Haut Ziz, et Zaouit Ahansal, qui se prêtent admirablement à la grande randonnée (ou « trekking ») de qualité, avec un éventail de franchissements de cols, de traversée de gorges (Aqqa Tadrout, Asif Melloul, etc.), de circuits « en boucle », ou « en étoile », quelques structures d’accueil se mettent en place, notamment à Imilchil, Anargui, Zaouit Ahansal, Ayt Bou Guemmaz et dans le Haut Todgha.

 125mountainarchitectureshrineofsidialioulhasseyn.jpg

Sidi Ali Oulhasseyn, Anargui et le massif du Kousser, mars 2004 (photo: M. Peyron)

Paysages intacts et sauvages, lumière éblouissante propice à la photo, populations accueillantes, animaux de bât et hébergement rustique, voilà ce qui fait le charme actuellement de ces cantons reculés (Bordessoule & Peyron, 2002, Galley 2004, Barbaud 2005).

Malheureusement, la nature animale est faiblement préservée ; il y manque les quadrupèdes, exception faite pour les lièvres, renards et sangliers. Sans oublier les éléments nobles de la faune : les dernières panthères de l’Atlas (entre Boutferda et Tigleft), mais dont la présence supposée dans l’inconscient collectif des visiteurs est susceptible de jouer un rôle attractif équivalent à celui de l’ours dans les Pyrénées ; ainsi que quelques peuplements de mouflons à manchette et gazelles de montagne de la région d’Imilchil (Cuzin 1996), et du Tasemmit au-dessus de Beni Mellal.

En matière de faune aviaire, en revanche, l’amateur sera comblé : d’importants effectifs d’oiseaux occupent différents biotopes : forêts à conifères et à feuillus, étendues lacustres, rivières, hautes landes, zones cultivées, zones des sommets. Quelques « spots » sont devenus célèbres, au point d’attirer des groupes d’ornithologues du monde entier : Ifrane, ses jardins, ses chenaies, pour les passereaux ; le lac d’Afenourrir pour les limicoles sédentaires et de passage ; l’Agelmam Sidi Ali pour les tadornes, cigognes et buses ; la Haute Moulouya pour certains rapaces et petits échassiers ; le lac de Tislit pour les grèbes et canards. Inutile de préciser que ce patrimoine, s’il doit perdurer, nécessite des mesures de protection efficaces.

Les cours d’eau de ces montagnes comptent, en outre, trois types d’attraits naturels:

1/ Les cascades. Celles-ci sont relativement nombreuses. Les plus connues : cascades du Val d’Ifrane ; d’Immouzzer-Marmoucha ; de Zaouia Oued Ifrane (près de Mrirt) ; de Talat Lmsakin sur l’Oued Fellat (région de Beqrit) ; aux sources de l’Oum er Rbia, le maître fleuve marocain ; surtout les célèbres cascades d’Ouzoud de l’Atlas de Beni Mellal (Milet 2003).

sany0135.jpg

Sources de l’Oum er Rbia’, avril 2008 (photo: E. Canterbury) 

2/ La pêche sportive : De nombreux torrents (que les connaisseurs appellent « les oueds à truite ») sont répertoriés : Oued Berd (Bou Iblane) ; Oued Immouzzer (Immouzzer-Marmoucha) ; Oued Chbouka (Khenifra) ; Haut Oued Anzegmir (Jbel Ayyachi) ; Asif Melloul (Imilchil) ; Asif n-Imedghas (Haut Dadès) ; Asif n-Ouhansal, etc. Certains de ces cours d’eau sont régulièrement alevinés et amodiés, et attirent de nombreux adeptes en possession du permis de pêche.

3/ On peut signaler, également, des cas de sources ayant des vertus diverses, dont la fertilité (Aïn Llaz, Aïn Erroh, Bou Iblane ; Ighboula n-Oussacha, région de Tounfit, etc.), et attirant à ce titre les femmes du pays.

2/ Un patrimoine culturel 

Sont classés dans cette catégorie les aspects spécifiques de la culture amazighe, tels qu’il est possible de les observer au quotidien dans ces régions, où ils sont mieux conservés que dans les régions gagnées par l’urbanisation

aytyahya22.jpg 

tishdift des ayt myill (Beni Mguild), Timhadit (photo: M. Peyron) 

L’artisanat en premier, caractérisé par le tissage de la laine sur métier à cadre en bois (azetta) : jellabas, couvertures, nattes, selles de mulet, tapis. Les tapis (tishdifin) du Moyen Atlas sont célèbres, les Beni Mguild, les Beni Ouaraine, et les Marmoucha, étant les plus connus.

 66carpetweaving1tafadjight20mai2003.jpg

Tissage de tapis à Tafadjight, Beni Aliham, mai 2003  (photo: M. Peyron)

Le travail du bois, dans les régions où pousse le cèdre, y est également réputé (Azrou) ; d’ailleurs, la fabrique artisanale de magnifiques coffres en bois perdure dans quelques villages du Haut Asif Ouirine (à l’ouest de Tounfit), où l’on trouve également de petites stèles en bois crénelées dans les cimetières. Plus loin au sud-ouest, dans la région d’Anargui, on produit des cuillères en buis, un bois très dur ; le noyer, qui pousse dans quelques vallées protégées est, lui aussi, utilisé pour l’artisanat.

78mountainarchitecturetirghisttounfitarea1jpg.jpg

Maisons jointives, qsar de Tirghist, mai 1993 (photo: M. Peyron)

Le cadre traditionnel amazighe bâti vient en second. L’habitation de base, la taddart, maison en poutres de cèdre et en pisé, construite de plein pied avec vestibule à mulets, réserve de fourrage, chambres d’habitation et terrasse, parfois avec une ou plusieurs tours d’angle, est avant tout fonctionnelle. Elle n’en reste pas moins caractéristique de ces régions de l’Atlas et, à ce titre, mérite d’être sauvegardée. Véritable petite fortin aux quatre tours d’angle, l’ighrem, quant à lui, n’appartient pas véritablement au Moyen Atlas, bien qu’il y fasse de timides apparitions (à Ifkern, et chez les Beni Bou Illoul, par exemple). Pour trouver ce style de construction il convient d’aborder le Haut Atlas Oriental, où, dès les Ayt Yahya il est présent (Tounfit, Agoudim, Ayt Yaddou), pour se généraliser chez les Ayt Hadiddou et les Ayt Merghad lorsque l’on descend vers le sud, d’où viennent les artisans spécialisés dans ce genre de construction (environs de Tilouine dans le Ferkla).

 66autumntintssountataythadiddouoctober1997.jpg

Teintes automnales, Sountat, Ayt Hadiddou, octobre 1997 (photo: M. Peyron)

Puis, à Zaouit Ahansal et dans les Ayt Bou Guemmaz (Huet & Lamazou 1990) on trouve de splendides bâtisses à tours d’angle, dont le curieux ighrem circulaire de Sidi Moussa, qu’un travail de restauration est en train de sauver de l’écroulement qui menaçait. Démarche louable car l’ighrem, avec sa valeur esthétique avérée, présente un intérêt indéniable aux yeux du visiteur étranger, ce qui en fait la pièce maîtresse du patrimoine architectural.

On ne peut, certes, prétendre que ces régions renferment de grandes spécialités culinaires. Toutefois, à l’instar d’autres montagnes (le Dauphiné, la Savoie, par exemple) l’Atlas peut se prévaloir d’une gamme fruste comportant en premier lieu, le célèbre méchoui, cuit soit sur broche, soit dans un four en terre ; les brochettes de base (tutliwin) ; les brochettes épicées à la graisse de mouton (tadunt n-ulli, ou  bulfaf) ; la soupe de fèves (tahrirt n-ibawn), ou une autre soupe désignée plus à l’ouest askif. De délicieux feuilletés, melwiy, ou bu shiyyar, pouvant être consommés avec du beurre (uddi) ou du miel (tamment). Différents tajines, enfin, à la viande ou au poulet, toujours assortis de légumes, et habituellement très épicés.

La vie traditionnelle pastorale dans un  milieu hostile a donné lieu à une codification des valeurs liées à la notion de solidarité communautaire, où tiwizi (‘corvée collective dans l’intérêt général’), et amεiwan (‘entre-aide’) figurent en bonne place. La garde du troupeau de vaches ou du parc à mulets du village, peut être confiée à un ou deux hommes (à des femmes, pour les vaches), selon le système de tiwili (‘tour de rôle’) – pratique qui s’observe notamment en pays Ayt Yahia et Ayt Hadiddou. Par contre, une autre institution du pastoralisme, tarahalt (‘transhumance’), avec respect des jours d’ouverture des pâturages mis en défens, ou igudlan, semble se maintenir bon  an mal an dans l’Atlas d’Imilchil (Peyron 1992) alors que, dans le Moyen-Atlas central, la situation est plus nuancée. Si chez les Ayt Arfa une transhumance à courte distance est observée (Jennan 2004), on assiste chez d’autres Beni Mguild à une tendance à la sédentarisation massive en altitude (Bencherifa & Johnson 1993), principalement entre Timhadit et le Jbel Hayyane.

sistersyaminaazizaaytchradaug19762.jpg

Jeunes femmes des Ayt Bou ‘Arbi, Ayt Yahya, août 1976 (photo: M. Peyron)

La légendaire hospitalité berbère, quant à elle, est une véritable institution qui mérite de perdurer. Dans certains villages survit la coutume dite afalis, ou tour de rôle, pour assurer l’hébergement du voyageur de passage ; au besoin à l’intérieur de la mosquée, si les hommes sont absents. N’oublions pas, aussi, que l’ensemble de la vie était autrefois régi par le droit coutumier amazighe (izerf), équitable et expéditif, dont les anciens regrettent amèrement la quasi-disparition (Khettouch 2005).

Des pratiques, curatives et autres viennent enfin clore ces notions traditionnels ayant encore cours dans certains douars reculés : la pharmacopée de plantes médicinales, telles que azukenni (‘thym’) ; enfin des croyances qui, selon certains observateurs, relèveraient de la sorcellerie, telles que la prédire l’avenir en scrutant les étoiles, ou prévoir la météo en observant l’épaule d’un mouton (Ayt Sokhman).

Cet ensemble de traditions qui s’appuie, bien entendu, sur une oralité résiduelle fort riche constitue le fleuron du patrimoine culturel. Avec ses anecdotes, contes, devinettes, proverbes, et poésie diverses, l’ensemble constitue une véritable encyclopédie orale amazighe, dont les izlan (‘distiques’) qui se chantent collectivement dans le cadre de la danse ahidus ; timawayin (‘strophes’) et timdyazin (‘ballades’) sont les genres les plus répandus.

 04aythadiddounimedghasjune19811.jpg

ahidus chez les Ayt Hadiddou n-Imedghas, Msemrir, juillet 1981 (photo: M. Peyron) 

On les entend à l’occasion des fêtes villageoises, souvent à l’automne : notamment lors de circoncisions (teεdliwin), ou de fastueux mariages collectifs (timghriwin) que l’on pratique encore chez les Ayt Hadiddou et Ayt Sokhman (Peyron 1993 ; Khettouch 2005; Hamri 2005). 

3/ Un patrimoine historique

Il convient de souligner l’existence, dans les régions qui nous préoccupent, de très nombreux sites de mémoire, principalement liés à la résistance anti-coloniale du début du 20ème siècle. Parfois, rien ne reste sur place pour évoquer ces combats. En d’autres lieux subsistent bâtiments, ruines, stèles commémoratives, et cimetières, qui sont autant de témoins tangibles d’un passé relativement proche, et occupant dans l’inconscient collectif local une place dont l’importance ne saurait être sous-estimée. Ces sites font actuellement l’objet, à l’échelon local, d’un certain suivi, quand il ne s’agit pas d’un véritable culte lié au soufisme, encore présent dans l’Atlas par le biais des marabouts (igurramn). N’oublions pas, à cet effet, que ces régions ont été marquées pendant le haut moyen-âge marocain par une forte implantation de zaouïas d’obédiences diverses (Jennan 1993 ; Mouhtadi 1999), à la fois relais « makhzéniens », gîtes pour pèlerins et pôles de spiritualité influents, dont certaines fonctionnent encore.

Voici une liste non-exhaustive de quelques sites qui représentent ce patrimoine historique :-

-          Le ‘cèdre du pardon’ (idil leεfu), à l’ouest de Tanchraramt dans le Bou Iblane, qui a marqué le retour des Beni Ouaraïne au bercail makhzénien (été 1926) ; accès en véhicule tout-terrain par chemin secondaire 4822.

-          Un kerkur (‘cairn’) entre Talzemt et Tamjilt, (Bou Iblane) à proximité de Souf Ifendasen, marquant le point extrême atteint par la mehalla de Moulay Ismaïl à la fin du 17ème siècle lors d’une de ses campagnes contre les tribus du coin ; accès muletier.

-          Vallée d’Oulad Ali, (Moyen Atlas oriental) dont les environs virent se dérouler des  combats acharnés pendant l’été 1926 (Celarié 1928); combats qui tournèrent à l’avantage des résistants (un des rares cas de capture d’un fortin français dans les campagnes de l’Atlas), mais dont le succès fut annulé par la reddition de Sidi Raho à Taffert ; accès en véhicule tout-terrain depuis Outat el-Haj, côté Moulouya.

tichouktmars1971.jpg

Jbel Tichoukt, mars 1971 (photo: M. Peyron) 

-          Massif du Tichoukt (2796m) entre Boulmane et l’Oued Seghina, qui fut (1923-1926) le dernier réduit de la résistance des Ayt Seghrouchen de Saïd ou Mohand dans ce secteur du Moyen Atlas (Peyré 1950 ; Carrère 1973 ; Saulay 1985) ; site accessible par la RP 20.

-          La zaouïa de Ben Smim, autrefois située dans l’orbite de Dila  (Jenann 1993), située entre Ifrane et Azrou ; accessible par route goudronnée.

-          Environs de Timhadit (Moyen Atlas central), avec sa stèle commémorative, où eurent lieu de durs combats de 1916-1919 (Jbel Hayyane, Koubbat, etc.) liés au ravitaillement du poste français de Beqrit (Guillaume 1946) ; accès par la RP 21, puis route 3388.

-          Zaouit Ifrane, environs de Mrirt, avec son village maraboutique, son plateau cerné de falaises (Tissigdelt), où l’on a repéré des vestiges de fortifications : Qal’at al-Mahdi, ancienne principauté indépendante des Zénata du Jbel, 11ème siècle (Peyron 2003) ; accès par RP 24 jusqu’à Souk el-Had, puis route 3410.

-          Champ de bataille d’El Herri (lehri), à une dizaine de kilomètres de Khenifra (Moyen Atlas central); deux stèles commémorent la défaite par Moha ou Hammou Zaïani en automne 1914 de la colonne Laverdure (Le Glay 1930 ; Guillaume 1946 ; Drouin 1975 ; Roux & Peyron 2002 ; Ben Lahcen 2003) ; située sur la RP 24.

138qsaroftazruftandjbelmawtfud.jpg

Tazrouft et le Jbel Mawtfoud, mars 1974 (photo: M. Peyron)

-          Zaouia Sidi Hamza, important centre maraboutique, associé au célèbre Bou Salim el-Ayachi, versant sud du Jbel Ayyachi ; accessible depuis RP 21 par la route 3438.

-          Poste ruiné et village des Ayt Yâqoub, versant sud du Jbel Ayyachi, où le détachement Emmanuel fut décimée par les Ayt Hadiddou et Ayt Morghad, menés au combat par l’agurram Ou-Sidi ; puis siège du poste, lequel fut serré de près, presque capturé, mais sauvé in extremis par une colonne de secours, fin-mai/début-juin 1929 (Saulay 1985 ; Peyron 1994) ; accès en véhicule tout-terrain, chemin secondaire 3438.

86zaouitsidiyahyaouyousefjan1974.jpg

-          Zaouia Sidi Yahya ou Youssef, ancien pôle maraboutique et centre de résistance anti-coloniale, capturé en juin 1931 (Guillaume 1946) ; accessible depuis Tounfit par route 3423.

32.jpg

Colline stratégique de Tawjjaâout, région de Tazizaout (photo: M. Peyron)

-          Jbel Tazizaout (2677m), arrière-pays d’Aghbala n-Ayt Sokhman, haut-lieu de la résistance marocaine (23 août – 13 septembre, 1932), et objet de pèlerinage annuel; existence de nombreuses timawayin et timdyazin relatant les péripéties de ces combats (Guillaume 1946 ; Drouin 1975 ; Saulay 1985 ; Roux & Peyron 2002). Accès malaisé, à dos de mulet, ou à pied.

041.jpg

Hameau d’Itto Fezzou et Tizi Hamdoun, janvier 2006, (photo: M. Peyron)

-          Tizi n-Hamdoun/Jbel Baddou (juillet/août 1933) bastion montagneux où le gros des Ayt Hadiddou et Ayt Morghad sous Ali Ou-Termoun et Zayd Ou-Skounti menèrent leur dernier combat (Guillaume 1946 ; Saulay 1985) ; accessible en véhicule tout-terrain par chemin secondaire 3449 depuis Tinejdad, ou par la route d’Ayt Hani-Assoul, puis à pied.

-          Les igherman de Tadafelt (Todgha), à quelques kilomètres de Tinghir, où, au printemps 1936, fut tué le dernier résistant du Haut Atlas, Zayd ou-Hmad (Clément  1981) ; accessible par RP 32, puis route 6906.

-          La stèle des cluses de Tassent commémorant les batailles autour d’Imilchil, dont le combat du 1er mai 1933, au Msedrid, où un détachement de la Légion fut mis à mal par les hommes d’Ou-Sidi (Guillaume 1946 ; Peyron 1988-89) ; accès par la route 1903, puis route 3425.

-          Environs de Ksiba n-Moha ou Saïd (Atlas de Beni Mellal), site de la bataille de maraman, connue des bardes amazighes (Guillaume 1946 ; Hamri 2005), où fut sérieusement malmenée la colonne Mangin en 1913 ; accès depuis Kasba Tadla par la route 1901.

149zaouitahansalspring19762.jpg

tighremt à Zaouit Ahansal, mars 1976 (photo: M. Peyron)

-          Zaouit Ahansal, célèbre pôle de spiritualité et de résistance à l’époque de la siba jusqu’en 1933 ; accessible depuis Azilal par route 1807, en cours de goudronnage.

-          Village d’Ayt Hkim aux Ayt Bou Guemmaz, où, pendant l’été 1921, les guerriers de la région, aux ordres de l’agurram Sidi Mah el-Hansali, stoppèrent net l’élan de la cavalerie du Glaoui (Saulay 1985); accès par route 1809.

-          Jbel Kousser (Lqroun, 3 069m), environs de Tillouguit, dernier bastion de la résistance dans le Haut Atlas, septembre 1933 (Guillaume 1946 ; Saulay 1985 ; Euloge 2005); accès par route 1803, puis à pied.

4/ Problématique actuelle 

Il s’agit à présent d’examiner, d’appréhender la durabilité des diverses facettes du patrimoine local face à l’érosion causée par un tourisme de montagne en plein essor. Aussi, le tableau flatteur que nous venons de brosser du patrimoine de ces régions ne doit-il pas faire oublier les dangers réels qui pèsent déjà sur lui. Précisons d’emblée que les composantes de ce patrimoine naturel sont fragilisées par un déficit pluviométrique vieux de plusieurs années – l’enneigement, par exemple, étant devenu capricieux au point de dévaloriser le ski dans le Moyen Atlas, de modifier l’étiage de nombreux cours d’eau. L’action de l’homme, ensuite, dictée par des impératifs agricoles et pastoraux, ou par simple cupidité, ne s’est pas démentie ces trente dernières années, au point de menacer la survie de la forêt de cèdres, principalement dans la région du Bou Iblane, ainsi que dans l’arrière-pays de Tounfit/Aghbala. Ceci provient du fait que, dans ces secteurs à l’abri des regards indiscrets, exposés au braconnage et à l’octroi de coupes abusives, on assiste à une démission quasi-totale des Eaux et Forêts. Or, il convient impérativement de mettre un frein à ces pratiques délétères, sinon ces régions déboisées, exposées de surcroît à une érosion féroce, perdront leur atout principal.

cedarsjbelhebri.jpg

Cédraie clairsemée menacée entre Michliffen & Jbel Hebri, Moyen Atlas, mars 2008 (photo: M. Peyron)

L’exploitation rationnelle de la forêt est pourtant préconisée au Maroc depuis des lustres par d’excellents textes. Toujours est-il que la situation de la cédraie dans les environs d’Ifrane, d’exemplaire au début des années 1990, serait devenue franchement mauvaise à l’heure actuelle selon certains observateurs (Milet 2003 ; Peyron 2005) : « Curieusement, la cédraie n’a jamais été tant détruite que depuis l’initiative du parc naturel d’Ifrane. Il aura donc suffit de parler de développement durable pour que tout disparaisse ! » (Tarrier & Delacre 2006). À cet égard, la mort près d’Azrou en 2002 du « cèdre Gouraud », est symptomatique.

En raison de l’affluence touristique qu’ils provoquent, c’est malheureusement le cas de bien des sites, victimes de leur succès, qui subissent des atteintes environnementales avec apparition notamment d’un niveau dit ‘poubellien’. Succès dont ils risquent de ne pas se remettre : Asif Tizguit (Val d’Ifrane), Agelmam Sidi Ali, sources de l’Oum er Rbia, Agelmam Azigza, cascades d’Ouzoud, lac de Tislit, gorges du Todgha (Milet 2003),  etc.

Ce qui est valable pour la forêt de cèdres l’est également pour la faune animalière et aviaire. Le petit gibier ailé (perdrix) est exposé à une chasse dévastatrice. Aujourd’hui, pour lever quelques sujets isolés, il faut fouiller le fin-fond de l’Atlas. De plus, l’utilisation inconsidérée du poison et des pesticides a provoqué l’effondrement des peuplements de chacals (élimination voulue par des éleveurs soucieux de sauvegarder leurs troupeaux) et de rapaces, ce qui est bien plus grave, ces oiseaux (aigles, buses, milans et vautours) étant fort utiles sur le plan écologique. Certaines espèces, tels le très emblématique gypaète barbu, ont pratiquement disparus ; au point que l’apparition récente (2006) d’un isolé juvénile dans l’Ayyachi est saluée comme un évènement.

Comment, dans ces conditions, pouvoir aspirer à élever certaines zones en réserves, voire en parcs nationaux ? Surtout lorsque l’on sait qu’un site Ramsar protégé, mondialement célèbre chez les ornithologues, comme le lac d’Afennourir, près d’Azrou, peut faire impunément l’objet de braconnage (Peyron 2004).

 r001025.jpg

Situation provenant d’un seul fait : le Maroc est, certes, un état de droit, mais ce dernier ne peut valablement s’appliquer, selon les lieux, qu’en fonction d’un certain nombre de facteurs institutionnels – volonté des autorités locales de faire respecter le règlement, rondes des agents forestiers, etc.

Pendant les années 1990, il est vrai, on nous a parlés de projets de parcs nationaux : dans le Haut Atlas Oriental – à créer autour des mouflons de Tirghist – ainsi que dans les environs d’Ifrane (Billand 1996), sans que ces projets ne soient passés à la phase de concrétisation. Dans le deuxième cas, malgré l’ouverture de deux ou trois gîtes ruraux adaptés au tourisme « vert », on a pu noter certains cas d’inadéquation entre hébergement offert et activités annexes proposées, comme pour la refonte totale de l’Hôtel Michliffen à Ifrane : pour quelle clientèle et pour quoi faire ? Du ski, sans doute ?

Le patrimoine culturel est, lui aussi, en péril. Les igherman qui représentaient le côté noble de l’architecture amazighe sont actuellement négligés.

110mountainarchitectureivdecayingimilchilkasbahs.jpg

Vieil ighrem d’Imilchil en ruines, juin 1999 (phto: M. Peyron)

Soit, on les laisse tomber en ruines – spectacle navrant (Imilchil) – soit, on construit à côté en ciment et/ou en briques de ville. Des villages de l’Atlas marqués par cette mutation architecturale perdent ainsi l’essentiel de ce qui faisait leur charme aux yeux des visiteurs étrangers.

14italiantouristsimilchilmoussemsep19982.jpg

Touristes italiennes en fausses sahariennes au moussem d’Imilchil, septembre 1998 (photo: M. Peyron)

On assiste par ailleurs au galvaudage du folklore, surtout lorsqu’il s’agit de danses organisées de façon répétée dans le seul but de distraire des touristes de passage « curieux et non avertis » (Chegraoui 2000), ceci étant particulièrement le cas à Imilchil.

15italiantouristsimilchilmoussem2.jpg

Touristes italiens déguisés en faux sahariens, Imilchil, 1998  (photo: M. Peyron) 

L’ahidus, danse emblématique des Imazighen, est dépréciée lorsque des jeunes se produisent en jean et blouson de cuir, la cigarette « au bec » (observé à Taghighacht, Ayt Hadiddou, en octobre 1997).

 16circumcision.jpg

Jeunes en jeans et chemisettes dansant l’ahidus à Taghighacht, oct 1997. 

Peu étonnant qu’un barde (amdyaz) dénonce :-

            « Ces jeunes qui boivent, fument, se laissent pousser de longues mèches,

            Et qui d’alcool se remplissent la panse en plein milieu de la danse ! » (Peyron 1993)

Dans le Moyen Atlas, chez des populations habitant autrefois sous la tente – situation qui se prêtait parfaitement à l’accueil des hôtes de passage – l’hospitalité tend à disparaître, dès lors que la modernité veut que l’on se calfeutre dans des maisons en brique, clôturées de surcroît. Avec le bâti, la méfiance est apparue. Pratique censurée, là aussi, par l’amdyaz :-

            « Celui qui vit au loin nous ne l’aimons point,

            Contre nos voisins nous nous barricadons ! » (Peyron 1993)

Actuellement, si la fréquentation touristique sous sa forme « trekking » présente un côté positif pour les familles impliquées, elle comporte de nombreux inconvénients. Une hospitalité galvaudée se trouve réglementée, mise sous tutelle. Dès lors qu’une région de l’Atlas est régulièrement fréquentée par des touristes, en matière d’hébergement, l’obligation est faite aux randonneurs de s’adresser à un gîteur attitré, pour peu qu’il en existe un dans le village. Ceci n’est évidemment pas applicable aux trekkeurs ayant fait le choix de coucher à la belle étoile.

Alors qu’il est perçu comme positif du seul fait qu’il injecte de l’argent dans l’économie locale, voyons quels sont les effets pervers du tourisme de montagne. Parmi les plus importants on peut dénombrer les suivants :-

-          la manne touristique ne bénéficie qu’à une minorité de locaux : fils de notables, accompagnateurs, muletiers, gîteurs – d’où émergence d’une nouvelle élite, renforçant ainsi les clivages sociaux ;

-          lorsque dans une famille les fils sont impliqués dans l’activité touristique, cela affaiblit l’autorité du paterfamilias (Lecestre-Rollier 1997) ;

-          à force de former des accompagnateurs au CFAMM de Tabant, Ayt Bou Guemmaz, on a dépassé la demande, certains éléments ayant dû renoncer à ce métier faute de clientèle, ou préférant émigrer à l’étranger après avoir épousé une de leurs clientes ;

-          baisse de qualité chez certains de ces accompagnateurs, lesquels, issus du milieu citadin (« les guides plastiques », selon un ancien), connaissant moins bien la montagne que les fils de montagnards tamazightophones du recrutement initial ;

-          des monopoles de muletiers (comme à Ayt Bou Guemmaz), agissant pour le compte des Tour Operators, continuent à rayonner sur l’ensemble des massifs, créant, là où ils passent, des sentiments de manque à gagner ;

-          des incidence fâcheuses sont provoquées sur l’activité agro-pastorale par l’emploi massif de mulets à des fins touristiques en période estivale : manque de fourrage, retards dans la moisson, sans parler des cultures délaissées au profit du seul accompagnement des trekkeurs ;

150acamerashychildrentabantsep19661.jpg

Gamins opportuns, Ayt Bougemmaz, septembre 1966 (photo: M. Peyron)

-          le syndrome du visité : gamins opportuns et quémandeurs (« Stylo, bon-bon, Monsieur ! »), encouragés par le comportement stupide de certains touristes (années 1990) ;

-          le passage des caravanes touristiques provoque des nuisances : piétinement de cultures, utilisation de bois pour feu de campement, déchets laissés sur lieux de bivouac, etc. ;

-          le passage des caravanes attise des convoitises ; on signale des cas de larcins, voire d’agressions (Galley 2004);

-          la commercialisation dénaturée de certains gîtes – évolution fâcheuse de l’hospitalité traditionnelle amazighe – reflète un souhait de la part des visiteurs de retrouver à l’étape leur petit univers de bonne humeur et de confort, se distanciant ainsi du milieu ambiant qu’ils n’appréhendent qu’à travers le prisme déformant et réducteur du folklore.

Michael PEYRON

Texte d’une communication lue à Rachidia, le 21 mars, 2008, lors d’un colloque sur le Tourisme

N.B. Unless otherwise stated, all texts copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Retrouvailles avec l’Atlas marocain (déc-mai 2007-2008)

Posté par Michael Peyron le 5 avril 2010

Retrouvailles avec l’Atlas marocain  (décembre-mai 2007-2008) 

Fin-décembre 2007 quelques rapides incursions automobiles pour prendre la température, pour appréhender ce qui se trame dans l’Atlas. À ce sujet, l’autoroute permettant de rallier Marrakech avec un gain de temps appréciable, on constate que la desserte d’Agadir est, elle aussi, avancée – ce qui constitue une bonne nouvelle sur le plan de la sécurité routière, l’actuelle 511 saturée étant d’une dangerosité totale. 

Projet « Ouka » 

Une brève ascension vers l’Oukaïmedden permet de constater que le pharaonique projet émirati visant à créer un Courchevel maghrébin avec golf de 18 trous, s’il n’est pas totalement abandonné, semble marquer le pas. En effet, renseignement pris sur place il s’avère que trois conditions préalables au démarrage des travaux n’auraient pas été remplies : 

1)                           édification d’une route à trois voies, l’accès existant n’étant pas sécurisé à 100% (étroit, il est sujet à éboulements) ; 

2)                           assainissement (égouts et canalisations) nécessaire à la construction des nombreux hôtels de luxe projetés ; 

3)                           accroissement de la capacité du plan d’eau pour les besoins de l’urbanisation planifiée, autant que pour des réserves collinaires devant fournir de la neige de culture. En effet, actuellement, il suffit que l’hôtel Kenzi remplisse sa piscine pour qu’il n’y ait plus d’eau sur le plateau ! 

Par ailleurs, il est évident que les enneigements faramineux à venir, annoncés un peu à la légère sur certains sites web, ne sont pas au rendez-vous. Nous sommes entre Noël et Nouvel An et les skieurs évoluent sur une mince couche gelée, en place depuis la mi-novembre, sans qu’il y ait eu le moindre flocon depuis ! 

En tout cas cela semblerait constituer une bonne nouvelle pour l’agdal de l’Oukaïmedden, qui pourrait ainsi « tourner » encore quelques étés. 

L’invasion des « quads » 

En de nombreux points sur le pourtour de l’Atlas (Merzouga, Tinejdad, Warzazat, Toufliht, etc.) ceux désirant s’éclater sur les pistes du désert ou de la montagne peuvent louer de bruyants et atypiques quads. Fléau déjà dénoncé, il représente l’inutilité gratuite la plus totale, sauf pour les usagers qui doivent bourse délier pour une location de la journée. Il est triste de voir que le célèbre hôtel « Le Sanglier qui Fume », dont on attendrait mieux, s’est doté, lui aussi, d’un parc important de ces tristes engins, que l’on imagine aisément s’égaillant dans la nature environnante. Que peuvent-ils apporter, au juste, à l’environnement, hormis la pollution ainsi qu’une nuisance sonore jamais démentie ? 

031tizintestouirganesanglier.jpg

Piscine au « Sanglier qui fume », Janvier 2009 (photo: M. Morgenthaler)


Routes enneigées et « frustrés du Dakar » ! 

Fort heureusement, la neige s’est abattue sur le Haut et le Moyen Atlas les 3 & 4 janvier, 2008 ; sans qu’aucune autre précipitation n’intervienne pendant plus de cinq semaines. Notons que le manteau neigeux a tout de même « tenu » grâce aux gelées nocturnes. Les cols de Tanout ou-Filal et du Fej( ?!) Tizi n-Telghemt ont été rapidement dégagés, permettant, dès le 6 janvier, le passage avec mes amis depuis Zaouit ech-Cheikh vers Midelt, Rich et Amellago. 

En cours de route nous déjeunons d’un excellent tajine à l’hôtel Kasbah al-Asmaa. Cela nous permet, en outre, de noter que les toilettes de l’établissement sont bien tenues en raison de la présence permanente d’une « Madame Pipi » qui veille à la propreté. Constatation identique en arrivant au gîte « Chez Moha », à Amellago ; c’est une des sœurs du « gîteur » qui tient douches et lavabos dans un état de propreté irréprochable. Le gîte est, par ailleurs, confortable et sympathique. Nous recommandons, en particulier, le petit déjeuner copieux, très soigné. 

Notre randonnée automobile en remontant les gorges d’Imidar célèbres pour leur sites d’escalade fraîchement découverts (deux jeunes Suisses y sont à l’œuvre), nous mène jusqu’au pied d’un Baddou aussi enneigé que l’an passé. Ce n’est pas encore cette fois-ci que nous en ferons l’ascension… Toutefois, cela nous permet de revoir Assoul sous un jour meilleur ; d’y flâner à notre guise. Avec le soleil, cette bourgade fait moins tristounette ; les habitants, accueillants, surtout lorsqu’ils nous entendent parler en Tamazight, tiennent à nous inviter chez eux. 

Pendant le retour sur Zaouia nous croisons un nombre incalculable de véhicules 4×4 en goguette. Ceux rencontrés entre Assoul et Ayt Sidi Mah, fonçant avec une arrogance mal déguisée, nous expédient gentiment des cailloux en plein pare-brise ! Ensuite, entre Nzala et Zaida c’est le cortège presque ininterrompu des « frustrés du Dakar », qui, leur compétition annulée, entendent tout de même profiter des leurs bivouacs et/ou réservations hôtelières, et processionnent en grande pompe vers le Sud, le soleil et les palmiers. Venus des brumes glacées du nord de l’Europe on ne peut, après tout, leur en vouloir. Ces baroudeurs du désert se prennent tellement au sérieux que c’en est risible. Un convoi de 5-6 véhicules, notamment, attire l’attention. Celui-ci est monté par une équipe en T-shirts rouges uniformes ; dans le 4×4 de tête d’un autre peloton, on remarquera une héritière des grandes aventurières d’antan, fagotée « à la Emilia Eberhardt », tenant vaillamment le volant! Ainsi, après le ralentissement du projet émirati de l’Ouka, l’annulation du Dakar semblerait constituer, en tous cas, une bonne nouvelle pour la quiétude des biotopes marocains ! (On verra ailleurs dans mes « Working papers » ce que je pense de cette compétition où le ridicule le dispute à l’esbroufe ; aux dernières nouvelles elle se serait tout simplement redéployée vers l’Amérique du Sud…). 

Ifrane, perle du Moyen Atlas 

Bien que la ville ait fait peau neuve pendant notre absence, les résultats sont mitigés. On note des innovations correctes ; d’autres qui le sont moins. Un petit train assure désormais le transport des enfants d’un coin à l’autre du centre ville – heureuse initiative qui affirme le côté familial de la station d’Ifrane. Si l’on peut désormais circuler tranquillement sur des trottoirs propres, avec des passages piétons clairement signalés et un centre ville érigé en espace piétonnier, en revanche de nouveaux immeubles sont venus casser un peu plus le charme de cette coquette petite ville, alors qu’en fin de semaine la circulation et le stationnement (au grand dam des commerçants) posent des problèmes momentanément insolubles. Si le fameux lion – véritable fétiche – a été mis en valeur, les travaux du plan d’eau face au café « Agelmam » sont un demi-échec. Les fameuses oies n’y ont pas été remises (j’avais vu le 12 avril, 2007, des jeunes en jeans et casquettes base-ball venir les chaparder sur l’île, après quoi elles avaient été tout bonnement mangées !), de sorte que le lieu « fait » triste et désolé ; pire des chaînes qui entourent désormais le lac sont montées sur des plots blancs, créant une lugubre impression de cimetière. On a, cependant, consenti un effort louable en bancs, expérience qui devrait être étendue en direction des herbages en retrait du lac, cible des pique-niqueurs de fin de semaine, à en juger d’après les papiers gras résiduels. 

Sur la colline dominant le lac, en travaux depuis plus de deux ans, l’hôtel Michliffen fait, lui aussi, peau neuve. Livraison annoncée pour l’été 2008. Avec ses piscines, ses tennis, son centre de remise en forme, il pourra occuper 48 heures les loisirs d’une clientèle friquée. Mais après ? Se livreront-ils au repos du guerrier ? Où iront-ils ? Skier dans la région ? On leur souhaite bien du plaisir – les téléskis du Jbel Hebri et du petit Bordj, le long de la RP 21, sont hors de service ; dans la cuvette du Michliffen, seul « le petit » fonctionne régulièrement  dès que tombent quelques flocons,  mais cela est notoirement insuffisant pour retenir une clientèle internationale. On nous a bien parlé épisodiquement, depuis deux ou trois ans, d’une remise aux normes des installations du Michliffen, mais celle-ci tarderait à se concrétiser. Le ski de piste dans le Moyen Atlas étant pour ainsi dire « sinistré », ainsi que je l’avais déjà fait remarquer dans Montagnes Méditerranéennes (2000), il est permis de poser des interrogation quant à l’avenir… En fait, à défaut d’une remise en question de l’option ski de piste, difficilement réalisable vu les aléas climatiques, afin de laisser place à l’option ski de fond et raquette, plus douce et moins onéreuse, on voit mal comment les stades de neige du Michliffen et du Jbel Hebri peuvent s’en sortir.

Aux alentours d’Ifrane le tableau est à peine plus gai. Le lac de Zerrouqa, demeure en dépit de tout, un lieu de rendez-vous pour oiseaux aquatiques malgré les détritus qui continuent à s’accumuler chaque week-end le long de ses rivages. Les forêts environnantes, lorsqu’elles ne font pas l’objet d’ébranchage (val d’Ifrane), servent également de dépotoir. Dans le val d’Ifrane même, on est en train de doter le chemin qui, longe l’Asif Tizgit de bordures cimentées et empierrées – on se demande pourquoi ? Est-ce uniquement pour « faire joli », alors que l’environnement, lui, est délaissé ? 

Un bémol à tout cela, cependant ; certains travaux ne sont pas terminés. Alors évitons de porter un jugement définitif sur ce programme en cours, et espérons que le bon sens, ainsi que le souci légitime de protéger cette nature menacée, l’emporteront en fin de compte ! 

Retour à Amellago      

Samedi 8 mars, 2008. Visitons à Midelt les nouveaux locaux du centre Tariq Ibn Zyad. Sommes aimablement reçus au thé par un certain Aaziz Kabir (dit « Kaboul »), originaire des Oukhattar (Ayt Merghad). Retrouvons les Mertz comme convenu. Soirée agréable à l’Auberge Jaafar ; rencontrons un homme de Tazrouft ayant depuis longtemps vécu sur le versant nord et qui avoue n’avoir jamais entendu parler ni de la bataille de Baddou, ni d’Ou-Skounti – incroyable ! 

Dimanche 9 mars. Partis à 09h20 de Midelt, nous atteignons Amellago 3 heures plus tard. Pique-nique près d’un gué en amont ; Héron cendré. Après déjeuner, poursuivons au-delà d’Asoul et, avec les Mertz je remonte sur le site d’un ancien bivouac de la Légion Etrangère au pied du Baddou. Mes compagnons, cependant, ne sont guère d’attaque – ce n’est pas encore cette fois-ci que j’irai taquiner le Baddou de près !

135mertzmarch2008baddou.jpg

Retour au gîte d’Amellago. Retrouvons Brahim, qui nous avait reçu en janvier 2007 ; il suggère que nous revenions plus tard dans l’année si nous comptons monter sur le Baddou. Méfiance, cependant, le bougre aurait des vues sur la dive bouteille.

Retour chez Moha à Amellago à 17h20. Il est absent, mais ses proches Ali et Hmad nous font aimablement les honneurs du gîte, que nous estimons parmi les meilleurs que nous ayons connus. 

Lundi 10 mars. Quittons le gîte à 09h40 avec l’intention de descendre la gorge du Tadighoust jusqu’à Igwelmimn. La tentative prend fin à peine dix minutes plus tard, la Citroën de Metz restant coincée dans le tout premier gué, ayant abalé plusieurs litres par une entrée d’air située au-dessous du moteur ! Il nous faudra plus d’une heure pour tout faire sécher…

000046.jpg

Mertz en rade avec sa Citroen, gué d’Amellago (photo: M. Peyron)

Pendant ce temps-là je discute le coup en Tamazight avec deux cyclistes locaux, l’un d’entre eux nous ayant prêté main forte pour passer la Citroën hors du gué. L’autre est natif de Tamalout, douar voisin où, paraît-il poussent pommes et amandes à profusion. Un cyclomotoriste, Moha, me met à jour concernant la légende totalement déformée de lqebtan žida et Sidi Serdrar. Le mausolée, selon lui, serait à côté d’une petite bicoque au bord de la route, un peu avant Agoudim Ikhf n-Waman – site que nous visiterons effectivement par la suite.

000048.jpg

Cabane dédiée à Sidi Serdrar ? (photo: M. Peyron)

Apprenant qu’il y a de nombreux gués identiques à celui-ci sur la piste du Tadighoust nous renonçons à notre projet et rentrons tranquillement sur Ifrane via Midelt. Pique-nique peu avant le col du Zad, puis enchaînons la boucle Senwal-Beqrit. Apercevons en cours de route un couple de Chouettes chevechettes, espèce qui se hasarde parfois dehors au grand jour. 

Plan d’eau d’Ifrane : dénaturalisation déjouée 

Mercredi 12 mars 2008, 17h00. En passant en voiture nous constatons avec joie qu’une trentaine d’hérons garde-bœufs tente de re-coloniser les arbres jouxtant le plan d’eau et son espace promenade agrémenté de bancs à l’intention des visiteurs du Dimanche. Constatons à 18h00 avec consternation un vol important des mêmes oiseaux rebroussant chemin par-dessus la forêt d’Al-Akhawayn en direction du nord. L’austère logique des bétonneurs ayant eu le dernier mot auraient-ils été chassés

Mercredi 2 avril. En fait, non. Peu après, suite à une infructueuse tentative visant à doter le plan d’eau d’un service de location de barques jaunes, le projet capote pour des raisons inconnues. Déjà, les hérons en question ont repris leur habituel processus de nidification. 

36wiwane.jpg

Oies survivantes d’Ifrane ? Agelmam Wiwane, avril 2008 (photo: M. Peyron)

Samedi 5 avril. Lors d’une sortie découverte nature avec les étudiantes de Tamesmount apercevons quatre oies brunes à Agelmam Wiwane. S’agirait-il des survivantes du plan d’eau d’Ifrane, mystérieusement disparues le 12 avril de l’année précédente ? 

Lundi 21 avril. Une oie solitaire observée su le plan d’eau d’Ifrane. 

Vendredi 25 avril. Elle reçoit de la compagnie sous forme de trois canards cols verts et d’une poule d’eau ! Des herbes aquatiques commencent à envahir le plan d’eau. 

Jeundi 29 mai. Observons la même oie solitaire, alors que deux couples de cols verts veillent  sur leurs nichées. Les garde-bœufs, quant à eux, sont toujours présents. Une autre nichée de canetons observée à Zerrouqa le même jour. 

Voyages dans le Sud mars/mai 2008 

Passons deux nuits (16-18/03) à l’Hotel Ouzoud, Beni Mellal. La deuxième nuit nous sommes réveillés vers 03h45 par la musique de la boîte de nuit de l’hôtel (Dar Diafa), ainsi que par des gens qui ont discuté (et sans doute bu) la moitié de la nuit à côté de la piscine. Ce problème de tapage nocturne hôtelier (que les instances concernées feraient bien de prendre au sérieux) a déjà été relevé par d’autres touristes de passage au Maroc, mais bien peu  de chose semble avoir été fait afin d’y remédier. Le lendemain matin, au petit déjeuner, tables pleines de miettes ; service expédié au, lance-pierre. 

18 mars. Partis de Beni Mellal à 09h45 nous rejoignons Ouarzazat vers 17h00. Sommes au carrefour Marrakech/Aït Ourir à 12h20. Casse-croûte pris à côté de la bifurcation vallée du Zat/Larbe3 Tighdwin. Petit café très sympa avec jolie terrasse et Chleuhs accueillants ; WC propre. Toufliht toujours agréablement verdoyant, hormis un café assurant location de quads ! Les vendeurs d’améthystes se tiennent actuellement sur le versant N du Tichka, du col jusqu’à Taddert et au-delà. Après le col, un enfoiré mondain français dans un 4×4 immatriculé 29 nous a doublé de façon très approximative dans l’enchaînement des virages qui précède Aguelmous. Sympa ce compatriote ! 

À Ourzazat (location de quads, là aussi, à l’entrée de la ville) descendons à l’Hôtel Royal (très peu « Royal », du reste) ; chambre avec relents douteux, climatiseur dans une pièce voisine qui assure un fond sonore reposant. Dînons fort correctement chez Dmitri. Assistons à un ahidus sur la place piétonne au centre-ville – intéressante percée de ce genre en terre ahwaš

19 mars, 2008. Avons de forts agréables contacts en tamaziġt avec des gens du coin. Malgré le tourisme, les Imazighen conservent leur côté sympa et abordable. En revanche, la suite du voyage ne nous laissera que des impressions d’un Sud bétonné, folklorisé, galvaudé, envahi par le tourisme de masse. D’autant plus que c’est le début des vacances de Pâques en France ! Du coup, nous visitons en coup de vent les gorges du Dadès, parcourues par des Logan de location et 4×4 ; descendons sur Boulemane, doublons un véritable convoi de 15 camping-cars de Seniors, grillons les étapes de Tineghir et Errachidia et enchaînons directement vers Midelt. En cours de route croisons d’interminables convois de 4×4 nostalgiques du Dakar, qui foncent vers le Sud tous phares allumés. A Midelt l’Hôtel Ayachi est plein, vacances obligent. Cependant, nous y dînons, puis Ali nous invite chez lui, où Milouda nous fait bon accueil, nous prépare des lits. Nuit reposante, excellent petit déjeuner le lendemain matin. Remontons à Ifrane. 

Samedi 3 mai. En remontant sur Ifrane suite à un week-end fort médiocre à Midelt (cf. Tour Operator Watch 5) nous croisons sous le col du Zad le « Rallye Hummer Maroc 2008 » pour participants démunis avec hébergement assuré exclusivement en hôtel grand luxe. 

Dimanche 18 mai. Dans un même ordre d’esprit, dans le Talghemt, alors que nous filons en taxi vers Rich, croisons le «  Rallye Vieilles Caisses » – un rallye de plus, et du « tout bon » pour une forme peu voyante de tourisme. Mise en place le soir à Imilchil en vue d’un raid de 5 jours en direction de Tillouguit (Pour nos observations en anglais relatives à ce raid, ainsi que sur le Toubkal, cf . Tour Operator Watch 5). 

Conclusion 

La fréquentation touristique de masse au Maroc, superficiellement positive pour un certain segment de la population, mais porteuse d’esbroufe et d’acculturation, projette un bruyant cortège sur d’innombrables sites à travers le pays dans un foisonnement d’activité commerciale, accompagné d’ouverture de chantiers autoroutiers, balnéaires, immobiliers et autres. D’où cash flow et création d’emplois ; le pays est certainement perçu comme un bon élève par l’ordre touristique mondial ! Mais on est bien conscient qu’il ne s’agit là que d’une fuite en avant afin d’éviter toute fetna, et couper l’herbe sous les pieds de certains éléments potentiellement trublions, et où, chemin faisant, l’intérêt commercial prime sur toute considération environnementale (lavage de voitures, tourniquets d’arrosage, remplissage de piscines, etc.), gaspillage en eau qui va entraîner une inexorable dégradation des sites ainsi que l’épuisement des aquifers. 

                                                                                       

   Lone Backpacker

                                                                                                                    Printemps 2008

N.B. Unless otherwise stated all texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compiiance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Moroccan Berber lifestyle and Atlas mountain ecosystems under threat

Posté par Michael Peyron le 5 avril 2010

Moroccan Berber lifestyle and Atlas mountain ecosystems under threat

This brief article, part of a series (cf. working paper IIa) devoted to the Atlas Mountains, provides further insight into the ongoing drama that is being played out up there. As previously stated the Berber lifestyle, as well as a broad spectrum of unique Atlas mountain ecosystems, is coming increasingly under threat from one of the worst manifestations of the World Tourism Order (WTO). Adventure trekking is the name of the game as played by gaggles of gawking, garbage-generating, camera-toting pleasure-seekers with full back-up of mules, mess tent and cook. Each participant moves within his bubble, nurtured by an imaginary concept of the voyage he is consuming, and cocooned from the real world by fellow-trekkers, tour leaders and interpreters. Biblical scenes are there for him to photograph and sunsets to relish, with the rough camaraderie of the bivouac to fall upon should he be unable to raise a signal on his cell-phone for that vital call home before snuggling into his sleeping bag.

Thoughtless activities such as these, aided and abetted by Tour Operators (TOs), solely aimed at short-term profits, are now becoming the rule rather than the exception. People indulge in them with a clear conscience given that they expose remote societies to the supposed advantages of the market economy and its attendant material well-being, perceived as the ultimate good. Anybody suspected of criticism is at once labelled by agents of the WTO as a subversive killjoy. Arguably, however, financial gains that accrue from tourist-derived revenue – initially a blesing – can contribute in the long run to untold damage, best defined as the self-destruct factor. True, free-wheeling visitors bring in new ideas, create envy and aspirations to modern consumerism, together with other forms of socio-economic fall-out. Many mountaineers, especially youngsters, feel tempted to abandon their humdrum rural existence and head for the bright city lights, thus paving the way for depopulation of mountain villages in the medium term. Others, who chalk up a profit from tourist-related activities, generally belong to the wealthier families in the valley. Yet others, however, failing to get in on the act, are content to perform as bit-players in folklore events, bringing in bitterness, cultural debasement and an uneven distribution of new-found gains. The sum of these causes, potentially leading to the disappearance of traditional Berber villages and lifestyle, together with vernacular architecture – normally a source of pride to the locals – would make nonsense of TO brochure talk, as these aspects of local lore are specifically the things that are on offer. That the visitor wants to see and sample. That he’s paid for.

rando65cdraiesoufifendasenetpassagetizizirouch2122mai2003.jpg

  In Souf Ifendasen cedar forest, Bou Iblane area (M. Peyron)

The only way to avert this calamity would be for the agencies involved to achieve some form of self-imposed scale-down of their activities. In other words, each TO would have to comply with a moratorium on the number of treks programmed per season. A move that they could never stomach, running counter as it does to their staid capitalistic notions of turning a fast buck. Failing this, the commercial operators press on regardless, merely hiding behind official clean-up exercises of Toubkal and Mgoun areas and pious declarations of commitment to Responsible Tourism, with code of practice, avowedly aiming at self-proclaimed ‘high’ environmental standards, as if this were sufficient to undo decades of ecosystem degradation! Especially when one decision would be to limit the size of groups to 22 – still far too high a figure !!! Furthermore, in an ideal situation a sizeable percentage of the sustainable revenues netted in the area should be ploughed back into conservation. Easier said than done! In other words, adventure trekking in the Atlas is not about to take a downturn. Far from it; things will even get worse. As if this were not bad enough, at least three other threats are looming.

1/ Off-road tourism

Coupled with surfacing of former pistes, off-road tourism has taken off in recent years chiefly due to the ‘Gandini factor’. Gandini, a prominent French 4 x 4 exponent, has been producing guide-books on North African dirt roads at the rate of one a year since 2000, thus unleashing the 4-WD brigade upon countless new destinations. This phenomenon is bringing disturbance to peaceful valleys and causing irreversible damage to valley ecosystems. Frequent use by 4 x 4 vehicles is damaging to piste surfaces, not to mention the noxious exhaust fumes produced.

56bouilloulberkineregionmay19791.jpg

Off-road bivvy near Berkine, Bou Nasser in background, May 1990, (photo: M. Peyron) 

Luckily, there are limits to 4 x 4 access. Excessively muddy conditions, as on some Middle Atlas tracks in springtime near Beqrit (an attempt is currently being made to de-Amazigh this place-name by calling it Baqria!), or simple erosion as on Gandini’s piste des cols from Bou Ouzemou to Anargi, can eventually bring even off-road vehicles to a halt! Latter piste is actually impassable at time of writing.

Off-road bivouacs, like those near lakes Tislit and Isly (Imilchil region), also leave an unenviable legacy of un-disposed garbage. Added to this, trail bikes and quads now bring noise and pollution to ever remoter locations. Spreading tarmac also makes it easier for logging trucks to penetrate ever deeper into the hills, with catastrophic impact on already badly hit cedar forests.

2/ Indiscriminate logging

000020.jpg

Furtive logging near hollow between Michliffen and jbel Hebri, spring 2008 (photo: M. Peyron)

A less then acceptable dose of double-think surrounds most environment-related problems in the country. A case in hand is protection of Morocco’s cedar forests. Frequent conferences are held at which officials and guest speakers in suits, white shirts and ties (looking as much like field workers as arch-bishops!) carefully reiterate a series of measures taken to protect this unique Mediterranean ecosystem, followed by communiqués with all sorts of immediately applicable recommendations. Then everybody goes home basking in the satisfaction of a job well done. Trouble is that on the ground nothing happens and, next morning (and the morning after), felling of Atlas cedars is carried on unabated. In fact this activity is being taken to well beyond sustainable limits.

000019.jpg

Another view of timber rustling site between Michliffen and jbel Hebri, spring 2008 (photo: M. Peyron)

Actually, there seems to be a kind of nameless logging lobby in Morocco which is allowed to operate with almost total total impunity. Its visible participants, clearly identifiable on the ground, include would-be respectable loggers and saw-mill owners, Moroccan handicraft merchants, furniture makers and carpenters, the Forestry Commission, and gangs of timber rustlers. It is, however, more difficult to establish any visible relationship between these diverse agents. Yet related they are! The Forester who, at best, turns a blind eye when the timber rustlers go past, or at worst, pockets a fine, may actually be in cahoots with the rest of them. In cedar areas beyond Bou Iblane, at the foot of Ayyachi, or on Jbel Tazizawt – conveniently out of sight of officialdom – small gangs of unemployed locals maintain a lucrative trade. 

  38mutilatedcedartazizawtmay2007.jpg

    Wanton cedar demolition by timber-rustlers, Tazizawt, May 2007 (photo: M. Peyron)

They fell cedars at night, returning to chop them down to size, loading the resulting logs on to specially-equipped mules and heading for the nearest saw-mill or official logger willing to buy their cargo on the quiet. The illegally procured wood is then resold for a profit to town merchants, thus becoming perfectly respectable, and ends up at the local Co-opérative artisanale, or adorning the ceiling of some bigwig’s villa. Everybody knows that the racket is going on; nothing or little is done seriously to throttle it.

     05ayyachi1.jpg 

Cirque of Ja’afar in happier days when cedars still grew there, May 1969 (photo: M. Peyron)

Not that the Forestry commission is totally inactive. Fresh plantations of cedars, however, are usually sited close to main roads (Zad pass or Tizi n-Tanout ou Filal), in a kind of window-dressing operation to demonstrate to all and sundry that the Forestry people are up and running! In other instances, young cedars are not always planted in ideal conditions, i.e. on NE-facing slopes and suitably close to Mediterranean oaks, which provide cedar saplings with shade during the early stages of their growth. Young cedars on one SW-facing site on Jbel Misouguine (Bou Iblane) were in pretty poor condition when observed in March 2004.

rando7218jeunescdressains18mars20041jpg.jpg

Young cedars, Jbal Missougine, Bou Iblane, spring 2004 (photo: M. Peyron)

3/ Mammoth development projects

Typical of environment-unfriendly development projects is the 1.4 billion dollar UAE-sponsored package aimed at revamping the Oukaimedden ski resort. An 18-hole golf course, 25,000 square metres of business premises, shopping malls with Gucci-style boutiques, eleven 4* and 5* hotels are planned, together with a massive upgrade of ski facilities that will include extending the ski area and ensuring a November-April ski season with the use of blowers and artificial snow. Typically, Amazigh culture will be misrepresented – a bogus water-front complete with artificial palm-trees and ‘Berber’ kasbahs (the ultimate eyesore) features on illustrations of the project!

Those in favour of the project are waxing eloquent over hoped-for fall-out. Hundreds of jobs will be created, and the entire Marrakech area will take off economically! What’s more, they claim, global warming will soon be putting Alpine resorts out of business, while Ouka and some unknown resort in Israel (of all places!) will unaccountably attract jet-set skiers. A ludicrous piece of information that totally disregards the sobering reports of weather experts to the effect that Morocco will be getting hotter and hotter as the years go by! Either way, trickle-down benefits for local inhabitants are likely to be insignificant with job opportunities limited to the car-wash, general stooge, parking attendant, and night watchman categories. As a result, locals will have next to no empowerment; hence, they will be absent from decision-making process and benefit sharing, whereas they should be involved at all levels of the project.

toubkaloukamidmarch2006.jpg

Oukaimeden artifificial lake and snow slopes, March 2006 (photo: M. Peyron)

The Ouka pastures are used as an agdal by local stock-breeders every summer. Now, this activity will be drastically curtailed. Any opposition by shepherds will be swept aside, no doubt thanks to some token financial compensation to sweeten the pill. Anyway, most local Berbers connected with the resort are reportedly enthusiastic at the idea of the project, one reporter even shrewdly observing that many Berbers would no doubt willingly swap their picturesque yet harsh existence for the relative comfort of an Austrian-style ski resort existence.

There is no escaping the fact, however, that waste disposal, especially concerning plastic, already a headache for the present small resort, will pose real problems during peak periods with several thousand tourists in residence, including possible contamination of water supplies to down-valley villages on the Ourika side. Water facilities will be strained to the limit for toilet flushing, hot showers and artificial snow. Worse still, the existing Ouka road, narrow and winding as it is, and quite unsuited in its present state to the heavy traffic that development work will entail, will need a total upgrade.

It’s not hard to visualise other, seedier aspects of this Disneyland of the heights! The comfort of Ouka’s wealthy clients will have to be satisfied round the clock. Once they will have exhausted the possibilities of ski, golf and window-shopping, bored bachelors will want to head for the pub and their early evening pint. Night-club teasers will invariably be in strong demand for more serious after-dinner entertainment, with professionals from Eastern Europe no doubt on hand to bolster locally recruited talent. Talk about a sun, sex and snow ambience…

Michael PEYRON

           

 

Publié dans General Berber History | Pas de Commentaire »

Tour Operator Watch 6 autumn 2008

Posté par Michael Peyron le 4 avril 2010

TOUR OPERATOR WATCH 6: ATLAS MOUNTAINS MOROCCO 

 (Autumn 2008) 

 108yagourlakecopie.jpg 

Rjout (L) and Anghemar from Dayet n-Iferd, Yagour plateau (photo: M. Peyron)

 

This report was compiled after trawling the web at the beginning of October, which is pretty much the close of the Moroccan trekking season. Coming a year after Part 4 of our TO watch series devoted to the GTAM, it merely confirms trends already observed in 2007. An operator rejoicing in the unlikely name of Only Punjab (!!) breezily sums things up by declaring that thanks to the numerous qualified agencies plying the Atlas trade-routes, “there’s never been a better time to visit the ‘land of the Berbers’”. If only we could believe them! 

Current trends 

Diversification remains very much the watchword among TOs working the Moroccan Atlas. From 4/5-day walks to mammoth multi-day treks, variety is on tap and clearly geared to the whims of a fickle, rapidly-changing market. What’s more, as a result of the on-going worldwide economic crisis, TOs and their customers are beginning to feel the pinch, though Morocco’s chief asset remains so far unimpaired and likely to stay that way into the foreseeable future. Like it or not, Morocco is the closest and cheapest exotic destination to Europe. Now that Grenoble-based Trek Magazine have fielded a special issue featuring the High Atlas Traverse (HAT) from Bouguemmaz to Toubkal, penned by lightweight Morocco newcomer Laurence Fleury, we have even more TO websites catering for this kind of world class walk. Let’s take a look at what they have to say about this. 

152bouguemmez.jpg

Late afternoon shadows, Ayt Bougemmaz (photo: M. Peyron)

As usual, Terdav continues to dominate the Moroccan trekking scene. Despite complaints of their being expensive, their professionalism is never in doubt. They continue to go for the big groups (8-15 people); so much so, in fact, that if there’s only 5-7 starters on the big day you have to fork out a € 100 supplement per capita! Makes sound business sense, doesn’t it? Their HAT now follows the classic Bougemmaz-Imlil route, with ascents of Mgoun, Anghomar and Toubkal on the way. Allib, the other front-runners in the HAT stakes, is toying with a planned 43-day hike from Ayyachi to the ocean. Kendal, after enthusing about this “stunning trekking itinerary”, make no bones about its being of a “relatively sustained nature”, while admitting that heat “does have an effect on trekking performance”. So why do most TOs continue advertising June-August as the ideal period for trekking in Morocco? We all know perfectly well that it’s the driest, hottest and scenically least-inspiring  time of the year. Classic Journeys, while allowing that Toubkal can be “a tiring climb on scree but the views are well worth the effort”, also warn trekkers not to underestimate conditions, polar wear (fleece) being recommended above 3700m on Mgoun because of prevailing high winds up there. This makes sense when one recalls that three women froze to death on that mountain in a freak mid-September 2005 blizzard. 

118ighilmgoun.jpg

Not to be under-estimated: Ighil Mgoun seen  from Jbel Rat (photo: M. Peyron)

Copycat TOs 

The copycat nature of TO planning is obvious from the similarity of routes programmed, within the HAT framework. Year in year out agencies predictably follow much-travelled foot-paths, as if the Atlas had little to offer in the way of flexibility and variety. While La Pèlerine boast of offering “La vraie traversée de l’Atlas” from Tounfit to Anmiter via the Taghia gorge and Mgoun summit, Visage rather tamely propose an absolutely identical valley crawl through the Central High Atlas. There is, however, some confusion over their first stage, purportedly starting from somewhere near Tounfit, with a short walk to an unspecified camping site, whence Imilchil is reached the next day. The only explanation is that the tarmac road from Tounfit to Sidi Yahya ou Youssef (a recent development) must be put to good use, as it normally takes three days on foot to cover the Tounfit-Imilchil leg of the traverse. 

156anmiter1.jpg

           The famous, over-photographed Anmiter kasbahs (photo: M. Peyron)

This copycat business may also result from big-name TOs sub-contracting out their treks to a local agency, which will understandably feature the same itinerary on its webpage. This is all about TO solidarity, which chiefly functions when certain trips have been under-subscribed, clients from outfits like Zigzag and Atalante being bunched together with their Terdav colleagues as a matter of convenience and break-even. 

Analysing travellers’ forums 

Trekkers’ blogs and travellers’ affidavits are useful indicators as to market trends. One forum concerns unguided travel, would-be Atlas hopefuls openly inquiring whether it is wise to dispense with the services of a TO and strike out their own. Response is surprisingly healthy with a consensus pretty much in favour of doing just that, but with one caveat: resort to the services of a guide on the spot, especially if one is unfamiliar with language and/or country. We even hear reassuring noises from the Lonely Planet website: “without using an agency you shouldn’t have much difficulty in finding a guide”. 

Needless to say, we heartily approve of this: shunt your Europe- or Stateside-based TO, by all means! There is enough info on the web to give you a pretty good idea of Atlas mountain potential anyway, but do get some local Berber to accompany you. Whether guide, porter or even “faux guide”, as non CFAMM graduates are termed, he will prove invaluable in intercourse with the local population. And let’s knock this nonsense about “faux guides” fairly and squarely on the head. Nowadays, far, from being an irresponsible spendthrift out to make a fast buck, this kind of person is usually an up-country Berber eager to earn a living, who has all the inbred, native qualities to become a guide, but simply couldn’t produce the required school diplomas, or wasn’t prepared to pay hediya to follow training at the Tabant CFAMM facility in Ayt Bougemmaz

22aytbouguemmazen1976hautettabanten1966.jpg

  General view of Tabant, Ayt Bougemmaz (photo: M. Peyron)

Before handing over their money prospective customers are generally anxious to know how professional a TO is going to be in terms of delivering the goods. Like last year, perusal of TO websites with mistakes and inaccuracies of varying proportions come as something of an eye-opener. For example, the Moyen-Atlas Trekking website refers to “l’ascension de l’Ayyachi en 4 jours (nuit en bivouac ou au refuge du Mgoun)”. This is, of course, utter rubbish, Ayyachi and Mgoun being some 80 miles apart! All we can say is: “Hope they get it right on the night!” 

Unfortunately worded website blurbs 

Even worse, some TOs have problems with word processing or with translating from French into English. An unidentified PC-driver at Horizons Typiques managed to substitute the word ‘repos’ (meaning ‘rest’) for the local place-name ‘Tassaout’ on his key-board, thus causing havoc in their Mgoun description. Thus we have “Nous sommes sur le plateau des sources de repos, naissance de repos que nous longeons cet après-midi”, which is utter bunk. One well-meaning French action reporter, describing himself as specialized in “extremes sports” (sic) is so obsessed with the serpentine meanderings of that same Tassaout near its sources that he likens them to “real green snakes among dry stones”! This precedes a juicy bit about “genévriers thuringiens”, as if juniper from Thuringen (Germany, of all places!) grew out there. He then adds, by way of encouragement, “if you’ve never been there before, you’ll get really struck!” He’s also the one who suggests that, properly to look the part, the Atlas traveller should invest in a blue scarf draped around his/her head to live his Morocco experience to the full. The very words, incidentally, that we heard last year at Auberge Ja’afar (Midelt) in the mouth of a New Zealand tour leader heading for the Merzouga sand-dunes. 

But the most hilarious attempts at English, resulting in almost unadulterated gibberish, are to be laid at the door of a Morocco-based TO who shall remain nameless. They are reminiscent of those weird, word-for-word translations you sometimes get on the Web, or in some dialogue out of Joseph Conrad’s Lord Jim. In a general introduction to the Atlas Mountains, we are told that “impact climbing also canyoning are boost in popularity”, while Mgoun is described as a “Morocco third-degree pre-eminent pinnacle”, whatever that means. It then gets better: “Accessibility besides infrastructure tend to dictate areas draw the powerfully attraction”. The would-be trekker is further reassured on learning that he will be guided by a vagrant, one of many “endorsed mountain guides (who) have completed an extensive training vagrancy at Africa unparalleled mountain adventure tours guide training college at Tabant in the Ait Bougmez valley”. Creature comforts will also be catered for, thanks to “basic village houses know onions to administer feverish meals” and “no sweat lodgings for walkers”! Should our Morocco traveller wish to hit the prepared ski-slopes he must know that although “piste options are not particularly expansive, (…) the northern enlightenment of the (one) ski ramp at Oukaimedden, the country crowing-equipped ski resort, gives skiers the boss follow of some downhill life, however shrimp”! Wow! Can it get any better?

Interestingly, careful research eventually revealed that the offending text was identical to a properly worded rendering on the website of our previously mentioned friend Only Punjab. Could this be a case of plagiarism? Aw, shucks, not on your life! 

Hotel chit-chat 

54hotelwarsmideltmay20011.jpg

Hôtel wars Midelt, 2002 (photo: M. Peyron)

The travel forum on Midelt hotels is also edifying. While this town can be a useful, jump-off place for somebody working the GTAM in a NE-SW direction, or a welcome break on the Fès-Erfoud drive, on the Trip Advisor page its three main hotels take something of a lambasting. Midelt hotel staff are usually described as friendly, especially in one place where they give “pro active service” at the well-stocked bar and serve an “excellent lamb and prune tagine”. However, visitors to another out-of-town facility complained of the “damp concrete smell” in the bed-room and the general impression of a “random, fake castle experience”. Further complaints mentioned a “dirty, very old, disgusting bathroom”; of the electric wiring that “was ‘interesting’ to say the least”; of a bath-room “that was pre-WWII but functional”; of the slightly kitschy atmosphere… One traveller summed it up most aptly by decreeing that the town was OK as a staging-point for young singles, otherwise it was advisable to “skip Midelt in general”! 

imm02524.jpg

« Skip Midelt »? Not necessarily. A stay at Auberge Ja’afar can be quite pleasant (photo: M. Peyron)

By comparison, at the other end of the range, the McHugo brothers at the Kasbah du Toubkal above Imlil seem to be running a pretty tight ship, with plenty of local involvement, environmental awareness and point-by-point screening of the odd complaint that arises amid the numerous favourable affidavits. Their accommodation certainly doesn’t come cheap, but given the service, the location and general ambiance, you would be hard put to find a more suitable place to put up for the night. Meanwhile, several miles down-valley, Branson’s posh Kasbah Tammadot provides a spot of de luxe competition. Certainly a far cry from one of those previously mentioned “no-sweat lodgings”! 

Conclusion 

All in all, then, the Moroccan mountain tourism market remains buoyant, as we head for the 100,000-per-year-trekker goal, with plenty of diversity and innovation to keep abreast of demand. Pious declarations of intent about responsible tourism and concern for the local culture cannot, however, hide the fact that irreparable environmental damage is being permanently inflicted on fragile Atlas Mountain eco-systems and local village societies. But don’t expect the situation to improve soon; if anything, it’ll probably get much worse before it gets any better – unless the economic crisis levels things out. 

Lone Backpacker
         michael.peyron@voila.fr

          Grenoble, November 2008

N.B. Unless otherwise stated illustrations and texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

Publié dans General | Pas de Commentaire »

Tour Operator Watch 7 Ayyachi to Atlantic in 43 days

Posté par Michael Peyron le 4 avril 2010


MOROCCO : TOUR OPERATOR WATCH 7 

            Ayyachi to Atlantic in 43 days 

 08ayyachifromimtchimen.jpg 

  Ayyachi from Imtchimen Eastern High Atlas (photo: M. Peyron)

Introduction 

The purpose of these articles is to keep tabs on what’s going on in the Atlas Mountains, as much to analyse the various products submitted to a long-suffering trekking public as to warn prospects of any potential hankypanky. The present trip is a case in point.

 82ayyachimaasker1.jpg

Jbal Ayyachi from A’arid plateau, Eastern High Atlas (photo: M. Peyron)

A well-known French TO had, for some time, been toying with the idea of upstaging the competition with a grand High Atlas fling from far westerly Ayyachi to the Atlantic coast. An exercise obviously aimed at the more sporting, cutting edge segment of the trekking market. Through the TO’s website we now learn that the trip indeed came off in 2007 and that repeat performances are scheduled, though subject to some modifications. Closer perusal reveals interesting details that, in the light of our own not inconsiderable on-the-spot experience we feel compelled to impart to the Atlas traveller. 

An interrupted journey 

Aspiring end-to-enders should not get carried away by that ballyhoo about 43 days! Far from being a continuous GAT follow-through the trip is in reality broken down into three parts. The first half works out at 18 days of actual trail bashing from an Ayyachi foothill camp to the Tassawt village of Megdaz, taking in two major summits (Ayyachi and Mgoun) on the way.

119amgounwsep19661.jpg

Ighil Mgoun Central High Atlas (photo: M. Peyron)

Otherwise the route followed is a fairly standard GTAM effort via Imilchil, the Kusser plateau, Taghia (involving some nimble footwork on cliff-edges), Ayt Bugemmaz, Tarkeddit plateau and Tassawt valley. Those that feel like it can call it a day and head for Marrakech to recuperate for a brief respite before boarding a homeward bound flight. 

38yagourshepherds2.jpg

 Yagour Plateau, Jbal Inghemar in background (photo: M. Peyron)

Those made of sterner stuff, after a rest-day at Megdaz washing their socks, are now free to pursue the second, apparently more impressive leg of the traverse. This includes highlights such as unlikely Lake Tamda and nearby Anghomar’s treadmill scree-slopes, Telouet and the Glaoui’s castle, the Tichka road, the rock-carvings of Yagour plateau and Meldsen traverse, the upper Ourika valley, Iferwan summit, Lake Ifni, the Neltner and Lépiney Huts, finally trampling the tops of Toubkal, Afella n-Ouanoukrim, Biguinnoussen and Tazaghart to keep the peak-baggers happy. 16 days of this roller-coaster from grass-lined irrigation-ditch to slag-heap brings the party to Imlil. From here, technically, would-be drop-outs can escape to Marrakech by bus and/or taxi. The hardier souls, who want to see this thing through to the end, are now conveyed by 4-WD vehicle down to Asni, then up to Tinmal (with its Almohad mosque), eventually following a track that climbs the Ogdemt valley into the usually neglected Western High Atlas to Arg at the foot of Igdet. 

igdatcopie.jpg

  Jbal Igdad (Igdet) & Adrar n-Oumzra, Western High Atlas (photo: M. Peyron)

The final, little-frequented, potentially most interesting part is dismissed in three days! Day 1 is devoted to climbing Igdet before descending to a camp at Ansa. Day 2 takes the party up the Aghbar valley to the Tichka plateau and the Imi n-Wanzig huts. Day 3 lamely concludes with a valley-crawl down through the walnut trees to Agersaffen and up the other branch of the valley to Afensou where 4-WD transportation awaits. The (un)happy trekkers are then subjected to several hours’ pounding along dusty pistes before hitting the tarmac en route for a ryad in Essaouira and choice of sundown cocktails. 

11fensouetlahautevalleduseksawa1967.jpg

Afensou village and snow-covered Tizi n-Imedlawn High Seksawa region  W. High Atlas  (photo: M. Peyron)

Brochure talk 

How does this TO go about selling his supposed end-to-end traverse? To get clients on board the sales talk harps on well-known themes: the “confidential” aspect of the eastern and western extremities of the Atlas, the fact that they generally don’t get visited by other TOs, that they are virtually virgin, untouched territory, that the whole trip has never been done before – all of which amounts to little more than eyewash! The varied aspect of Atlas landscapes is also put forward, including two lakes, not to mention the sporting aspect. Daily stages of 6-8 hours (though in our day we thought nothing of 8-10 hours per day with full packs), allegedly only one rest-day, eight peaks climbed on the way, represent a physical challenge worthy of the hardened trekker, albeit with full mule back-up. Those who have stuck it out uncomplaining from Ayyachi to Atlantic, notwithstanding the various interruptions, are no doubt understandably proud of having pulled off such a feat – another one they can tick off on their list of coveted epic journeys. 

Closer scrutiny of the trip, however, shows only 37 days on trek. To the one Megdaz rest-day can be added 48 hours spent camping outside the Toubkal Huts, in between stints up Toubkal and Ouanoukrim, enjoying the full gamut of creature comforts (hot showers, flushing toilets, etc.)! Not to mention a brief stop at Imlil where trekkers can chill out with the odd coke. All of which may disappoint the purist, especially the ensuing long interruption between Imlil and Arg that takes advantage of recently-opened vehicle tracks, not to mention a sizable chunk of mountain territory beyond Afensou that gets left out of the walk. After traversing the Western High Atlas in this way the observer will realise that justice has not really been done to the area. What with peaks like Adrar n-Oumzra, Ikkis, Ras Moulay Ali and Awlim-Tinergwet literally begging to be climbed, we clearly have a case of quick fix here! 

78rasmoulayali1.jpg

Ras Moulay Ali from summit of Jbal Ikkis, Seksawa region, W. High Atlas (photo: M. Peyron)

Conclusion 

This particular product, then, the flagship of any TO’s Morocco brochure (counting a total of 30 Atlas Mountain trips on offer by this operator alone), is indicative of the present saturation of classic Atlas trekking routes. It obviously needs cleaning up, however, before it can be deemed properly marketable. At least it will provide the discerning, go-it-alone backpacker with a road-map for organising his own unsupported stint with a couple of trusted companions. 

   michael.peyron@voila.fr

N.B. Unless otherwise stated illustrations and texts are copyright by Michael Peyron. Material from same may be quoted in compliance with current academic practice.

 

 

 

Publié dans Tour Operator Watch | Pas de Commentaire »

12
 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | love and feelings
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres